AccueilLe vécu de jeunes après le décès d’un(des) parent(s)

Le vécu de jeunes après le décès d’un(des) parent(s)

How young people experience the death of a/or both parent(s)

Expérience sociale, soutiens et acteurs à l’épreuve de la recherche sur les orphelins en France

Social experience, support and actors and the challenge of researching orphanhood in France

*  *  *

Publié le vendredi 20 juillet 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Cette manifestation consacrée aux enfants, adolescents et jeunes adultes orphelins est une opportunité de mettre la lumière sur leur situation sociale et leur vécu. Placé sous le signe de l’action, cet événement est l’occasion de prendre connaissance des résultats inédits des sept projets de recherche soutenus par la Fondation OCIRP, du partenariat initié avec l'Institut national d'études démographiques (INED) et de l'enquête « École et orphelins », programme interne du pôle Études et recherche de la fondation. Cet événement est enfin l’occasion d’ouvrir un espace de débat entre chercheurs-es et acteurs mobilisés et concernés : praticiens, professionnels de l’action sociale et de la santé, enseignants et personnels de l’éducation, chercheurs, acteurs associatifs, responsables politiques, journalistes, représentants d’institutions publiques et d’organismes privés, et en particulier parents, enfants, adolescents et jeunes adultes orphelins et leurs proches.

Annonce

Organisée par la Fondation OCIRP et le Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS)

8h30-18h : Le mercredi 3 octobre 2018 - Amphithéâtre François Furet

École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Paris 6e

Retrouvez toutes les informations directement sur le Carnet de recherche Êtreorphelin

Argumentaire

En 1999[1], les orphelins représentent en France 800 000 enfants, adolescents et jeunes adultes, âgés de moins de 25 ans, à avoir perdu précocement un parent ou les deux. Ils sont 500 000 de moins de 21 ans, soit 3 % des 17 millions de cette classe d’âge. En moyenne, cela représente un élève par classe au collège et deux au lycée.

Cette Journée d’étude qui leur est consacrée est organisée conjointement par la Fondation d’entreprise OCIRP (Organisme Commun des Institutions de Rente et de Prévoyance) et le laboratoire du Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS) de l'École des Hautes Études en Sciences sociales (EHESS).Depuis 2009 la Fondation OCIRP s’est donné pour mission de soutenir toutes actions en direction des jeunes orphelins et de leur famille mais aussi des professionnels et du grand public sur la thématique des enfants en deuil d’un ou de leurs deux parents. Dans le cadre de son pôle Etudes et Recherche, la Fondation soutient notamment la recherche en Sciences humaines et en Sciences médicales par son  Appel à projets Recherche « Orphelinage »

Adossée à son comité scientifique, cette manifestation est l’opportunité de mettre en lumière la situation sociale et le vécu des jeunes orphelins en France, au travers des thèmes abordés lors de cette journée : parcours et prise en charge d’enfants orphelins placés, accompagnement de ces enfants et jeunes, conséquences cognitives chez de jeunes orphelins, formation de professionnels de l’intervention sociale, estimation et caractérisation de cette population, facteurs de l’orientation scolaire de lycéens orphelins en comparaison avec des lycéens non orphelins, ou encore impacts sur leur scolarité et leurs relations sociales à l’école.

Ces thèmes seront développés autour des sept projets de recherche menés par une pluralité de chercheurs de différents établissements de recherche[2] soutenus par la Fondation OCIRP, de son partenariat avec l'INED, et de l'enquête « École et orphelins » du programme interne de son pôle Études et Recherche. Les communications et les débats bénéficieront des réflexions de spécialistes de la question et de chercheurs qui par leur regard décentré apporteront un éclairage stimulant et complémentaire.

Face au décès d’un ou des deux parents, deux modes d’action peuvent être envisagés :

  • soit réduire les causes des risques de la vie (accidents, maladies, suicide, homicide),
  • soit agir sur les conséquences psychologiques et sociales de ces décès dans tous les domaines où les orphelins perdent des chances de réussite : scolarité, santé, vie professionnelle, socialisation, culture, loisirs, vacances, relations et vie sociale, etc.

Les modalités d’action envisageables de cette seconde démarche et les multiples questions qu’elle soulève relèvent avant tout de la reconnaissance de la situation vécue, du deuil et des conditions d’existence d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes orphelins. Cela demande d’interroger au niveau local les formes d’engagement et de pratiques, individuelles et collectives, des personnes concernées et de leurs proches, des professionnels et intervenants (enseignants, travailleurs sociaux, médecins, infirmières, psychologues, aidants, juges, etc.).

À un niveau plus global, l’attention se porte sur la mobilisation des acteurs, publics et privés, et des politiques publiques. Cela passe par la prise en compte globale de la situation des orphelins dans les pratiques des professionnels de l’accompagnement, de l‘éducation et de l’action sociale, dans les dispositifs des institutions publiques et des organismes privés, dans les procédures administratives et juridiques. L’enjeu est de mettre à disposition des orphelins les moyens et les ressources pour qu’ils puissent « faire avec » cet évènement biographique et lui donner une place dans leur parcours personnel.

C’est pourquoi cette journée d’étude est placée sous le prisme de l’action et des logiques d'actions de tous les acteurs concernés, afin de saisir les éléments qui viennent faciliter, empêcher ou contraindre aussi bien la situation et les conditions de vie des jeunes orphelins, la prise en charge des retentissements psychologiques du décès du parent, que les modes de soutien dont ils peuvent avoir besoin ou attendre. Les résultats qui seront présentés sont une clé essentielle pour identifier et comprendre les enjeux de cette question sociale et la nécessité d’agir dans la durée auprès d’eux et de leurs proches.

Cet évènement est enfin l’occasion d’ouvrir un espace de débat entre chercheurs-es et acteurs mobilisés et concernés : praticiens, professionnels de l’action sociale et de la santé, enseignants et personnels de l’éducation, chercheurs, acteurs associatifs, responsables politiques, journalistes, représentants d’institutions publiques et d’organismes privés, et en particulier parents, enfants, adolescents et jeunes adultes orphelins et leurs proches.

Programme

Le mercredi 3 octobre 2018 (8h30 – 18h)

Amphithéâtre François Furet

8h30 - 9h00 Accueil des participants

9h00 – 9h30 

  • Mot de bienvenue par le CADIS-EHESS
  • Introduction par la Fondation d’entreprise OCIRP

Orphelins : de qui parle-t-on ?

  • 9h30 – 9h50 Évolution de l'orphelinage précoce au XXIème siècle, Sophie Pennec, démographe, DR INED et Cécile Flammant, doctorante en démographie INED

Session 1. Prévenir les risques du deuil chez de jeunes enfants

  • 9h50 – 10h10 L'enfant entre 2 et 5 ans confronté au deuil de son parent, présentation et évaluation d'un programme de soutien, Nathalie Duriez, MCF en psychologie, et Marthe-Marie Ducos Suares, doctorante en psychologue, LPN / Université Paris 8
  • 10h10 – 10h30 Données cliniques actuelles sur le deuil et ses complications chez l’enfant et l’adolescent, Jean-Philippe Raynaud PU, médecin psychiatre, CHU de Toulouse
  • 10h30 – 10h50 Discussion par Hélène Romano, docteure en psychopathologie (HDR), CPP Lyon Est III
  • 10h50 – 11h10 Questions-réponses/débats

11h10 – 11h25 Pause

Session 2. Vécus et subjectivités d’orphelins, acteurs et logiques d’actions

  • 11h25 – 11h45 (Re)penser l’accompagnement des orphelins à partir des trajectoires et de l’expérience vécue d’enfants de parent(s) décédé(s), Martin Julier-Costes, socioanthropologue et formateur, ERA / IFTS Echirolles
  • 11h45 – 12h05 Comme le battement des ailes d’un papillon : circulation de l’information entre enseignants et parole d’élèves orphelins, Sylvain Kerbourc’h, sociologue,  responsable scientifique du pôle Etudes et Recherche de la Fondation OCIRP, CADIS-EHESS
  • 12h05 – 12h25 Discussion par Philippe Bataille, sociologue, DE EHESS CADIS
  • 12h25 – 12h45 Questions-réponses/débats avec le public.

12h45 – 14h30 Déjeuner libre

Session 3. Maintien des compétences et orientation scolaire et socioprofessionnelle d’adolescents orphelins

  • 14h30 – 14h50 Mémorisation et concentration chez des enfants orphelins d'un parent : des difficultés spécifiques, Jérôme Clerc, PU en psychologie cognitive, LPNC / Université Grenoble-Alpes (Projet Lille 3)
  • 14h50 – 15h10 Étude de déterminants psychologiques de l'orientation des adolescents orphelins, Célénie Brasselet, MCF en psychologie, PSITEC / Université Lille 3-ESPE Lille
  • 15h10 – 15h30 Discussion par Magali Molinié, MCF en psychologie et clinicienne, Université Paris 8
  • 15h30 – 15h50 Questions-réponses/débats avec le public

15h50 – 16h05 Pause

Session 4. Situations sociales d’orphelins et soutiens institutionnels. L’exemple de la protection sociale à l’enfance

  • 16h05 – 16h25 Le parcours en protection de l’enfance lorsqu’un parent décède, Isabelle Frechon, chargée de recherche, sociologie et démographie, CNRS/Printemps, et Élisa Abassi, doctorante en socio-démographie, INED – Cresppa – GTM.
  • 16h25 – 16h45 Perdre un parent pendant l’enfance : une vulnérabilité non protégée ? Représentations et prise en compte de l’orphelinage dans la protection de l’enfant, Céline Jung, sociologue, APEX/LISE-CNAM.
  • 16h45 – 17h05 Discussion par Agnès Martial, directrice de recherche CNRS, anthropologue, Centre Norbert Elias.
  • 17h05 – 17h25 Questions-réponses/débats avec le public.

Synthèse et conclusion

  • 17h25 – 17h55 Synthèse par Jean-Philippe Vallat, politiste, UNAF et Gilles Séraphin, sociologue, professeur des universités, Université Nanterre-Paris.
  • 17h55 – 18h00 Conclusion par la présidence de la Fondation d’entreprise OCIRP et le CADIS-EHESS.
  • 18h00 – 20h30 Cocktail de clôture.

Comité d’organisation

  • Sylvain Kerbourc’h, sociologue, responsable scientifique du pôle Études et Recherche de la Fondation OCIRP, chercheur associé CADIS-EHESS
  • Emmanuelle Enfrein, responsable de la Fondation OCIRP
  • Zouhour Ben Salah, ingénieure d'études, CNRS EHESS CADIS
  • Sylvie Pinquier-Bahda, directrice générale déléguée à l’engagement social de l’OCIRP
  • Anne Saulnier, responsable du pôle Communication institutionnelle et interne
  • Cindy Aïech, assistante à l’OCIRP

Comité scientifique

  • Philippe Bataille, sociologue, directeur d’études EHESS CADIS
  • Patrick Ben-Soussan, pédopsychiatre, responsable du département de psychologie clinique, Institut Paoli-Calmettes, centre de lutte contre le cancer, Marseille*
  • Christine Castelain Meunier, sociologue, chargée de recherché CNRS EHESS EPP CADIS
  • Jérôme Clerc, Professeur des Universités en psychologie cognitive, Université Grenoble-Alpes*
  • Nicolas Dodier, sociologue, directeur d'études EHESS, directeur de recherche INSERM, CEMS
  • Emmanuelle Enfrein, responsable de la Fondation OCIRP
  • Sylvain Kerbourc’h, sociologue, responsable scientifique du Pôle Études et Recherche de la Fondation OCIRP, chercheur associé CADIS-EHESS*
  • Léonore Le Caisne, ethnologue, directrice de recherche CNRS (HDR), CEMS
  • Agnès Martial, anthropologue, directrice de recherche CNRS, Centre Norbert Elias
  • David Milliat, journaliste France 2, orphelin*
  • Magali Molinié, maître de conférences en psychologie, Université Paris 8, psychologue clinicienne*
  • Julie Pagis, sociologue politiste, chargée de recherche CNRS, IRIS EHESSSophie Pennec, démographe, directrice de recherche, Institut national d'études démographiques (INED)*
  • Alexandra Poli, sociologue, chargée de recherche CNRS, directrice du CADIS EHESS
  • Fabienne Quiriau, directrice générale de la CNAPE (Convention nationale des associations de protection de l’enfance)*
  • Hélène Romano, docteure en psychopathologie (HDR), CPP Lyon Est III, psychothérapeute spécialisée dans la prise en charge des personnes blessées psychiquement*
  • Gilles Séraphin, sociologue, professeur des Universités, CREF, université Paris Nanterre*
  • Bernard Tapie, directeur de la Direction de la statistique, des études et de la recherche de la CNAF (Caisse nationale des Allocations familiales)*
  • Jean-Philippe Vallat, politiste, sous-directeur des recherches, études et actions politiques de l’UNAF (Union nationale des associations familiales)* 

* Membre du Conseil scientifique de la Fondation OCIRP

Pour prendre connaissance de l’actualité générale de la Fondation OCIRP dédiée aux orphelins, rendez-vous sur la page Web Orphelinage

Notes

[1] Monnier A., Pennec S., 2005, « orphelins et orphelinage », in Histoires de familles, histoires familiales : Les résultats de l'enquête famille de 1999, Lefèvre C. et Filhon A. (dir.), Cahiers, n°156, Ined, pp. 367-385. Exploitation par les auteurs de l’enquête « Étude de l’histoire familiale », Insee, 1999.

[2] CNRS, Universités Lille 3, Université Paris 8, CHU Toulouse, IFTS, APEX.

Lieux

  • Amphithéâtre François Furet - 105 boulevard Raspail
    Paris 06 Luxembourg, France (75006)

Dates

  • mercredi 03 octobre 2018

Fichiers attachés

Mots-clés

  • orphelins, mort, décès, deuil, enfant, adolescent, parent gardien, école, insitution, accompagnement, action publique, acteur, professionnel, travail social, élève

Contacts

  • Sylvain Kerbourc'h
    courriel : jefondationocirp [at] ocirp [dot] fr

Source de l'information

  • Sylvain Kerbourc'h
    courriel : jefondationocirp [at] ocirp [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le vécu de jeunes après le décès d’un(des) parent(s) », Journée d'étude, Calenda, Publié le vendredi 20 juillet 2018, https://calenda.org/457948

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal