Página inicialArmed groups, organized violence and the Euro-Mediterranean spaces (1870-1914)

*  *  *

Publicado quinta, 21 de junho de 2018 por Céline Guilleux

Resumo

Cette manifestation scientifique vise à créer un dialogue original, à la fois comparatif et transnational, autour d’un objet d’étude relativement neuf pour la période 1870-1914 : les groupes armés. Cet objet sera envisagé en lien avec la violence politique et dans le cadre d’une géographie relativement souple : celle des espaces euro-méditerranéens entendus au sens large. Autour des groupes armés, à travers leurs formes d’organisations, de légitimations et d’actions, l’étude de la violence politique permet d’approfondir empiriquement notre connaissance de ce que l’on nomme le « monopole de la violence légale ».

Anúncio

Argumentaire

Introduction

Dans le cadre du projet du Conseil Européen de la Recherche (ERC) « Le côté obscur de la belle époque. Violence politique et association armée en Europe avant la Première Guerre Mondiale » (http://www.dissgea.unipd.it/erc-prewaras, resp. prof. Matteo Millan), l’Università degli Studi di Padova et l’École Française de Rome (EFR) organisent une journée d’étude internationale qui se déroulera le 23 janvier 2019 à Rome (EFR). Cette manifestation scientifique vise à créer un dialogue original, à la fois comparatif et transnational, autour d’un objet d’étude relativement neuf pour la période 1870-1914 : les groupes armés. Cet objet sera envisagé en lien avec la violence politique et dans le cadre d’une géographie relativement souple : celle des espaces euro-méditerranéens entendus au sens large. Autour des groupes armés, à travers leurs formes d’organisations, de légitimations et d’actions, l’étude de la violence politique permet d’approfondir empiriquement notre connaissance de ce que l’on nomme le « monopole de la violence légale ». Ces groupes armés revendiquaient des formes de légitimité qui n’étaient pas sans accointances avec la puissance étatique. Par ailleurs, ils n’étaient pas ou pas directement intégrés aux armées nationales. Notre problématique est celle-ci : comment l’usage du monopole de la violence était-il légitimé autour de ces groupes armés, à travers quelles ressemblances et quelles différences, selon quelles influences et quelles références plus ou moins larges au monde social (clan, association, nation, etc.), de part et d’autre des espaces euro-méditerranéens de1870 à 1914 ?

Chronologie

La période envisagée s’étire de la guerre franco-prussienne de 1870 au déclenchement de la Première Guerre Mondiale en 1914. De forts développements industriels et commerciaux conduisent à ces deux conflits majeurs, et en dérivent en retour. La période 1870-1914 est également marquée par un élargissement de la participation des masses aux processus politiques au sein des institutions étatiques porteuses de ces accroissements. Au cœur de cet arc chronologique, les contradictions inhérentes à l’expansion industrielle, impériale et nationaliste s’enchevêtraient à celles du juridisme. Au cours de cette période, que la notion de « belle époque » colore d’une connotation positive de paix et de progrès, se développent en réalité des formes de violence organisée où l’usage privé des armes apparaît comme un important phénomène transnational. Aussi, ces groupes armés occasionnent souvent des tensions entre sphères publique et privée, au sein de constellations sociales qui doivent être analysées dans le respect de leur pluralité.

Géographie

Les espaces euro-méditerranéens présentent l’avantage de se situer au carrefour de nombreux types de constructions nationales et/ou impériales. Outre les péninsules ibérique, italique et balkanique, les espaces euro-méditerranéens comprennent également l’Afrique du Nord ainsi que l’Est de la Méditerranée, où la Grande Guerre mit un terme à la puissance de l’Empire Ottoman. De plus, les intérêts d’Empires ou d’entités non directement situés dans les espaces euro-méditerranéens étaient susceptibles d’y intervenir en lien avec les groupes armés et la violence politique. Des projections, superpositions et transferts pouvaient se produire. Ils conduisaient à imbriquer espaces externes (coloniaux) et internes (métropoles) autour des groupes armés. Et par là encore la géographie des espaces euro-méditerranéens s’avère souple, plurielle.

Typologie

Parmi les types de groupes armés qui opéraient dans les espaces euro-méditerranéens entre 1870 et 1914, on peut mentionner : les gardes ou milices civiques, les polices ou milices coloniales, les groupes armés nationalistes. Les frontières de ces types de groupes armés n’étaient pas nécessairement nettes, pas plus que leur liste n’est exhaustive. Toutefois, c’est leur degré d’institutionnalisation entre dimensions officielles et officieuses qui faisait la singularité de ces groupes. Parmi les diverses gardes et milices civiques, on peut mentionner à titre d’exemple les diverses gardes ou patrouilles citadines (« pattuglie / guardie cittadine ») de la plaine padane, les hommes de main (« mazzieri ») du mezzogiorno qui opéraient également dans le Royaume d’Italie, ou encore le Somatén armé de Catalogne dans le Royaume d’Espagne. Les divers corps militarisés de l’Empire britannique tels que les « volunteers » éventuellement projetés dans les espaces euro-méditerranéens, les diverses milices et premiers « goums » de l’Empire français, ou encore les Hamidiés de l’Empire Ottoman sont des cas de polices ou milices coloniales. Parmi les exemples possibles de groupes armés nationalistes, citons l’Organisation Révolutionnaire Intérieure Macédonienne (VMRO), les Comitadjis de Bulgarie et de Macédoine, mais aussi les casseurs de grèves liés à la Fédération Nationale des Jaunes de France, très actifs dans les ports comme Marseille. Les analyses et discussions permettront de répondre à la problématique en approfondissant notre connaissance des groupes armés et de leurs porosités.

Thématiques

Les thématiques au centre des analyses et discussions concerneront tout d’abord les rapports entre dimensions publiques et privées, cadre légal (port d’armes, légitime défense, etc.) et violence politique. On s’intéressera également aux formes de militarisation et/ou de

paramilitarisme, de mobilisations et d’associations. On étudiera également les peurs et émotions liées aux conceptions dominantes de l’ordre social, à l’émergence de formes de violence organisée, aux métamorphoses de l’usage du monopole de la violence légale. Ainsi envisagés autour de l’objet des groupes armés, les espaces euro-méditerranéens permettront notamment de mieux cerner en quoi l’approche juridique s’inscrit au cœur de dynamiques impériales éventuellement renforcées de nationalismes en armes. Ces questionnements pourront être abordés tantôt à travers des études de cas précis de groupes armés, tantôt à travers des analyses thématiques ciblés. Celles-ci pourront par exemple concerner le commerce des armes dans les espaces euro-méditerranéens. La liste est ouverte, l’important étant de préciser en quoi les communications proposées éclairent la violence politique des groupes armés, leurs acteurs et pratiques, sociabilités et rituels, symboles et langages, ce qui permettra de mieux comprendre la complexité de leurs échelles.

Modalités pratiques de soumission

Les candidatures (un abstract de 500 mots indiquant problématique, cas et/ou thématique, sources, méthodologie ainsi que 200 mots de présentation de l’auteur) sont à envoyer

jusqu’au 10 septembre 2018

à l’adresse suivante : romain.bonnet@unipd.it. Début octobre 2018, les candidats seront informés du choix des organisateurs. Fin 2018, des communications d’environ 8.000 caractères espaces compris circuleront entre les candidats retenus. Le français l’italien et l’anglais sont les langues de travail. Pour les nuits qui précèdent et suivent la journée d’étude (du 22 au 23 et du 23 au 24 janvier 2019), l’hébergement des participants sélectionnés est pris en charge par les organisateurs, qui participent également à la couverture des frais de déplacement.

Comité de sélection

Romain Bonnet, Docteur en Histoire et Civilisation de l'Institut Universitaire Européen de Florence, Chercheur post-doctorant dans le projet ERC "Le côté obscur de la Belle Époque. Violence politique et associations armées en Europe avant la Première Guerre Mondiale" (Université de Padoue)

Matteo Millan, Professeur associé à l'Université de Padoue et responsable du projet ERC "Le côté obscur de la Belle Époque. Violence politique et associations armées en Europe avant la Première Guerre Mondiale" (Université de Padoue).

Bibliographie indicative

Ali, Abdullatif Ahmida, The Making of Modern Libya: State Formation, Colonization and Resistance, 1830-1932, Albany, State University of New York Press, 1994.

Andrew, Christopher, Kanya-Forstner, Alexander, France Overseas: The Great War and the Climax of French Imperial Expansion, Londres, Thames Hudson, 1981.

Anghie, Antony, Imperialism, Sovereignty and the Making of International Law, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

Balfour, Sebastian, Abrazo mortal. De la Guerra Colonial a la Guerra Civil en España y Marruecos, Barcelone, Península, 2002.

Bloch, Marc, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique, XLVI, XX, 1928, pp. 15-50.

Burke, Edmund III, Prelude to Protectorate in Morocco: Precolonial Protest and Resistance, 1860-1912, Chicago - Londres, Chicago University Press, 1976.

Davis, Diane, Pereira, Anthony (eds.), Irregular Armed Forces and their Role in Politics and State Formation, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

Debos Marielle, Glasman, Joël, « Politique des corps habillés. État, pouvoir et métiers de l’ordre en Afrique », Politique Africaine, n. 128, 2012, pp. 5-23.

Della Porta, Donatella, Diani, Mario, Social Movements. An Introduction, Oxford, Blackwell, 1999.

Feld, Maury, The Structure of Violence: Armed Forces as Social Systems, Londres, Sage, 1977.

Hall, Richard, The Balkan Wars 1912-1913. Prelude to the First World War, New York, Routledge, 2000.

Haupt, Heinz-Gerhard, Kocka, Jürgen, Comparative and Transnational History. Central European Approaches and New Perspectives, New York - Oxford, Berghahn, 2009.

Heitmeyer, Wilhelm, Haupt, Heinz-Gerhard, Malthaner, Stefan, Kirschner, Andrea (eds.),

Control of Violence. Historical and International Perspectives on Violence in Modern Societies, New York, Springer, 2011.

Horel, Catherine, Les guerres balkaniques (1912-1913). Conflits, enjeux, mémoires, Bruxelles-Bern-Berlin-Oxford, Peter Lang, 2014.

Millan, Matteo, «Milizie civiche prima della Grande Guerra. Violenza politica e crisi dello Stato in Italia e Spagna (1900-15)», Storica, n. 58, 2014, pp. 49-84.

Mulligan, William, Rose, Andreas, Geppert, Dominik, The Wars before the Great War. Conflict and International Politics before the Outbreak of the First World War, Cambridge, Cambridge University Press, 2015.

Passeron, Jean-Claude, Revel, Jacques (dir.), Penser par cas, Paris, EHESS, 2005. Schlichte, Klaus, In the Shadow of Violence. The Politics of Armed Groups, Francfort – New

York, Campus Verlag, 2009.

Yorulmaz, Naci, Arming the Sultan: German Arms Trade and Personal Diplomacy in the Ottoman Empire before the First World War, Londres, Tauris, 2014.

Categorias

Locais

  • École Française de Rome
    Roma, Itália (École Française de Rome)

Datas

  • segunda, 10 de setembro de 2018

Palavras-chave

  • monde méditerranéen, groupes armés, violence politique, monopole de la violence légale, méthode comparative, perspective transnationale, pensée par cas

Contactos

  • Romain Bonnet
    courriel : romain [dot] bonnet [at] unipd [dot] it

Urls de referência

Fonte da informação

  • Romain Bonnet
    courriel : romain [dot] bonnet [at] unipd [dot] it

Para citar este anúncio

« Armed groups, organized violence and the Euro-Mediterranean spaces (1870-1914) », Chamadas de trabalhos, Calenda, Publicado quinta, 21 de junho de 2018, https://calenda.org/445098

Arquivar este anúncio

  • Google Agenda
  • iCal