AccueilQuel héritage en termes d’image pour les villes hôtes ou candidates des olympiades ?

Quel héritage en termes d’image pour les villes hôtes ou candidates des olympiades ?

What legacy in terms of brand image do Olympic host or candidate cities enjoy?

L’héritage des Jeux Olympiques et Paraolympiques

The Olympic and Para-Olympic Games and their legacy

*  *  *

Publié le mercredi 20 février 2019 par Céline Guilleux

Résumé

Les contributions peuvent venir des spécialistes de l’image des territoires et du place branding qui peuvent s’emparer de l’objet olympique. Comment les théories qui concernent l’image des territoires peuvent-elles s’appliquer à un tel objet si puissant médiatiquement ? Quelles métropoles ont besoin des Jeux Olympiques et Paraolympiques (JOP) pour renforcer l’image, la moderniser, la modifier, la structurer… De même, les spécialistes des Olympiades ou des méga-évènements peuvent, dans cette session, proposer une approche plus nomothétique en matière d’héritage associée à l’image. Les approches comparatives et multidisciplinaires sont les bienvenues.

Annonce

Organisation

L'ORME organise son deuxième colloque composé de plusieurs sessions. L'une d'elle se concentre sur les questions d'image conjuguées aux olympiades.

Organisé par Marie Delaplace (UPEM - Lab'urba) et Charles-Edouard Houllier-Guibert (U. de Rouen - NIMEC), cette session permettra la sélection de papiers pour un numéro thématique de la Revue Marketing Territorial en 2019. 

Argumentaire

Les JOP et plus généralement les méga-événements génèrent parfois un effet d’image de la ville hôte. Les marketeurs de la destination en font d’ailleurs un outil pour renforcer cette image (Thanh et al., 2014) dont l’effet constitue un héritage immatériel et territorial des JOP (Chappelet, 2012). La recension des travaux sur les olympiades (Chaboche et Schoeny, 2018) montre que l’image est un thème maintes fois abordé mais la littérature sur ce sujet est controversée. La littérature d’articles scientifiques publiés sur les JOP d’été de 1992 à 2017 (Brandao et al., 2018), montre qu’il existe des effets d’image positifs et négatifs : la préparation et la mise en œuvre dans chaque pays sont tellement différents que les résultats ne peuvent être les mêmes. D’autant que selon Kaplanidou (2009), l’image de la destination diffère selon la nationalité des spectateurs. Il y a eu un possible effet d’image pour Sydney et au-delà pour l’Australie (Chalip, 2002) ainsi que pour Pékin, (Gibson et al., 2008) ou encore Barcelone qui est perçu comme le modèle de réussite d’accueil des olympiades. Mais ça n’a pas été le cas pour Sotchi (Muller, 2014) ou au Brésil (Rocha et Fink, 2017) dont l’image mesurée avant puis un mois après les JOP n’a semble-t-il pas changé (Hahm et al., 2018). Les effets d’image associés aux méga-événements semblent différents selon les évènements et l’origine des touristes (Li et Kaplanidou, 2013). En outre, les méga-événements participent aussi au changement d’image de la ville pour les habitants (Marais et Arnaud, 2010 ; Kenyon et Bodet, 2018), mais il est nécessaire que ces derniers y adhèrent. Par exemple, l’identité choisie pour le marketing urbain de Beijing est contestée par la population (Zhang et Xiaobin Zhao, 2009) : les habitants ont le sentiment que les actions menées s’adressaient prioritairement aux touristes occidentaux et ils auraient souhaité être plus sollicités dans la promotion de la ville qui a trop valorisé la ville moderne par rapport au patrimoine historique, notamment la faible présence des arts martiaux. Enfin, d’un point de vue environnemental, ni les touristes, ni les habitants ne s’accordent à dire que les JOP chinois ont eu un impact écologique positif durable.

Plus largement, l’organisation des JOP ne permet pas la différenciation sur le plan marketing (Houllier-Guibert, 2009), aussi, d’autres enjeux sont à identifier en matière stratégique : l’objectif de cette session est de se focaliser sur les héritages en termes d’image du territoire hôte ou du territoire candidat aux méga-évènements, mais également du pays et sur les interactions entre leurs images respectives.

Le sujet de l’héritage et cette capacité à patrimonialiser sur l’olympiade afin de conserver des valeurs positives (durabilité, internationalité, sportivité…) sont autant d’idéologies territoriales recherchées dans les discours promotionnels des villes (Houllier-Guibert, 2011). Par exemple, en 2018, le musée Dauphinois de Grenoble a créé une exposition pour célébrer l’anniversaire de l’olympiade d’hiver 1968. Autre exemple, le CIO propose aux villes hôtes ce qu’il appelle des « spectacular », i.e. 5 anneaux présentés en totem urbain dans des lieux stratégiques en matière symbolique (Houllier-Guibert, 2016), notamment pour orienter les flux touristiques dans les plus grandes métropoles. Selon la taille de la ville ainsi que sa dimension métropolitaine ou internationale, quelle forme prend l’héritage associé à l’olympiade ? D’autres événements de grande envergure accompagnent ce processus d’internationalisation (Metaxas, 2011) dont les JOP ne sont qu’une composante, souvent la plus visible. L’olympiade vient affirmer un rayonnement, un soft power, une rassurance d’attraction, au-delà des chiffres où plusieurs trajectoires sont possibles en termes d’impact touristique (Demir et al., 2015). Selon le profil des villes hôtes ou des sites d’accueil, l’olympiade n’a pas le même effet, conduisant vers plusieurs stratégies. Arnaud et Marais (2010) évoquent une stratégie de leurre, d’ambition démesurée ou réalisable, aussi la question de la taille de la ville est posée pour identifier le potentiel rayonnement offert par une olympiade. De même, l’accueil de JOP une seconde fois peut être interrogé en matière d’image, ce qui concerne les récentes villes lauréates (Londres, Paris, Tokyo) ou bien les refus de nouvelles candidatures (Munich, Rome, Calgary).

D’un profil proche de Londres, Paris n’a pas besoin spécifiquement des JOP pour consolider son image. Mais quelles sont les interactions possibles entre l’image de Paris et l’image des JOP ? Y-a-t-il des effets de spill-over d’une image vers une autre ? Que nous apporte l’analyse du cas de Londres (Vo Thanh et al., 2014, Weed, M., 2014, Kenyon et Bodet, 2018) ? Quel héritage en termes d’image pour Paris après 2024 ? Quelle place peut prendre l’olympiade dans l’image d’une ville déjà si riche sur le plan symbolique ? Paris, comme Londres et Tokyo, font partie de ces villes globales (Sassen, 1996) qui n’ont pas un besoin impérieux des JOP en matière d’image, c’est donc l’occasion d’étudier l’image d’une autre manière que par l’internationalisation des villes ou le catalyseur des réaménagements urbains. Les contributions peuvent venir des spécialistes de l’image des territoires et du place branding qui peuvent s’emparer de l’objet olympique. Comment les théories qui concernent l’image des territoires peuvent-elles s’appliquer à un tel objet si puissant médiatiquement ? Quelles métropoles ont besoin des JOP pour renforcer l’image, la moderniser, la modifier, la structurer… De même, les spécialistes des Olympiades ou des méga-évènements peuvent, dans cette session, proposer une approche plus nomothétique en matière d’héritage associée à l’image. Les approches comparatives et multidisciplinaires sont les bienvenues.

Une sélection de textes fera l’objet d’une publication dans la Revue Marketing Territorial courant 2019.

Format des propositions de communication

Nom, Prénom, Fonction, Institution, Pays, Adresse email

Résumé de 250 mots, 5 mots-clefs

Les résumés doivent être envoyés via le formulaire accessible sur le site https://heritage.sciencesconf.org/

Et à Marie.delaplace@u-pem.fr ainsi que ch.ed.houllier.guibert@univ-rouen.fr

Droits d’inscription : 150€ - Etudiant : 75€

Calendrier

  • Envoi des résumés : 28/02/2019
  • Réponse du comité scientifique : 20/03/2019
  • date du colloque : 17-18 juin 2019

Une publication d'un numéro thématique de la Revue Marketing Territorial est prévue en 2019 à partir des communications les plus pertinentes de cette session.

References

Brandão Ferreira L.  Toledo de Arruda Lourenção M., Caldeira de Oliveira J. H., 2018.  Economic and image impacts of summer Olympic games in tourist destinations: a literature review, Tourism & Management Studies, 14(3): 52-63. https://doi.org/10.18089/tms.2018.14305

Chaboche J. et Schoeny A., 2018. Les dimensions territoriales et urbaines des Jeux Olympiques d’Été. Etat de la recherche géographique, aménagiste et managériale : éléments exploratoires », premier colloque de l’ORME, « Les JOP, Etat des lieux », juin

Chalip, L., 2002. Using the Olympics to optimise tourism benefits, Centre d’Estudis Olímpics I de l’Esport (UAB). International Chair in Olympism

Chappelet, J-L., 2012. Mega sporting event legacies: a multifaceted concept. Papeles de Europa, 25, 76-86, Doi: http://dx.doi.org/10.5209/rev_PADE.2012.n25.41096

Demir A.Z., Eliöz M., Çebi M. et Yamak B., 2015, The Economic Development and Tourism Effects of the Olympics, The Anthropologits, 19-3, 811-817 

Gibson H. J., Qi C. X. and Zhang, J. J. 2008. Destination Image and Intent to Visit China and the 2008 Beijing Olympic Games, Journal of Sport Management, 22: 427-450

Hahm, J. (Jeannie), Tasci, A.D., Terry, D.B., 2018. Investigating the interplay among the Olympic Games image, destination image, and country image for four previous hosts. Journal of Travel & Tourism Marketing, 35, 755–771. https://doi.org/10.1080/10548408.2017.1421116

Houllier-Guibert, C.E., 2009. Compétition entre villes pour l’olympe : l’absence de différenciation territoriale, Netcom, 23, 1/2:66-89 

Houllier-Guibert, C.E., 2011. La fabrication de l’image officielle de la ville : gouvernance, idéologies, coopération territoriale et rayonnement, revue Cahiers de géographie du Québec, vol.54, 54, avril : 7-35

Houllier-Guibert, C.E., 2016.  Le totem urbain, outil d’appropriation de la ville, revue Espaces, Tourisme et Loisirs, 330 :4-17

Kaplanidou, K., 2009. Relationships among Behavioral Intentions, Cognitive Event and Destination Images among Different Geographic Regions of Olympic Games Spectators. Journal of Sport & Tourism 14, 249–272. https://doi.org/10.1080/14775080903453815

Kenyon, J.A. et Bodet, G., 2018. Exploring the domestic relationship between mega-events and destination image: The image impact of hosting the 2012 Olympic Games for the city of London. Sport Management Review 21, 232–249. https://doi.org/10.1016/j.smr.2017.07.001

Li, X. R. et Kaplanidou, K. K. 2013. The impact of the 2008 Beijing Olympic Games on China’s destination brand: A US-based examination. Journal of Hospitality & Tourism Research, 37(2), 237-261.

Marais, M. et Arnaud, C. 2010. « Le rôle structurant et légitimant du méga événement sportif au cœur du processus stratégique territorial métropolitain. La course à l’obtention des Jeux Olympiques 2012 », Actes de l’AIMS, 1-4 Juin, Luxembourg.

Metaxás T., Bati A., Filippopoulos D., Drakos K. et Tzellou V., 2011. « Strategic place marketing and place branding: 15 years of megaevents in Lisbon ».

Müller, M. 2014. After Sotchi 2014: costs and impacts of Russia’s Olympic Games, Eurasian Geography and Economics, 55:6, 628-655, DOI: 10.1080/15387216.2015.1040432

Rocha, C.M., Fink, J.S., 2017. Attitudes toward attending the 2016 Olympic Games and visiting Brazil after the games. Tourism Management Perspectives 22, 17-26. https://doi.org/10.1016/j.tmp.2017.01.001

Tan Vo Thanh, Valentina.K, Roxane.D, 2014. L’organisation d’un méga-événement sportif et l’image touristique de la ville hôte », Téoros 33, 1 : 87-98.

Sassen, S., 1996. La ville globale : New York, Londres, Tokyo, éd.  Descartes, 530 p.

Thanh T. V., Kirova, V., Daréous, R., 2014. L’organisation d’un méga-événement sportif et l’image touristique de la ville hôte., Téoros [Online], 33, 1 | 2014, Online since 01 January 2016, connection on 11 January 2018. URL: http://journals.openedition.org/teoros/2597

Weed, M., 2014. Is tourism a legitimate legacy from the Olympic and Paralympic Games? An analysis of London 2012 legacy strategy using program theory. Journal of Sport & Tourism 19, 101–126. https://doi.org/10.1080/14775085.2015.1053968

Zhang L., Xiaobin Zhao S., 2009. City branding and the Olympic effect: A case study of Beijing, Cities, 245-254.

Lieux

  • Champs-sur-Marne, France (77)

Dates

  • jeudi 28 février 2019

Mots-clés

  • olympiade, ville, place branding, marketing territorial, marque, mega-event, développement territorial

Source de l'information

  • Charles-Édouard Houllier-Guibert
    courriel : ch [dot] ed [dot] houllier [dot] guibert [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Quel héritage en termes d’image pour les villes hôtes ou candidates des olympiades ? », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 20 février 2019, https://calenda.org/566662

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal