HomeChoreographies. Writing and design, sign and image in processes of creation and choreographical transmission (15th-21st centuries)

Choreographies. Writing and design, sign and image in processes of creation and choreographical transmission (15th-21st centuries)

Chorégraphies. Écriture et dessin, signe et image dans les processus de créations et de transmissions chorégraphiques (XVe-XXIe siècle)

*  *  *

Published on Friday, January 11, 2019 by Céline Guilleux

Summary

À partir des fonds conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Centre national de la danse, le programme invite à penser la place des pratiques graphiques et de l’image dans la création chorégraphique et dans ses processus de transmission, depuis les premières expériences du XVIe siècle jusqu’aux créations et interprétations contemporaines, quand le recours au dessin comme outil de l’exploration esthétique interroge aussi le statut des créations graphiques et de l’image, supports transitoires, traces du processus somatique, en deçà de l’œuvre.

Announcement

Argumentaire

Descriptions verbales, représentations de la figure, conceptualisation du corps en mouvement et images des traces, du « chemin » sur la page devenue « sol métaphorique », les notations et partitions chorégraphiques révèlent la complexité des réseaux de relations techniques, esthétiques et matérielles entre arts visuels et création chorégraphique. Ces objets essentiels à l’histoire de la danse s’inscrivent également dans une histoire du livre et des publications scientifiques et dans une culture de la représentation technique des arts. Traités, recueils ou notes de chorégraphes relèvent de notations et de systèmes d’écriture multiples, sans cesse renouvelés, qui mêlent parfois images du danseur et transcription de la fluidité du mouvement dans des créations composites, dans l’hybridation du signe et de la figure dont il s’agira d’analyser les sources et correspondances visuelles (histoire de l’ornement, art des jardins, chronophotographie…).

À partir des fonds conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Centre national de la danse, le programme invite à penser la place des pratiques graphiques et de l’image dans la création chorégraphique et dans ses processus de transmission, depuis les premières expériences du XVIe siècle jusqu’aux créations et interprétations contemporaines, quand le recours au dessin comme outil de l’exploration esthétique interroge aussi le statut des créations graphiques et de l’image, supports transitoires, traces du processus somatique, en deçà de l’œuvre.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la danse

Programme

16 janvier 2019

  • Marie Glon (université Lille 3), Mathias Auclair (BnF), Laurent Barré (CND), Juliette Riandey (CND) : « Danses sur papier » : quelles perspectives entre écriture et dessin ? 

13 février 2019

  • Sophie Jacotot (EHESS / Labex CAP) : L’écriture Conté, outil de composition et/ou de transmission en danse ?

Dans cette présentation, il s’agira de s’intéresser aux spécificités du système d’écriture du mouvement conçu par Pierre Conté dans les années 1930, au regard de la formation, des sources (notamment la biomécanique d'étienne-Jules Marey) et du projet de son auteur.

En s’appuyant sur l’analyse de deux fonds de partitions (fonds Conté conservé à la BnF et fonds Crang conservé à la médiathèque du CND), on s’intéressera à certains des usages en matière de composition chorégraphique et de transmission qui en ont été faits jusqu’à nos jours.

Informations pratiques

13 février 2019 - 17h-19h

Galerie Colbert, salle VasariInstitut national d’histoire de l’art2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs75002 Paris

Entrée libre

20 mars 2019

  • Susan Rosenberg (université Saint John, New York), Marie-Charlotte Chevalier (danseuse et notatrice), Modération par Marcella Lista (Centre Pompidou) : Trisha Brown : dessiner, noter, interpréter

En 1976, Trisha Brown présente Locus pour la première fois et montre publiquement le rôle du dessin dans son processus de création. Elle présente une « partition » constituée d’un diagramme qui organise la génération et la spatialisation du mouvement.Le dessin s’assume alors comme un outil de création, dans une proximité remarquable avec l’art minimal et conceptuel. Susan Rosenberg reviendra ainsi sur les pratiques graphiques de Trisha Brown et la place qu’elles occupent dans sa carrière. Un point de vue mis en dialogue avec celui d’une danseuse et notatrice, Marie-Charlotte Chevalier qui a travaillé sur la transcription de Newark en cinétographie Laban à partir de plusieurs fonds d’archives et d’entretiens.

Informations pratiques

20 mars 2019 - 17h-20h

Galerie Colbert, salle VasariInstitut national d’histoire de l’art2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs75002 Paris

Entrée libre

15 mai 2019 – Figurer le mouvement dans les traités de danse et de jeux sportifs de la première modernité

17h-20h, Galerie Colbert, salle Vasari

À partir des fonds conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Centre national de la danse, le programme invite à penser la place des pratiques graphiques et de l’image dans la création chorégraphique et dans ses processus de transmission, depuis les premières expériences du XVIe siècle jusqu’aux créations et interprétations contemporaines, quand le recours au dessin comme outil de l’exploration esthétique interroge aussi le statut des créations graphiques et de l’image, supports transitoires, traces du processus somatique, en deçà de l’œuvre.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la danse

Intervenantes

  • Antonella Fenech Kroke (Centre Chastel)
  • Marina Nordera (université Côte d’Azur)

Marina Nordera : « Come nel presente disegno si dimostra » : les planches gravées de Le Gratie d’Amore de Cesare Negri (1602)

Cette contribution propose une analyse de la codification et de la représentation du corps dansant dans les planches gravées par Leone Pallavicino d’après les dessins de Mauro Rovere pour Le Gratie d’Amore de Cesari Negri (Milan, 1602). Le processus de publication de ce traité sera étudié dans le cadre de la production artistique et de la culture visuelle milanaise de cette époque et en relation aux techniques de danse qui en constituent l’objet. En particulier, dans 16 des 29 planches l’attention est portée au corps masculin dansant en situation d’apprentissage. Ces images ne se limitent pas à illustrer le texte, mais contribuent à transmettre une certaine conception de la corporéité, ainsi que des qualités posturales, gestuelles et dynamiques par lesquelles ces partitions corporelles visent à mettre en mouvement le lecteur, qui devient danseur.

Antonella Fenech Kroke Le geste et la règle. Techniques du corps et du jeu

Pendant la première modernité s’engage un processus qui vise à la formation et à l’idéalisation de l’homo sportivus et fait écho à la normalisation des techniques ludiques et corporelles engagée par une littérature dont l’essor remonte au XVe siècle. Dans de nombreux traités des jeux, les images sont appelées à visualiser les contenus textuels tout façonnant une nouvelle norme ludique. Dans ma contribution je prendrai en considération le potentiel des images qui est mis à profit par cette littérature consacrée aux pratiques sportives en vue de la fixation, de la transmission et de l’apprentissage des pratiques ludico-sportives.

19 juin 2019 – Photographie, biomécanique et praxéologie motrice : les sciences auxiliaires dans la notation et la reconstitution de la danse antique de 1895 à nos jours 

En introduisant l’outil photographique et la chronophotographie, les travaux de Maurice Emmanuel ont engagé en 1895 un tournant inédit dans l’étude de la danse antique. À l’approche esthétique et historique se mêlait la question de l’écriture chorégraphique, qui inspira notamment Eva Palmer et Isadora Duncan dans leurs processus de recréation et de transmission du geste antique. Ces travaux ont été poursuivis dans les années 1960 par Germaine Prudhommeau avec la cinématographie, puis par Marie-Hélène Delavaud-Roux. Aujourd’hui, les humanités numériques et les sciences cognitives permettent de revenir de manière nouvelle sur la notation et la culture visuelles du geste chorégraphique et de la danse antiques.

Intervenante 

  • Audrey Gouy (EPHE)

Introduction par Marine Kisiel (musée d'Orsay)

Comité scientifique

  • Mathias Auclair (BnF)
  • Laurent Barré (CND)
  • Sarah Burckhalter (Institut suisse des sciences artistiques, SIK-ISEA)
  • Benoît Cailmail (BnF)
  • Pauline Chevalier (INHA), Marie Glon (université Lille 3)
  • Joël Huthwohl (BnF)
  • Juliette Riandey (CND)
  • Laurence Schmidlin (musée des Beaux-Arts de Lausanne)
  • Laurent Sebillotte (CND)
  • Delphine Vernozy (Labex Obvil)

Dans le cadre du programme de recherche « Chorégraphies. Écriture et dessin, signe et image dans les processus de création et de transmission chorégraphiques », sous la direction de Pauline Chevalier (domaine Histoire des disciplines et des techniques artistiques)

Places

  • Galerie Colbert, salle Vasari - 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
    Paris, France (75)

Date(s)

  • Wednesday, January 16, 2019
  • Wednesday, February 13, 2019
  • Wednesday, March 20, 2019
  • Wednesday, May 15, 2019
  • Wednesday, June 19, 2019

Keywords

  • dessin, chorégraphie, écriture, signe, image, création

Information source

  • Florencia Montes
    courriel : florencia [dot] montes [at] inha [dot] fr

To cite this announcement

« Choreographies. Writing and design, sign and image in processes of creation and choreographical transmission (15th-21st centuries) », Seminar, Calenda, Published on Friday, January 11, 2019, https://calenda.org/547636

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal