AccueilLa photographie, avec ou sans le capitalisme

La photographie, avec ou sans le capitalisme

Photography, with or without capitalism

*  *  *

Publié le mercredi 12 décembre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Dès son invention, la photographie s’est trouvée en prise avec les développements du capitalisme : non seulement son expansion dans les années 1870 fut dépendante des développements de l’industrie, mais elle fut aussi l’apanage de la bourgeoisie tout en servant sa reconnaissance symbolique. Ce rapport de contemporanéité, qui traverse l’histoire de la photographie et lui dicte en partie ses fluctuations, constitue presque un ethos de la photographie, s’observant sans discontinuité jusqu’à nos jours, où la question des flux s’applique tant à la circulation de l’argent qu’à celle des images. La photographie est, depuis ses débuts, une image qui répond de la logique libérale. En partant de ce constat, nous pouvons nous demander si les développements esthétiques de la photographie peuvent être gouvernés d’une manière ou d’une autre par son revers économique. Tant sur le mode de la connivence que sur celui de la résistance, il apparaît que bien des tendances formelles découlent de sa familiarité avec la logique capitaliste ou y répondent.

Annonce

Présentation

Dès son invention, la photographie s’est trouvée en prise avec les développements du capitalisme : non seulement son expansion dans les années 1870 fut dépendante des développements de l’industrie, mais elle fut aussi l’apanage de la bourgeoisie tout en servant sa reconnaissance symbolique. Ce rapport de contemporanéité, qui traverse l’histoire de la photographie et lui dicte en partie ses fluctuations, constitue presque un ethos de la photographie, s’observant sans discontinuité jusqu’à nos jours, où la question des flux s’applique tant à la circulation de l’argent qu’à celle des images. La photographie est, depuis ses débuts, une image qui répond de la logique libérale. En partant de ce constat, nous pouvons nous demander si les développements esthétiques de la photographie peuvent être gouvernés d’une manière ou d’une autre par son revers économique. Tant sur le mode de la connivence que sur celui de la résistance, il apparaît que bien des tendances formelles découlent de sa familiarité avec la logique capitaliste ou y répondent.

Programme

Mardi 18 décembre

  • 9h Café & accueil / Morning coffee & Speakers reception
  • 9h30-10h Mot d’accueil / Welcome speech Taous R. Dahmani & Guillaume Blanc 
  • 10h-11h Conférence Inaugurale / Opening Keynote Address Steve Edwards - University of London (Birkbeck College) Making a Case: Daguerreotypes in Britain
  • 11h-11h30 Pause café / Coffee break

11h30-12h30 La photographie comme marchandise / Photography as commodity 

  • Estelle Blaschke  Université de Lausanne (Centre des Sciences Historiques de la culture) Augmented photography as commodity 
  • Amandine Gabriac – Université Paris-Diderot (Identités, Cultures, Territoires)  Inventors of photography and their inventions in the 19th century : altruistic geniuses or ordinary capitalist ? (1839-1901)

12h30-14h00 Déjeuner / Lunch

14h00-15h00 Professions et industrie / Professions and industry

  • Nicolas Le Guern – Chercheur indépendant (anciennement De Montfort University, Photographic History Research Centre) Photography and industrial investment in the twentieth century: the scientific collaboration between Mannes, Godowsky and Eastman Kodak.
  • Éléonore Challine – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Histoire culturelle et sociale des arts) Imaginaires et réalités de l'industrie photographique en France (1868-1905)

15h00-15h30 Pause café / Coffee break 

15h30-16h30 Potentiels critiques d’une iconographie / Critical potentials of an iconography

  • Édouard Arnoldy – Université de Lille (Centre d’Etude des Arts Contemporains)Le chiffonnier, les « médias photographiques » et la Théorie Critique
  • Jeroen Verbeeck – KU Leuven (Art History Department)A World of Wealth Without Workers: Work as a negative presence in Allan Sekula’s Fish Story (1989-1995)

16h30-17h30 Pratiques et usages anticapitalistes / Anti-capitalist practices and uses

  • Mathilde Bertrand – Université Bordeaux-Montaigne (Cultures, Langues et Littératures des Mondes Anglophones).“Existe-t-il une pratique photographique alternative ?” Formes et pratiques d’une photographie anticapitaliste en Grande-Bretagne dans les années 1970s
  • Maxime Boidy – Université Paris-Est Marne-la-Vallée (Littératures Savoirs et Arts)La photographie sans le spectacle. Retournements visuels dans la critique situationniste

17h30-18h30 Table-ronde avec les participants de la première journée / First day panel discussion 

Mercredi 19 décembre 

9h Café & accueil / Morning coffee & Speakers Reception 

9h30-11h00 Ambiguïté des attitudes et des pratiques / Ambiguous attitudes and practices

  • Clément Paradis – Université de Lyon, UJM Saint-Etienne (Centre Interdisciplinaire d'Etudes et de Recherches sur l'Expression Contemporaine) Félix Thiollier, photographe du libéralisme : un renversement des axes politiques de la représentation
  • Lucy Mounfield – University of Nottingham (Department of History of Art) Blurred Lines: Amateur Photography, Veblen and Conspicuous Consumption
  • Rowan Lear  University of West London (London School of Film, Media and Design) Does Not Stain The Fingers: Photographing as Fingerwork and Feminised Labour

11h00-11h30 Pause café / Coffee break 

11h30-13h00 Esthétiques et contre-esthétiques du capital / Aesthetics and counter-aesthetics of capital

  • Ulrike Lune Riboni – Université Paris 8 (Centre d'Étude sur les Médias, les Technologies et l'Internationalisation) Images pauvres, images des pauvres ?
  • Gail Day – University of Leeds (School of Fine Art, History of Art & Cultural Studies) Aesthetics & Counter-aesthetics in Allan Sekula’s TITANIC’s wake
  • Paul-Louis Roubert – Université Paris 8 (Laboratoire Arts des images et art contemporain) Mélancolies photographiques 

13h00-14h30 Pause déjeuner / Lunch break 

14h30-16h00 Le capitalisme en ses marges ?  / At the margins of capitalism ?

  • Chris Balaschak - Flagler College (School of Creative Arts and Letters, Visual and Performing Arts) Advocacy and Non-Iconicity in Robert Van Lierop’s “Mozambique Portfolio” (1972-76)
  • Julie Bonzon – University College London (History of Art Department). Towards new photographic narratives? Showcasing the work of three young South African photographers: Musa Nxumalo, Lebohang Kganye and Phumzile Khanyile
  • Aurélie Journée-Duez – Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Laboratoire d'anthropologie sociale) Esthétique anti-capitaliste et perspective décoloniale aux Etats-Unis- Une critique du commerce des images de l'exotisme par l'artiste autochtone Zig Jackson

16h00-16h30 Pause café / Coffee break 

16h30 – 17h30 Table-ronde avec les participants de la deuxième journée et conclusion / Second day panel discussion and conclusion 

Lieux

  • 1er étage, salle Vasari - 2 Rue Vivienne
    Paris, France (75002)

Dates

  • mardi 18 décembre 2018
  • mercredi 19 décembre 2018

Mots-clés

  • photographie, capitalisme, steve edwards, marchandise, inventions, industrie, Kodak, Eastman, iconographie, anticapitaliste, libéralisme, amateur, esthétique, mozambique, afrique du sud, décolonial

Contacts

  • Guillaume Blanc
    courriel : photographiecapitalisme [at] gmail [dot] com
  • Taous Dahmani
    courriel : photographiecapitalisme [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Taous Dahmani
    courriel : photographiecapitalisme [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La photographie, avec ou sans le capitalisme », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 12 décembre 2018, https://calenda.org/525373

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal