AccueilIntégrer le genre à l’histoire de l’aide humanitaire 

Intégrer le genre à l’histoire de l’aide humanitaire 

Integrating Gender in the History of Humanitarian aid

Europe (XX-XXI siècle)

Europe (20th –21st century)

*  *  *

Publié le lundi 29 octobre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Ce colloque a pour vocation de rassembler diverses catégories d'acteurs : des chercheurs – historiens, politologues, sociologues, anthropologues, – mais aussi des professionnels de l’humanitaire. L’objectif est de comprendre l’importance de faire l’histoire de l’humanitaire au prisme du genre. Le colloque se concentre sur les actions qui concernent l’Europe, aussi bien du côté des intervenants que des bénéficiaires. Il s’attachera particulièrement aux représentations, au fonctionnement des organisations et aux rapports entre les différents acteurs de l’humanitaire qui ont été porteurs d’attitudes discriminatoires et d’inégalités de genre.

Annonce

Juin 12-13, 2019 – Angers, France

Organisateurs

  • Horizon 2020
  • TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés - CNRS FRE 2015, Universités d'Angers, Bretagne Sud, Le Mans)
  • EnJeu[x] Enfance et Jeunesse 

Argumentaire

En 2017, le Comité Permanent Inter-organisation (IASC) publiait, sous le titre Femmes, Filles, Garçons et Hommes. Des Besoins Différents, Des chances égales, la deuxième édition du guide pour l’intégration de l’égalité des sexes dans l’action humanitaire, promouvant des normes pour introduire une démarche genrée dans l’action humanitaire. Après deux décennies d’efforts en ce sens, les deux domaines, genre et humanitaire, semblent donc plus proches que jamais.  

Longtemps, la référence au genre dans l’humanitaire s’est heurté à l’image stéréotypée de la « femme victime ». Les plus récents travaux rompent avec ce modèle. Dans un premier temps les recherches se sont penchées sur les histoires inconnues des femmes dans l’humanitaire et les travaux de Linda Mahood et Tarah Brookfield marquent un tournant dans le domaine. Dans un second temps, les historiens, mais aussi les experts en sciences politiques, les sociologues, les anthropologues, ont exploré l’activité des acteurs humanitaire au prisme du genre.

Leurs efforts ont mis en évidence comment les pratiques socialement construites ont dicté l'attribution des rôles, l’apparition des hiérarchies, la configuration des responsabilités et attentes spécifiques pour les hommes et les femmes travaillant dans l'humanitaire, mais aussi comment les inégalités et les stéréotypes de genre présents dans le terrain, parmi les bénéficiaires de l’aide humanitaire, ont mis en danger, voir compromis, l'aide humanitaire déployée. Des colloques (Gender & Humanitarianism. (Dis-)Empowering Women and Men in the Twentieth Century, 2017, Gendering Humanitarian Knowledge, 2018, L’humanitaire : nouveau champ de recherche pour l’histoire de l’Europe, 2018) et travaux récents (Carpenter 2003, Dolan, 2014, Jones 2013) ont permis de franchir des étapes importantes pour cette deuxième direction. Les conclusions de ces recherches mettent en évidence les effets de la confusion des humanitaires autour la notion de genre, mais aussi d’une pratique défectueuse sur le terrain. Les chercheurs dénoncent la perspective unilatérale, descendente, parfois stérile des humanitaires, qui ignorent la diversité des espaces historiques, géographiques, culturels, politiques et les particularités locales qui ont transformé, négocié, bouleversé les rôles traditionnels et les identités de genre.

Pour l'histoire de l'aide humanitaire internationale au XXe siècle, nous retenons la perspective proposée par Johannes Paulmann qui souligne l’importance de trois jalons : la Première Guerre mondiale, les années 1960-1970, puis la fin de la guerre froide. Cependant, nous soulignons aussi l’importance de l’épisode Biafra et l'émergence du sans-frontiérisme, avec des acteurs professionnels permanents. Lorsque nous parlons d'aide humanitaire en Europe, nous comprenons la mobilisation continentale et transatlantique.

Les régimes de genre dans l’espace européen ont connu des transformations importantes après la Première et la Seconde guerre mondiale, mais aussi après la chute des régimes communistes. Pourtant, un tableau européen sur l’évolution de l'égalité entre femmes et hommes se révèle très hétérogène et toujours en évolution. Nous pensons que ces disparités ont été par la suite reproduites dans les régimes de genre des différents organismes humanitaires nationaux et transnationaux. A leur tour, ces régimes de genre, plus ou moins égalitaires, ont influencé la manière dont les programmes humanitaires ont été adaptés (ou non) aux relations de genre dans les sociétés bénéficiaires. Quels sont les régimes de genre au sein des grands organismes humanitaires transnationaux ? Si on compare les grands acteurs de l’humanitaire avec les organisations nationales / régionales, quelles sont les différences à saisir au niveau des régimes de genre ?

Comment les humanitaires, dans leur travail de documentation, ont-ils intégré le savoir sur les formes locales d'inégalité de genre, ainsi que sur la diversité des formes que la féminité et la masculinité peuvent prendre ? Nous pensons à l'émergence des masculinités subordonnées et marginalisées, mais aussi à l’évolution du modèle familial traditionnel. Enfin, quels courants de la pensée féministe ont influencé l’émergence d’une approche genrée dans l’aide humanitaire ?

Dans la tourmente postcoloniale, les organisations féminines des partis communistes européens ont mené des actions en faveur des femmes dans les pays du Sud, une contribution importante à l'institutionnalisation des concepts comme femmes dans le développement (WID) et genre et développement dans les années 1980. C'est sur ces prémisses que la conciliation du genre et de l’humanitaire est devenue une priorité à partir des années 1990. Est-ce que, et comment, les actions humanitaires les actions humanitaires en Europe, après la fin de la guerre froide, ont-elles utilisé l'expérience de ces organisations dans les projets visant l’égalité des sexes et/ou les femmes ?

Pour répondre à l’ensemble de ces questions centrales, ce colloque a pour but de (re)discuter dans quelle mesure les régimes et constructions de genre ont aidé / détourné / érodé l’aide humanitaire envers l’Europe pendant le XXe siècle et jusqu’à nos jours, et comment les acteurs humanitaires ont élaboré et appliqué leurs politiques pour l’intégration de la dimension sexospécifique dans les actions humanitaires.

Ce colloque propose d’explorer plusieurs axes thématiques :

Sources et méthodologie 

Nous encourageons les communications relatives à une réflexion d’ordre méthodologique quant à la manière dont le genre peut être retrouvé dans l’histoire du secteur humanitaire, compte tenu de la rareté (et de la difficulté d'y accéder à) des documents d'archives et le risque d’un discours (re)construit dans l’enquête orale. Comment analyser la manière dont une personne a mobilisé la variable du genre dans son travail dans le domaine humanitaire ? Comment mesurer empiriquement la réponse des bénéficiaires et l’impact de l’aide humanitaire lorsque des structures patriarcales locales et/ou un discours officiel raciste / chauviniste effacent la voix des catégories marginales ? Quels types d’approches pourraient mieux servir une telle recherche ?

Genre et projets humanitaires envers les enfants

Nous encourageons fortement les travaux qui analysent comment l’humanitaire a encouragé ou non l'attribution des rôles et des responsabilités « spécifiques » aux hommes et aux femmes travaillant dans l'effort humanitaire. Quelle est la place des hommes dans les actions envers les enfants, un domaine qui traditionnellement était réservé aux femmes ? En deuxième lieu, le cadre générale cadre général d'action envers des enfants a-t-il inclus, de manière formelle ou non, les particularités et les risques liés au genre ? Troisièmement, peut-on parler d'une amélioration significative des résultats des actions humanitaires envers les enfants après la publication d’un code pour l’intégration de l’égalité des sexes ? Après la chute des régimes communistes, dans leurs actions dans les ex pays communistes, les acteurs humanitaires de l’Ouest ont-ils utilisé le savoir-faire des femmes qui ont travaillé pour les organisations féminines de masse ?

Est-Ouest 

Quelles sont ces histoires inconnues des femmes impliqués dans l’aide humanitaire en Europe dans la première moitié du XXe siècle et comment les intégrer dans l’analyse plus complexe du genre dans l’humanitaire ?

La guerre froide donne l’occasion aux pays européens de concentrer leurs actions humanitaires vers le Sud, tandis que les crises humanitaires continentales sont moins médiatisées. Pourtant, l’espace européen continue à bénéficier de l’aide humanitaire internationale, y compris les pays du bloc communiste. Quels sont les réseaux qui ont facilité ces actions dans les pays communistes et comment ont-ils collaboré avec les interlocuteurs locaux, compte tenu des régimes de genre dans la région ? Par ailleurs, peut-on parler d'une aide humanitaire Est-Est afin de décrire les actions entreprises par les pays communistes envers les autres États du bloc communiste ?

Le colloque est ouvert aux doctorants, chercheur.e.s, mais aussi aux professionnels de l’humanitaire qui sont chargés de la mise en œuvre des politiques d’égalité des sexes dans   l’action humanitaire.

Les propositions s’inscriront de façon privilégiée dans les disciplines : histoire, sociologie, science politique, anthropologie, économie, mais les regards « croisés » entre domaines connexes sont fortement encouragés.

Soumission des intentions de communication

Les propositions de communication compteront 600 mots maximum, auxquels pourront s’ajouter des références bibliographiques. Elles sont à adresser, avec un court CV,

pour le Dimanche, 30 Décembre 2018 

à l’adresse mail suivante : luciana-marioara.jinga@univ-angers.fr

Les langues de soumission sont le français et l’anglais.

Les propositions doivent inclure les informations suivantes : a) auteur.e.s), b) affiliation, c) adresse mail, d) titre de la proposition, e) texte de la proposition, f) jusqu’à 10 mots clés.

Les réponses aux propositions seront envoyées le 5 Février 2019

Le texte intégral devra être envoyé pour le 1er Juin 2019 afin de circuler parmi les participants.

Les langues de présentation seront le français et l’anglais.

Chaque participant aura 30 minutes pour présenter sa recherche et 15 minutes pour répondre aux questions et aux commentaires.

Un ouvrage sera publié suite au colloque grâce au financement du projet 748770 — GenHumChild — H2020-MSCA-IF-2016. Les textes finaux, d’un format de 50 000 signes environ, seront à nous remettre pour le 1 septembre 2019.

Les organisateurs prennent en charge les repas, les frais de déplacement et 2 nuits d’hôtel.

Comité Scientifique

  • Maria BUCUR, Professeure, Université de l’Indiana, USA
  • Yves DENÉCHÈRE, Professeur, Université d’Angers, France
  • Xavier EMMANUELLI, Ancien président du SAMU social de Paris, France
  • Kristen R. GHODSEE, Professeure, L'Université de Pennsylvanie, USA
  • Dolores MARTIN MORUNO, Professeure, Université de Genève, Suisse
  • Johannes PAULMANN, Professeur, Directeur de l’Institut Leibniz d’Histoire européenne à Mayence (IEG), Allemagne  

Comité d’organisation

  • Luciana JINGA – coordonnatrice du colloque 
  • Mireille LOIRAT
  • Blandine CHARRIER
  • Eleonore VADANS
  • Natalie BRANCHU

Références bibliographiques

Barnett, Michel, Empire of Humanity : A History of Humanitarianism. Ithaca, NY: Cornell University Press, 2013.

Bonfiglioli, Chiara, “Revolutionary Networks : Women’s Political and Social Activism in Cold War Italy and Yugoslavia (1945–1957),” PhD diss., University of Utrecht, 2012.

Brookfield, T., Cold War Comforts : Canadian Women, Child Safety, and Global Insecurity, 1945-1975, Waterloo, Wilfrid Laurier University Press, 2012.

Carpenter, R. Charli, “’Women and Children First’ : Gender, Norms, and Humanitarian Evacuation in the Balkans1991-95”, in International Organisation, volume 57, Issue 4, Fall 2003, pp. 661-694.

Comité Permanent Inter-organisation (IASC), Femmes, Filles, Garçons et Hommes. Des Besoins Différents, Des chances égales. Guide pour l’intégration de l’égalité des sexes dans l’action, 2018, disponible en ligne, humanitaire, https://www.humanitarianresponse.info/sites/www.humanitarianresponse.info/files/documents/files/Gender%20Handbook%20-%20French%20FINAL.pdf

de Haan, Francisca, “Continuing Cold War Paradigms in the Western Historiography of Transnational Women’s Organisations: The Case of the Women’s International Democratic Federation (WIDF),” Women’s History Review, 19, no. 4 (2010), 547–573.

de Haan, Francisca, Daskalova, Krassimira and Loutfi, Anna (eds.), Biographical Dictionary of Women’s Movements and Feminisms in Central, Eastern, and South Eastern Europe, 19th and 20th Centuries, Budapest, Central European University Press, 2006.

Dolan, Chris, “Letting go of the gender binary: Charting new pathways for humanitarian interventions on gender-based violence”, International Review of the Red Cross (2014), 96 (894), 485–501.

Ghodsee, Kristen, “Internationalisme socialiste et féminisme d’État pendant la Guerre froide : Les relations entre Bulgarie et Zambie”, Clio: Femmes, Genre, Histoire, no 41 (2015), 115–138 ; Kristen Ghodsee, The Left Side of History: World War II and the Unfulfilled Promise of Communism in Eastern Europe, Durham, NC: Duke University Press, 2015.

Hyndman, J. “Feminism, Conflict and Disasters in Post-tsunami Sri Lanka” in Gender, Technology and Development, 12(1): 101-121, 2008.

Hyndman, J., de Alwis, M., “Beyond Gender : Towards a Feminist Analysis of Humanitarianism and Development in Sri Lanka”, in Women's Studies Quarterly, Vol. 31, No. 3/4, Women and Development : Rethinking Policy and Reconceptualising Practice (Fall - Winter, 2003), pp. 212-226,

Jones Adams, Gendercide and Genocide, Vanderbilt University Press, 2004, Jones Adams Gender Inclusive : Essays on Violence, Men, and Feminist International Relations. Routledge Publishers, 2009.

Kumra, Savita, Simpson, Ruth and Burke Ronald J. (eds.), Oxford Handbook of Gender in Organizations, Oxford University Press, 2014.

Mahood, L., Feminism and Voluntary Action: Eglantyne Jebb and Save the Children, 1876-1928, Palgrave MacMillan, 2009;

Maxine Molyneux, Women’s Movements in International Perspective: Latin American and Beyond, New York,  Palgrave, 2001

Olivius, Elisabeth, “Dispacing Equality ? Wome’s Participation and Humanitarian Aid Effectiveness in Refugee Camps,”, Refugee Survey Quarterly, Vol. 33, No. 3, 2014, pp. 93–117.

Paulmann, Johannes, “Conjunctures in the History of International Humanitarian Aid during the Twentieth Century”, Humanity, vol. 4, no. 2, 2013, 215-238.

Ryfman, Philippe, La question humanitaire. Histoire, problématiques, acteurs et enjeux de l’aide humanitaire internationale, Paris, Ellipses, 1999, Ryfman, Philippe, Une histoire de l’humanitaire, Paris, La Découverte, 2008.

Lieux

  • Maison de la Recherche Germaine Tillion - 5bis boulevard Lavoisier
    Angers, France (49)

Dates

  • dimanche 30 décembre 2018

Mots-clés

  • gender, history, humanitarian, children, source, methodology

Contacts

  • Jinga Luciana
    courriel : luciana-marioara [dot] jinga [at] univ-angers [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Jinga Luciana
    courriel : luciana-marioara [dot] jinga [at] univ-angers [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Intégrer le genre à l’histoire de l’aide humanitaire  », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 29 octobre 2018, https://calenda.org/493011

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal