AccueilÉcrire à l’autre

Écrire à l’autre

Writing the other - intimacy in global times, from paper to screen

L’intime à l’heure du global, du papier à l’écran

*  *  *

Publié le jeudi 21 juin 2018 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Les éditrices de French Historical Studies lancent un appel à articles pour un numéro spécial de la revue sur l'usage des lettres et correspondances en histoire (de la France), à paraître en 2021. Que révèle le geste d’écrire pour être lu.e par autrui ? Quelles sont les conditions sociales, culturelles, de cette “écriture à l’autre” ? Peut-on parler de cultures épistolaires ? La lettre voyage, le sms surgit : l’écriture à l’autre en est-elle changée ? Dans quel cas préfère-t-on s’écrire alors qu’on pourrait se parler ? Toutes les périodes de l’histoire entrent dans notre champ d’investigation. Les perspectives transnationales, qui s’intéressent à la place de l’intime dans le global, et au sein d’une histoire connectée, sont particulièrement encouragées.

 

Annonce

Présentation

Les éditrices de French Historical Studies lancent un appel à articles pour un numéro spécial de la revue sur l'usage des lettres et correspondances en histoire (de la France), à paraître en 2021.

Les écrits personnel et privés sont longtemps restés dans l’ombre de documents jugés plus légitimes pour écrire l’histoire. Ainsi, la lettre a-t-elle surtout servi à documenter l’histoire biographique de personnages historiques, et rares sont les ouvrages d’histoire sociale ou politique qui s’appuient principalement sur ce matériau. Pourtant, des travaux récents ont montré qu’une histoire de l’intime, voire par l’intime, était possible, dépassant le récit des trajectoires individuelles pour aborder la formation du moi et le rôle des sensibilités dans des dynamiques historiques beaucoup plus vastes.

Dans ce contexte de renouvellement des usages historiens de la correspondance, ce numéro spécial de French Historical Studiesvoudrait contribuer à la réflexion. Ainsi, à la “croisée de l’individuel et du social” (Bossis, 1994), du secret et du public, que révèle ce geste d’écrire pour être lu.e par autrui ? Quelles sont les conditions sociales, culturelles, de cette “écriture à l’autre” ? Peut-on parler de cultures épistolaires ?

Les propositions devront prêter attention à la matérialité de l’écriture, à l’importance de son support et à ses conditions de circulation. L’écrit à l’autre atteint, aujourd’hui, une ampleur sans précédent : que ce soit par les mails, les sms ou les réseaux sociaux, on s’écrit plus que jamais. La conversation “téléphonique” s’écrit plus qu’elle ne se parle, désormais. La lettre voyage, le sms surgit : l’écriture à l’autre en est-elle changée ? Quels rôles jouent l’absence et la distance géographique ? Comment ces espaces de circulation se trouvent-ils modifiés par les transformations techniques ? Dans quel cas préfère-t-on s’écrire alors qu’on pourrait se parler ?

Notre conception des approches possibles de ce sujet est large. Nous souhaitons que ce numéro de FHS reflète la variété des usages historiographiques de cette “écriture à l’autre”, dans la multiplicité de ses acceptions. Nous partons d’une définition de la lettre comme objet “privé”, qui ne se réduit pas à l’écriture du privé, et dont la matérialité ne se limite pas au papier, en reprenant la définition qu’en a donnée Cécile Dauphin, en 2002 : un acte qui consiste à communiquer par écrit et dans l’absence de l’autre.

Toutes les périodes de l’histoire entrent dans notre champ d’investigation, de l’époque médiévale à nos jours. Les perspectives transnationales, qui s’intéressent à la place de l’intime dans le global, et au sein d’une histoire connectée, sont particulièrement encouragées.

Modalités de soumission

Les propositions d’articles, ainsi que toutes vos questions, sont à adresser à nos éditeur et éditrices invité.e.s : Thomas Dodman (td2551@columbia.edu), Caroline Muller (ccarolinemuller@gmail.com) et Anne Verjus (anne.verjus@ens-lyon.fr).

Pour soumettre un article, veuillez consulter https://www.editorialmanager.com/fhs/default.aspx. Après vous être enregistré.e.s, suivez les instructions de la section « Instructions for Authors ». Les articles peuvent être soumis en anglais ou en français, mais, dans les deux cas, ils doivent être conformes au style de le revue French Historical Studies(https://www.dukeupress.edu/French-Historical-Studies/), et doivent être accompagnés d’un résumé de 150 mots rédigé à la fois en français et en anglais. Les manuscrits doivent comporter entre 6 000 et 10 000 mots(notes non comprises). Concernant les illustrations, les autrices et les auteurs doivent obtenir la permission écrite de les publier sous forme papier et digitale de la part des personnes dépositaires des droits sur ces images, ou de la part des responsables des institutions d’où les images sont originaires.

La date limite pour soumettre les articles est fixée au 19 août 2019.

Catégories

Dates

  • lundi 19 août 2019

Mots-clés

  • Correspondances, écriture intime, cultures épistolaires, matérialités de l'écriture

Contacts

  • Anne Verjus
    courriel : anne [dot] verjus [at] ens-lyon [dot] fr
  • Caroline Muller
    courriel : caroline [dot] muller [at] univ-rennes2 [dot] fr
  • Thomas Dodman
    courriel : td2551 [at] columbia [dot] edu

URLS de référence

Source de l'information

  • Anne Verjus
    courriel : anne [dot] verjus [at] ens-lyon [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Écrire à l’autre », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 21 juin 2018, https://calenda.org/445166

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal