AccueilPour une traductologie africaine

Pour une traductologie africaine

For an African traductology

*  *  *

Publié le vendredi 21 décembre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

La traductologie en Afrique et pour l'Afrique est encore suffisamment pauvre. Penser l'acte de traduire sur la base de corpus africains pourrait impulser un renversement de dynamique et révolutionner les théories de la traduction jusqu'ici éprouvées par des corpus étrangers. L'Association camerounaise de traductologie (ACTRAS), à travers sa revue CRITIC (Cahier de recherches interdisciplinaires sur la traduction, l'interprétation et la communication interculturelle) compte, dans son numéro inaugural, raviver l'intérêt pour une traductologie africaine.

Annonce

Argumentaire

L’intérêt de la traductologie pour l’Afrique et en Afrique n’est pas un fait nouveau vu le nombre d’articles, de monographies et d’ouvrages collectifs publiés, ainsi que de mémoires de master et de thèses de doctorat soutenus au cours de ces dernières décennies. Dans nos écoles de traduction et d’interprétation, tout porte à croire que l’accent est mis sur la professionnalisation et que la réflexion sur le traduire et ses itérations reste un parent pauvre de la discipline. Or, les corpus africains que les chercheurs passent à l’épreuve des théories montrent que l’Afrique regorge de ressources inédites susceptibles d’enrichir le discours traductologique. Plus particulièrement, la littérature qui a souvent alimenté les théories de la traduction est une ressource prolifique sur le continent. Des auteurs postcoloniaux aux écrivains contemporains, les mutations littéraires ne cessent de donner un visage renouvelé à l’architecture du champ traductologique (Bandia, 2001). Mais, rares sont les revues de traductologie qui se consacrent exclusivement aux études traductologiques dans une perspective africaine, malgré le nombre croissant d’écoles, de facultés et d’instituts de formation dans le domaine de la traduction et de l’interprétation dans des pays d’Afrique. Il faut néanmoins saluer l’initiative du Journal for Translation Studies in Africa dont le numéro inaugural est prévu pour septembre 2019. Cet intérêt de l’Afrique pour la traductologie, bien que fébrile, pourrait impulser une nouvelle dynamique de la pensée traductologique pour peu qu’on lui consacre des énergies. L’Afrique pourrait enrichir l’épistémologie de la discipline au vu du nombre important de langues et de cultures qu’elle abrite, et apporter un souffle nouveau à la trajectoire traductologique générale.

En outre, la transversalité de la traductologie pose un questionnement sur sa nature dans l’espace des disciplines telles qu’organisées dans les académies africaines puisqu’elle s’abreuve à divers champs de recherche tels que la linguistique, la littérature, l’histoire, la sociologie et la philosophie, entre autres. Longtemps considérée comme une sous-catégorie de la linguistique appliquée, cette discipline s’est progressivement affirmée, depuis le début des années soixante-dix, comme une science à part entière, en développant ses propres approches, théories, méthodes et outils, mais en cheminant aux côtés d’autres disciplines. La revue de l’Association camerounaise de traductologie, Critic (Cahiers de Recherches Interdisciplinaires en Traduction et Interprétation au Cameroun) se donne pour objectif de contribuer à combler ce vide traductologique dont souffre l’un des continents qui compte le plus grand nombre de langues après l’Asie. Dans cette perspective, la revue souhaite consacrer son numéro inaugural à la traduction et l’interprétation en Afrique. Les contributions, en français, en anglais ou en espagnol, doivent impérativement porter sur la traduction, l’interprétation et la traductologie en Afrique et répondre, sans exhaustivité, aux axes de recherche suivants :

  • Didactique de la traduction et de l’interprétation ;
  • Histoire de la traduction ;
  • Traduction audiovisuelle ;
  • Traduction littéraire ;
  • Translaboration ;
  • Technologie et traduction ;
  • Médiation interculturelle ;
  • Sociologie de la traduction ;
  • Interprétation communautaire ;
  • Interprétation formelle, etc.

Modalités de soumission

Les résumés des articles proposés (300 mots maximum) accompagnés d’une notice bio-bibliographique, attendus

au plus tard le 31 janvier 2019,

sont à envoyer à actracatras@gmail.com. Les articles dont le résumé aura été sélectionné seront attendus pour le 30 avril 2019.

Coordination 

  • Engola Stéphanie (Université de Yaoundé 1)
  • Oumarou Mal Mazou (CIRTI/Université de Liège)

Comité de rédaction            

  • Suzanne Ayonghe (Université de Buea)
  • Jean-Richard Dongho (Université de Buea)
  • Jean Jacques Ndongo (Université de Genève)
  • Titus Wanchia (Université de Buea)
  • Charles Tiayon (Université de Buea)

Comité Scientifique           

  • Paul Bandia (Université de Concordia)
  • Salah Bassalamah (Université d’Ottawa)
  • Georges L. Bastin (Université de Montréal)
  • Alexandre Ndeffo (Université de Buea)
  • Christine Pagnoulle (Université de Liège)
  • Charles Soh (ISTIC de Yaoundé)
  • Juan Miguel Zarandona (Universidad de Valladolid)

Bibliographie

Batchelor, Kathryn (2009). Decolonizing Translation. Francophone African Novels in English Translation. Manchester: St. Jerome Publishing.

Bandia, Paul (2008). Translation as Reparation. Writing and Translation in Postcolonial Africa.  Manchester & New York : St Jerome Publishing.

Bandia, Paul (2001). “Le concept bermanien de l’« Étranger » dans le prisme de la traduction postcoloniale” in TTR : traduction, terminologie, rédaction, Antoine Berman aujourd’hui, Volume 14, Numéro 2, 2e semestre, 2001, p. 123–139.

Chia N., Emmanuel et al. éds. (2009). Perspectives on Translation and Interpretation in Cameroon. Bamenda : Langaa.

Dates

  • jeudi 31 janvier 2019

Mots-clés

  • Afrique, traductologie, didactique, translaboration, histoire, interprétation

Contacts

  • Stéphanie Engola
    courriel : engolaamougou [at] yahoo [dot] fr
  • Oumarou Mal Mazou
    courriel : malmazou [at] yahoo [dot] fr

Source de l'information

  • Stéphanie Engola
    courriel : engolaamougou [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Pour une traductologie africaine », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 21 décembre 2018, https://calenda.org/525853

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal