AccueilLa chanson de langue d'oc contemporaine et l'Italie, ancrage dialectal et dynamiques transnationales

La chanson de langue d'oc contemporaine et l'Italie, ancrage dialectal et dynamiques transnationales

La canzone di lingua d'oc contemporanea e l'Italia, radicamento dialettale e dinamiche transnazionali

Contemporary song of Langue d'Oc and Italy. Roots, dialect and transnational dynamics

*  *  *

Publié le vendredi 27 juillet 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Ces dernières décennies ont vu une diversification notable de la scène musicale occitane. La chanson d'oc s'est renouvelée dans les échanges avec des musiciens issus d'autres sphères culturelles, souvent méditerranéennes, mais pas seulement. L'étude de ces dynamiques transnationales permet de comprendre comment la chanson dialectale pose des questions essentielles : rapport entre dimensions locales, nationales et mondialisation, enracinement et multiculturalisme, face à face entre cultures dominantes et civilisations minorées. Nous consacrerons une journée aux liens entre la chanson d'oc et l'Italie. Nous étudierons les échanges entre la chanson d'oc et la culture italienne conçue comme une mosaïque de cultures régionales, dans une dynamique à double sens, sans limite dans le temps (héritage culturel lointain, choix d'instruments ancrés dans une pratique musicale ancestrale, influences récentes).

Annonce

Mai 2019 dans le cadre du programme de recherche "Chanson. Les ondes du monde"

CAER, Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence

Argumentaire

Après le renouveau des années 70, ces dernières décennies ont vu une croissance et une diversification notable de la scène musicale occitane, ainsi qu'un renouvellement des générations d'artistes.

Le chant polyphonique, presque absent de la tradition de langue d'oc (à l'exception de certaines zones aux marges géographiques de l'espace culturel occitan) s'est affirmé grâce aux créations d'artistes comme Manu Théron et le groupe le Còr de la plana ou les chanteurs du Corou de Berra, jusqu'à devenir un élément central de la vocalité occitane contemporaine, ayant reçu une reconnaissance internationale et suscitant l'émergence de plusieurs groupes très actifs (La Mal Coiffée, Lo Barrut, Uèi, pour n'en citer que quelques-uns).

Un certains nombre de musiciens ont eux choisi de poursuivre l'exploration, la réinterprétation et la création autour de l'héritage poétique des troubadours, de façon très diverse (Flor enversa, l'ensemble Azalaïs, Muriel Batbie Castell...).

Par ailleurs, de nombreux groupes, dans des styles très différents, ont émergé et se sont affirmés: de la chanson trad' renouvelée et multiculturelle de Du Bartàs ou du groupe italien Lou Dalfin[1], au sound emblématique des Massilia Sound system, en passant par Moussu T e lei jovent, au reggae festif et engagé de Mauresca fracàs dub, au hip hop de Doctor de trobar, ou encore la chanson d'auteur de l'aranaise Alidée Sans[2].

Un élément singulier de cette évolution est que la chanson d'oc s'est également renouvelée dans les échanges et collaborations, nombreuses, avec des musiciens issus d'autres sphères culturelles, pour la plupart méditerranéennes, mais pas seulement, rencontrés au cours de festivals ou par les hasards des migrations qui caractérisent la période contemporaine, et dont la métropole qu'est Marseille est un carrefour. De l'Italie aux Balkans, en passant par la Catalogne, l'Espagne, le Maghreb ou le Brésil, la création musicale d'oc contemporaine apparaît comme un creuset où, loin du cliché d'un folklore fermé sur lui-même, en métabolisant l'héritage linguistique et musical des pays d'oc, et en démentant la menace d'effacement qui pourrait la guetter, la langue d'oc vit et se transmet.

Ainsi, dans cette dynamique transnationale, elle trouve des échos à ses problématiques, dépassant le carcan d'une orientation folkloriste pour s'insérer, comme elle l'a fait si magistralement par le passé, dans le monde mouvant que composent les peuples qui l'entourent. L'étude de ces dynamiques, de leurs manifestations et de leurs effets, apparaît alors comme fondamental pour comprendre comment la chanson dialectale, d'oc ou d'ailleurs, n'est pas l'espace étroit d'une nostalgie du passé mais un lieu où se posent les questions essentielles pour nos sociétés contemporaines que sont le rapport entre les dimensions locales, nationales et la mondialisation, l'enracinement et le multiculturalisme qui naît des migrations, le face à face entre les produits culturels dominants et les artistes issus de civilisations minorées mais qui ne se résignent pas à cesser de clamer leur dignité.

Dans un premier temps, nous souhaiterions consacrer spécifiquement une journée à l'étude des liens entre la chanson d'oc contemporaine et l'Italie, avant d'élargir l'analyse aux pays de langue romane.

Concernant la chanson d'oc et l'Italie, il s'agit bien sûr de prendre en considération les échanges qui existent entre la chanson d'oc et la culture italienne conçue non comme une réalité nationale homogène mais comme une mosaïque de cultures régionales singulières. L'analyse pourra prendre en compte les liens existant de façon croisée, dans une dynamique à double sens: l'influence d'éléments de la chanson de la sphère italienne sur la chanson d'oc et vice versa, et ce sans limite dans le temps. Ces influences peuvent se situer au niveau d'un héritage culturel, d'un passé parfois lointain, tel celui de la lyrique occitane des troubadours dans le répertoire d'artistes italiens, du choix d'instruments ancrés dans une pratique musicale ancestrale, ou bien émerger de dynamiques d'influences plus récentes autour d'expériences fécondes comme celle du Nuovo Canzoniere italiano ou de la Nuova Compagnia di canto popolare.

Il serait souhaitable que soient envisagés les échanges et collaborations qui existent et se sont développés entre artistes (pour en citer quelques-uns: l'ensemble "Ve zou via" de la compagnie du Lamparo, Renat Sette et le duo sarde Elva Lutza, Azalaïs et Aronne dell'Oro, Cylsée formée par Lucilla Galeazzi); les emprunts instrumentaux (l'usage du tamburello, l'expérimentation à la croisée entre pays d'oc et Italie du percussionniste Thomas Lippens, la présence de musiciens occitans dans la formation Gitanistan orchestra, qui mêle tradition Rom et du sud de l'Italie) ou textuels (parmi les artistes qui mêlent italien et oc dans leur répertoire, citons, entre autres, Cylsée, Ajaproun, Marombrina, Les dames de la Joliette, Muriel Batbie Castell, la Compagnie Rassegna, Emmanuelle Bunel, Rubaïyales); les modèles mélodiques, les échanges formels ou non, à l'occasion de festivals ou de créations communes (le rôle des formateurs au chant, et leur ancrage dans la réalité italienne et / ou d'oc pourrait aussi être un élément à prendre en considération).

En outre, et sans que ces orientations soient limitatives, deux directions d'étude apparaissent aussi comme particulièrement riches. Il s'agit, d'une part, de la réalité géographique que constitue la zone de la frontière italienne, des vallées occitanes d'Italie et des Alpes provençales au pays niçois, parce qu'elle permet d'envisager la dialectique existant entre l'ancrage dans la culture d'oc et les cultures nationales italienne et française. On y trouve pour les vallées italiennes des artistes à la pratique confirmée comme Lou Dalfin, Lou Seriol, L'escabot, ou émergeants comme la Mesquia, Blu l'azard, et pour la région niçoise le Corou de Berra, Renat Sette, Marombrina).

D'autre part, il apparaît comme nécessaire qu'une partie de la réflexion s'articule autour des échanges avec la tradition et la création musicale des régions du sud de l'Italie, singulières par leur histoire et leur ancrage populaire, notamment pour comprendre la façon dont s'est développée ces dernières années la pratique polyphonique d'oc (autour du Còr de la plana par exemple).

L'intégration dans la réflexion de l'élément périphérique qu'est la danse pourrait aussi apporter un éclairage supplémentaire pour certains artistes, liant la pratique des bals et danses collectives des pays d'oc et les échos des danses populaires de la région de Naples et du Salento ou plus récemment de la tradition des vallées occitanes d'Italie du bal chanté le "ballo à la chantarello".

Cette journée d'études s'insère dans le cadre du réseau de recherche pluridisciplinaires "Chanson. Les ondes du monde" qui s'est formé au sein d'Aix-Marseille Université en 2014-2015 (AMU) par l’action conjuguée de Perle Abbrugiati (Professeur en Études italiennes, CAER), Joël July (Maître de conférences en Lettres modernes, CIELAM) et Jean-Marie Jacono (Maître de conférences en Musicologie, LESA). Il réunit désormais de nombreux chercheurs français et étrangers. Ce programme a été lauréat en 2018 de la fondation A*Midex Initiative d'Excellence d'Aix-Marseille, dans le cadre de la pépinière d'excellence. Ce programme de recherche s'appuie également sur le travail mené dans le cadre de l'axe 2 du CAER "Écriture, réécriture, intermédialité", dirigé par le professeur Perle Abbrugiati.

La journée donnera certainement lieu à publication.

Date de la journée

La journée d'étude aura lieu au mois de mai 2019, la date précise sera communiquée début septembre 2018.

Envoi des propositions : 15 septembre 2018

Les propositions de communication sont à envoyer à: estelle.ceccarini@univ-amu.fr

Réponse et programme définitif : fin septembre 2018

Comité en charge de la sélection des propositions

  • Estelle Ceccarini, MCF, Département d'Études italiennes AMU - CAER (Centre Aixois d'Études romanes), Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence.
  • Médéric Gasquet Cyrus,MCF, Département des Sciences du langage, AMU - LPL (Laboratoire Parole et Langage), Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence.

Bibliographie indicative

Sur le domaine occitan

"Lengas, Revue de sociolinguistique", 67 | 2010 Chanson occitane et chansons en occitan dans la seconde moitié du vingtième siècle — Autour de Jean Boudou qui rassemble de nombreuses contributions sur la chanson occitane contemporaine, et notamment une bibliographie: VERNY Marie-Jeanne et ZERBY-CROS Annie, La chanson occitane Essai de bibliographie,

CESTOR Elisabeth, 2005a, « Minorités actives dans le milieu musical régional », Volume!, vol. 4, n° 2 : 51-60.

CESTOR Elisabeth, 2005b, Les musiques particularistes : chanter la langue d’oc en Provence à la fin du XXe siècle, Paris, L’Harmattan.

CESTOR Esliabeth, 2010, « Les nouvelles dynamiques de la création musicale contemporaine en occitan », Lengas, n° 67 : 83-98.

CHABAUD Sylvan, 2013, « Le chant en occitan, une expérience récente et originale de prise en main d’une culture et d’une langue », Lengas, n° 74. URL : https://lengas.revues.org/375

ESTEVE Joan-Danièl, 2010, « Les chanteurs de la revendication occitane », Lengas, n° 67 : 11-54.

GASQUET-CYRUS Médéric, 2001, «Étude sociolinguistique d’un quartier : le provençal

(“occitan”) à la plaine (Marseille) », Cahiers de sociolinguistique, vol. 6, n° 1 : 48-63.

MARTEL Camille, 2014, Massilia sound system: la façon de Marseille, Marseille, le Mot et le reste.

MARTEL Philippe, 2013, « La Nòva Cançon occitana : révolution en occitan, révolution dans la chanson occitane ? », Lengas, n° 74. URL : https://lengas.revues.org/303

PLA LANG Luisa, Occitano in Piemonte : riscoperta di un'identità culturale e linguistica? : uno studio sociolinguistico sulla minoranza occitana piemontese, Frankfurt am Main [etc.] : Lang, 2008.

SOLDA Manuela, Il fenomeno del revival nel repertorio coreutico e musicale di alcune valli occitane, Tesi di laurea ; relatore Cappelletto Francesca, UNiversità degli studi di Verona, 2005.

SPANU Michaël, Pratiques et représentations des langues chantées dans les musiques populaires en France. Une approche par trois enquêtes autour du français, de l'anglais et de l'occitan, thèse sous la direction du professeur Jean-Marie Seca, Université de Lorraine, 2017.

TENAILLE Frank, 2008, Musiques et chants en Occitanie. Création et tradition en pays d’oc, Paris, Layeur.

Sur le domaine italien

BRANZAGLIA Carlo, PACODA Pierfrancesco, SOLARO Alba, Posse italiane. Centri sociali underground musicale e cultura giovanile degli anni ’90 in Italia, Firenze, Tosca, 1992

BREVINI Franco, Le parole perdute. Dialetti e poesia nel nostro secolo, Torino, Einaudi, 1990.

COVERI Lorenzo, Dialetto e canzone, in Lorenzo Coveri, Il dialetto in scena, Genova, CLU, Cooperativa libraria universitaria, 2004.

DE MAURO Tullio, Storia linguistica dell'Italia unita, Bari, Laterza, 1963.

DEVOTO Giacomo, GIACOMELLI Gabriella, I dialetti delle regioni d’Italia, Firenze,

GUICHARD Jean, Histoire de la chanson en Italie : Vol. I, De la musique du purgatoire de Dante... aux années 1970, Editions de l’Inis., Bourgoin-Jallieu, 2012.


GUICHARD Jean, Histoire de la chanson en Italie : Vol. II, La chanson de Naples et de sa région, Editions de l’Inis., Bourgoin-Jallieu, 2012.

GUICHARD Jean, Histoire de la chanson en Italie : Vol. III, Des années 1970 jusqu’à aujourd’hui, Editions de l’Inis., Bourgoin-Jallieu, 2012.

GUICHARD Jean, La chanson dans la culture italienne : des origines populaires aux débuts du rock, Paris, Honoré Champion, 1999.


MARINI Giovanna, Una mattina mi son svegliata – La musica e le storie di un’Italia perduta, Rizzoli, Milano 2005.

NIGRA Costantino, Canti popolari del Piemonte, Torino, Einaudi, 2009.


PASOLINI Pierpaolo, Canzoniere italiano, Vol. 1, Milano, Garzanti, 1972.
- --, Canzoniere italiano, Vol. 2, Milano, Garzanti, 1972.


PRIVITERA Giovanni, Naissance et évolutions de la chanson d’auteur italienne : de 1958 à l’orée du vingt-et-unième siècle, thèse sous la direction du professeur Perle Abbrugiati, Aix Marseille Université, 2014.

SANTOLI Vittorio, Canti popolari italiani, ricerche e questioni, Firenze, Sansoni, 1979.


Ouvrages généraux

ALEXANDER Jeffrey Charles, Cultural trauma and collective identity, Berkeley, University of California press, 2004.

CALVET Louis Jean, chanson et société, Paris, Payot, 1981.

Références

[1] Des vallées dites occitanes du Piémont italien.

[2] L'occitan est encore langue officielle de la région espagnole du Val d'Aran.

Lieux

  • Aix-Marseille Université, centre Schuman, - 29 avenue Robert Schuman
    Aix-en-Provence, France (13621)

Dates

  • samedi 15 septembre 2018

Mots-clés

  • chanson d'oc, chanson dialectale, dynamique transnationale, vallée, Occitanie, culture régionale

Contacts

  • Estelle Ceccarini
    courriel : estelle [dot] ceccarini [at] univ-amu [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Estelle Ceccarini
    courriel : estelle [dot] ceccarini [at] univ-amu [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La chanson de langue d'oc contemporaine et l'Italie, ancrage dialectal et dynamiques transnationales », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 27 juillet 2018, https://calenda.org/457322

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal