AccueilRevisiter l’approche des sources historiques au XXIe siècle

Revisiter l’approche des sources historiques au XXIe siècle

Revisiting the approach to historical sources in the 21st century

Revue « les Cahiers d'histoire »

*  *  *

Publié le lundi 05 novembre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Nous souhaitons réunir, dans ce volume spécial des Cahiers d’histoire, les différents efforts récents d’aller au-delà du cadre de la typologie des sources traditionnelles en histoire ou encore d’intégrer dans l’analyse de sources des méthodes et des cadres conceptuels nouveaux. Plus concrètement, nous sollicitons des articles qui 1) s’intéressent à l’apport d’une source « nouvelle » ou d’un corpus de sources « nouveau », qui 2) grâce à une nouvelle réflexion méthodologique ou une approche rendue possible par les avancées technologiques permettent d’élargir la méthodologie de l’analyse de source ou qui 3) par le recours à une méthodologie extérieure à la discipline historique ou d’un cadre conceptuel novateur contribuent à enrichir la typologie et l’analyse des sources.

Annonce

Argumentaire

La revue Les Cahiers d’histoire sollicite des propositions d’articles pour son numéro d’automne 2019. Ce numéro, qui porte sur le réexamen de la typologie des sources et de leurs formes d’utilisation, sera publié sous la direction de Gordon Blennemann (Professeur agrégé, UdeM) et Rosalie Grimard-Mongrain (étudiante au doctorat, UdeM). Les articles des Cahiers d'histoire sont évalués par les pairs.

Le faible nombre de sources « traditionnelles » obligent, à l’occasion, les historien.ne.s à élargir l’éventail documentaire pour mieux analyser les dynamiques du passé. Dans cette perspective, on a dû s’ouvrir à des sources, autrefois sous-utilisées. Les historien.e.s de l’Antiquité et du Moyen Âge ont ainsi recours depuis longtemps à un matériel d’analyse diversifié qui peut comporter des inscriptions, des œuvres d’art, des monnaies ou encore des données archéologiques. Le décloisonnement des sources entre les différents champs d’études a bénéficié du courant historiographique de l’histoire orale qui a donné la parole aux acteurs et aux témoins par le biais d’entrevues et de témoignages. On peut également estimer que le courant postcolonial a amené à reconsidérer les types de sources étudiées pour rendre justice à l’histoire de cultures et de sociétés en dehors du cadre occidental.

La recherche de nouvelles sources mène également à reconsidérer les paramètres méthodologiques. On a qu’à penser à l’introduction de l’utilisation des technologies numériques en histoire permettant de créer des liens autrement inaccessibles. De même, l’informatique fournit maintenant des outils donnant l’opportunité de revisiter des sources traditionnelles sous un regard nouveau. Les avancements ne se limitent pas aux nouvelles technologies. On pensera aussi aux transferts méthodologiques entre différentes disciplines des sciences humaines et sociales. Notons, à titre d’exemple, le changement de perception dans l’approche de textes littéraires comme sources, autrefois considérées comme subjectives et donc non constructives.

Plutôt que de considérer de nouvelles sources ou leur méthodologie, certains chercheurs emploient un cadre conceptuel duquel découle un nouvel angle d’analyse. C’est notamment le cas de la création du concept de race, défini pour l’étude des relations de pouvoirs dans les sociétés coloniales. Le genre donne aussi la possibilité à l’historien.ne de revisiter des sources pour en dégager une nouvelle perspective sur les rôles des hommes et des femmes dans les sociétés.

Compte tenu de ces réflexions préliminaires, nous souhaitons donc réunir, dans ce volume spécial des Cahiers d’histoire, les différents efforts récents d’aller au-delà du cadre de la typologie des sources traditionnelles en histoire ou encore d’intégrer dans l’analyse de sources des méthodes et des cadres conceptuels nouveaux. Plus concrètement, nous sollicitons des articles qui 1) s’intéressent à l’apport d’une source « nouvelle » ou d’un corpus de sources « nouveau », qui 2) grâce à une nouvelle réflexion méthodologique ou une approche rendue possible par les avancées technologiques permettent d’élargir la méthodologie de l’analyse de source ou qui 3) par le recours à une méthodologie extérieure à la discipline historique ou d’un cadre conceptuel novateur contribuent à enrichir la typologie et l’analyse des sources.

Voici une liste non exhaustive de sujets qui pourraient être abordés dans les contributions :

Élargissements de la typologie des sources :

  • Sources iconographiques (peintures, monuments, graffitis, murales, photographies, cartes, etc.)
  • Données archéologiques
  • Sources matérielles (monnaie, objets du quotidien, etc.)
  • Sources numériques et contenu Web

Méthodologies et de cadres conceptuels :

  • Bases de données et méthodes numériques
  • Des concepts tels que la classe, l’altérité, la communauté, etc.
  • Intégration de méthodologies d’autres disciplines dans l’analyse de sources en histoire : études littéraires, histoire de l’art, anthropologie, etc.

Les co-directeur.trice.s souhaitent mettre à l’avant-plan l’interdisciplinarité en histoire. Les propositions d’articles peuvent provenir de tous les horizons, tant qu’elles intègrent une dimension historique. Les individus intéressés peuvent soumettre une proposition, peu importe leur champ de spécialisation en sciences humaines et sociales (théologie, anthropologie, archéologie, sociologie, etc.) pourvu que le lien avec les bases méthodologiques de la discipline historique soit bien développé. L’objectif est de mettre de l’avant l’apport, les avancées méthodologiques ou les cadres d’analyse permettant de réfléchir sur les sources historiques.

Modalités de soumission

Si vous êtes intéressé-e-s par la thématique, nous vous invitons à soumettre un texte d’environ 500 mots qui présente l’article que vous envisagez rédiger. N’oubliez pas de mentionner les sources et références qui vous seront utiles, ainsi que d’expliquer votre apport.

Les propositions doivent être soumises au plus tard le 30 novembre 2018.

Les articles terminés ne devront pas dépasser 8000 mots incluant les notes de bas de page, et devront être reçus par l’équipe au plus tard le 15 mars 2019 pour ensuite être soumis au processus d’évaluation de la revue. Les textes peuvent être rédigés en français ou en anglais. N’hésitez pas à inclure des images dans votre texte si celles-ci sont pertinentes à votre recherche ou étude.

Les Cahiers d’Histoire s’attend à ce que les articles suivent des règles de présentation précises, qui sont disponibles en ligne à l’adresse http://www.cahiershistoire.org/directives.html. Vous pouvez faire parvenir vos propositions et/ou demandes d’information par courriel à l’adresse publication@cahiershistoire.org.

(Quelques recensions, de 700 à 800 mots incluant les notes de bas de page, sur des ouvrages liés à la thématique de ce numéro seront également acceptées. Écrivez-nous à l’adresse recensions@cahiershistoire.org avec votre proposition de recension, ou si vous souhaitez contribuer !)

Direction et sélection

  • Rosalie Grimard-Mongrain (co-directrice du numéro)
  • Gordon Blennemann (co-directeur du numéro)J
  • ean-Christophe Cusson (comité de sélection)

Dates

  • vendredi 30 novembre 2018

Fichiers attachés

Mots-clés

  • source, méthodologie, concept

Contacts

  • Rosalie Grimard-Mongrain
    courriel : publication [at] cahiershistoire [dot] org

Source de l'information

  • Rosalie Grimard-Mongrain
    courriel : publication [at] cahiershistoire [dot] org

Pour citer cette annonce

« Revisiter l’approche des sources historiques au XXIe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 05 novembre 2018, https://calenda.org/493218

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal