AccueilLes pionniers de la politique comparée : approches pluridisciplinaires

Les pionniers de la politique comparée : approches pluridisciplinaires

The pioneers of politics compared - pluridisciplinary approaches

Numéro inaugural des « Cahiers Tocqueville des jeunes chercheurs »

Cahiers Tocqueville des jeunes chercheurs journal, inaugural issue

*  *  *

Publié le mercredi 24 octobre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

La politique comparée se trouve dans une situation paradoxale depuis plusieurs décennies. On ne compte plus en effet les travaux réalisés sous les auspices de la science comparative ; mais comme l’observait Cécile Vigour en 2005, il est difficile « de rester insensible à la multiplicité de ‘fausses comparaisons’, […] juxtaposition de monographies sans tentative de synthèse approfondie, chaque chapitre présentant un cas isolé. » « Essentially non-comparative » : voilà comment Roy Macridis décrivait la science politique comparative il y a quelques soixante-trois ans. On mesure le peu d’efforts accomplis dans ce domaine en cinq décennies. C'est pour tenter – modestement – de répondre à ces problématiques globales qu'une cinquantaine de doctorants et doctorantes familiers de la méthode comparative appliquée au champ politique s'est fédérée afin de fonder les Cahiers Tocqueville des Jeunes Chercheurs.

Annonce

Argumentaire

« La comparaison est d’abord une pratique naturelle fondamentale dans l’histoire des sociétéshumaines [1]», et son usage en sciences sociales relève de la même évidence. Ce qui resta longtemps une démarche abandonnée à l’intuition et aux frissons de la découverte devint, à partir du XIXème siècle, une discipline exigeante et rigoureuse. Chacun connaît l’apport d’Emile Durkheim, qui fit du comparatisme l’habile substitut de l’expérimentation directe.Devenue indispensable pour approcher la chose politique, la politique comparée apparutofficiellement autour des années 1950 sous l’impulsion de jeunes chercheurs comme DavidEaston ou Roy Macridis. Dans le monde francophone, des précurseurs du comparatisme contemporain contribuèrent vivement à la quête d’indépendance entreprise par la science politique et par d’autres disciplines des sciences sociales. Bertrand Badie, Guy Hermet, ouencore Daniel Louis-Seiler : ces noms constituent encore aujourd’hui quelques-unes des références de la politique comparée.

Mais l’usage de la comparaison appliquée à l’objet politique n’a jamais été l’apanage de lascience politique. Depuis parfois plusieurs siècles, philosophes, juristes et sociologues ont éprouvé cet outil, que les politistes n’ont fait souvent que polir après en avoir hérité. Un regard dépassionné sur le monde de la recherche nous ferait voir que la politique comparée n’est pas tributaire des seules facultés de science politique et qu’elle n’appartient à personne. Avant la seconde moitié du siècle précédent, l’histoire de la politique comparée croise volontiers cellesdu droit public et de la philosophie politique. Qui partage une histoire partage aussi ses pionniers, ses fondateurs longtemps hissés sur le pavois de leur discipline, et toujours honorésdans les leçons introductives dispensées aux étudiants. Les grands classiques s’imposentfacilement à notre esprit : Platon, Aristote, Machiavel, Montesquieu, Marx, Weber, Tocquevillebien sûr, et quelques autres que l’historiographie n’a pas eu la courtoisie de retenir. Le constatreste pourtant que les pionniers sont de moins en moins étudiés sous cet aspect particulier deleurs œuvres respectives. L’écho de leur héritage nous semble-t-il trop éloigné des enjeux contemporains ? Leurs questionnements ne sont-ils plus les nôtres ? Leurs méthodes sont-elles trop dépassées ? leurs conclusions trop exagérées ? trop limitées ?

Convaincus que les pionniers de la politique comparée correspondent toujours à leur façon avec notre siècle, nous vous proposons deux axes thématiques, qui sont susceptibles d’évoluer enfonction des propositions envoyées, mais qui répondent tous deux à notre série de questions.page1image2939808page1image5768000page1image5768208page1image2939696page1image5768832page1image2908112page1image5769456

  • Relire et redécouvrir les classiques de la politique comparée à la lumière des problématiques contemporaines.Il s’agira d’engager une discussion entre les classiques et le monde contemporain, en seconcentrant sur les apports théoriques et les limites épistémologiques d’une telle relecture. L’originalité du regard porté sur ces auteurs sera l’élément le plus apprécié.

  • Lire et découvrir les méconnu(e)s et les mal connu(e)s de la politique comparée.Malgré la profusion des travaux en sciences sociales, certaines figures demeurent oubliées del’histoire de la politique comparée. Qu’il s’agisse d’auteurs renommés pour un autre aspectque la comparaison ou tout simplement de comparatistes encore inconnus de l’historiographiecommune, beaucoup de pionniers restent sans doute à découvrir. Le rôle des femmes, absentes remarquées du panthéon des grands noms de la politique comparée, feranotamment l’objet d’une attention particulière.

Modalités du processus de proposition 

Les articles sont ouverts aux étudiants, doctorants et docteurs sans affectation. Le CTJC est ouvert à toutes les disciplines des sciences sociales familières avec la démarche comparative appliquée à la chose politique.

Les propositions d’articles (entre 350 et 500 mots) seront envoyées à l’adresse suivante : ajcc.ctjc@gmail.com. Les articles en eux-mêmes devront compter entre 7 000 et 10 000 mots. Il est également possible de proposer une recension (maximum 1000 mots). Aucune publication ou expérience ne sont demandées. L’attractivité n’entrera pas non plus en compte dans l’examen des travaux.

La proposition devra être accompagnée de votre nom complet, de la ou des disciplines dans lesquelles vous êtes inscrit(e) ou diplômé(e), du nom de l’Université d’accueil et du laboratoire de rattachement.

  • Date limite de proposition des articles : 1er novembre 2018.

  • Date limite de soumission des articles : 15 janvier 2019.
  • Date de publication estimée : 15 mars 2019.

Pour tout renseignement, contactez-nous à l’adresse ajcc.ctjc@gmail.com.

Évaluation

Une fois transmis, les articles seront anonymisés et transférés à un comité de lecture composé

de jeunes chercheurs et/ou d’enseignants-chercheurs en exercice qui disposent d’une compétence pour procéder à son examen. Comme d’usage, ce comité émettra un avis et proposera des corrections s’il y a lieu.

L’article sera consultable en libre-accès sur notre site, sous licence Creative Commons BY-NC- SA. Cela signifie que l’article pourra être partagé et réutilisé, en partie ou en intégralité, à condition qu’il soit fait crédit de son auteur, de la source originale, et que les règles d’accessibilité correspondent à celles de notre revue : pour toutes et tous, gratuitement, et sans générer aucun profit.

La revue ouvre également un appel à contribution pour son numéro varia, prévu au cours dumois d'octobre de l’année 2019. Toutes les propositions en lien avec le comparatisme et lapolitique comparée seront étudiées, dans les mêmes règles que celles du numéro thématique.

 

[1] GAZIBO Mamadou et JENSON Jane, La politique comparée : fondements, enjeux et approches théoriques, Presses de l’Université de Montréal, 2004, p.8.

Dates

  • jeudi 01 novembre 2018

Mots-clés

  • comparatisme, politique comparée, droit comparé, sociologie comparée, histoire comparée, philosophie comparée

Contacts

  • Thibaut Dauphin
    courriel : thibaut [dot] dauphin [at] u-bordeaux [dot] fr
  • Jeremy Elmerich
    courriel : elmerich [dot] jeremy [at] courrier [dot] uqam [dot] ca

Source de l'information

  • Jeremy Elmerich
    courriel : elmerich [dot] jeremy [at] courrier [dot] uqam [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Les pionniers de la politique comparée : approches pluridisciplinaires », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 24 octobre 2018, https://calenda.org/489498

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal