AccueilL'émeute

L'émeute

The riot - a historical, conceptual and political subject

Objet historique, conceptuel et politique

*  *  *

Publié le lundi 17 décembre 2018 par Céline Guilleux

Résumé

L’émeute est, pour les sciences sociales, un objet d’étude problématique. Charles Tilly soulignait que le mot appartient au répertoire de la répression, à tout cet ensemble « des paroles infamantes que ne prononcent presque jamais les acteurs eux-mêmes ». Pourtant, son constat n’est pas entièrement exact : « émeute », y compris avec la charge de violence, de désordre et d’improvisation que porte le mot, est parfois revendiqué comme désignant une forme d’action jugée légitime par certains groupes. Pour Tilly, le biais qu’il soulignait était ainsi une raison pour ne pas employer le terme comme catégorie d’analyse du politique. Pour nous, la question reste ouverte. L’émeute oblige à s’interroger sur les critères qui permettent de penser la légitimité d’une contestation violente dans un État de droit : peut-on penser l’émeute comme une modalité d’exercice du droit de résistance ? Où doit-on la situer dans la distinction entre guerre et paix ?

Annonce

Cette journée d'études est la première d'une série de trois, organisées par le GHRis, l'ERIAC et le CEVIPOF.

Présentation

L’émeute est, pour les sciences sociales, un objet d’étude problématique. Charles Tilly soulignait que le mot appartient au répertoire de la répression, à tout cet ensemble « des paroles infamantes que ne prononcent presque jamais les acteurs eux-mêmes ». Pourtant, son constat n’est pas entièrement exact : « émeute », y compris avec la charge de violence, de désordre et d’improvisation que porte le mot, est parfois revendiqué comme désignant une forme d’action jugée légitime par certains groupes. Pour Tilly, le biais qu’il soulignait était ainsi une raison pour ne pas employer le terme comme catégorie d’analyse du politique. Pour nous, la question reste ouverte. L’émeute oblige à s’interroger sur les critères qui permettent de penser la légitimité d’une contestation violente dans un État de droit : peut-on penser l’émeute comme une modalité d’exercice du droit de résistance ? Où doit-on la situer dans la distinction entre guerre et paix ?

Programme

Pour ce 20 décembre, nous recevrons:

  • Christophe Granger (Centre d’histoire sociale du XXe siècle - Paris1/CNRS) Auteur de « L’Amérique et le démon de la race », Préface à Carl Sandburg, Les émeutes raciale de Chicago, juillet 1919, Paris, Anamosa, 2016.
  • Gérard Mauger (CESSP-CSE CNRS) Auteur de L’émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Broissieux, Éd. du Croquant, coll. Savoir/agir, 2006.
  • Diogo Sardinha (LLCP- Paris 8) Auteur de « Motus, meute, émeute : formes du mouvement sauvage », Principios, juillet-décembre 2012, p. 109-133.

Commentateurs/trices 

  • Simon Le Roulley (CERREV - Uni. de Caen)
  • Ludivine Bantigny (GHRis - Univ de Rouen)
  • Thomas Cuvelier (CRFDP - Univ de Rouen)

Lieux

  • Salle du Conseil, Bâtiment A, Université de Rouen-Normandie - Rue Lavoisier
    Mont-Saint-Aignan, France (76)

Dates

  • jeudi 20 décembre 2018

Mots-clés

  • émeute, violence, droit, résistance, ordre démocratique

Contacts

  • Déborah Cohen
    courriel : deborah [dot] cohen [at] univ-rouen [dot] fr
  • Vincent Millou
    courriel : vincent [dot] millou [at] sciencespo [dot] fr

Source de l'information

  • Déborah Cohen
    courriel : deborah [dot] cohen [at] univ-rouen [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L'émeute », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 17 décembre 2018, https://calenda.org/540309

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal