HomeReading, writing, dancing

Reading, writing, dancing

Lire, écrire, danser

From one language to the other. The status of writing today in dance?

D'un langage à l'autre. Quel statut de l'écrit aujourd'hui en danse ?

*  *  *

Published on Monday, May 28, 2018 by Elsa Zotian

Summary

L’atelier des doctorants, à l’occasion de la troisième édition de Camping, propose de s’emparer de deux pratiques appliquées en danse ; l’écriture et la lecture. À haute voix et collectivement, il sera question de déceler les enjeux que lire et écrire impliquent. Mettre en mots sa recherche universitaire ou chorégraphique c’est souvent s’inventer via un langage. À l’inverse, parcourir les mots d’un autre revient à se plonger dans une langue potentiellement nouvelle que l’on fait sienne. Qu’elles soient corrélées ou autonomes, de quel ordre sont ces expériences de lecteurs et d’écrivains, et comment se traduisent-elles ? Pendant deux matins consécutifs, la discussion sera empreinte du point de vue et de l’expérience du chercheur, de l’écrivain, l’éditeur ou encore le danseur mais aussi du médiathécaire ou du libraire. Que lit-on ? Qu’écrit-on ? Quelle place trouvent les mots et les livres, et plus loin l’écrit dans les lieux dédiés à la danse ?

Announcement

Présentation

L’Atelier des doctorants, à l’occasion de la troisième édition de Camping, propose de s’emparer de deux pratiques appliquées en danse ; l’écriture et la lecture. À haute voix et collectivement, il sera question de déceler les enjeux que lire et écrire impliquent. Mettre en mots sa recherche universitaire ou chorégraphique c’est souvent s’inventer via un langage. À l’inverse, parcourir les mots d’un autre revient à se plonger dans une langue potentiellement nouvelle que l’on fait sienne. Qu’elles soient corrélées ou autonomes, de quel ordre sont ces expériences de lecteurs et d’écrivains, et comment se traduisent-elles ?

Pendant deux matins consécutifs, la discussion sera empreinte du point de vue et de l’expérience du chercheur, de l’écrivain, l’éditeur ou encore le danseur mais aussi du médiathécaire ou du libraire. Que lit-on ? Qu’écrit-on ? Quelle place trouvent les mots et les livres, et plus loin l’écrit dans les lieux dédiés à la danse ? Nous nous demanderons aussi en quoi lecture et écriture influencent le champ chorégraphique, du côté de la création comme celui de la réception. Ces deux matinées tentent d’en expliciter les emplois et les effets

Une proposition du comité de l’Atelier des doctorants :

  • Marion Fournier, doctorante en arts à l'université de Lorraine, en codirection avec l'Universität Leipzig,
  • Oriane Maubert, doctorante en arts du spectacle à l’université Montpellier 3 Paul-Valéry,
  • Karine Montabord, doctorante en histoire de l'art à l'université Grenoble-Alpes.

Et du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CN D

Inscriptions

Réservation auprès de recherche.repertoires@cnd.fr avant le 18 juin 2018, en précisant :

  • votre prénom et nom,
  • éventuellement université et/ou école de rattachement.

Programme provisoire

Mardi 26 juin de 10:00 à 12:30 – D’un langage à l’autre

9:30 – Accueil 10:00 – Communications

  • Marie-Marie Philipart, doctorante en arts vivants à l’université Côte d’Azur sous la direction de Marina Nordera

Expli-citations/Impli-citations ou les effets citationnels dans les œuvres de la compagnie Maguy Marin

L’usage systématique de la lecture par la compagnie Maguy Marin comme moteur et ressource de la création chorégraphique questionne la relation variable qui lie la danse au texte ; de la citation formelle à l’impli-citation. En transposant le fonctionnement citationnel de la littérature à la danse, il s’agira de déterminer les degrés de transformation de l’hypotexte dans les œuvres de la compagnie.

  • Karthika Naïr, poète, productrice et programmatrice de danse

Métamorphoses

Comment le verbe peut-il servir une pièce de danse ? Quelles transformations un texte doit-il être capable de subir afin de devenir matière première pour la chorégraphie, et tout autant, pour d'autres supports qui forment ensemble un spectacle ? S'appuyant sur les processus d'écriture adoptés pour les pièces de danse dont je suis scénariste ou écrivaine, je tente de mettre en exergue quelques enjeux et périls dans l'usage du texte dans la danse aujourd'hui.

  • Magali Goubert, doctorante en arts à l’université Lille 3 sous la direction d’Anne Boissière

Comment une ligne dessinée danse-t-elle ?

Dans une approche phénoménologique, nous observerons comment « danse » un dessin, à l'écoute du mouvement du tracé et de ses modulations. Si cette approche s’apparente à ce que la graphologie est à l’écriture, elle s’en distingue radicalement puisqu’elle ne vise pas à analyser l’auteur, sinon la trace elle-même. Une invitation à regarder la ligne telle qu’elle se présente, en deçà de ce qu’elle représente.

11:30 – Pause 11:40 – Communications

  • Marion Fournier, doctorante en arts à l’université de Lorraine sous la direction de Roland Huesca et la codirection d’Inge Baxmann

Java éditions en danse : Paroles de danseurs, écrits de chercheurs et regards de photographes

À travers un livre et plus largement une collection, Java éditions en danse propose une thématique par volume et convie des lieux de parole divers à s’en emparer. L’entretien, l’article scientifique, la prose ou le poème, le dessin et surtout la photographie s’immiscent dans les pages des livres. Comment les articuler ? Que donnent à lire ces différents langages de la danse ?

  • Stéphanie Pichon et Agnès Benoit, respectivement journaliste et danseuse, toutes les deux gérantes de la librairie Books on the Move

Books on the Move : Une librairie augmentée

Books on the Move est née du désir de créer une librairie nomade spécialisée en danse contemporaine, performance et pratiques somatiques, avant de s’élargir aujourd’hui à une multitude d’activités de médiation, d’ateliers, d’interventions pédagogiques autour du mouvement, de l’écriture, de la parole, des langues et de la lecture. Ce projet associatif, porté par Agnès Benoit, danseuse, et Stéphanie Pichon, journaliste, s’ancre dans le mouvement, celui du corps mais aussi celui de la pensée. Il veille à la circulation de la littérature en danse, en mal de visibilité, à la transmission et au partage. Nomade, internationale, la librairie construit des ponts entre les artistes – danseurs, chorégraphes, musiciens, plasticiens –, les pédagogues, les chercheurs, le public et les lieux de spectacle. Le multilinguisme, la mobilité et la diffusion des savoirs sont au cœur de son action. La librairie créée en 2006 à Berlin, s’installe à Bordeaux en 2013 et se transforme en projet associatif. Elle se déploie sur le territoire régional, mais aussi partout en France et en Europe.

Mercredi 27 juin de 10:00 à 12:30 – Quel statut de l’écrit aujourd’hui en danse ?

9:30 – Accueil

10:00 – Communications

  • Agnès Callu, historienne et conservateur du Patrimoine au musée des Arts décoratif chargée du département des Arts graphiques

Conversation autour du séminaire DDD – Dessein, dessin et design

À l’École des Chartes s’est tenu un séminaire de recherche en épistémologie du dessin dirigé par Agnès Callu. L’historienne reviendra sur ce qui a motivé sa recherche dans le cadre de ce séminaire et ce qu'il en est ressorti. Pas de côté dans notre programme parce que la démarche ne part pas d'une étude en danse ou d'une pratique chorégraphique, il conviendra de rappeler quelques fondements épistémologiques pour parler du dessin, un médium dont les danseurs et chercheurs usent à maintes reprises pour tenter de construire un langage de la danse.

  • Céline Gauthier, doctorante en danse à l’université Côte d’Azur sous la direction de Marina Nordera

Statuts et enjeux de la pratique de l’écriture chez les danseurs : l’expression d’une parole en quête de reconnaissance ?

Les ouvrages publiés par les danseurs témoignent du façonnement d’une écriture qui puise dans leur propre expérience corporelle: ils manifestent l’affirmation d’une pensée à l’œuvre – au fil d’un discours réflexif et critique – autant qu’ils signalent leur accession à une reconnaissance artistique, intellectuelle et institutionnelle. L’écriture comme support d’expression est l’occasion pour les danseurs de revendiquer la singularité de leurs pratiques, de les documenter et de les diffuser afin d’acquérir une légitimité auprès des acteurs du milieu chorégraphique.

  • Agathe Dumont, enseignante-chercheuse indépendante

Conversation autour de la double posture auteure-chercheure

Si le travail académique forme en grande partie à l'exercice de l'écrit, il s'inscrit dans des normes scientifiques bien précises. La réalité professionnelle après la thèse conduit souvent les chercheurs.euses à s'investir dans des projets d'édition et/ou d'écriture sous différents formats et avec différents objectifs. Dès lors, comment mettre le savoir et le savoir-faire développés au cours d'un parcours universitaire au service de projet de publication portés par d'autres ? Comment s'adapter, répondre à des commandes, être force de proposition et quelles modalités d'écriture inventer dans cette double modalité du/de la chercheur.e/auteur.e ?

11:30 – Pause

11:40 – Communications

  • Laurence Leibreich et Mathilde Puech-Bauer, respectivement responsable du service aux publics et méthodes, et responsable du pôle Projets éditoriaux au sein du département Patrimoine, audiovisuel et éditions du CN D

De l’auteur au lecteur : regards croisés

La vie d’un texte est particulièrement mouvementée, entre le moment où l’auteur pose le dernier mot de son manuscrit et celui où le lecteur rencontre le livre. L’aventure peut parfois se poursuivre au fil des années, voire des siècles. Nous tenterons de partager cet univers de la chaîne du livre en évoquant nos métiers : l’édition, les bibliothèques et la documentation.

  • Laure Guilbert et Roland Huesca, respectivement historienne et responsable des Publications de la danse de l’Opéra de Paris et Professeur des universités en Esthétique à l’université de Lorraine.

Conversation autour de l’acte d’écrire

Chercher, collecter, s'immerger, penser, trouver les mots, publier, partager. De l’écriture à l’écrit, Laure Guilbert et Roland Huesca abordent à deux voix quelques étapes de la vie d’un texte. Laure Guilbert revient sur la place que tient l’écrit dans une institution culturelle et artistique, tout en revenant sur la réception de sa thèse de doctorat. Roland Huesca nous montre comment le mot de Michel de Certeau « Faire le texte, c’est faire la théorie », l’a guidé – et le guide encore – dans ses recherches. Ils évoquent ensemble la longue trajectoire qu'impliquent l’acte d’écrire et celui de partager son travail dans l'espace public.

Biographies

  • Doctorantes

Céline Gauthier est doctorante en danse à l’université Côte d’Azur, sous la direction de Marina Nordera. Après un double parcours en danse et littérature en classe préparatoire et à l’Université Paris 8, puis un master à l’EHESS sur la poétique des autobiographies de danseuses de la Belle Époque, elle mène actuellement une recherche sur les pratiques d’écritures des danseurs contemporains, à travers l’étude d’un corpus d’ouvrages qu’ils ont publié au cours des vingt dernières années.

Magali Goubert est doctorante rattachée au Centre d’études des Arts contemporains(CEAC, Lille 3), elle effectue sa recherche sur le « Mouvement expressif entre danse, dessin et écriture ». Designer et danseuse, elle intervient comme « danse/dessin-thérapeute » en pédopsychiatrie et organise le Labo danse-dessinée chaque mois. Le continuum entre danse et dessin est au cœur de sa pratique d’artiste, d’art-thérapeute et la colonne vertébrale de sa recherche.

Marie-Marie Philipart est doctorante à l’université Côte d’Azur sous la direction de Marina Nordera. Après une première recherche menée autour de l’œuvre Salves de Maguy Marin dans le cadre de son mémoire de master 2, sa thèse porte sur la relation textuelle et les effets citationnels dans les créations de la compagnie depuis Points de fuite (2001).

  • Chercheurs invités

Agnès Callu est historienne, conservateur du Patrimoine au musée des Arts décoratifs, chargée du département des Arts graphiques – Cabinet des Dessins, chercheur associé permanent au CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP), chercheur associé au Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP), à l’École nationale des Chartes (Centre Jean- Mabillon) et à l’EPHE (EA 112/Histara), chargé de cours à l’École des Chartes. Ses thèmes de recherche s’ancrent notamment en Histoire et Anthropologie culturelle (XIX-XXIe siècles), en Histoire de l’art et en Épistémologie de l’histoire.

Agathe Dumont travaille comme enseignante-chercheuse indépendante sur le cirque et la danse. Elle enseigne régulièrement au CNDC d'Angers et dans différents organismes d'enseignement supérieur. Elle est également experte ou auteure dans différents projets. Elle a notamment publié plusieurs ouvrages pédagogiques pour la FEDEC ainsi que le livre Käfig, 20 ans de danse (Somogy, 2016).

Laure Guilbert est historienne et responsable depuis 2002 des Publications de la danse à l’Opéra de Paris. Elle a été cofondatrice de l’Association des Chercheurs en Danse et de sa revue numérique Recherches en danse. Auteur de (Bruxelles, Complexe, 2000 ; André Versaille, 2011, ebook), elle travaille aujourd’hui sur l’exil des milieux chorégraphiques germanophones sous le nazisme. modernes sous le nazisme Danser avec le IIIe Reich. Les danseurs

Roland Huesca est Professeur en Esthétique au département des Arts de l’université de Lorraine. Historien et esthéticien de la danse, il a publié Triomphes et scandales. La Belle Époque des Ballets russes, Paris, Hermann, 2001; L’Écriture du (spectacle) vivant, Approche historique et esthétique, Strasbourg, le portiQue, 2010 ; Danse, art et modernité : au mépris des usages, Paris, PUF, 2012 et La Danse des orifices : étude sur la nudité, Paris, Nouvelles éditions Jean-Michel Place, 2015. Il dirige la collection « La vie des œuvres !/ » aux éditions Jean-Michel Place et collabore à la revue Critique d’art.

  • Professionnelles des métiers du livre et artistes invitées

Agnès Benoit. Danseuse, pédagogue, Agnès Benoit est diplômée du Bennington College, aux États-Unis, en danse et biologie (1991 & 2000). Elle poursuit sa formation en danse auprès de différents chorégraphes (Mark Tompkins, Julyen Hamilton, Simone Forti...), ce qui donne lieu à la publication On the Edge/Créateurs de l’Imprévu (Contredanse, 1997). Agnès a enseigné dans le département de danse à l’université de Rochester, NY, États-Unis (2000- 2006). En 2006, elle s’installe à Berlin et y crée la librairie nomade Books on the Move. Elle vit actuellement à Bordeaux.

Laurence Leibreich a été danseuse et enseignante pendant une dizaine d’années, elle est bibliothécaire-documentaliste depuis 1989. D’abord au Théâtre contemporain de la danse puis à la Cité de la musique, elle participe depuis 2001 à l’aventure de la médiathèque du CN D. Elle est actuellement responsable du service aux publics et méthodes au sein du département Patrimoine, audiovisuel et éditions.

Karthika Naïr est poète, productrice et programmatrice de danse, française de nationalité et indienne de naissance et auteur de plusieurs ouvrages. Dans le domaine de la danse, elle a collaboré principalement avec Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet, en qualité de productrice depuis 2006. Elle a également été scénariste principale de trois spectacles d'Akram Khan : DESH (2011), Chotto Desh (2015) et Until the Lions (2016), une adaptation partielle de son dernier livre.

Stéphanie Pichon a longtemps travaillé pour la presse quotidienne nationale et régionale, avant de devenir journaliste indépendante, spécialisée dans le champ culturel et plus particulièrement celui des arts vivants. Installée à Bordeaux, elle collabore avec des magazines (Junkpage, Le Festin...), et des institutions culturelles (théâtres et lieux dédiés à la danse contemporaine). Co-fondatrice de la librairie nomade spécialisée en danse Books on the Move, elle y développe des projets et interventions entre mouvement et écriture.

Mathilde Puech-Bauer. Après un double cursus universitaire en histoire et en édition, une expérience aux éditions Fayard, Mathilde Puech-Bauer s’est spécialisée dans les domaines du livre et de la danse. Depuis 2001, au CN D, elle a activement œuvré à la publication d’une soixantaine d'ouvrages. Elle est aujourd’hui responsable du pôle Projets éditoriaux au sein du département Patrimoine, audiovisuel et éditions.

Comité de l'atelier des doctorants

Marion Fournier est doctorante à l’école doctorale Fernand Braudel sous la codirection des Professeurs Roland Huesca (département des Arts à l’université de Lorraine) et Inge Baxmann (Institut für Theaterwissenschaft à l’Universität Leipzig). Elle intègre un Bachelor en études franco-allemandes en « communication et coopération transfrontalières » dans la région Saar-Lor-Lux, puis se spécialise en Arts du spectacle avec un master en « arts et industries culturelles ». Elle obtient en 2016 un contrat doctoral et intitule sa thèse : « Pina Bausch, le Tanztheater et la ville. Une géoesthétique de la danse et de sa réception (France- Allemagne, de 1974 à nos jours) ». Avec la danse pour objet d’étude, son travail invoque une approche culturaliste de l’Esthétique et de l’Histoire. Par ailleurs, Marion Fournier enseigne auprès des étudiants de licence en Arts du spectacle. Elle a fondé Java éditions en danse où elle dirige la collection « L’Accordéon ».

Oriane Maubert est doctorante à l'université Montpellier 3 Paul-Valéry au sein du laboratoire RIRRA21 et prépare une thèse intitulée « La Marionnette danse. Ré-activer le geste sur la scène contemporaine » sous la direction de Didier Plassard. Elle est chargée de cours pour les universités Paris 3 Sorbonne Nouvelle et Paris 8 Saint-Denis et membre du comité éditorial de Manip, Journal de la Marionnette édité par THEMAA. Elle coordonne avec d'autres doctorants et jeunes docteurs le groupe international PhD in Puppetry, au sein du Centre national de la danse. Ses recherches ainsi que les ont été soutenues par l'Institut international de la Marionnette et l’association des Chercheurs en danse (aide aux chercheurs 2016).

Karine Montabord est doctorante en Histoire de l’art à l’université Grenoble Alpes sous la direction d’Alain Bonnet et de Judith Delfiner. Ses recherches portent sur la place et le rôle accordé à la danse dans le mouvement Dada. Il s’agit également d’étudier comment la présence de danseur.euse.s et chorégraphes dans les cercles d’artistes a pu influencer la production artistique des dadaïstes. De sa pratique de la musique et de danse né un intérêt pour les sujets interdisciplinaires. Elle poursuit sa licence en Histoire de l’art par un master dans la même discipline qui se concrétise par un mémoire intitulé « Forme Rythme et Espace : L’œuvre de Sophie Taeuber-Arp éclairée par sa pratique de la danse ». Intéressée par la médiation, elle complète ses compétences en recherche par un master professionnel et devient guide conférencière. Elle exerce cette activité au sein de l’association culturelle La Veduta Grenoble depuis 2015.

Les actes des ateliers sont publiés sous format numérique et téléchargeables sur l’espace doctorants : isis.cnd.fr / Ateliers CND / Comptes-rendus 2015-2018.

  • Beatrice Boldrin, Bruno Ligore, Bianca Maurmayr, Alessandra Sini (dir.), avril 2016, Interroger les archives.
  • Beatrice Boldrin, Camille Casale, Bruno Ligore, Bianca Maurmayr, Alessandra Sini (dir.), septembre 2016, La Danse et ses mots.
  • Camille Casale, Bruno Ligore, Bianca Maurmayr, Alessandra Sini (dir.), janvier 2017, Corps hors-codes.
  • Camille Casale, Julie De Bellis, Marion Fournier (dir.), novembre 2017, Fabrique de thèses #1.
  • Julie De Bellis, Marion Fournier, Karine Montabord (dir.), février 2018, Panorama du métier de danseur.

Accès CN D

  • 1, rue Victor-Hugo, 93500 Pantin
  • Métro ligne 5 : station Hoche
  • RER E : station Pantin
  • Bus 170 et 151 : station Centre national de la danse
  • Tram T3b : stations Delphine Seyrig et Ella Fitzgerald-Grands Moulins de Pantin
  • Stations Autolib' : 44 Place de l'Église, 93500 Pantin Accès : https://www.cnd.fr/fr/page/23-horaires-et-acces

Places

  • Médiathèque - 1, rue Victor-Hugo
    Pantin, France (93500)

Date(s)

  • Tuesday, June 26, 2018
  • Wednesday, June 27, 2018

Keywords

  • lecture, écriture, langage, danse, danseur, livre, édition, librairie, bibliothèque, littérature

Contact(s)

  • Marion Fournier
    courriel : doctorantsendanse [at] gmail [dot] com
  • Marion Fournier
    courriel : doctorantsendanse [at] gmail [dot] com

Information source

  • Marion Fournier
    courriel : doctorantsendanse [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Reading, writing, dancing », Study days, Calenda, Published on Monday, May 28, 2018, https://calenda.org/441956

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal