AccueilLe bien, le beau, le bon

Le bien, le beau, le bon

The Right, the Beautiful, the Good

Les normes construites, transformées, transgressées

Norms constructed, transformed, transgressed

*  *  *

Publié le lundi 10 décembre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Le comité organisateur souhaite offrir une plateforme d’échanges et de réflexions sur l’usage et la conceptualisation des normes. En quoi varient-elles selon le temps et l’espace ? Comment s’institutionnalisent-elles ? Peuvent-elles se confronter ? De quelle façon les idéologies influencent-elles les normes ? Par quels moyens se diffusent-elles ? Comment vit-on les normes au quotidien ? Par quels mécanismes sont-elles invisibilisées? Quels rapports y a-t-il entre normes et art ? Comment dictent-elles la perfection (corporelle, morale, etc.) ? Comment les normes agissent-elles en tant que facteurs de construction identitaire ? Comment peut-on les rejeter et quelles conséquences cela implique-t-il ? Qui sont les marginaux, peuvent-ils utiliser les normes à leur avantage? Enfin, lorsqu’il est question des travaux académiques, comment les normes influencent-elles le travail des chercheur·e·s ?

Annonce

20-21-22 Mars 2019

Argumentaire

Largement construites à travers les discours, les lois et les traités par les pouvoirs politiques, religieux et idéologiques, les normes sont diffusées par les institutions et partiellement intériorisées par les individus. Elles tracent la ligne qui formellement, au quotidien et jusque dans l’intimité des foyers, partage les comportements acceptables de ceux qui relèvent de la déviance. À travers les époques et sur différents territoires, par le jeu conjugué des pressions sociales, étatiques ou spirituelles, les normes se sont diversifiées et ont été diffusées ; elles ont également été rejetées et transgressées, volontairement ou inconsciemment, individuellement ou collectivement. Plusieurs disciplines des sciences humaines, dont la sociologie, la psychologie et l’économie, font des normes un élément central à la compréhension et à l’interprétation de leurs objets d’étude. En histoire, les normes sont également mobilisées dans les réflexions portant sur la religion, la politique, le pouvoir, la vie quotidienne et matérielle, l’identité, la sexualité, le genre, la race, le colonialisme, l’inclusion et l’exclusion, la marginalité, la criminalité, etc. Penser et repenser les normes permet non seulement de réinterpréter les thématiques qui y font appel, mais aussi de remettre en question les normes méthodiques et méthodologiques auxquelles les chercheur.e.s eux-mêmes se soumettent, invitant à la décentralisation des recherches et à l’émergence de nouveaux courants d’analyse (post-colonialisme, Imperial StudiesAnimal Studies, histoire environnementale, anthropocène, etc.).

Le comité organisateur souhaite offrir une plateforme d’échanges et de réflexions sur l’usage et la conceptualisation des normes. En quoi varient-elles selon le temps et l’espace ? Comment s’institutionnalisent-elles ? Peuvent-elles se confronter ? De quelle façon les idéologies influencent-elles les normes ? Par quels moyens se diffusent-elles ? Comment vit-on les normes au quotidien ? Par quels mécanismes sont-elles invisibilisées? Quels rapports y a-t-il entre normes et art ? Comment dictent-elles la perfection (corporelle, morale, etc.) ? Comment les normes agissent-elles en tant que facteurs de construction identitaire? Comment peut-on les rejeter et quelles conséquences cela implique-t-il ? Qui sont les marginaux, peuvent-ils utiliser les normes à leur avantage? Enfin, lorsqu’il est question des travaux académiques, comment les normes influencent-elles le travail des chercheur.e.s ?

Somme toute, le comité attend des propositions s’inscrivant, mais ne se limitant pas, aux thèmes suivants :

  • Saisir l’instauration et l’évolution des normes à travers le temps et l’espace (institutions, rapports de pouvoir, transnationalité, discours, etc.)
  • Observer les normes au quotidien, dans les collectivités et chez les individus (familles, relations, identités, créativités, apprentissages, etc.)
  • Comprendre les relations entre normes et marginalités (minorités, races, genres, sexualités, handicaps, etc.)

Nous invitons les chercheur.e.s des cycles supérieurs de toute discipline dont les travaux portent sur ces thématiques à contribuer au XXVIe Colloque international interdisciplinaire de l’AEDDHUM. Participer à ce colloque est une occasion de présenter vos recherches, d’échanger avec d’autres collègues et professeur.e.s et, par la suite, de publier vos résultats.

Modalités de soumission

Merci d’envoyer vos propositions de communication en français ou en anglais (250 mots maximum)

avant le 4 janvier 2019 à minuit,

à l’adresse qui suit : xxvi.colloque.aeddhum@gmail.com avec une copie à nadine.auclair@umontreal.ca. Prière d’indiquer votre nom, prénom, affiliation institutionnelle ainsi qu’une demande de subvention avec le coût estimé du voyage, si nécessaire.

Responsables

Les responsables du colloque "Le bien, le beau, le bon: les normes construites, transformées, transgressées" sont associés avec le département d'histoire de l'Université de Montréal. Plus précisément, il s'agit du colloque de l'Association des étudiant.e.s diplômé.e.s du département d'histoire de l'Université de Montréal.

Lieux

  • Carrefour des Arts et sciences, pavillon Lionel Groulx - 3150 Jean Brillant
    Montréal, Canada (H3C 3J7)

Dates

  • vendredi 04 janvier 2019

Mots-clés

  • norme, marginalité, normal, normalisation, exclusion, inclusion, société, individu, race, genre, sexualité

Contacts

  • Nadine Auclair
    courriel : nadine [dot] auclair [at] umontreal [dot] ca

Source de l'information

  • Nadine Auclair
    courriel : nadine [dot] auclair [at] umontreal [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Le bien, le beau, le bon », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 10 décembre 2018, https://calenda.org/513759

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal