AccueilMobilisations des électorats dans le monde anglophone

Mobilisations des électorats dans le monde anglophone

Mobilizing Voters in the English-Speaking World

Le rôle des organisations civiques et des mouvements citoyens (1867 – 2017)

The role of grassroots organizations and civil rights organizations (1867 – 2017)

*  *  *

Publié le mardi 19 juin 2018 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Cette journée d’étude, qui s’inscrit dans le cadre du projet transversal « Politique, discours et innovation » du laboratoire de recherche ILCEA4, sera le deuxième volet d’une réflexion visant à explorer les stratégies de mobilisation des électorats dans le monde anglophone, selon une approche « ascendante », à cette occasion, qui implique les mouvements citoyens et la société civile, via le rôle de certaines organisations civiques ou les pratique de type « grassroots », selon la terminologie utilisée en anglais.

Annonce

Argumentaire

L'accès au vote ou l'exercice du droit de vote pour de nombreux citoyens (traditionnels ou nouvellement acceptés comme tels) dans les différents pays du monde anglophone s'est souvent heurté à une multitude d'obstacles émanant, le plus souvent, de la culture dite « dominante », qui viserait à limiter ce qui apparaît désormais comme un droit fondamental dans le monde contemporain. Cela fut notamment le cas pour les groupes considérés comme minoritaires ou marginaux, selon des critères de genre (les femmes à une époque), en fonction de l'orientation sexuelle (la communauté LGBT), ou sur la base d'arguments ethno-raciaux (les Noirs, les Latinos ou encore les Amérindiens, pour ne citer qu'eux, aux États-Unis, mais également les Aborigènes en Australie ou les Maoris en Nouvelle-Zélande, par exemple).

Dans ce contexte, si les partis politiques ont parfois cherché à attirer ces (nouveaux) électeurs potentiels pour asseoir leurs victoires électorales et élargir leur base, à travers des stratégies et pratiques qui feront l’objet de notre première journée d’étude, au mois de février 2019, ce sont souvent les organisations civiques de différentes natures et les mouvements populaires à la base de la société civile (mouvements « grassroots ») qui ont entrepris de mobiliser ou de re-mobiliser ces électorats variés, dont le point commun demeure leur degré d'intégration variable selon les époques. Au-delà de la volonté d'inciter ces électorats à se positionner en faveur d'un parti ou d'un autre, ces organisations ont pour but de mettre en lumière le rôle du droit de vote et de la mobilisation politique pour permettre à ces groupes minoritaires de faire entendre leur voix. Par le passé, il a pu s'agir de mobiliser de nouveaux électeurs, comme cela fut le cas avec les différents mouvements féministes, en particulier aux États-Unis et au Royaume-Uni, ou encore avec les Afro-Américains dès le début du 20ème siècle lorsque des organisations comme la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) érigea le droit de vote comme une avancée fondamentale sur le plan racial. Aux États-Unis, la question se pose toujours au sein des minorités raciales (souvent désintéressées ou marginalisées par la politique), d'où le travail de groupes comme le National Council for La Raza ou Voto Latino, qui tentent de mobiliser l'électorat Latino dont la participation pourrait s'avérer capitale à l'avenir lors des élections à l'échelle fédérale ou locale. DE plus, le mouvement « Black Lives Matter », dont la popularité ne cesse de croître aux États-Unis, cherche à mobiliser la communauté afro-américaine dans une approche transversale qui englobe d'autres communautés marginalisées, comme la communauté LGBT, en adoptant des approches qui ne visent pas uniquement à faire voter les citoyens adhérant au mouvement, mais qui essayent d'occuper l'espace public et politique. En Australie, une organisation comme le National Congress of Australia’s First Peoples s'efforce de relever des défis similaires en luttant contre l'apathie politique des Aborigènes. Le « vote féminin », enfin, comme on s’y réfère souvent, continue occasionnellement à faire l’objet de tentatives de (re-)mobilisation des deux côtés de l’Atlantique, de la part de groupes féministes établis de longue date (tels que la League of Women Voters, NOW, ou, du côté britannique, la Fawcett Society) mais également de la part de nouvelles associations se concentrant sur certains sous-groupes par tranche d’âge, statut marital ou origine ethnique.

Les exemples sont multiples dans le monde anglophonel s'agira ici de s'intéresser aux différentes stratégies et approches théoriques et pratiques préconisées par toutes ces organisations et ces mouvements depuis la fin du 19ème siècle jusqu'à nos jours. Cette journée d'étude s'attachera à mettre en évidence les évolutions de ces stratégies, en prenant en compte, par exemple, le rôle des nouvelles technologies comme vecteur de mobilisation afin de tenter de contourner parfois les obstacles imposés ou tout simplement dans le but de générer un regain d'intérêt pour la question politique. Quel que soit le pays, le type d'électeurs ou de citoyens concernés, il s'agira de mettre en évidence le rôle et l'impact de ces stratégies « grassroots » dans la mobilisation politique, que cela soit en vue de rapprocher ces groupes des partis politiques ou de former des mouvements amenés à s'installer durablement dans le paysage politique.

Modalités de soumission

Les propositions de communication (en anglais) sont à envoyer avant le 15 septembre 2018 à :

gregory.benedetti@univ-grenoble-alpes.fr

Elles comprendront un résumé de 300 mots environ et une courte notice biographique de 100 mots.

Comité d’organisation

Grégory Benedetti et Véronique Molinari (Université Grenoble Alpes)

Comité scientifique

  • Emma Bell, Professeur des Universités en civilisation britannique, Université Savoie Mont Blanc
  • Gregory Benedetti, Maître de conférences en civilisation américaine, Université Grenoble Alpes
  • Christian Leblond, Maître de conférences en civilisation américaine, Université Grenoble Alpes
  • Véronique Molinari, Professeur des Universités en civilisation britannique, Université Grenoble Alpes
  • Said Ouaked, Maître de conférences en civilisation américaine, Université de Limoges

Lieux

  • Université Grenoble Alpes, Saint Martin d'Hères
    Grenoble, France (38)

Dates

  • samedi 15 septembre 2018

Mots-clés

  • élections politique mobilisation

Contacts

  • Grégory Benedetti
    courriel : gregory [dot] benedetti [at] univ-grenoble-alpes [dot] fr

Source de l'information

  • Véronique Molinari
    courriel : veronique [dot] molinari [at] univ-grenoble-alpes [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Mobilisations des électorats dans le monde anglophone », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 19 juin 2018, https://calenda.org/444467

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal