AccueilEnfance, jeunes, musulmans et musulmanes

Enfance, jeunes, musulmans et musulmanes

Childhood, youth and Muslims

Socialisations, appartenances, identités religieuses et sociales

Socialisation, belonging, religious and social identities

*  *  *

Publié le mardi 26 juin 2018 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Après une première édition en 2016 qui a porté sur des aspects géopolitiques, et une deuxième en 2017 traitant des autorités religieuses, la Summer School Islams et mondes contemporains 2018 veut aller au cœur des interrogations qui animent les familles de confession musulmane, les écoles ou d’autres structures qui accueillent des enfants et des adolescents, jeunes hommes et femmes de confession ou culture musulmane, à propos de la place qu'occupe l'islam dans les processus éducatifs, par le biais des normes et des valeurs véhiculées dans divers lieux de socialisations.

 

Annonce

Argumentaire

Le thème d’approfondissement : une approche sociologique de la « jeunesse » au prisme de la religion musulmane

L’offre religieuse au sein du champ islamique en Europe est caractérisée, depuis les années 1980,par une importante socialisation à l’aune du piétisme, à travers des courants de la matrice salafowahhabiteou des frères musulmans. Quels sont les effets de ces formes de socialisation sur les jeunes,leur horizon et leur imaginaire, et quelles conséquences sur leurs familles et leurs relationsextrafamiliales ? Comment de jeunes parents musulmans pensent-ils aujourd’hui le devenir etl’éducation de leurs enfants sur le plan religieux et en relation à la société ?

La période actuelle, de « l’après Daech », est à ce sujet particulièrement marquée par des traumatismes causés par les départs de certains jeunes au jihad. Pour tenter de rendre intelligible les constructions identitaires en général, en ce compris de telles ruptures, il nous faut identifier et comprendre l’articulation entre les différents milieux de socialisation des jeunes, allant des cercles familiaux (socialisation primaire) - souvent transnationaux -, à l’école, en passant par les loisirs, les pairs mais aussi la mosquée, le cours de religion ou l’engagement associatif (socialisation secondaire).

Ainsi, nous espérons mettre au jour les rapports complexes entre des processus d’acculturation liés au phénomène migratoire, et les multiples facteurs de socialisations et de constructions identitaires qui interviennent au cours de la vie des jeunes pour tenter de comprendre, entre autres, comment ils peuvent aboutir, dans certains cas, à des formes de désaffiliation sociale ou de radicalisation. Nous souhaitons donc replacer la problématique à la fois en relation aux cultures d’appartenance familiale, en prenant en compte leurs changements, ainsi qu’aux contextes sociaux extra-domestiques. Ce faisant, nous essayons d’envisager les multiples modalités d’appartenance et d’identification des jeunes musulman·e·s européen·ne·s, à travers le fil rouge des normes, c’est-à-dire les modèles et les cadres normatifs que leur offrent leurs différents groupes de socialisation pour guider leurs aspirations, leurs pratiques quotidiennes, leurs stratégies matrimoniales, leurs rapports aux non-musulman·e·s, etc.

La catégorie de « jeunes musulman·e·s » sera elle-même replacée dans le champ plus large de la sociologie de la « jeunesse » comme catégorie sociale construite sur l’âge, vue comme « transitoire » bien qu’elle ne cesse de s’allonger, et surtout envisagée comme un seuil au passage du monde de l’enfance à celui des adultes. Cette catégorie d’acteurs et d’actrices est particulièrement intéressante en raison, tout d’abord, de l’attention sociale, voire de l’inquiétude, qu’elle suscite au sein de la société. Qu’il s’agisse de leurs parents, professeurs, éducateurs, imams, ou des discours politiques et savants en général, les jeunes sont le sujet d’attentes sociales et communautaires en vue d’intérioriser et d’incorporer différents rôles et conventions sociales. Partant du fait que ces jeunes construisent leurs identités au croisement de multiples rapports de pouvoir (génération, genre, ethnie, etc), nous tenterons de comprendre comment ils et elles se positionnent face à des normes potentiellement contradictoires, de l’adhésion à la contestation, en tentant de cerner les enjeux spécifiques à chacun de leur contexte de socialisation.

Nous croiserons donc, lors de cette Summer School, les apports d’une sociologie de la jeunesse à une socio-anthropologie de l’islam, en prenant la pleine mesure des nombreuses caractéristiques de cette catégorie d’acteurs et d’actrices sociaux (socio-économique, configuration familiale, spatiale, stratégie matrimoniale, socialisation scolaire et numérique…), avant de chercher à comprendre les modalités spécifiques de manifestation du religieux dans cette catégorie d’âge par le biais des socialisations religieuses et des rôles de modèle que peuvent incarner certaines figures d’autorité religieuse (imam, mufti, enseignant, leader associatif, intellectuel, musicien, grand frère, etc.). Quelles sont donc les lieux de la transmission et formation religieuse des jeunes ? Comment diverses autorités religieuses tentent-elles de répondre aux défis qui attendent les jeunes dans leurs discours, actes, voire même dans les dispositifs pédagogiques ? Quels sont les droits et les devoirs rappelés aux jeunes dans les discours islamiques ? Et comment ces jeunes utilisent-ils ces lieux de socialisation religieuse pour contester des normes provenant de la famille, de l’école ou de la société ?

Cette Summer School ne portera donc pas directement sur des aspects déjà largement traités au sujet du radicalisme, comme l'adhésion à des démarches jihadiste ou à des formes de déviance. Elle entend plutôt proposer une réflexion sur la réalité complexe de jeunes évoluant dans des familles de confession musulmane, qu’elles aient connu ou non une trajectoire de migration/une expérience de transplantation, et qui sont confrontées comme toutes les familles, mais de manière spécifique, à des multiples formes de socialisation et souvent à des visions différentes de celles-ci.

Comme les éditions précédentes, l'ensemble du programme intensif porte sur un total de 30 heures. Il comporte en majorité des cours magistraux enseignés par des spécialistes dans les domaines abordés, et dans une perspective transculturelle; à cela s’ajoutent quelques heures d'approfondissement sur des thématiques spécifiques et enfin une journée d'études, ouverte au public, qui clôture le programme avec une réflexion portant sur les relations et les conflits entre la jeunesse et les acteurs éducatifs.

Modalités de soumission des candidatures

Remplir le formulaire à l’adresse suivante, et complétez votre dossier en adressant un court CV et lettre de motivation à summerschool-cismoc@uclouvain.be

Attention : prolongation du délai d’admission au 15 juillet 2018

Comité d’organisation

  • Prof. Brigitte Maréchal (CISMOC/Université catholique de Louvain)
  • Prof. Felice Dassetto (Académie Royale de Belgique)
  • Dr Abdessamad Belhaj (CISMOC/Université catholique de Louvain)
  • Ghaliya Djelloul (CISMOC/Université catholique de Louvain)

Lieux

  • Collège Jacques Leclercq - Place Montesquieu, 1
    Louvain-la-Neuve, Belgique (1348)

Dates

  • dimanche 15 juillet 2018

Fichiers attachés

Mots-clés

  • Famille, génération, enfance, migration, islam, europe, socialisation, appartenance, identité

Contacts

  • Ghaliya Djelloul
    courriel : ghaliya [dot] djelloul [at] uclouvain [dot] be

Source de l'information

  • Ghaliya Djelloul
    courriel : ghaliya [dot] djelloul [at] uclouvain [dot] be

Pour citer cette annonce

« Enfance, jeunes, musulmans et musulmanes », École d'été, Calenda, Publié le mardi 26 juin 2018, https://calenda.org/445016

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal