AccueilLe marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

AccueilLe marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

The art market in the second half of the 18th century - expertise, negotiations and controversy

Expertises, négociations et controverses

*  *  *

Publié le mardi 19 mars 2019 par Céline Guilleux

Résumé

Cette troisième journée d’étude organisée par le Groupe de recherche en histoire de l'art moderne (GRHAM) se propose de revenir sur le thème du marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Son objectif est de participer à la diffusion des récentes recherches qui se sont penchées sur les différentes problématiques et controverses qui ont pu animer ce domaine.

Annonce

Présentation

Cette troisième journée d’étude organisée par le GRHAM se propose de revenir sur le thème du marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Son objectif est de participer à la diffusion des récentes recherches qui se sont penchées sur les différentes problématiques et controverses qui ont pu animer ce domaine.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce.

Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ?

Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ?

Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période.

Modalités 

Les propositions de communication ne devront pas excéder 500 mots et devront être accompagnées d’un CV et d’une liste de publications.

Elles sont à envoyer au Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM) à l’adresse suivante

avant le 5 avril 2019 :

asso.grham@gmail.com

Les communications seront, quant à elles, d’une durée de 30 minutes et suivies d’une discussion avec les autres intervenants et le public.

Sélection

La sélection des propositions de communication sera effectuée par les membres du bureau du GRHAM

  • Florence Fesneau (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne),
  • Maxime-Georges Métraux (Université Paris 4 – Paris-Sorbonne),
  • Alice Ottazzi (Università degli Studi di Torino / Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne),
  • Marine Roberton (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne),
  • Maël Tauziède-Espariat (Université de Bourgogne),
  • Hadrien Volle (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne)
  • Marianne Volle (York University / Glendon College – Toronto).

La journée d’étude aura lieu le mercredi 5 juin 2019 à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) à Paris.

Lieux

  • Salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) - 6 rue des Petits Champs
    Paris, France (75002)

Dates

  • vendredi 05 avril 2019

Mots-clés

  • marché de l'art, négociation, expertise, controverse, marchand, amateur, antiquaire, art market, authenticité, brocanteur, copie, art décoratif, peinture, dessin, gravure, vente aux enchères

Contacts

  • Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM)
    courriel : asso [dot] grham [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Marine Roberton
    courriel : marine [dot] roberton [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 19 mars 2019, https://calenda.org/585638

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search