AccueilLes représentations que les agriculteurs ont des plantes cultivées influencent-elles les modalités d’adoption et d’usage des technologies numérique d’information et de communication ? Le cas des technologies de l'information et de la communication (TIC) en viticulture et maraîchage

Les représentations que les agriculteurs ont des plantes cultivées influencent-elles les modalités d’adoption et d’usage des technologies numérique d’information et de communication ? Le cas des technologies de l'information et de la communication (TIC) en viticulture et maraîchage

Do farmers' representations of cultivated plants influence the way in which digital technologies are adopted and used in the farm? The case of sound diffusion systems in viticulture and market gardening

Offre de stage à l'INRA MIAT/Montpellier Supagro

6 month internship at the INRA MIAT/Montpellier Supagro

*  *  *

Publié le mardi 06 novembre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Le stage consiste en un travail d'enquêtes qualitatives auprès d'une vingtaine d'agriculteurs utilisant des dispositifs numériques auprès de leurs plantes. L'objectif est de comprendre les représentations qu'ils ont des plantes et d'analyser dans quelle mesure elles influencent les modalités d’adoption et d’usage des technologies de l'information et de la communication au sein de l’exploitation.

Annonce

Argumentaire

L'usage des technologies numériques se développe au sein des exploitations agricoles pour aider les agriculteurs à mieux suivre et piloter leur système de production. Ces technologies permettent à la fois d’acquérir des informations nombreuses et précises sur l’état des animaux ou des cultures, et d’agir de manière efficace sur leur environnement direct pour en contrôler la croissance et le développement.

La question de l’adoption par les agriculteurs de telles applications innovantes du numérique est généralement abordée en terme d’attrait ou d’aversion aux nouvelles technologies et aux transformations organisationnelles qu’elles impliquent pour le système de production. Dans la lignée des nouveaux travaux en sciences sociales sur les relations humains-non humains, il est toutefois également utile de questionner les liens qui existent entre les représentations que les agriculteurs ont des animaux et des végétaux qui participent à leur système de production, et l’adoption et l’usage de technologies numériques qui impactent le développement et le comportement de ces êtres vivants.

Description du stage

Le travail que nous souhaitons développer au cours de ce stage se focalise sur l’analyse ethnologique de l’adoption et de l’usage d’outils numériques d’information et de communication en productions végétales. Nous ciblerons la viticulture et le maraîchage, deux domaines d’application de ces dispositifs qui permettent d’envisager des relations plus « individualisées » aux plantes qu’en système, par exemple, de grandes cultures. Nous travaillerons sur des outils numériques ciblant directement les plantes, et nous étudierons en particulier des dispositifs qui visent à i) capter des informations sur les plantes (comme par exemple les outils de mesure du stress hydrique de la vigne ); ii) communiquer des informations aux plantes (comme par exemple les technologies de diffusion de séquences sonores). Cette diversité de situations nous permettra i) d’explorer les représentations que les agriculteurs se font des plantes dans des systèmes où les outils numériques interagissent avec celles-ci de manières opposées en terme de communication, ii) d’appréhender la diversité de relations aux plantes dans des situations n’ayant pas les mêmes assises scientifiques : les équipements numériques de type capteurs s’appuient sur des connaissances scientifiques relativement stabilisées, à l’inverse des dispositifs de diffusion sonore qui, eux, ont peu de bases scientifiques bien établies.

Conduit sur une vingtaine d’exploitations, le travail de l’étudiant consistera tout d’abord à i) identifier les raisons de l’adoption de cet équipement et de ce choix d’innovation (sources de l’information, arguments retenus …) ; ii) analyser l’usage des dispositifs et des innovations que cela amène sur l’exploitation (choix des lieux d’implantation, évolutions des usages du matériel dans le temps, intégration dans les pratiques de la ferme …). En nous référant aux travaux de sciences sociales qui explorent l’agentivité des plantes, l’étudiant tentera d’appréhender les représentations que les agriculteurs ont des plantes cultivées, afin d’identifier une éventuelle corrélation entre ces représentations et les modalités d’adoption et d’usage des équipements numériques d’information et de communication qu’en font ces agriculteurs.

Le stagiaire aura recours aux méthodes d’enquête qualitative des sciences sociales : entretiens semi-directifs, observation, analyse documentaire et bibliographique. La recherche s’inscrit plus particulièrement dans les sous-champs disciplinaires de l'anthropologie des techniques et de l'anthropologie multispécifique. Le stagiaire réalisera un mémoire sur la thématique analysée.

Profil recherché

  • Le stage est ouvert à des étudiant-e-s suivant une formation en sciences sociales (sociologie, anthropologie/ethnologie, science politique), de M2.
  • Le stage doit entrer dans le cadre du stage obligatoire dans le cursus.
  • Le stagiaire doit être formé aux méthodes qualitatives et d'enquête ethnologique.

Conditions de candidature

Pour soumettre sa candidature, l’étudiant-e doit envoyer

avant le 18 décembre 2018 :

  • une lettre de motivation
  • un CV

à : frederick.garcia@inra.fr et aurelie.javelle@supagro.fr  

Conditions d'emploi et de rémunération

Le stagiaire sera hébergé dans les locaux de l’INRA MIAT à Toulouse et, majoritairement, de Montpellier SupAgro, UMR Innovation à Montpellier.

Le contrat de stage est de six mois, à réaliser entre mars 2019 et le 31 octobre 2019 (en fonction des périodes de stage de l’institution de rattachement du stagiaire).

Le stage est indemnisé selon le barème administratif correspondant.

Permis de conduire B indispensable ; frais de déplacement et d’hébergement lors des missions remboursés selon base administrative ; une voiture de fonction est disponible pour les missions.

Contact pour informations complémentaires 

aurelie.javelle@supagro.fr

Catégories

Dates

  • mardi 18 décembre 2018

Mots-clés

  • TIC, technologie numérique d’information et de communication, plante, agentivité non-humaine, capteur, stress, hydrique, dispositif, diffusion sonore

Contacts

  • Aurélie Javelle
    courriel : aurelie [dot] javelle [at] supagro [dot] fr
  • Fred Garcia
    courriel : frederick [dot] garcia [at] inra [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Aurélie Javelle
    courriel : aurelie [dot] javelle [at] supagro [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les représentations que les agriculteurs ont des plantes cultivées influencent-elles les modalités d’adoption et d’usage des technologies numérique d’information et de communication ? Le cas des technologies de l'information et de la communication (TIC) en viticulture et maraîchage », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le mardi 06 novembre 2018, https://calenda.org/490850

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal