AccueilEthnométhodologie à plusieurs : lectures, lectures critiques et terrains

Ethnométhodologie à plusieurs : lectures, lectures critiques et terrains

Group ethnomethodology - readings, critical readings and fields

Séminaire de l’école doctorale thématique en sciences sociales (EDTSS) 2018-2019

Seminar at the doctoral school in social sciences (EDTSS) 2018-2019

*  *  *

Publié le mercredi 31 octobre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Beaucoup de recherches qualitatives en sciences sociales soulignent l’intérêt de la démarche d’enquête de terrain en tant qu’elle permet de rendre compte des pratiques des acteurs, des activités concrètes et des réalités sociales en train de se faire. Avec un remarquable entêtement, l’ethnométhodologie a participé à placer la focale du sociologue à hauteur des pratiques. Si la « radicalité », le « localisme » ou le positionnement « anti-théorique » de l’ethnométhodologie restent relativement circonscrits à ce courant, il en va tout autrement des concepts et des formules qui caractérisent son orientation : des notions comme celles de réflexivité, routine, connaissance de sens commun, raisonnement pratique etc. sont aujourd’hui largement répandues en sociologie.

Annonce

Argumentaire

Beaucoup de recherches qualitatives en sciences sociales soulignent l’intérêt de la démarche d’enquête de terrain en tant qu’elle permet de rendre compte des pratiques des acteurs, des activités concrètes et des réalités sociales en train de se faire. Avec un remarquable entêtement, l’ethnométhodologie a participé à placer la focale du sociologue à hauteur des pratiques. Si la « radicalité », le « localisme » ou le positionnement « anti-théorique » de l’ethnométhodologie restent relativement circonscrits à ce courant, il en va tout autrement des concepts et des formules qui caractérisent son orientation : des notions comme celles de réflexivité, routine, connaissance de sens commun, raisonnement pratique etc. sont aujourd’hui largement répandues en sociologie.

Pour autant, le sens du projet de l’ethnométhodologie et des notions qui alimentent son programme restent discutés parmi les spécialistes et peuvent apparaître obscures pour qui s’y intéresse à tâtons. La seule lecture des premières pages de l’ouvrage fondateur de ce courant, Recherches en ethnométhodologie (ci-après « RE »), permet de s’en convaincre. Et la question qui chapeaute le chapitre premier peut longtemps rester en suspens : Qu’est-ce que l’ethnométhodologie ?

Ce séminaire d’introduction à la lecture de RE a pour objectif premier de rassembler des doctorants et des chercheurs dans un effort commun d’appropriation critique du texte fondateur, des lignes théoriques et des méthodes d’enquête de l’ethnométhodologie.

Objet du séminaire

Ce séminaire d’introduction à la lecture de Recherches en ethnométhodologie a pour objectif premier de rassembler des doctorants et des chercheurs dans un effort commun d’appropriation critique du texte fondateur, des lignes théoriques et des méthodes d’enquête de l’ethnométhodologie. Trois grands questionnements directeurs peuvent être dégagés pour formaliser ce travail collectif d’appropriation :

  • Qu’est-ce que l’ethnométhodologie ? Quelles sont ses origines, sa généalogie, son positionnement dans l’histoire des sciences sociales ?
  • Quel est le projet ou le programme de l’ethnométhodologie ? Qu’est-ce qu’elle prétend montrer du monde social ?
  • Quelles sont les « atouts » et les limites de l’ethnométhodologie ? Quelles ressources théoriques et méthodologiques offre-t-elle au chercheur ? Mais aussi, qu’empêche-t-elle ou ne permet-elle pas de faire ?

Ensuite, dans ce mouvement d’appropriation, des questions transversales à divers courants de recherche en sciences sociales seront abordées, et porteront l’intérêt du séminaire au-delà de l’ethnométhodologie elle-même. Étant donnée la forme particulière de son organisation (cf. 3.), seul le cours effectif du séminaire décidera de l’orientation de ces problématiques. Celles-ci pouvant toucher, à titre d’exemple, au statut donné aux collectifs et aux institutions dans l’analyse sociologique (Fornel, Ogien, et Quéré 2000), à l’opération scientifique de montée en généralité, aux méthodes d’enquête propres à l’ethnométhodologie et aux sciences sociales qualitatives plus « classiques », etc.

Enfin, l’orientation du séminaire pourra aboutir à un questionnement plus « pragmatique », relatif au « coût » et à l’« utilité » de l’ethnométhodologie pour le chercheur. Finalement, que faire de l’ethnométhodologie ? On comprendra que chacun abordera cette question de manière singulière, mais que sa discussion collective pourra s’avérer stimulante.

Organisation et programme du séminaire

Ce séminaire doctoral suppose un engagement régulier des participants, avant et au cours de chaque séance. La lecture préalable de textes pour chaque séance et la présentation d’un commentaire ou d’un travail de terrain lors d’une séance sont attendus. L’inscription du séminaire dans le cadre de l’École doctorale thématique en sciences sociales (EDTSS) implique la prise des présences et la valorisation de la participation au séminaire pour la formation doctorale des doctorants à hauteur de 5 ECTS.

À l’exception des séances introductive et conclusive (1ère et dernière séance), chaque séance du séminaire se tiendra à un rythme hebdomadaire, durera environ 2h30 et sera découpée en 2 modules d’environ 1h chacun (souvent, 1h + 1h = 2h30). Lors du 1er module, après être revenus brièvement sur le contenu de la séance précédente, nous nous consacrerons à la (re)lecture collective d’un court extrait de Recherches en ethnométhodologie (environ 10-15 pages) et partagerons nos réflexions et interprétations tout au long de la lecture. Lors du 2nd module, nous écouterons l’exposé d’un participant et poursuivrons collectivement la réflexion.

Chaque participant sera en effet invité, lors d’une séance de séminaire, à partager une réflexion dans le cadre d’une courte présentation (20-30min environ). Celle-ci peut s’articuler autour d’un compte rendu d’un « texte secondaire » qui commente, critique ou éclaire Recherches en ethnométhodologie et/ou l’ethnométhodologie, ou autour d’un travail empirique susceptible de mettre nos lectures à l’épreuve du terrain. La fin du second module laissera place à la discussion.

Le travail attendu de la part des inscrits consiste donc d’une part, dans la préparation et la participation à la lecture collective d’extraits de Recherches en ethnométhodologie pour chaque séance hebdomadaires et d’autre part, dans la présentation d’une lecture secondaire ou d’un travail de terrain lors d’une séance.

Activités d’une semaine type

Travail préparatoire individuel

  • Pour chaque participant, chaque semaine : Lecture superficielle d’un extrait de Recherches en ethnométhodologie (environ 10-15 pages)
  • Pour chaque participant (seul ou éventuellement en binôme), une seule fois au cours du séminaire : Préparation d’un exposé, soit autour d’un texte secondaire relatif à RE, soit autour d’un travail de terrain

Déroulement d’une séance hebdomadaire

(environ 2h30)

  • 1er Module (environ 1h) : Bref retour sur la séance précédent + (re)lecture collective de l’extrait préparé de Recherches en ethnométhodologie (environ 10-15 pages)
  • 2ème module (environ 1h) : Exposé d’un participant (lecture secondaire ou terrain, 20-30min) + discussion collective

Lors de la séance d’introduction (le mercredi 28 novembre à 14h), outre la lecture d’un premier extrait de RE, nous établirons collectivement le programme du séminaire (nombre de séances, dates et horaires, découpage des extraits de RE, agenda des présentations…) en essayant de tenir compte des désirs et possibilités de chacun. Il y sera aussi question de la possibilité d’inviter un intervenant extérieur pour discuter ses travaux dans le cadre de la séance conclusive.

Calendrier des séances

Mercredi 28 novembre 2018

14h00 Université Saint-Louis Bruxelles [local à confirmer] :

Séance d’introduction

  • Travail préparatoire : Première lecture de Recherches en ethnométhodologie p.45-50 (préface de l’édition française PUF 2007)
  • Module 1 : Présentation du séminaire et organisation collective de son déroulement.
  • Module 2 : Lecture collective Recherches en ethnométhodologie p.45-50 (Préface de l’édition française PUF 2007)

[Suite du programme à déterminer avec les participants, environ 6 à 8 séances hebdomadaires articulant lectures collectives et présentations de texte/terrains]

Références

  • Amiel, Philippe. 2010. Ethnométhodologie appliquée Éléments de sociologie praxéologique. Paris : Les presses du Lema.
  • Fornel, Michel de, Albert Ogien, et Louis Quéré, éd. 2000. L’ethnométhodologie : une sociologie radicale: Colloque de Cerisy. Collection « Recherches ». Paris: Découverte.
  • Garfinkel, Harold. 2009. Recherches en ethnométhodologie. Paris: Presses universitaires de France.
  • Ogien, Albert. 2010. « Unité et variété de l’ethnométhodologie ». Cahiers de l’ethnométhodologie, no4 : 7‑19.

Lieux

  • Université de Saint Louis-Bruxelles - Boulevard du Jardin Botanique 43
    Bruxelles, Belgique (1000)

Dates

  • mercredi 28 novembre 2018

Fichiers attachés

Mots-clés

  • ethnométhodologie, lecture, lecture critique, texte fondateur

Contacts

  • Edgar Tasia
    courriel : etasia [at] ulb [dot] ac [dot] be
  • Robin Susswein
    courriel : robin [dot] susswein [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Edgar Tasia
    courriel : etasia [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Ethnométhodologie à plusieurs : lectures, lectures critiques et terrains », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 31 octobre 2018, https://calenda.org/498038

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal