AccueilProduits locaux et leur impact sur la valorisation du mode de vie dans le Maroc saharien

Produits locaux et leur impact sur la valorisation du mode de vie dans le Maroc saharien

Local products and their impact on lifestyles in Saharan Morocco

Approche esthétique et enjeux de développement et de communication

Aesthetic approaches and issues in development and communication

*  *  *

Publié le mercredi 20 février 2019 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Le présent colloque s’inscrit dans le cadre des « Rencontres culturelles et scientifiques sur le développement culturel et l’avenir du territoire, dans des régions du sud du Maroc, à partir des notions de marketing, de promotion, de médiatisation et de développement.

Annonce

Tata, 27 et 28 avril 2019

Présentation

L’association MOULTAKA des jeunes pour le développement (AMJD), section de Tata, le laboratoire de recherche sur les langues et la communication (LARLANCO), sis à la faculté des lettres et des sciences humaines de l’université Ibn Zohr d’Agadir, le Conseil provincial de Tata, Centre Souss Massa pour le développement culturel et le Centre de recherche sur la culture, la communication et le développement territorial organisent la 3ème édition du colloque sous le thème : « Produits locaux et leur impact sur la valorisation du mode de vie dans le Maroc saharien : Approche esthétique et enjeux de communication et de développement », les 27 et 28 avril 2019 au Complexe socioculturel de Tata.

Le présent colloque s’inscrit dans le cadre des « Rencontres culturelles et scientifiques sur le développement culturel et l’avenir du territoire, dans des régions du sud du Maroc, à partir des notions de marketing, de promotion, de médiatisation et de développement.

Argumentaire

Les liens entre les produits locaux et le territoire ont toujours été étroits et contestés non seulement pour affirmer que la « qualité » d’un produit est liée à son environnement, mais aussi pour qualifier le territoire lui-même.

Aujourd’hui, au Maroc, et depuis le siècle dernier, la valorisation et la promotion des produits locaux sont fortement réinvesties dans les politiques publiques, dans le discours des autorités au niveau central et local, au sein des agricultures et des fabricants de produits agroalimentaires, mais aussi dans le domaine culinaire, la publicité, le marketing, les médias audiovisuels et la recherche scientifique.

Certes, les produits agricoles véhiculent les qualités d’un lieu et les valeurs de ses habitants, au même titre que d’autres produits locaux à caractère socioculturel, naturel, artistique. Ils font partie du patrimoine et reflètent ainsi l’identité du territoire et ses spécificités.

Pour notre part, nous nous intéressons à scruter une dimension intégrale et pluridisciplinaire du « produit local », à élargir le champ de recherche et d’investigation pour mettre en exergue ses déclinaisons, autres que l’agroalimentaire, comme le tapis, le mariage, les fêtes, le vestimentaire, le cosmétique et la parure, l’architecture, le patrimoine naturel, la médecine traditionnelle, les artisans des Ksour. On peut encore citer le pastoralisme, les spectacles, la chanson, la chorégraphie, les jeux éducatifs, les récits humoristiques et satiriques, les modes d’irrigation, etc. Il en est de même pour d'autres créations qui incarnent la culture locale et les valeurs d’un territoire et ses modes de vie.

Nous visons à démontrer comment ces produits participent, à la fois, à la patrimonialisation du territoire et à son développement. Il semble ainsi que les liens entre les produits locaux et le territoire illustrent les valeurs attribuées au rural, à la campagne, aux oasis… et contribuent à la découverte des modes de vies en leur sein.

Partant de l’idée que les produits locaux sont le capital d’une population, fruit d’un savoir-faire d’experts et d’artisans, ce colloque cherche à examiner la relation entre ces produits et leurs contextes culturels ainsi que leur environnement territorial, et d’explorer les moyens et les outils de leur valorisation. Il vise, également, à mettre en évidence les compétences et l’expertise à l’œuvre dans les métiers des régions du Maroc saharien afin de les débattre et d’en questionner la transmission ainsi que les moyens de conservation et de préservation de « ces professions» à caractère socioculturel et économique et à haute valeur patrimoniale.

Aujourd’hui, et à l’ère de la mondialisation, où plane l’idée de « village planétaire » (M .Macluhan), il faut souligner que les produits locaux constituent des vecteurs de la résistance à l’uniformisation des cultures, des goûts et des modes de vivre et de consommation. Ils sont, en outre, des indices du retour au local, de la consolidation de la culture et de l’économie solidaire et participative propres au aux populations locales.

Ces produits locaux sont, également, des créations frappées d’inédit et d’authenticité, propres aux groupes humains qui les réalisent pendant une époque et dans un lieu spécifique. Ils incarnent ainsi les différents modes de vie des populations qui en sont à l’origine. Il est fortement admis que chaque groupe a sa propre culture distincte et particulière (Denys Cuche, 2004, p. 46). Le système d'irrigation, par exemple, les types d’aliments, les recettes gastronomiques et le calendrier des festivités sont variés en fonction des régions. De même qu’ils sont différents selon les rituels et les traditions des habitants et leur rapport à la nature ainsi qu’en fonction de leur appartenance sociale. Il est essentiel de dire, par ailleurs, que l’utilisation, dans la vie courante, de certains produits locaux, par la population elle-même, n’est pas dépourvue de charge symbolique et sociale, et qu’elle conserve, à bien des égards, un certain style et une manière originale de voir le monde inhérentes à l’esprit qui a nourri leur réalisation. Par exemple, «c’est la coiffeur féminine qui, dans le sud du Maroc, a donné la meilleure image idéale de cette valeur ethnique » (M. M-Barde, Coiffures féminines du Maroc, Edisud, 1990, p: 9).

La préservation d’un produit local et sa conservation, voire la pérennisation de sa production, de sa promotion, prônent également, un autre mode de développement valorisant les ressources économiques, naturelles ainsi que le capital humain et les cultures locales. Ils atténuent, parallèlement, l’exode rural, entre autres. C’est ainsi que l’attachement aux territoires impacte le développement local et crée de nouvelles formes d’économie solidaire, mobilise les citoyens de leurs régions, génère des emplois, renforce la culture locale, notamment par sa diffusion et son adaptation pour la relayer via les moyens de communication les plus appropriés de nos jours. Il constitue, sur un autre plan, une base de données de l’artisanat, du patrimoine architectural, voire une manne d’inspiration au tournage de films, destinés au ciné-tourisme et au tourisme culturel et scientifique.

Nous nous intéressons aussi aux différents produits locaux mentionnés ci- dessus, non seulement de par leur ancrage géographique, mais aussi à leur forme et leur matière et aux circonstances de leur réalisation ; à leur circulation et à leur commercialisation ; à la qualité d’un lieu ou d’un territoire donné. D'où l'importance de la diffusion, de la promotion et du marketing de ces produits. Dans ce sens les médias modernes jouent un rôle prépondérant.

La valorisation des produits locaux, ne peut pas se faire sans l’existence d’une stratégie forte de commercialisation et de promotion. Dans ce cadre, la mobilisation des supports de communication et des médias à la mise en valeur et à la diffusion de ces produits est indispensable. En effet, le marketing médiatique promeut la dynamique territoriale et fait sa promotion à travers les campagnes de valorisation des produits locaux. Ils sont, ainsi destinés et convoités par des magasins, des centres commerciaux, des grandes surfaces, des

organismes locaux, des hôtels, des aéroports, des collectivités locales ainsi que la société civile.

Par conséquent, il convient de s’interroger sur l’existence d’une stratégie nationale de communication pour mettre en valeur les produits locaux, outre les produits agricoles ? Existe-t-il des campagnes médiatiques visant à promouvoir les produits locaux, matériels et immatériels ? Quel est le rôle de la télévision dans la mise en valeur du patrimoine autochtone, artisanal et artistique, selon une nouvelle approche et sous de nouveaux formats ?

L’idée de la valorisation des différents produits locaux et leur mise à niveau en fonction des mutations socioculturelles et économiques dans le Maroc saharien et dans des régions similaires, marquées par la précarité, ainsi que leurs rôles dans la mise en évidence des modes de vie dans ces territoires sont les idées fédératrices de ce colloque.

Il s’agit, dès lors, d’adopter une posture réflexive et de s’interroger sur des dimensions originales de ces thématiques, notamment l’approche esthétique, le volet communication et le développement qui serviront la commercialisation des produits locaux du Maroc saharien, des oasis de Tata et des régions identiques, en confrontant les approches pluridisciplinaires et en mettant à profit la participation d’acteurs publiques et professionnels.

Pour ce faire, les propositions devront se pencher, à titre indicatif et non exhaustif, sur les axes suivants :

Premier axe : Approche culturelle et esthétique des produits locaux

  • Les formes et types de tapis dans le Maroc saharien : comment manifestent-ils la diversité ethnique et le brassage culturel et artistique ?
  • Le mariage, la musique, la coiffure et le vestimentaire des femmes dans le Maroc
  • L'art plastique marocain et les produits locaux : comment les peintres marocains exploitent et investissent les produits locaux dans leurs
  • La diversité ethnique et la diversité architecturale, naturelle et animale du Maroc saharien à l’épreuve de la carte postale et de la photographie sur le Maroc.
  • Quelles types d’écriture pour les produits locaux dans les arts de la scène et la littérature marocains ?
  • Projets de dictionnaires scientifiques et de communication dédiés aux produits locaux du Maroc

Deuxième axe : produits locaux et enjeux de développement

Le patrimoine gastronomique et culinaire dans le Maroc saharien : l’identité culturelle comme levier de développement.

  • L’architecture du sud du Maroc : composantes naturelles, contenu culturel et historique et savoir-faire des
  • Les produits locaux en tant que moyens d'attraction du tourisme culturel, religieux et scientifique dans le Maroc saharien.
  • Produits locaux : un nouveau concept pour l'économie locale et la solidarité (deuxième pilier du Plan Maroc Vert).
  • Les coopératives des produits locaux (agricoles et artisanaux traditionnels) et leur contribution au développement

Troisième axe : produits locaux et moyens de communication pour la valorisation et la commercialisation

  • Les produits locaux et la valorisation du travail des femmes dans le Maroc saharien.
  • L’image des territoires du Maroc saharien selon leurs produits locaux : image réelle et image souhaitée.
  • Les produits locaux : comment devenir un signe et marque de labellisation ?
  • Valorisation et commercialisation des produits locaux dans le Maroc saharien : Les moyens et les acteurs (institutions gouvernementales et non gouvernementales, médias, Marocains du monde, la société civile, etc.). Quelles sont les contraintes qui entravent ce processus de commercialisation et de valorisation ?
  • La communication numérique : un nouveau support de commercialisation des produits locaux des régions du Maroc

Quatrième axe : produits locaux dans le Géo parc Bani, Tata

  • La diversité environnementale, naturelle, humaine et linguistique dans le Géo parc Bani, Tata : comment attirer les investissements touristiques ?
  • Diversité architecturale : de l'architecture religieuse à l'architecture amazighe et saharienne.
  • Tourisme religieux et spirituel dans Géo parc Bani,
  • Etablissements de formation professionnelle et académique : quel(s) service(s) pour le produit local et son développement dans Géo parc Bani, Tata ?

Modalités de soumission :

  • Le Colloque aura lieu au complexe socioculturel de Tata, les 27 et 28 avril 2019.
  • Les propositions, d’environ 10 lignes compris un titre et cinq mots clés et sont à envoyer, par courriel, avant le 17 février 2019 aux adresses suivantes : abounyas@gmail.com et asmaebouaouinate1@gmail.com accompagnées de la fiche de participation

Pour les propositions de communication au Colloque :

  • Ne pas dépasser 10 lignes pour le résumé (format Word - P : Times New Roman- C : 12).
  • Les réponses aux propositions de participation seront transmises avant le 24 février 2019.
  • les articles finals sont à envoyer, avant le 31 mars 2019.
  • La langue de communication : Français, arabe, anglais, espagnole.
  • Les textes soumis feront l’objet d’évaluation par le comité de lecture en vue d’une publication.

Coordination

  • Mokhtar Elmaouhal, Université Ibn Zohr, Agadir : elmaouhal@gmail.com
  • Asmae Bouaouinate, Université Hassan II, Mohammedia : asmaebouaouinate1@gmail.com
  • Brahim Hasnaouy , Institut royal de la culture amazighe, Rabat : abounyas@gmail.com

Comité d’organisation

  • Rachid Ezati Lhoussaine El Abdi Sanae Zaimi Hassan Hmou Bla
  • Mohammed Hammourou
  • Hassan Ataktaou

Comité Scientifique

  • Ahmed Iraqbi, UV, Ibn Zohr, Agadir
  • Abderahmane Amseder, UV, Ibn Zohr, Agadir
  • Hassan Faouzi, UV, international, Agadir
  • Ahmed Ait Moussa, UV, Hassan II, Mohammedia
  • Hélène Claudot Hawad, CNRS, France
  • Daniela Merolla,  Institut  National  des  Langues  et   Civilisations Orientales (INALCO), Paris, France
  • Caroline Renard, Faculté des Arts et de Lettres, Université Aix- Marseille, Aix en Province, France
  • Fatima Echabai, UV, Ibn Zohr, Agadir
  • Mohammed Naim, Faculté polydisciplinaire de Safi, UV. Cadi Ayyad, Marrakech
  • Aziz Bentaleb, Centre international sur : Gouvernance Spatiale et Développement Durable dans les Oasis et les Montagnes, Ouarzazate
  • Mokhar Elmaouhal, UV, Ibn Zohr, Agadir
  • Asmae Bouaouinate, UV, Hassan II, Mohammédia
  • Brahim Hasnaouy, IRCAM, Rabat

Références bibliographiques

Berque, (1978) : De l’Euphrate à l’Atlas, Editions Sindbad, Paris.

Berriane, M. et Michon, G. (Dir.) (2016) : Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ? Une expérience marocaine. Ed. IRD, 392

Bourdieu, P. (1980) : Le sens pratique, Editions de Minuit,

*Cormier Salem, M-C. (2009) : Les produits de terroir au service de la diversité biologique et culturelle. Ed. Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 213 p.

Jacinthe, B. (2013) : Innovation et patrimoine alimentaire en espace rural. Ed. Quae, 155

Jacques- Meunié, D. (1982) : Le Maroc saharien des origines à 1670, Librairie Klincksieck.

Jouad, et Lortat- Jacob, B. (1978) : La saison des fêtes Dans une vallée du Haut Atlas, Editions Seuil, Paris.

Khatibi, A. (1983) : Maghreb pluriel, Denoël,

Morin- Barde, M. (1990) : Coiffures féminines du Maroc,

Naji, S. (2001) : Art et architectures berbères du Maroc, Edisud-Eddif.

Ramirez, F. et Rolot, C. (1995) : Tapis et tissages du Maroc : une écriture du silence. Ed. ACR, Paris, 192

Robichez, J. (1946) : Maroc central, cent vingt-trois photographies commentées, B.Arthaud, Grenoble, 1946.

Lieux

  • Complexe culturel Tata - 84000
    Tata, Maroc

Dates

  • samedi 16 février 2019

Mots-clés

  • Produits locaux, mode de vie, le Maroc saharien, approche esthétique, enjeux de développement, communication

Contacts

  • asmae bouaouinate
    courriel : a [dot] bouaouinate [at] gmail [dot] com
  • Brahim Hasnaoui
    courriel : abounyas [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • asmae bouaouinate
    courriel : a [dot] bouaouinate [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Produits locaux et leur impact sur la valorisation du mode de vie dans le Maroc saharien », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 20 février 2019, https://calenda.org/564679

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal