AccueilLe « Brésil littéraire » vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours)

Le « Brésil littéraire » vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours)

«Brasil literário» no exterior – Perspectivas transnacionais (de 1822 aos nossos dias)

El «Brasil literario» visto desde el extranjero – perspectivas transnacionales (de 1822 a nuestros días)

"Literary Brazil" viewed from abroad - transnational perspectives (1822 to the present day)

« Cahiers de Framespa », 2019/3

*  *  *

Publié le mercredi 31 octobre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

La revue Cahiers de Framespa lance un appel à contributions pour son numéro 2019/3, dont le dossier s'intitule « Le “Brésil littéraire” vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours) ». Ce dossier souhaite approfondir la réflexion autour de la dimension connectée de l’histoire culturelle du Brésil contemporain à partir d’une perspective différente, à savoir la projection internationale des œuvres littéraires et intellectuelles brésiliennes, ces « lettres » que l’on qualifie volontiers de « Pátrias » au XIXe siècle. 

Annonce

Coordination

  • Jefferson Agostini Mello (Université de São Paulo)
  • Sébastien Rozeaux (Université Toulouse Jean Jaurès)

Présentation du dossier 

L’étude des circulations culturelles transatlantiques entre l’Amérique latine et l’Europe est depuis deux décennies au moins un champ particulièrement riche de l’histoire culturelle. De très nombreux travaux ont permis d’établir la dimension connectée des processus de construction nationale sur le continent latino-américain, et l’importance des transferts culturels à l’oeuvre, sans les réduire à la simple reproduction ou imitation de pratiques et d’idées en vigueur sur le Vieux continent. Dès le 19e siècle en effet, à l’époque impériale (1822-1889), les élites lettrées brésiliennes ont pris en charge, sous les auspices du pouvoir, la construction d’une identité nationale, au nom d’un idéal de civilisation pensé dans une étroite filiation avec l’Europe.

Ce dossier souhaite approfondir la réflexion autour de la dimension connectée de l’histoire culturelle du Brésil contemporain à partir d’une perspective différente, à savoir la projection internationale des oeuvres littéraires et intellectuelles brésiliennes, ces « lettres » que l’on qualifie volontiers de « Pátrias » au 19e siècle. En 1873, l’écrivain Machado de Assis a constaté que l’ « instinct de nationalité » prévalait dans la production littéraire et artistique depuis les années 1830, quand ce « Brésil littéraire » aspire tout à la fois à l’autonomie et à la consécration internationale, d’abord depuis l’Europe.

À rebours des circulations dominantes au sein de la « République mondiale des lettres » (Pascale Casanova), étudier la diffusion et de la réception à l’international des « lettres » brésiliennes suppose de déterminer et d’analyser les modalités protéiformes de telles circulations encore méconnues, comme d’évaluer leur importance relative et leurs enjeux (politique, symbolique, diplomatique, etc.). Il faudra pour cela identifier les acteurs au coeur de ces dynamiques circulatoires, tant au Brésil qu’à l’étranger. Dans ce dossier, nous souhaiterions mettre en évidence le rôle des agents de la médiation (particuliers, associations, institutions, etc.), qu’ils soient brésiliens ou d’une autre nationalité, et décrire les réseaux par lesquels cette culture lettrée longtemps considérée comme « périphérique » circule, transite et se redéploie hors des frontières du Brésil. Qu’ils soient traducteurs, journalistes, éditeurs, mécènes, écrivains, diplomates ou marchands, les acteurs de la projection internationale ont contribué à promouvoir un « patrimoine littéraire » qui veut exister et être reconnu aussi depuis l’étranger ; et ce à des fins qui s’inscrivent sans s’y réduire pour autant dans les relations de pouvoir et les hiérarchies qui structurent cette République des lettres aux frontières élargies.

Ce dossier permettra de mieux comprendre les processus d’internationalisation de ce « Brésil littéraire » qui sont inséparables de l’histoire de la construction nationale au Brésil, d’évaluer leur ampleur, leurs directions (l’Europe, les États-Unis, l’Amérique latine, etc.), leur réussite ou leur échec, et les redéfinitions de ce patrimoine littéraire qu’elles peuvent susciter (par une attention particulière aux distances critiques, chronologiques ou textuelles qui les accompagnent).

Les articles pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes ci-dessous :

  • Les modalités de réception à l’étranger d’un courant ou d’une oeuvre littéraire brésilienne (l’indianisme, le modernisme, etc.). Le dossier est également ouvert à des études à la frontière de l’histoire et de l’anthropologie qui s’intéresseraient à la traduction littéraire et à la réception de l’oeuvre d’un auteur ou d’une oeuvre en particulier.
  • L’histoire de la presse et sa circulation dans l’espace atlantique et le continent américain : la réception des lettres brésiliennes, le rôle de la critique dans les grandes revues de référence, dans la presse plus populaire ou la presse luso-brésilienne (relais important pour promouvoir cette littérature, avant l’institutionnalisation de la lusophonie)
  • L’étude des trajectoires et des carrières des médiateurs culturels brésiliens ou étrangers, de leurs réseaux de sociabilité, qu’ils soient écrivains et/ou ambassadeurs ou qu’ils exercent une autre profession. Pour les premiers, il pourra s’agir de s’intéresser à leur réputation à l’international et à ses effets retour sur l’espace littéraire brésilien (P. Bourdieu)
  • Le rôle joué par les institutions culturelles (inter)nationales au 20e siècle, depuis la création de l’Association littéraire internationale fin 19e, la mise en place d’une diplomatie culturelle autour du baron de Rio Branco ou l’essor de nouvelles institutions après les 2 guerres mondiales (l’Institut international de coopération intellectuelle en 1924, l’UNESCO en 1946). Ces organisations offrent de nouvelles modalités pour la promotion du patrimoine littéraire et d’une certaine idée du Brésil à l’étranger, au gré des alliances stratégiques et diplomatiques du pays.
  • Enfin, une réflexion autour des nouvelles modalités de la diffusion internationale de ce patrimoine littéraire au 20e siècle est attendue, lorsque l’hégémonie de la culture lettrée dans l’espace public se disloque, au profit de nouveaux médias à portée internationale comme la radio, le cinéma, la télévision, ou l’Internet.

Modalités de soumission

Les propositions et les articles pourront être rédigés en anglais, français, portugais ou espagnol.

Les propositions, de maximum 500 mots, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, sont à envoyer aux deux adresses suivantes : sebastien.rozeaux@univ-tlse2.fr et jefferson@usp.br,

avant le 10 décembre 2018.

Les articles retenus (courant décembre 2018) devront être remis aux coordinateurs pour le 26 avril 2019 au plus tard, afin d’être soumis à une double évaluation. Ils devront se conformer aux normes de la revue : https://journals.openedition.org/framespa/3668

Le numéro paraîtra au cours de l’automne 2019.

Références bibliographiques indicatives

1. Abreu, Márcia (dir.). 2016. Romances em movimento. A circulação transatlântica dos impressos (1789-1914). Campinas: UNICAMP.

2. Abreu, Márcia & Ana Cláudia Suriani da Silva (dir.). 2016. The Cultural Revolution of the Nineteenth Century. Theatre, the Book-Trade and Reading in the Transatlantic World. New York/London: I. B. Tauris.

3. A. Boschetti (dir.), L’Espace culturel transnational, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2010.

4. P. Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, déc. 2002.

5. P. Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 2008.

6. C. Charle, La dérégulation culturelle. Essai d’histoire des cultures en Europe au XIXe siècle, Paris, Puf, 2015.

7. C. Hauser, T. Loué, J.-Y. Mollier et F. Vallotton (dir.), La diplomatie par le livre. Réseaux et circulation internationale de l'imprimé de 1880 à nos jours, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2011, p. 393-409.

8. J. Agostini Mello, « Égalités et inégalités de la réception de Bernardo Carvalho dans le marché littéraire français », Iberic@l, n° 8, 2015, p.161-172.

9. S. Rozeaux, « Les fondations fragiles d’un espace littéraire transatlantique. Les lettres brésiliennes dans le Dicionário bibliográfico português d’Inocêncio Francisco da Silva (1858-1883) », Cultura, vol. 34, 2015, p. 197-221.

10. G. Sapiro (dir.), Sciences humaines en traduction. Le livre français aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Argentine, Paris, Institut français/CESSP, 2014.

11. G. Sorá, Traducir el Brasil. Una antropología de la circulación internacional de las ideas, Buenos Aires, Libros del Zorzal, 2003.

12. B. Wilfert-Portal, « L’histoire culturelle de l’Europe : un point de vue transnational », PROA – Revista de antropologia e arte, n°4, vol 1, p. 123-149.

Lieux

  • Toulouse, France (31)

Dates

  • lundi 10 décembre 2018

Mots-clés

  • Brésil, transnational

Contacts

  • Sébastien Rozeaux
    courriel : rozeaux [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Sébastien Rozeaux
    courriel : rozeaux [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Le « Brésil littéraire » vu de l’étranger – perspectives transnationales (de 1822 à nos jours) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 31 octobre 2018, https://calenda.org/497895

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal