AccueilLes relations Maroc-Afrique

Les relations Maroc-Afrique

Morocco-Africa relations - the great return, issues and challenges

Le grand retour, enjeux et défis

*  *  *

Publié le lundi 01 octobre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Le retour du Maroc dans son milieu naturel, à la fois géographique et humain, aura constitué l’évènement marquant de ce début de l’année 2017. Lors du sommet de  Nairobi (Kenya) en 1984 de l’Organisation de l’Unité Africaine, le Maroc avait vigoureusement protesté contre l’admission de la RASD comme membre de l’organisation panafricaine, au mépris du droit, en tant qu’entité ne réunissant pas les conditions minima d’un État. Saisissant l’opportunité du XXVIIIe sommet de l’Union Africaine (Addis-Abeba 30 et 31 janvier 2017), le Maroc a célébré son retour de manière magistrale ; un retour qui souligne un succès diplomatique après une absence qui lui était plus préjudiciable qu’autre chose.

Annonce

Argumentaire

Le retour du Maroc dans son milieu naturel, à la fois géographique et humain, aura constitué l’évènement marquant de ce début de l’année 2017. Lors du sommet de  Nairobi (Kenya) en 1984 de l’Organisation de l’Unité Africaine, le Maroc avait vigoureusement protesté contre l’admission de la RASD comme membre de l’organisation panafricaine, au mépris du droit, en tant qu’entité ne réunissant pas les conditions minima d’un Etat. Saisissant l’opportunité du 28e sommet de l’Union Africaine (Addis-Abeba 30 et 31 janvier 2017), le Maroc a célébré son retour de manière magistrale ; un retour qui souligne un succès diplomatique après une absence qui lui était plus préjudiciable qu’autre chose.

Pour des raisons économiques et géostratégiques, le Maroc a pris conscience de la nécessité du retour au sein de l’organisation panafricaine, après une absence qui lui a causé beaucoup de tort et servi les intérêts de ses adversaires. A la lumière des grands bouleversements en cours dans le monde depuis deux décennies, cet état de choses a pris le temps nécessaire de murir, avant que la diplomatie marocaine ne révise progressivement son agenda en lançant une offensive diplomatique envers les Etats avec lesquels ses relations se sont vues brouillées à cause de leur attitude hostile à sa revendication nationale. En réponse également à des considérations politiques, et en l’absence d’un espace maghrébin qui reste en panne, le Maroc a pris conscience de l’importance qu’il y a à réintégrer l’institution panafricaine, bien que celle-ci pèse encore peu sur la vie des peuples africains en termes de résolution des conflits, de développement des relations économiques ou de lutte contre la pauvreté et l’insécurité de plus en plus liée au terrorisme.

En dépit de son absence organique au sein de l’Union Africaine, et fidèle à son histoire séculaire et à son propre dynamisme, le Maroc a su tisser des relations excellentes avec ses voisins limitrophes du sud. En effet, sa position géographique au carrefour de l'Afrique, la Méditerranée et l'Europe, lui a toujours permis de jouer un rôle moteur sur l'échiquier africain et peut constituer le maillon indispensable dans les relations Afrique-Europe. Pour nombre de pays africains, la démarche marocaine dans ses relations de coopération tous azimuts est considérée comme un exemple réussi de ce que doit être la coopération sud-sud au sein du continent africain.

La politique africaine du Maroc conforte ainsi ses liens historiques, politiques et économiques avec l’ensemble des pays de l’Afrique, d’autant que l’histoire a forgé des sillons dans ses relations de fraternité, d’amitié, et de solidarité au moment de la libération de l’Afrique contre les forces colonialistes. Son engagement politique à défendre la cause des peuples africains n’a d’égale que sa contribution à semer les grains du panafricanisme en y faisant germer une nouvelle pensée politique d’émancipation économique et sociale, plus particulièrement à l’intérieur du cercle des pays de la CEDEAO, que le Maroc a pris l’engagement de rejoindre dans un proche avenir.

Autant le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine (UA) peut-il être considéré comme une victoire en interne pour des considérations sociopolitiques, autant il constitue un avantage certain pour la communauté africaine qui retrouve un membre dynamique et entreprenant. Ainsi, et dans le domaine économique, les relations entre le Maroc et les pays africains ne cessent de se renforcer et de s’accroître par d’ingénieux accords de coopération public /privé fondés sur une base gagnant-gagnant. La part des investissements marocains en Afrique est en progression constante, avec une participation active et volontaire tirée par le secteur bancaire, et les télécommunications, puis des investissements dans l’infrastructure, l’industrie, l’énergie et les services. L’ensemble continental offre désormais d’importantes opportunités d’investissement que le Maroc voudrait saisir même si le volume des échanges reste pour l’heure, en-deçà des possibilités réelles.

En plus des opportunités de coopération et d’échange économique, le Maroc et d’autres pays de la région ne cessent de faire face à des menaces et des contraintes socioéconomiques qui menacent leur stabilité, en particulier les défis de l’immigration clandestine et du terrorisme. La problématique du développement et de la lutte contre la pauvreté sont tout aussi pressantes et impactent négativement les politiques publiques des Etats africains, ce qui met en évidence l’équation difficile à résoudre ; à savoir réaliser des progrès notoires dans le champ de la démocratie, tout en préservant les droits de l’homme et en garantissant la stabilité politique.

L’Afrique est ainsi appelée plus que jamais auparavant, à rompre le cercle vicieux de la dépendance postcoloniale qui continue de ruiner ses économies et de corrompre ses élites en réduisant les peuples africains à vivre parfois dans l’indigence. Quels sont les grands défis que l’Afrique devrait affronter dans la décennie à venir ? Dans quelle mesure, l’Europe et la communauté internationale peut-elle apporter un soutien efficient au sursaut panafricain ? Un nouvel élan pouvant être porté par de nouvelles générations de jeunes leaders, sera-t-il consolidé ou combattu par les pays qui traditionnellement tirent profit de manière inégale des ressources naturelles africaines ? Comment faire de l’économie un levier de lutte contre l’immigration clandestine et un moyen d’endiguer le fléau du terrorisme transnational ? Le Maroc qui s’inscrit dans cette mouvance optimiste, entrainant des partenaires publics et privés, ne risque-t-il pas de déchanter faute d’entrain et de dynamisme des marchés africains ?

C’est dans la perspective de ces questionnements pluriels, que le Laboratoire des Etudes Politiques et Gouvernance Territoriale (EPGOT) organise en collaboration avec le Département Droit Public et Science Politique, un Colloque International sous le thème :

Il s’agit en outre, d’approfondir la réflexion académique pour une synergie des recherches plurielles sur les relations maroco-africaines, et plus particulièrement la politique du Maroc à l’égard de ses partenaires, en ayant pour objectif de comprendre les fondements de cette orientation, dégager ses forces et ses faiblesses, et de repérer éventuellement les menaces susceptibles d’entraver son œuvre dans les proches et moyens termes.

Les thématiques des communications peuvent être ventilées selon les axes du colloque suivant :

  1. Géographie, Anthropologie et Histoire dans les relations maroco-africaines
  2. La spiritualité, un facteur de rapprochement entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne
  3. Contexte géopolitique du retrait et du retour du Maroc dans sa famille africaine
  4. Les opportunités d’investissement et d’intégration des économies africaines et le rôle
  5. Quels modèles de développement pour l’Afrique dans le cadre d’une économie mondialisée
  6. Les grands défis migratoire et sécuritaire en Afrique, et la menace d’éruption de foyers terroristes
  7. Les problématiques liées à la sécurité globale en Afrique : climat, développement durable et environnement

 

Informations utiles

Organisateur : Laboratoire EPGOT et Département droit public et sciences politiques

Lieu : Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales – Mohammedia

Dates importantes

  • La date limite de réception des Abstracts : 10 décembre 2018

  • La date de notification des communications acceptées : 10 janvier 2019
  • Date de réception définitive des communications : 10 mars 2019
  • La date du Colloque : 10 et 11 avril 2019

Lieu du colloque

FSJES. Mohammedia. Maroc

Informations aux auteur-e-s

Les auteurs ayant réalisé une enquête ou une étude de terrain sont tenus de préciser la méthodologie de leur recherche dans une présentation claire.

Les communications attendues se basent d’abord sur un résumé concis entre 500 et 600 mots. Dans un esprit de synthèse, le résumé de la communication laisse entrevoir le souci d’apporter une contribution au champ de la réflexion choisi. À cet égard, il est recommandé de ressortir dans l’abstract une démarche méthodologique, nécessaire à la compréhension des lecteurs. Le texte adopte la police Times New Roman, taille 12.

Les abstracts et les communications doivent être envoyés au Comité d’Organisation avant la date butoir aux adresses emails suivantes : 

  • mouhtadi.najib@univcasa.ma
  • elasser.abderrazek@univcasa.ma 
  • nmouhtadi@apoleius.com

Comité scientifique

  • KOUDDANE Driss (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Droit International)
  • ZINEDDINE Mohammed (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Droit Public) 
  • BERADOUANE Elidrissi Abdelaziz (Prof à la FSJES Mohammedia : Relations Internationales)
  • RAJEB Souad (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Droit International)
  • ENNACIRI Khadija (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Droit Public)
  • ELASSER Abderrazak (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Sciences Politiques)
  • KHOUMRI Said (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Droit Public)
  • MOUHTADI Najib (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Sciences Politiques)
  • ZAARAOUI Faiçal (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Economie Politique)
  • HARAKAT Mohammed (Prof à la FSJES Agdal, Université Mohammed V- Rabat : Economie Politique)
  • ASSUGUEM Driss (Prof à la FSJES Safi, Université Qadi Ayyad Marrakech : Droit International)
  • GHILMANE Fatima (Prof à la FSJES Marr, Université Qadi Ayyad Marrakech akech : Droit International)

Comité d'organisation

  • HATTABI Jamal (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Droit Public)
  • MOUHTADI Najib (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Sciences Politiques)
  • DHIBA Youssef (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Sciences Informatiques)
  • MORABIT Mohamed (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Droit Privé)
  • ELASSER Abderrazak (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Sciences Politiques)
  • ELMOUDDEN Mohammed (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Droit Public)
  • BAHIJA Jamal (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Droit International)
  • MOUNCHID Elmahdi (Prof à la FSJES Mohammedia, l’Université Hassan II Casablanca : Droit Public)

Comité d'accueil et logistique

  • ELAZZOUZI Abdelkarim,
  • IKY Nassima, ZAKIRI Hassan,
  • OUMAROUL Farouk,
  • Asmaa AROUSSI,
  • ELFANNE Hassan,
  • MAHJOUBI Mariame,
  • Soufiane EL HAMRITI.

Contact

  • ​mouhtadi.najib@univcasa.ma
  • elasser.abderrazek@univcasa.ma 
  • nmouhtadi@apoleius.com

Dates

  • lundi 10 décembre 2018

Mots-clés

  • politique étrangère, économie, investissement, migration, terrorisme, développement, coopération

Contacts

  • Abderrazak Elasser
    courriel : elasserabderrazek [at] gmail [dot] com
  • Najib Mouhtadi
    courriel : nmouhtadi [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Abderrazak Elasser
    courriel : elasserabderrazek [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les relations Maroc-Afrique », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 01 octobre 2018, https://calenda.org/476700

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal