AccueilLa défense des droits humains en Amérique latine et Afrique 

La défense des droits humains en Amérique latine et Afrique 

The defence of human rights in Latin America and Africa

Paradigme historique et enjeux de mémoires

Historical paradigm and issues of memory

*  *  *

Publié le lundi 17 décembre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Ce colloque qui se tiendra au Campus de Longueuil de l’université de Sherbrooke, entend d’abord étudier les formes de régulation sociale et de gestion de conflits dans les sociétés coloniales. L’accent sera aussi mis sur les formes d’engagement à caractère politique ou religieux visant à l’amélioration des conditions de vie, du statut et des droits des populations missionnées et/ou colonisées. Il sera aussi question de s’interroger sur les origines contemporaines des campagnes de mobilisation visant à dénoncer les violences d’État qui se marquent notamment par la création d’associations, d’ONG humanitaires, d’organismes tels qu’Amnesty International, Human Right Watch et de groupes de solidarité internationale. La réflexion portera sur les enjeux historiographiques, symboliques, économiques et politiques qui structurent les conflits mémoriels relatifs au passé traumatique. Enfin, un accent particulier sera mis sur l’étude des origines commissions vérité et réconciliation latino-américaines et les modalités de leur diffusion et de leur adaptation en Afrique.

Annonce

Colloque international ÉRIAS (Équipe de recherche sur l’invention et l’affirmation des Suds) 14-15 novembre 2019 Campus Longueuil de l’Université de Sherbrooke (rive-sud de Montréal)

Argumentaire

La question de la promotion des droits humains et des enjeux de remémoration du passé se posent avec acuité dans les Suds et plus particulièrement en Amérique latine et en Afrique. Les sociétés latino-américaines et africaines n’échappent pas à ce que l’historien Henry Rousso a appelé « la mondialisation de la mémoire ». Ce processus fait référence au fait que durant le dernier quart du 20ème siècle, le rapport au passé traumatique, ses formes de représentations collectives et ses actions publiques ont tendance à se mondialiser et à se ressembler (Rousso, 2007). Ce besoin de « mémoire » et de défense des droits humains en Amérique latine comme en Afrique se nourrissent ou du moins sont suscités par une multitude de réminiscences liés à des moments historiques traumatiques inhérentes à la violence des situations coloniales (temps des conquistadores, de la traite esclavagiste ou encore de la ségrégation raciale etc), mais aussi et surtout des expériences de dictatures militaires et du caractère souvent répressif des régimes postcoloniaux des décennies 1960, 1970 et 1980 enclins à monopoliser le pouvoir, à  contrôler l’espace public, et à réduite en silence toute opposition politique ou velléités révolutionnaires et /ou démocratiques.

En fait l’étude croisée des expériences historiques et des pratiques mémorielles latino-américaines et africaines révèle des similitudes, des différences frappantes mais aussi des circulations et des  transferts qui s’inscrivent dans le processus d’uniformisation des pratiques et des performances à caractère mémoriel. D’où la pertinence de l’approche comparatiste et croisée des trajectoires qui permettra de mieux saisir la complexité de chacun des cas. Dans cette optique l’Équipe de recherche sur l’Invention et l’affirmation des Suds (ÉRIAS), organisera un colloque international les 14-15 novembre 2019 intitulé « La défense des droits humains en Afrique et en Amérique latine : paradigme et enjeux de mémoires ».

Ce colloque qui se tiendra au Campus de Longueuil de l’Université de Sherbrooke, entend d’abord  étudier les formes de régulation sociale et de gestion de conflits dans les sociétés coloniales. L’accent sera aussi mis sur les formes d’engagement à caractère politique ou religieux visant à l’amélioration des conditions de vie, du statut et des droits des populations missionnées et/ou colonisées. Il sera aussi question de s’interroger sur les origines contemporaines des campagnes de mobilisation visant à dénoncer les violences d’État qui se marquent notamment par la création d’associations, d’ONG humanitaires, d’organismes tels qu’Amnesty International, Human Right Watch et de groupes de solidarité internationale. La réflexion portera sur les enjeux historiographiques, symboliques, économiques et politiques qui structurent les conflits mémoriels relatifs au passé traumatique. Enfin, un accent particulier sera mis sur l’étude des origines commissions vérité et réconciliation latino-américaines et les modalités de leur diffusion et de leur adaptation en Afrique.

Nous aimerions recevoir des propositions de communication sur les thématiques suivantes :

  • Le droit des gens au XIXème siècle : conception et soubassements
  • La prise de parole et l’engagement missionnaire
  • La mission civilisatrice : fondements et contestations
  • Les campagnes de dénonciations des abus des droits de la personne
  • Les mobilisations pour contrer la violence d’État
  • Les mémoires traumatiques à travers des récits et témoignages
  • Conflits de mémoire
  • Le travail de mémoire : performances, monumentalisation
  • Conflits historiographiques sur la représentation du passé
  • Les associations de victimes en quête de reconnaissance et de réparation
  • Les commissions vérité et réconciliation : transferts, bilan et perspective
  • La création et l’action d’associations de défense des droits de la personne, d’ONG humanitaires et de groupes de solidarité internationale
  • Amnesty International et Human Rights Watch : bilans d’action
  • Personnalités marquantes dans la défense des droits humains

Modalités de soumission

Nous aimerions recevoir de la part des chercheur.e.s, professeur.e.s et candidat.e.s au doctorat intéressés par ces problématiques, des propositions de communication d’environ 300 mots décrivant la communication envisagée,

avant le 15 février 2019.

Veuillez faire parvenir vos propositions de communication et un court CV par courriel au Professeurs Maurice Demers et Patrick Dramé à l’adresse courriel suivante : colloquedroitshumains2019@gmail.com

Les frais d’inscription au colloque sont de 150 $ CAN.

Les organisateurs du colloque souhaitent aussi publier un ouvrage-dirigé qui regroupera les meilleurs textes présentés lors de cette manifestation scientifique.

Comité scientifique 

  • Maurice Demers (Université de Sherbrooke)
  • Patrick Dramé (Université de Sherbrooke)
  • Catherine LeGrand (Université McGill),
  • Cynthia Milton (Université de Montréal)
  • Meredith Terretta,  (Université d’Ottawa)
  • Thierno Souleymane Barry (Universités de Sherbrooke et de Conakry)
  • Luis Van Isschot, (Université de Toronto)

Comité organisateur 

  • Maurice Demers maurice.demers@usherbrooke.ca
  • Patrick Dramé, patrick.drame@usherbrooke.ca
  • Mauricio Correa, Mauricio.correa@usherbrooke.ca
  • Bocar Niang, bocar.niang@usherbrooke.ca

Catégories

Lieux

  • Longueuil, Canada

Dates

  • vendredi 15 février 2019

Contacts

  • Patrick Dramé
    courriel : Patrick [dot] drame [at] usherbrooke [dot] ca
  • Maurice Demers
    courriel : Maurice [dot] demers [at] usherbrooke [dot] ca
  • Bocar Niang
    courriel : bocar [dot] niang [at] usherbrooke [dot] ca
  • Mauricio Correa
    courriel : mauricio [dot] correa [at] usherbrooke [dot] ca

Source de l'information

  • Bocar Niang
    courriel : bocar [dot] niang [at] usherbrooke [dot] ca

Pour citer cette annonce

« La défense des droits humains en Amérique latine et Afrique  », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 17 décembre 2018, https://calenda.org/521225

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal