AccueilInternet et les nouvelles formes de participation politique

Internet et les nouvelles formes de participation politique

Internet and the new forms of political participation

*  *  *

Publié le jeudi 20 décembre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

Ce colloque vise à réunir des travaux empiriquement fondés qui, à partir de données nouvelles et/ou de méthodes nouvelles, réinterrogent cette question devenue traditionnelle des effets des nouvelles technologies sur la participation politique.

Annonce

Lille, les 28 et 29 mars 2019  organisé par le projet ANR APPEL (ANR-14-CE29-0010)

Avec le soutien du CERAPS (Université de Lille), du CEDITEC (UPEC), du CEVIPOL (Université Libre de Bruxelles) et du CReSPo (Université Saint-Louis-Bruxelles)

Argumentaire

Les études sur la participation politique ont mis en évidence depuis déjà longtemps une profonde différence entre le petit nombre de celles et ceux qui participent beaucoup et la grande majorité des citoyen.ne.s qui ne participent qu'à très peu d'activités politiques, et pas toujours selon des considérations elles-mêmes "politiques" (Gaxie, 1978).

Toutefois, selon les tenants du paradigme de la mobilisation (« (new) mobilization ») (Hirzalla, van Zoonen et de Ridder, 2011), la baisse des coûts de participation, rendue possible par internet, aurait favorisé l’inclusion de nouveaux participants, notamment issus de groupes sociaux que des contraintes structurelles propres tenaient jusque-là éloignés des « formes instituées et temporellement circonscrites de la participation » (Wojcik, 2011).

Des travaux empiriques, aux Etats-Unis mais aussi en Europe, mettent ainsi en évidence les effets réels – bien que modestes - d’internet sur la mobilisation de nouveaux participants (Boulianne, 2015; Christensen, 2011). Selon eux, non seulement les médias sociaux – comme YouTube, Twitter, Flickr, Facebook, Tumblr etc. – servent pour des activités politiques, mais aussi l’utilisation d’internet inciterait davantage à voter ou à participer politiquement (Lee et alii, 2013), si bien que même le temps passé à “surfer tous azimuts” pourrait accroître l'activité politique (Wright, 2012; Margetts, 2015; Vaccari et alii, 2015). Certains avancent même que la maîtrise de l’internet pourrait être la ressource ou le coût d’entrée principal(e), voire unique, pour participer en ligne, indépendamment d’une quelconque motivation politique (Krueger, 2002 ; Anduiza et alii, 2010; Borge et Cardenal, 2011; Vicente et Novo, 2014).

L'activisme online se serait donc ajouté à l'activisme hors ligne selon des articulations encore pour partie à interroger. Pour certains, il ouvrirait sur de nouvelles logiques d'engagement, les logiques de l'action "connectée", différentes des logiques traditionnelles de l'action collective (Bimber et alii, 2005; Bennett et Segerberg, 2012), qui se traduiraient, comme pour l'activisme hors ligne, par des sous-modèles de e-participation (Cantijoch et Gibson, 2013) réfractant une pluralité de rapport au politique, du plus distant au plus actif (Leonard, 2009; Christensen, 2011; Vie, 2014). Il se traduirait ainsi par l'émergence de nouveaux modes d'action (Granjon, 2002a; Peretti et Micheletti, 2004; Greffet et Wojcik, 2008; Badouard, 2013; Théviot et Mabi, 2014; Babeau, 2014; Halupka, 2014), voire de nouveaux répertoires d'action (Granjon, 2002b, Van Laer et alii, 2010).

Pour d'autres, il y aurait plutôt des formes d'hybridation entre activisme en ligne et hors ligne (Wright, 2015). Celui-là pourrait notamment contribuer à la revitalisation d'un ensemble d'anciennes pratiques politiques, en les ouvrant à de nouveaux acteurs et à de nouvelles thématiques (Riehm et alii, 2014; Puschmann et alii, 2017). Il pourrait aussi permettre de subvertir certaines des limites traditionnelles de l'action collective (Margetts et alii, 2009). Il se traduirait surtout par des formes d'hybridation entre engagement hors ligne et engagement en ligne, variables selon les modes d'action et les individus (Bastos et alii, 2015; Lee et Chan, 2016).

Ces nouveaux acteurs/nouvelles actrices, impliqué.e.s dans de nouvelles formes d'action, en viendraient aussi à dire le politique autrement. Internet et les médias sociaux seraient en effet le théâtre de nouvelles formes d'énonciation politique, plus personnelles, plus "expressivistes" (Monnoyer-Smith, 2011), plus créatives, associées à des figures et des formats propres (Babeau, 2014; Benson, 2017). Que ce soient dans les anciens oripeaux du pétitionnement (Boure et Bousquet (2010, 2011); Hagen et alii, 2016) ou via de nouvelles plateformes comme Youtube (Van Zoonen et alii, 2010), s'inventeraient de nouvelles façons de parler politiquement et de s'engager politiquement.

Enfin, ces formes de participation politique, nouvelles tant par leurs auteurs que par leurs modes et leurs contenus, seraient supposées, selon certains, bénéficier aussi d'un impact nouveau. C'est ce que démontrent certains travaux en se focalisant sur des politiques publiques spécifiques  (Alathur, 2007; Navarria, 2010; Cotton, 2011; Panagiotopoulos, 2010; Morva, 2016). C'est ce qu'H.Margetts théorise pour l'action publique en général (Margetts, 2009). C'est surtout l'antienne qu'on retrouve dans l'ensemble des discours des cyber-enthousiastes qui mettent en avant les vertus démocratisantes des nouvelles technologies, depuis les travaux séminaux de Seymour Lipset (1960) jusqu’à ses différentes formes d’actualisation au fur et à mesure de la découverte et du développement de nouvelles technologies présentées comme des « technologies de la liberté » (Sola Pool, 1983) qui remettent en cause le contrôle centralisé des communications, ou comme des « technologies citoyennes » (« citizen technologies ») (Winner, 2014) en ce qu’elles sont supposées offrir à chacun un égal accès à la parole. Cette prophétie semblant s'être concrétisé à l'occasion de ce qui a été présenté comme les "e-révolutions" qui ont touché le "monde arabe" (Lim, 2013; Howard et Hussain, 2013).

Pourtant, les conclusions de ces travaux demeurent contestées. Aux cyberenthousiastes des démocraties occidentales et aux partisans de la thèse de la "mobilisation", s’opposent soit les tenants de la thèse de la “normalisation” (“normalization” ou “reinforcement”) (Margolis et Resnick, 2000), selon lesquels, pour l'essentiel, internet ne changerait rien à la participation politique, soit ceux de la thèse de la “substitution” qui arguent que les nouvelles technologies pourraient nourrir le « clicktivism » (ou « slacktivism » : activisme « mou » ou « paresseux ») (Shulman, 2009; Morozov, 2011) d’individus dont l’activité/activisme politique non-conventionnel(le) ne se concevrait et ne s’exprimerait plus que par internet (pétitions en ligne, groupes Facebook, etc.) tant ils auraient renoncé à franchir le pas de l’activisme offline dont ils ne souhaiteraient pas supporter les coûts et risques (déplacement, exposition publique, répression policière, etc.).

Se multiplient ainsi les travaux qui, en mettant la focale sur des pays, des media et modes d'action différents, à partir de dispositifs méthodologiques différents, se retrouvent pour conclure que, pour l'essentiel, ce sont des citoyens déjà actifs hors ligne qu'on retrouve dans les activités en ligne, si bien qu'Internet offrirait plutôt de nouvelles opportunités à ceux-ci qu'il conduirait à la mobilisation de citoyens auparavant passifs. Tout au plus, noterait-on un regain dans les catégories les plus jeunes, mais sans que les différences sociales ne soient réduites (Bimber, 1999 et 2001 ; Norris, 2003; Schlozman et alii, 2010; Van Laer, 2010; Oser et alii, 2013; Carlisle and Patton, 2013; Carman, 2014; Neihouser, 2014; Best et Krueger, 2005; Boyadjian, 2016; Escher et Riehm, 2017).

Certains avancent même qu'Internet ajouterait à la "fracture sociale" une "fracture numérique" (Norris, 2001), non seulement pour des raisons techniques, mais aussi et surtout pour des raisons cognitives. Internet exacerberait les différences d'activité entre les citoyens dans la mesure où seuls les plus instruits et les plus intéressés à la politique tireraient un réel bénéfice des nouvelles opportunités technologiques (Thomas et Streib, 2003; Weber et alii, 2003; Van Laer, 2010; Lindner et Riehm, 2011). On constaterait une hyper concentration des discussions (Dormagen et Boyadjian, 2016). On pourrait parler d'une "fracture numérique de second niveau (Min, 2010). D'autant qu'au-delà même des différences de niveau d'activité, les inégalités sociales et culturelles se retrouveraient distribuées désormais au sein même des pratiques en ligne, et notamment des pratiques politiques (Cardon, 2010).

De la même façon, on interroge la nouveauté des répertoires d'action (Bellon, 2014), celle des changements de contenu (Himelboim et alii, 2009; Dias da Silva, 2015) - en mettant en avant, d'une part, les filiations avec les anciens contenus (Chartron et Rebillard, 2007), et, d'autre part, le caractère faiblement délibératif des échanges liés à ces nouveaux modes d'action (Mutz et Wojcieszak, 2009; Poster, 1997) qui tiennent plus de "flame wars" (Dery, 1994) que de l'espace habermassien tel que l'avait imaginé Howard Rheingold (1994)- et, finalement, celle de leurs impacts. Au-delà de la remise en cause de l'impact des nouveaux médias dans les récents mouvements de mobilisation dans le "monde arabe" (Allal et Pierret, 2013; Contamin, 2016), on questionne leur efficacité en la comparant notamment à celle des modes d'action "traditionnels" (Hooghe et Marien, 2014; Escher et Riehm, 2017) ou en soulignant plus globalement l'incapacité de ces modes d'action à obtenir dans le monde "réel" les résultats espérés (Shulman, 2005 et 2009; Coleman et Blumler, 2009).

Cette idée incite les partisans de la thèse de la substitution à une remise en cause plus profonde encore. D'abord, en interrogeant le caractère politique même de beaucoup de ces échanges et de ces actions (Hoffman, 2012). Ensuite, en se demandant si internet ne détournerait pas les citoyens des véritables actions politiques au profit de formes de participation via les médias sociaux qui n'auraient pas de conséquences politiques réelles et qui serviraient surtout à accroître le sentiment d'utilité et de confort psychologique de ceux et celles qui les font (Morozov, 2011; Harlow et Guo, 2014; Schumann et Klein, 2015). On signerait des pétitions en ligne ou on ferait partie de groupes politiques sur Facebook plutôt que de s'engager dans des campagnes politiques de long terme (Joyce, 2010). On discuterait politique entre amis plutôt que de s'organiser pour influencer directement les autorités publiques (Schlozman et alii, 2010).

Reste qu'entre ces trois positions, les conclusions demeurent contradictoires. Quand certains mettent en avant le rôle politisant de Facebook (Chan, 2016), d'autres démontrent son rôle de "divertissement" à l'égard du politique (Theocharis et Lowe, 2016). Quand certains soulignent qu'Internet n'aurait pas permis un rééquilibrage de la participation politique entre hommes et femmes (Friedman, 2005), d'autres mettent en évidence un effet égalisateur (Sheppard, 2015). La difficulté de conclure est sans doute pour partie liée au fait qu'on utilise des méthodes éprouvées pour étudier la participation politique hors ligne en vue d'analyser ce qu'il en est de la participation en ligne. A l'inverse, on pourrait supposer que l'émergence, la multiplication et la diversification des formes de participation "politique" -le terme étant lui-même à discuter- en ligne (Facebook, twitter, instagram, youtube, forums de discussion, commentaires de sites, sites de pétition en ligne, plateformes plus institutionnelles,...), tout comme les opportunités qu'ouvre aux chercheurs la possibilité d'accéder à de nouvelles données massives, pourrait permettre de poser à nouveaux frais ces questions traditionnelles, à partir de données inédites et à partir de dispositifs méthodologiques eux-mêmes innovants.

C'est précisément autour de ce "pari" que ce colloque est pensé. Il vise à réunir des travaux empiriquement fondés qui, à partir de données nouvelles et/ou de méthodes nouvelles, réinterrogent cette question devenue traditionnelle des effets des nouvelles technologies sur la participation politique, en posant celle-ci à partir des différents angles qui ont pu être abordés :   

  -celui des participants, avec notamment la question de l'articulation entre "fracture sociale en matière de participation politique" ("participatory divide") et "fracture numérique" ("digital divide")

  -celui des modes d'actions, avec notamment la question de l'articulation entre modes d'action en ligne et hors ligne

  -celui des contenus, avec notamment la question du renouvellement ou non des formes d'énonciation du politique

  -voire, celui, des impacts, avec notamment la question des formes d'impact et de l'articulation avec l'impact des autres formes de participation politique.

Les travaux interdisciplinaires seront particulièrement bienvenus ainsi que des études qui portent sur des terrains nationaux ou internationaux variés. La dimension éthique et juridique de ce type d'études, qui supposent de travailler des données personnelles parfois pour partie à l'insu de ceux et celles qui les produisent, sera aussi un des enjeux de ce colloque.

Modalités de soumission

Les propositions de communication doivent comporter un titre et un résumé de 1 000 mots maximum (bibliographie non comptée) qui spécifient la question de recherche, décrivent les méthodes et les données utilisées et donnent une indication des résultats. Elles doivent être envoyées

pour le 31 décembre 2018

sur le lien suivant : https://goo.gl/forms/0EkYEYY2kxIYchgb2

Accord du comité scientifique sur la recevabilité de la contribution : 15 janvier 2019

Les auteur.e.s des propositions acceptées devront soumettre des articles complets avant la colloque pour faciliter les publications ultérieures.

Date-limite d'envoi des communications (50000 signes maximum, bibliographie incluse) : 15 mars 2019.

Les langues de communication seront le français et l'anglais. Si nécessaire, un système d'interprétariat sera mis en place (du français vers l'anglais).

Contact : Jean-Gabriel Contamin : jean-gabriel.contamin@univ-lille.fr

Calendrier

  • Date limite d’envoi des propositions : 31 décembre 2018

  • Réponse : 15 janvier 2019
  • Envoi des communications : 15 mars 2019
  • Colloque : 28 et 29 mars 2019

Comité scientifique

  • Christine Barats (sciences de l'information et de la communication, CEDITEC, Université Paris Descartes),
  • Jean-Gabriel Contamin (science politique, CERAPS, Université de Lille),
  • Anne Dister (linguistique, Université Saint-Louis-Bruxelles);
  • Philippe Gambette (informatique, LIGM, Université Paris-Est Marne-la-Vallée);
  • Jean-Marc Leblanc (sciences du langage, Ceditec, UPEC),
  • Martine Legris-Revel (sociologie, CERAPS, Université de Lille),
  • Régis Matuszewicz (science politique, CERAPS, Université de Reims),
  • Marcel Moritz (droit, CERAPS, Université de Lille),
  • Olivier Paye (science politique, CRESPPO, Université Saint-Louis-Bruxelles),
  • Marie Peres-Leblanc (TICE, CEDITEC, UPEC),
  • Jean-Benoît Pilet (science politique, CEVIPOL, Université Libre de Bruxelles),
  • Thomas Soubiran (Méthodes des sciences sociales, CERAPS, Université de Lille),
  • Julien Talpin (science politique, CERAPS, CNRS),
  • Stéphanie Wojcik (sciences de l'information et de la communication, CEDITEC, UPEC).

Bibliographie

Alathur S. (2007), "Citizen Participation and Effectiveness of E-petition: Sutharyakerelam –India", Transforming Government: People, Process and Policy, n°6 (4), p. 392-403.

Allal Amin et Thomas Pierret (2013), Au coeur des révoltes arabes. Devenir révolutionnaires, Paris, A.Colin.

Anduiza E., Gallego A. et Cantijoch M. (2010), "WITP Online Political Participation in Spain: The Impact of Traditional and Internet Resources", Journal of Information Technology & Politics, n°7, p. 356–368.

Babeau F. (2014), "La participation politique des citoyens ‘‘ordinaires’’ sur l’internet. La plateforme Youtube comme lieu d’observation", Politiques de communication, n° 3, p. 125-150.

Badouard R. (2013), "Les mobilisations de clavier. Le lien hypertexte comme ressource des actions collectives en ligne", Réseaux, n° 181, p.87-117.

Bastos, M. T., Mercea, D., & Charpentier, A. (2015). "Tents, tweets, and events: The interplay between ongoing protests and social media", Journal of Communication, n° 65(2), p. 320–350.

Bellon Anne (2014), "S'engager pour Internet. La mobilisation en ligne de la communauté informatique", Politiques de communication, n°2 (3), p. 151-175.

Bennett W.Lance et Alexandra Segerberg (2012), "The Logic of Connective Action", Information, Communication & Society, n°15 (5), p. 739-768.

Benson P. (2017), The discourse of YouTube: Multimodal Text in a Global Context, London, Routledge.

Best Samuel J. et Krueger Brian S. (2005), "Analyzing the Representativeness of Internet Political Participation", Political Behavior, n°27 (2), p. 183–216.

Bimber Bruce (1999), "The Internet and Citizen Communication. With Government: Does the Medium Matter?", Political Communication, n°16, p. 409-428.

Bimber Bruce (2001), "Information and Political Engagement in America: The Search for Effects of Information Technology at the Individual Level", Political Research Quarterly, n°54 (1), p. 53-67.

Bimber B., Flanagin A. J. et Stohl C. (2005), "Reconceptualizing collective action in the contemporary media environment", Communication Theory, n° 15.

Borge R. et Cardenal A. S. (2011), "Surfing the Net: A Pathway to Participation for the Politically Uninterested?", Policy & Internet, n°3, p. 1–29.

Boulianne Shelley (2015), "Social media use and participation: A meta-analysis of current research", Information, Communication & Society, n°18, p. 524-538.

Boure R. et Bousquet F. (2010), "Enjeux, jeux et usages d’une pétition politique. La pétition Vauzelle", Réseaux, n° 164, p. 127-160.

Boure R. et Bousquet F. (2011), "La construction polyphonique des pétitions en ligne. Le cas des appels contre le débat sur l’identité nationale", Questions de communication, n° 20, p. 293-316.

Boyadjian Julien (2016), Analyser les opinions sur Internet. Enjeux théoriques et défis méthodologiques, Paris, Dalloz.

Bullich V., Guignard T. (2014), "Les plates-formes de contenus numériques : une nouvelle intermédiation ?", in Jeanpierre L. ; Roueff O., La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives, Paris, Archives contemporaines, p. 201-210.

Cantijoch M. et Gibson R. K. (2013), "Conceptualizing and Measuring Participation in the Age of the Internet: Is Online Political Engagement Really Different to Offline ?", The Journal of Politics, n° 75, p.701-716.

Cardon Dominique (2010), La démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La république des idées ».

Carlisle Juliet E. et Patton Robert C. (2013), "Is Social Media Changing How We Understand Political Engagement? An Analysis of Facebook and the 2008 Presidential Election", Political Research Quarterly, n°66, p. 883-895.

Carman Christopher Jan (2014), "Barriers are Barriers: Asymmetric Participation in the Scottish Public Petitions System", Parliamentary Affairs, n° 67 (1), p. 151–171.

Chan Michael (2016), "Social Network Sites and Political Engagement: Exploring the Impact of Facebook Connections and Uses on Political Protest and Participation", Mass Communication and Society, n°19 (4), p. 430-451.

Chartron G., Rebillard F. (2007), "La publication sur le Web, entre filiations et innovations éditoriales", in Pedauque R.T., La redocumentarisation du monde, Éditions Cépaduès.

Christensen Henrik Serup (2011), "Political activities on the Internet: Slacktivism or political participation by other means?", First Monday, n°16 (2-7)

Christensen Henrik Serup (2012), "Simply slacktivism? Internet participation in Finland",  eJournal of eDemocracy & Open Government, n°4, p. 1–23.

Coleman Stephen et Blumler Jay G. (2009). The Internet and democratic citizenship: Theory, practice and policy, Cambridge, Cambridge University Press.

Contamin Jean-Gabriel (2016), "Merci à twitter » : Fondements et limites empiriques de la croyance en une révolution 2.0", in N.Desrumaux et J.J.Lavenue (dir.), E-révolutions et révolutions. Résistances et résiliences, Lille, Presses du Septentrion.

Cotton Ross (2011), "Political Participation and E-Petitioning: An Analysis of the Policy-Making Impact of the Scottish Parliament’s E-Petition System", Undergraduate Research Journal, University of Central Florida, n°6 (1).

Dery Mark (1994), Flame Wars: The Discourse of Cyberculture, Duke University Press Books.

Dias da Silva P. (2015), "La vidéo en ligne comme outil de communication politique en Europe", Communication & Langages, n° 183, p.59-81.

Dormagen Jean-Yves et Boyadjian Julien (2016), "The Mechanisms of Twitter Audience Reach : The Case of the French Political Twittersphere", IPSA Conference, Poznan.

Escher Tobias et Riehm Ulrich (2017), "Petitioning the German Bundestag: Political Equality and the Role of the Internet", Parliamentary Affairs, n° 70 (1), p. 132–154.

Friedman Elisabeth Jay (2005), "The Reality of Virtual Reality: The Internet and Gender Equality Advocacy in Latin America", Latin American Politics and Society, n°47 (3), p. 1-34.

Gaxie Daniel (1978), Le cens caché, Paris, Seuil.

Graham T. (2008), "Needles in a haystack: a new approach for identifying and assessing political talk in nonpolitical discussion forum", Javnost-The Public, n° 15 (2), p. 17-36.

Granjon F. (2002a), "Les militants-internautes : passeurs, filtreurs et interprètes", Communication, n° 22, p. 11-32.

Granjon F. (2002b), "Les répertoires d’action télématiques du néo-militantisme", Le Mouvement social, vol. 3, n° 200, p. 11-32.

Greffet F., Wojcik S. (2008), "Parler politique en ligne : une revue des travaux français et anglo-saxons", Réseaux, n° 150, p. 19-50.

Hagen Loni et alii (2016), "E-petition popularity: Do linguistic and semantic factors matter?", Government Information Quarterly, n° 33 (4), p. 783-795.

Halpern D., Gibbs J. (2013), "Social media as a catalyst for online deliberation? Exploring the affordances of Facebook and YouTube for political expression", Computers in Human Behavior, n° 29 (3), p. 1159-1168.

Halupka M. (2014), "Clicktivism: A Systematic Heuristic", Policy & Internet, n°6, p. 115–132.

Harlow, S. and Guo, L. (2014), "Will the Revolution be Tweeted or Facebooked? Using Digital Communication Tools in Immigrant Activism", J Comput-Mediat Comm, n°19, p. 463–478.

Himelboim I., Gleave E., & Smith, M. (2009), "Discussion catalysts in online political discussions: Content importers and conversation starters", Journal of Computer-Mediated Communication, n° 14 (4), p. 771–789.

Hirzalla F., van Zoonen L. et de Ridder J., "Internet Use and Political Participation: Reflections on the Mobilization/Normalization Controversy", The Information Society, n°27 (1), p. 1-15.

Hoffman L. (2012), "Participation or Communication? An Explication of Political Activity in the Internet Age", Journal of Information Technology & Politics, n°3, p.217-233.

Hooghe Marc et Marien Sofie (2014), "How to reach Members of Parliament? Citizens and Members of Parliament on the Effectiveness of Political Participation Repertoires", Parliamentary Affairs, n° 67 (3), p. 536–560.

Howard Philip N. et Hussain M. (2013), Democracy's Fourth Wave?: Digital Media and the Arab Spring, Oxford, Oxford University Press.

Joyce Mary (2010), Digital Activism Decoded: The New Mechanics of Change, New York, International Debate Education Association.

Karpf, D. (2010), "Online Political Mobilization from the Advocacy Group's Perspective: Looking Beyond Clicktivism", Policy & Internet, n°2, p. 7–41.

Krueger Brian S. (2002), "Assessing the Potential of Internet Political Participation in the United States. A Resource Approach", American Politics Research, n° 30 (5), p. 476-498.

Lee C., Chen D., Huang T. (2013), "The Interplay Between Digital and Political Divides: The Case of E-Petitioning in Taiwan", Social Science Computer Review, n°32, p. 37–55.

Lee Francis L.F., Chan Joseph Man (2016), "Digital media activities and mode of participation in a protest campaign: a study of the Umbrella Movement", Information, Communication & Society, n°19 (1), p. 4-22.

Leonard Cindy (2009). "In defense of “slacktivism”", Robert Morris University, Bayer Centre for Nonprofit Management,

 https://bayercenter.wordpress.com/2009/09/01/in-defense-of-slacktivism/

Lim M. (2013), "Framing Bouazizi: ‘White lies’, hybrid network, and collective/connective action in the 2010/11 Tunisian uprising", Journalism, n°14, p. 924–941.

Lindner R. and Riehm U. (2011), "Broadening Participation Through E-Petitions? An Empirical Study of Petitions to the German Parliament", Policy & Internet, n°3, p. 1–23.

Lipset Seymour M. (1960), Political man. The Social Bases of Politics, New York, Garden City (N.Y.), Doubleday.

Margetts, Helen Z (2009), “The Internet and Public Policy”, Policy & Internet, n°1 (1), p.1-21.

Margetts H., John P. et Escher T. (2009), "Can the internet overcome the logic of collective action? An experimental approach to investigating the impact of social pressure on political participation", Paper to the Political Studies Association Annual Conference, University of Manchester, 7-9 April 2009.

Margetts H.Z., John P., Hale S.A., et Reissfelder S., "Leadership without Leaders? Starters and Followers in Online Collective Action", Political Studies, 2015, n° 63 (2).

Margolis M. et Resnick D. (2000), Politics as usual: The cyberspace “revolution", Thousand Oaks, Sage publications.

Min Seong-Jae (2010), "From the Digital Divide to the Democratic Divide: Internet Skills, Political Interest, and the Second-Level Digital Divide in Political Internet Use", Journal of Information Technology & Politics, n° 7 (1), p.22-35.

Monnoyer-Smith L. (2011), "La participation en ligne, révélateur d’une évolution des pratiques politiques ?", Participations, n° 1, p.156-185.

Morozov E. (2011), The Net Delusion: The Dark Side of Internet Freedom, Public Affairs.

Morva Oya (2016), "Are E-Petitions Operative for Change? On the Effectiveness and the Transformative Potential of E-Petitioning", Proceedings of International Academic Conferences.

Mutz D., Wojcieszak M. (2009), "Online Groups and Political Discourse: Do Online Discussion Spaces Facilitate Exposure to Political Disagreement?", Journal of Communication, n° 59, p. 40-56.

Navarria (2010), "e-Petitioning and Representative Democracy: a doomed marriage? - Lessons learnt from the Downing Street e-Petition Website and the case of the 2007 Road-Tax petition", The Internet, Policy & Politics Conferences, Oxford Internet Institute, University of Oxford.

Neihouser M. (2014), "Les blogs politiques, un support favorable à l’engagement citoyen ?", Politiques de communication, n° 3, p. 59‑84.

Norris P. (2001), Digital divide: Civic engagement, information poverty, and the internet worldwide, Cambridge, Cambridge University Press.

Norris P. (2003), "Preaching to the Converted? Pluralism, Participation and Party Websites", Party Politics, n° 1, p. 21-45.

Oser J., Hooghe M. et Marien S. (2013), "Is Online Participation Distinct from Offline Participation? A Latent Class Analysis of Participation Types and Their Stratification", Political Research Quarterly, n° 66 (1), p. 91-101.

Panagiotopoulos Al-Debei (2010), "Engaging with Citizens Online: Understanding the Role of ePetitioning in Local Government Democracy", The Internet, Policy & Politics Conferences, Oxford Internet Institute, University of Oxford.

Peretti J., Micheletti M. (2004), "The Nike Sweatshop Email: Political Consumerism, Internet, and Culture Jamming", in Micheletti M., A. Follesdal et D. Stolle, Politics, Products, and Markets. Exploring Political Consumerism Past and Present, Transaction Publishers.

Poster Mark (1997), "Cyberdemocracy : The Internet and the Public Sphere", in David Holmes (ed.), Virtual Politics, Identity and Community in Cyberspace, Sage, Londres, p. 212- 228.

Puschmann Cornelius, Marco Toledo Bastos & Jan-Hinrik Schmidt (2017), "Birds of a feather petition together? Characterizing e-petitioning through the lens of platform data", Information, Communication & Society, n°20 (2), p. 203-220.

Rheingold Howard (1994), The Virtual Community. Homesteading on the Electronic Frontier, Harper Perennial, New York.

Riehm Ulrich, Böhle Knud et Lindner Ralf (2014), Electronic petitioning and modernization of petition systems in Europe, S.l., Books on demand.

Schlozman K. L., Verba S. et Brady H. (2010), "Weapon of the Strong? Participatory Inequality and the Internet", Perspectives on Politics, n° 8 (2), p.487-502.

Schumann, S., & Klein, O. (2015), "Substitute or stepping stone? Assessing the impact of lowthreshold online collective actions on offline participation", European Journal of Social Psychology, n° 45(3), p. 308–322.

Sheppard Jille (2015), "Online petitions in Australia: Information, opportunity and gender", Australian Journal of Political Science, n°50 (3), p. 480-495.

Shulman Stuart W. (2005), "The Internet still might (but probably won’t) change everything: Stakeholder views on the future of electronic rulemaking", I/S: A Journal of Law and Policy for the Information Society, n° 1 (1),  p. 111–145.

Shulman Stuart W. (2009), "The case against mass e–mails: Perverse incentives and low quality public participation in U.S. federal rulemaking", Policy & Internet, n°1 (1), p.23-53..

Sola Pool (Ithiel de) (1983), Technologies of Freedom, Cambridge, Belknap Press.

Theocharis Yannis, Lowe William E. M. (2016), "Does Facebook increase political participation? Evidence from a field experiment", Information, Communication & Society, n°19 (10), p. 1465-1486.

Théviot A., Mabi C. (2014), "S’engager sur Internet. Mobilisations et pratiques politiques", Politiques de communication, n° 3, p. 5-24.

Thomas John Clayton et Streib Gregory (2003), "The New Face of Government: Citizen-Initiated Contacts in the Era of E-Government", Journal of Public Administration Research and Theory: J-PART, n°13 (1), p. 83-101.

Vaccari C., Valeriani A., Barberá P., Bonneau R., Jost J. T., Nagler J. et Tucker, J. A. (2015), "Political Expression and Action on Social Media: Exploring the Relationship Between Lower- and Higher-Threshold Political Activities Among Twitter Users in Italy", J Comput-Mediat Comm, n°20, p. 221–239.

Van Laer Jeroen (2010), "Activists Online and Offline: The Internet as an Information Channel for Protest Demonstrations", Mobilization: An International Quarterly, n°15 (3), p. 347-366.

Van Laer Jeroen & Aelst Peter. (2010), "Internet and Social Movement Action Repertoires", Information. Communication & Society, p. 1146-1171.

Van Zoonen L., Vis F. et Mihelj S. (2010), "Performing Citizenship on YouTube: Activism, Satire and Online Debate around the anti-Islam Video Fitna", Critical Discourse Studies, vol 7, n° 4.

Vicente M.R. et A. Novo (2014), "An empirical analysis of e-participation. The role of social networks and e-government over citizens’ online engagement", Government Information Quarterly, n° 31 (3), p. 379‑387.

Vie S. (2014), "In defense of “slacktivism”: The Human Rights Campaign Facebook logo as digital activism", First Monday, n° 19 (4).

Weber Lori M., Loumakis Alysha, Bergman James (2003), "Who Participates and Why? An Analysis of Citizens on the Internet and the Mass Public", Social Science Computer Review, n°21 (1), p. 26-42.

Winner (Langdon) (1994), "From the Pump to the Loom: New Infrastructure and American Democracy", in Albert Teich (ed.), Science and Technology Policy Yearbook, Washington, D.C., AAAS, p. 87-92.

Wojcik (Stéphanie) (2009), "Prendre la démocratie électronique au sérieux. : De quelques enjeux et controverses sur la participation politique en ligne". L’Harmattan. La démocratie électronique, Nov 2009, Besançon, Questions contemporaines. <halshs-00591937>

Wright S. et Street J. (2007), "Democracy, deliberation and design: the case of online discussion forums", New Media Society, n° 9 (5), p. 849-870.

Wright S. (2012), "From ‘Third place’ to ‘Third space’: everyday political talk in non-political online spaces", Javnost-The Public, n° 19 (3).

Wright Scott (2015), "Populism and Downing Street E-petitions: Connective Action, Hybridity, and the Changing Nature of Organizing", Political Communication, n°32 (3), p. 414-433.

Lieux

  • Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales de Lille - 1 place Déliot
    Lille, France (59)

Dates

  • lundi 31 décembre 2018

Fichiers attachés

Mots-clés

  • internet, action politique, e-démocratie, engagement, participation politique, énonciation du politique

Contacts

  • Jean-Gabriel Contamin
    courriel : jean-gabriel [dot] contamin [at] univ-lille [dot] fr

Source de l'information

  • Jean-Gabriel Contamin
    courriel : jean-gabriel [dot] contamin [at] univ-lille [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Internet et les nouvelles formes de participation politique », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 20 décembre 2018, https://calenda.org/530113

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal