AccueilVilles plurielles : géographie(s) urbaine(s) de la différence

Villes plurielles : géographie(s) urbaine(s) de la différence

Revue « L'information géographique »

*  *  *

Publié le mercredi 04 juillet 2018 par Céline Guilleux

Résumé

À la croisée des études urbaines et d’une géographie à la fois culturelle, politique et sociale, cet appel à articles pour la revue L'Information Géographique vise à poursuivre et enrichir les réflexions nombreuses menées dans le champ de la justice spatiale et du droit à la ville autour des processus d’éviction et la lutte des places, la gouvernance et la fabrique urbaines. En tentant de comprendre dans quelle mesure la construction, la gestion ou l’exclusion de la différence transforment et organisent les espaces urbains, et en soulignant ce que cela nous apprend sur les rapports de pouvoir à l’œuvre, le futur dossier contribuera à cerner l’intérêt d’une prise en compte de la différence en tant que facteur fondamental de la fabrique spatiale dans la réflexion géographique.

Annonce

Argumentaire

Comme le rappelle Pickerill (2010), la différence est la mesure à travers laquelle les individus, les groupes, les sociétés tendent à se distinguer. En ce sens, la différence découle autant d’un processus de séparation que de distinction en s’articulant autour de critères sociaux, économiques, ethniques, sexuels, etc. Pensée ainsi, la différence est ce mécanisme à travers lequel se constitue un « Autre » (Cresswell, 1996), un « eux » (Sloterdijk, 2005) qui est celui, celle(s) ou ceux que « nous » ne sommes pas. C’est en particulier en lien avec l’espace urbain, en tant que creuset de la diversité et lieu du côtoiement d’individus d’origines diverses, que les réflexions sur la différence émergent. En témoignaient déjà les nombreux travaux de la première École de Chicago portant sur la condition de l’étranger (Simmel, 2004), de l’homme marginal (Park, 1928) ou sur les groupes considérés comme « déviants » (Anderson, 2011). Or, du fait des enjeux spatiaux liés à la différence telle qu’elle est construite et vécue, les géographes ont depuis largement investi cet objet de recherche.

En intégrant la dimension performatrice des discours (Bourdieu, 1982), certains auteurs ont souligné l’importance des métaphores (Cresswell, 1997) et des représentations socio-spatiales (Amster, 2003 ; Parazelli, 2009 ; Saff, 2001) dans la construction de la différence et de l’inadéquation de certains publics à certains lieux. C’est le cas par exemple des sans-abris, associés dans les représentations communes aux marges et aux interstices, et dont la présence dans les espaces touristiques (Parazelli, 2009), résidentiels (Margier, 2016) ou ruraux (Cloke et al., 2000) ne va plus de soi et implique une réaction des groupes dominants. C’est aussi le cas des populations autochtones qui, bien que majoritairement urbaines pour la plupart (Peters et Andersen, 2013), continuent dans l’imaginaire collectif à être associées à l’espace des réserves situées en milieu rural. En Australie, notamment, la présence en ville des Aborigènes a longtemps été considérée comme indésirable et incompatible avec l’idéal moderne que les espaces urbains étaient censés incarner, faisant alors l’objet de nombreuses résistances et mobilisations de la part des populations blanches (Drakakis-Smith, 1983).

Ces représentations socio-spatiales sont loin d’être neutres et orientent les comportements ainsi que l’intervention et les politiques mises en œuvre pour l’intégration des minorités. En Australie toujours, et pour poursuivre le même exemple, on notera qu’en réponse aux résistances des populations blanches l’action des pouvoirs publics consista à regrouper les Aborigènes dans des « cités de transit » que l’on installa dans les périphéries lointaines des centres urbains (Drakakis-Smith, 1983). Plus récemment, certaines mesures prises à l’égard des Aborigènes sans-abri ont même cherché à inciter leur retour vers les communautés rurales plutôt que de répondre à leur volonté d’accéder à la ville et ses ressources (Parsell et Phillips, 2014). Mais l’espace, tel qu’il est aménagé, est aussi porteur de normes et participe à maintenir et à renforcer, voire parfois à induire un processus de différenciation. Les normes telles qu’elles s’inscrivent dans l’espace participent en effet à labelliser comme « out of place » (Cresswell, 1996) les personnes qui les transgressent et ainsi à instituer une géographie morale des comportements – et par conséquent des individus – appropriés ou inappropriés à certains lieux.  

Par ailleurs, au-delà de la dimension constructiviste de la différence, c’est l’approche par l’expérience de la ville qui intéresse également les géographes. Il est aujourd’hui reconnu que l’expérience des citadins varie considérablement selon l’attribut ou les attributs différentiel(s) qui les caractérise(nt). Pour les femmes (Di Méo, 2011 ; Monqid, 2014), pour les personnes en situation de vieillissement (Bigo et Séchet, 2016) ou de handicap (Chouinard, 1997), les jeunes (de Backer, 2016), les sans-abri (Zeneidi, 2002), les minorités sexuelles (Shepard et Smithsimon, 2011 ; Cattan et Leroy, 2010), les prostitué(e)s (Hubbard, 2004 ; Séchet, 2009), les populations racisées (Brundson et Miller, 2006), la ville est vécue différemment. Qu’il s’agisse du harcèlement, du regard stigmatisant, du soupçon et du délit de faciès, des difficultés d’accès à certains lieux ou des tactiques mises en œuvre pour les contourner, cette diversité d’expériences souligne l’importance des inégalités relatives au droit à la ville, souvent invisibles pour les citadins dont le profil est conforme aux normes dominantes.

L’importance prise aujourd’hui par le profilage racial (Gardner, 2014) et social (Bellot et Sylvestre, 2012) témoigne de cette variation des expériences et constitue le symbole d’inégalités urbaines et de pratiques qui peuvent être traumatisantes pour les personnes concernées. Aux Etats-Unis, par exemple, qu’il s’agisse de la pratique du stop-and frisksà New York, des décisions de justice ou des contrôles de routine, la surreprésentation des populations afro-américaines et hispaniques est prégnante (Roh, 2009 ; Parker et al., 2004). Longtemps cantonnées aux domaines de la criminologie ou de la sociologie, les enjeux du profilage concernent également les géographes. Plusieurs auteurs ont en effet suggéré l’importance du « race and place effect » dans ces phénomènes (Meehan et Ponder, 2002 : 402) : « racial profiling is inextricably tied not only to race, but to officers’ conceptions of place of what should typically occur in an area and who belongs as well as where they belong »[1]. Dans la période de lutte contre le terrorisme que nous connaissons, ces enjeux sont amenés à être questionnés.

Ces géographies de la différence visent donc à révéler comment certains individus ou certains groupes de la population, du fait de leur(s) différence(s) par rapport à une norme dominante, subissent des processus de mise à l’écart ou de domination. Les géographies de la différence s’inscrivent ainsi dans le sillage des géographies de l’exclusion dont les travaux (Sibley, 1995) ont clairement montré comment une diversité de dispositifs pouvait participer à construire ou à renforcer la différence pour la constituer en un élément transgressif et un prétexte à l’exclusion, celle-ci se manifestant dans l’espace, dans l’expérience de l’espace mais aussi à travers l’espace tel qu’il est aménagé et pratiqué. Bien que les enjeux liés à la différence se posent aujourd’hui de manière différente, celle-ci reste néanmoins au cœur des débats géographiques contemporains.

Les géographies de la différence semblent effectivement s’affiner. Certains auteurs cherchent, dans le sillon de l’intersectionalité, à comprendre les effets du cumul de différences. Cela concerne l’expérience spécifique des personnes situées au croisement de plusieurs identités : femme et sans abri (Boinot, 2008), autochtone et sans-abri (Peters et Christensen, 2016), afro-américains et précaire (Ann Johnson, 2010) ou l’expérience des espaces publics analysée au double prisme du genre et du vieillissement (Bigo et Séchet, 2016). D’autres chercheurs tentent de saisir comment se manifestent des sous-différences au sein de groupes perçus souvent comme étant homogènes, apportant ainsi d’importantes nuances aux géographies existantes. Au Canada, par exemple, il a été démontré qu’être sans-abri n’avait pas les mêmes implications pour les autochtones et les non-autochtones et que ces différences, voire ces hiérarchies entre sans-abris autochtones et sans-abris non-autochtones pouvaient être clairement spatialisées (Freistadt, 2016). Affiner ainsi les groupes, souvent réifiés comme des idéaux-types, permet d’éclairer sous un angle plus précis les rapports de pouvoir tout en dépassant une approche bourdieusienne, parfois réductrice (Boltanski, 2009).

Dans la continuité de ces questionnements, cet appel invite les auteur.e.s à s’interroger quant à la pertinence et à l’intérêt d’une réflexion sur la différence en géographie urbaine, ainsi qu’aux orientations possibles de cette réflexion. L’actualité récente, notamment marquée par l’afflux de réfugiés fuyant des réalités toutes aussi dramatiques les unes que les autres, semble de fait nous y inviter. Cette nouvelle visibilité s’est matérialisée par un regain d’intérêt, en géographie, pour une grande diversité de problématiques comme la gestion des flux de réfugiés par et dans les sociétés d’accueil, la lutte des places et les recompositions spatiales engagées dans ce cadre, mais aussi l’étude des différentes dimensions du processus de fabrique des frontières (Bernardie-Tahir et Schmoll, 2015). Encore peu de travaux ont en revanche abordé ces questions à l’échelle de la ville qui constitue pourtant un formidable laboratoire pour l’exploration des problématiques nombreuses et diverses qui découlent de la mise en présence d’identités multiples, des rapports conflictuels (ou pas) qu’elles peuvent entretenir et des modalités par lesquelles ces rapports s’inscrivent dans l’espace. L’installation précaire des migrants sous forme de campements en périphérie des villes, dans les interstices du tissu urbain, mais aussi leur accueil dans des structures d’hébergement, témoignent en outre de l’urgence d’une telle réflexion.

Nous souhaitons cependant, dans le cadre de cet appel, élargir le champ réflexif par la mise en tension de cas d’étude relevant de contextes divers, à la fois géographiques, politiques sociaux et culturels. L’enjeu du dossier proposé étant en définitive de poser les bases d’une géographie urbaine de la différence capable de penser et appréhender une grande variété de situations. On se demandera ainsi quels sont aujourd’hui les champs émergents d’une géographie urbaine de la différence, autour de quelles thématiques et problématiques se constituent-ils, mais aussi ce qu’ils nous apprennent sur les inégalités d’usage et de production de l’espace urbain. A ce titre, on pourra aussi se demander, de façon subsidiaire, dans quelle mesure ces réalités permettent de repenser le droit à la ville.

Si, par ailleurs, la différence est généralement conceptualisée et analysée au prisme de la domination ou de l’exclusion, cet appel vise néanmoins à soulever les enjeux posés par la différence lorsqu’elle est envisagée comme une richesse ou une opportunité pour l’ensemble de la société. On cherchera ainsi à savoir en quoi les travaux sur la différence permettent d’accompagner l’intervention sociale et la création de solidarités collectives. Comment les éclairages portés par ces travaux sur les différentes réalités analysées peuvent se traduire en termes de politiques publiques ? De quelle manière, notamment, peuvent-ils nourrir des préconisations d’inclusion pour les politiques urbaines ?

On remarquera, à cet égard, que la différence semble désormais valorisée par un nombre croissant de responsables politiques et de gestionnaires urbains qui font de la diversité un mot d’ordre dans la construction discursive et promotionnelle de leurs villes. À un point tel que la diversité et l’inclusion semblent parfois même s’imposer comme un véritable leitmotivde la fabrique urbaine contemporaine. Or, cet appel à la diversité se manifeste de manière souvent contradictoire selon les différences concernées, et se traduit par une importante mise sous contrôle de la différence pour la cantonner dans des limites admises et souhaitées (Lees, 2003). À quelles différences réfère cette diversité promue par les gestionnaires pour faire de la ville un espace attractif ? Quelles sont les différences désirées, celles rejetées, et selon quelles modalités se construit leur acceptabilité ?

Les articles proposés pourront répondre à plusieurs de ces questions simultanément. A la croisée des études urbaines et d’une géographie à la fois culturelle, politique et sociale, ce dossier cherchera ainsi à poursuivre et enrichir les réflexions – nombreuses – menées dans le champ de la justice spatiale et du droit à la villeautour des processus d’éviction et la lutte des places, la gouvernance et la fabrique urbaines. En tentant de comprendre dans quelle mesure la construction, la gestion ou l’exclusion de la différence transforment et organisent les espaces urbains, et en soulignant ce que cela nous apprend sur les rapports de pouvoir à l’œuvre, le futur dossier contribuera à cerner l’intérêt d’une prise en compte de la différence en tant que facteur fondamental de la fabrique spatiale dans la réflexion géographique.

Modalités de soumission

Les articles, d’une extension maximum de 50.000 signes tout compris (voir consignes ci-dessous), devront être soumis aux coordinateurs du dossier

avant le 29/10/2018 

pour une publication envisagée courant 2019.

Consignes pour la préparation des manuscrits

Police Times New Roman 12, interligne simple, extension : 50.000 signes tout compris

Titre, résumé (10 lignes) et mots clés (5 au total) en français et anglais

Nom et prénom de l’auteur·e ou des auteur·e·s, statut, institution, adresse mail et adresse postale

Inclure jusqu’à trois niveaux de titres bien repérables

Figures en noir et blanc (300 points minimum), sur fichiers séparés avec appel et titre dans le texte pour désigner l’emplacement

Références bibliographiques sur le modèle suivant :

  • Théry H. (2000), Le Brésil, Paris, Armand Colin.
  • Théry H. (2003), « L’Etat brésilien et l’environnement en Amazonie : évolutions, contradictions et conflits », L’Espace géographique 32(1), p. 3-20.
  • Retaillé D. (1989), « Le contrôle de l’espace, entre spatialité et territorialité » dans Hervé Théry (dir.),L’Etat et les stratégies du territoire, Paris, CNRS, p.67-85.

Coordination

Références bibliographiques

Amster R. (2003), « Patterns of exclusion: Sanitizing space, criminalizing homelessness »,Social Justice,Vol. 30, nº1, p. 191-221.

Anderson N. (2011), Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Armand Colin, 400 p.

Ann Johnson R. (2010), « African Americans and Homelessness. Moving Through History”, Journal of Black Studies, Vol. 40, nº4, p. 583-605.

Bellot C. et Sylvestre M-E. (2012), « La judiciarisation des populations itinérantes : pratiques de profilage », Revue du Cremis, Vol. 5, n°1, p. 10-15.

Bernardie-Tahir N. et Schmoll C. (2015), « Iles, frontières et migrations méditerranéennes : Lampedusa et les autres », L’Espace Politique, nº25 | 2015-1, en ligne : http://espacepolitique.revues.org/3333

Bigo M. et Séchet R. (2016), « Une petite lorgnette pour élargir la focale : questionner le droit à la ville des femmes âgées à partir de leurs pratiques des promenades balnéaires », Environnement Urbain / Urban Environment, Vol. 10, en ligne : http://eue.revues.org/1403

Boinot K. (2008), « Femmes sans abri. Précarité asexuée ? », Vie sociale et traitement », Vol. 1, nº97, p. 100-105.

Boltanski L. (2009), De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Éditions Gallimard, 291 p.

Bourdieu P. (1982), Ce que parler veut dire. L'économie des échanges linguistiques, Paris, Éditions Fayard, 243 p.

Brunson R. et Miller J. (2006), “Young black men and urban policing in the United States”,The Bristish Journal of Criminology, Vol. 46, nº4, p. 613-640.

Cattan N. et Leroy S. (2010), « La ville négociée : les homosexuel(le)s dans l’espace public parisien », Cahiers de géographie du Québec, Vol. 54, nº151, p. 9-24.

Chouinard V. (1997), “Making space for disabling differences: challenging ableist geographies”,Environment and Planning D: Society and Space, Vol. 15, nº4, p. 379-390.

Cloke P., Milbourne P. et Widdowfield R. (2000), « Homelessness and rurality: "out-of place" in purified space? », Environment and Planning D: Society and Space, Vol. 18, nº6, p. 715-735.

Creswell T. (1997), « Weeds, Plagues and Secretions: A Geographical Interpretation of Metaphors of Displacement », Annals of the Association of American Geographers, Vol. 87, nº 2, p. 330-345.

Creswell T. (1996), In place, Out of place: geography, ideology, and transgression, London, University of Minnesota Press, 224 p.

De Backer M. (2016), “The Publicness Paradox: Young People and the Production of Parochial Places”, Environnement Urbain / Urban Environment, Vol. 10, en ligne : http://eue.revues.org/1428

Di Méo G. (2012), « Éléments de réflexion pour une réflexion sociale du genre : le cas des femmes dans la ville », L’Information Géographique, Vol. 76, nº2, p. 72-94.

Drakakis-Smith D. (1983), « Des villes comme Alice... Conflits de race, conflits de classe en Australie aborigène », L’Espace Géographique, Vol. 12, nº1, p. 5-17.

Freistadt J. (2016), “No Dumping: Indigenousness and the Racialized Police Transport of the Urban Homeless”, in E. Peters et J. Christensen (eds.), Indigenous Homelessness: Perspectives from Canada, Australia, and New Zealand, Winnipeg, University of Manitoba Press, p. 67-90.

Gardner T. (2014), “Racial Profiling as Collective Definition”, Social Inclusion, Vol. 2, nº3, p. 52-59.

Hubbard P. (2004), “Cleansing the Metropolis: Sex Work and the Politics of Zero Tolerance”,Urban Studies, Vol. 41, n°9, p. 1687-1702.

Lees L. (2003), « The ambivalence of diversity and the politics of Urban renaissance: The case of youth in downtown Portland, Maine », International Journalof Regional and Urban Research, Vol. 27, nº3, p. 613-34.

Margier A. (2016), Cohabiter l’espace public. Conflits d’appropriation et rapports de pouvoir à Montréal et Paris,Rennes, Presses Universitaires de Rennes,196 p.

Meehan A. et Ponder M. (2002),« Race and place: The ecology of racial profiling African american motorists », Justice Quaterly, Vol. 19, nº3, p. 399-430.

Monqid S. (2014), Femmes dans la ville. Rabat : de la tradition à la modernité urbaine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 226 p.

Parsell C. et Phillips R. (2014), « Indigenous Rough Sleeping in Darwin, Australia : ‘Out of Place’ in an urban Setting », Urban Studies, Vol. 51, nº1, p. 185-202.

Parazelli M. (2009), « Existe-t-il une "morale globale" de la régulation de la rue ? Réflexions autour de l’hypothèse d’un imaginaire écosanitaire », Géographie et Cultures, nº71, p. 91-110.

Park R. (1928), “Human migration and the marginal man”, American Journal of Sociology, Vol. 33, nº6, p. 881-893.

Parker K., MacDonald J., Alpert G., Smith M. et Piquero A. (2004), “A contextual study of racial profiling. Assessing the theoretical rationale for the study of racial profiling at the local level”, American Behavioral Scientist, Vol. 47, n°7, p. 943-962.

Peters E. et Andersen C. (Eds.) (2013), Indigenous in the City. Contemporary Identities and Cultural Innovation, Vancouver, UBC Press, 414 p.

Peters E. et Christensen J. (eds.) (2016), Indigenous Homelessness: Perspectives from Canada, Australia, and New Zealand, Winnipeg, University of Manitoba Press, 400 p.

Pikerill J. (2010), “Difference, Geographies of”, in B. Warf (ed.), Encyclopedia of Geography, Thousand Oaks, SAGE Publications, p. 737-740.

Roh S. et Robinson M. (2009), “A Geographic Approach to Racial Profiling: The Microanalysis and Macroanalysis of Racial Disparity in Traffic Stops”, Police Quarterly,Vol.12, nº2, p. 137-169.

Saff G. (2001), « Exclusionary discourses toward squatters in suburban Cape town », Ecumen, Vol. 8, nº1, p. 87-107.

Séchet R. (2009), « La prostitution, enjeu de géographie morale dans la ville entrepreneuriale. Lectures par les géographes anglophones », L’Espace Géographique, Vol. 1, nº38, p. 59-72.

Shepard B. et Smithsimon G. (2011), The beach beneath the streets. Contesting New York City’s Public Spaces, Albany, Excelsior Editions / State University of New York Press, 256 p.

Sibley D. (2001), « The Binary City », Urban Studies, Vol. 38, nº2, p. 239-250.

Sibley D. (1995), Geographies of exclusion: Society and difference in the west,Londres, Routledge, 224 p.

Simmel G. (2004), « Digressions sur l’étranger », in Y. Grafmeyer et I. Joseph (dir.), L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Champs, Flammarion, p. 53-77.

Sloterdijk P. (2005), Écumes, Sphères III, Paris, Éditions Pluriel, 798 p.

Zeneidi-Henry D. (2002), Les SDF et la ville. Géographie du savoir-survivre, Paris, Éditions Bréal, Collection D’Autre Part, 288 p.

[1]« Le profilage racial est inextricablement lié non seulement à la race, mais aussi aux conceptions que les officiers de police ont du lieu, de ce qui devraitnormalement se passer dans un secteur et de qui en fait partieaussi bien que des lieux d’appartenance des individus » (notre traduction).

Dates

  • lundi 29 octobre 2018

Fichiers attachés

Mots-clés

  • différence, exclusion, socio-spatiale, droit à la ville

Contacts

  • Bastien Sepúlveda
    courriel : bastien [dot] sepulveda [at] univ-lille [dot] fr
  • Antonin Margier
    courriel : antonin [dot] margier [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Bastien Sepúlveda
    courriel : bastien [dot] sepulveda [at] univ-lille [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Villes plurielles : géographie(s) urbaine(s) de la différence », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 04 juillet 2018, https://calenda.org/448262

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal