HomeGéomatique, ressources naturelles et développement du monde intertropical

Géomatique, ressources naturelles et développement du monde intertropical

Revue Internationale de Géomatique, Aménagement et Gestion des Ressources (RIGAGER)

*  *  *

Published on Wednesday, March 27, 2019 by Céline Guilleux

Summary

Le monde intertropical enregistre sa plus forte croissance économique depuis vingt ans. Cette dernière s’explique notamment par une forte demande mondiale pour les matières premières et un investissement accru dans ces secteurs. L’exploitation et le commerce des matières premières représentent la principale source de devises étrangères et de recettes fiscales pour de nombreux pays de la zone intertropicale. Il est donc question de poser autrement la question de la malédiction des ressources naturelles. Les pays qui tirent une forte rente de l’exploitation de matières premières voient souvent la majorité de leur population sombrer dans la pauvreté et la précarité.

Announcement

Argumentaire

Le monde intertropical enregistre sa plus forte croissance économique depuis vingt ans. Cette dernière s’explique notamment par une forte demande mondiale pour les matières premières et un investissement accru dans ces secteurs. L’exploitation et le commerce des matières premières représentent la principale source de devises étrangères et de recettes fiscales pour de nombreux pays de la zone intertropicale.

La plupart des études récentes montrent que l’exploitation des ressources minières tend à dégrader l’environnement, le tissu économique, la cohésion sociale et les institutions politiques des pays producteurs. De manière paradoxale, l’exploitation des richesses du sol et du sous-sol est donc associée à la misère des populations locales et à la mauvaise gouvernance, ainsi que l’a exposé Terry Lynn Karl dans son ouvrage The Paradox of Plenty[1]. Quelques exceptions à la règle laissent pourtant espérer qu’il est possible de conjurer cette malédiction, pour autant qu’une série de conditions particulières soient réunies.

Ces constats renvoient à des débats maintenant classiques, autour de la thèse de la malédiction des ressources naturelles et des effets d’enclave, qui se trouvent renouvelés par la mise en place de « nouvelles » régulations qui datent, pour la plupart, de la période de croissance des cours du début des années 2000 ou de la crise de 2008. Celles-ci ont été mises en place à différents niveaux pour encadrer l’exploitation des ressources naturelles et plus particulièrement dans le secteur minier : initiatives internationales de transparence (Initiative de transparence dans les industries extractives, coalition Publiez Ce Que Vous Payez des sociétés civiles), codes volontaires (Pacte global de l’ONU, dispositifs de responsabilité sociale et environnementale des entreprises), règles de financement des investissements des banques de développement (Principes de l’Equateur, 2003[2]), lois de pays du Nord exploitant les ressources (DFA[3] aux États- Unis, Guide de l’OCDE[4] sur le devoir de diligence pour des chaînes d’approvisionnement responsables en minerais provenant de zones de conflit ou à haut risque), codes nationaux (foncier, minier).

Il est donc question de poser autrement la question de la malédiction des ressources naturelles. Les pays qui tirent une forte rente de l’exploitation de matières premières voient souvent la majorité de leur population sombrer dans la pauvreté et la précarité[5].

En ce qui concerne le risque de guerre civile, diverses études ont conclu que les tensions autour de la captation et la distribution de la rente augmentent l’instabilité politique et le risque de conflits armés. Paul Collier et Anke Hoeffler(2000)[6] affirment sur la base d’analyses économétriques que les pays dont la prospérité repose sur l’exploitation de matières premières présentent un risque accru de guerre civile, notamment lorsque ces activités génèrent au moins un tiers du revenu national brut[7].

Quant aux aspects politiques et institutionnels, des auteurs tels que Nathan Jansen et Leonard Wantchekon (2008) estiment qu’il existe une corrélation entre l’abondance de ressources naturelles et les régimes autocratiques en Afrique[8]. Les activités de l’industrie extractive et la consommation d’hydrocarbures ont un impact déterminant sur l’environnement.

La littérature sur la malédiction des ressources naturelles ainsi que sur l’évolution des marchés des matières premières ne pouvait laisser la communauté internationale indifférente. Dès la fin des années 1990, certaines ONG ont dénoncé le pillage de ressources naturelles par des régimes prédateurs avec la complicité de l’industrie extractive et du secteur financier. Le Conseil de sécurité des Nations unies a mandaté plusieurs groupes d’experts pour faire un rapport sur l’exploitation illégale de ressources naturelles, ainsi que sur la violation d’embargos décrétés à l’encontre de pays déchirés par la guerre civile.

Les effets de ces « nouvelles » régulations pourront être détaillés dans des articles portant sur les axes suivants :

- l’impact environnemental de l’exploitation minière artisanale ;

- l’évolution des conflits/coordinations entre les différents modes d’exploitation possibles (à grande échelle ou à petite échelle, industrielle, artisanale) ;

- les effets socioéconomiques des modes d’exploitation de la ressource ;

- l’évolution de la fiscalité minière.

Dans l’analyse des études d’impacts et de la mise en œuvre des mesures de régulations nationales ou internationales, les contributions attendues pourront reposer sur des études de cas et/ou des comparaisons entre pays, se positionner à différentes échelles territoriales (nationale, régionale, locale) et utiliser des approches en termes de chaine globale de valeur. Elles pourront être conduites à partir des méthodes d’évaluation de la valeur des ressources naturelles, de l’analyse de la fiscalité, du partage de la rente...

Modalités de soumission et d'évaluation

Les articles feront l’objet d’une double évaluation anonyme. Ils devront prendre en compte les normes de la revue (http://acager.org ) et être envoyés

au plus tard le 15 avril 2019

à rigager2017@gmail.com avec copies à tchotsoua@gmail.com, ntalla@gmail.com, ndjeuto@gmail.com.

Références

[1] Karl T.L., 1997. The Paradox of Plenty: Oil Booms and Petro-States, Berkeley, University of California Press, 342 p.

[2] Les Principes de l’Equateur, créés en 2003, forment un référentiel s’adressant au secteur financier. Adoptés volontairement par les institutions financières, ils visent la prise en compte des risques sociaux et environnementaux dans le cadre de financement de projets

[3] Dodd Franck Act. Réglementation américaine qui vise à mieux encadrer les banques et les marchés financiers, en particulier les marchés d'instruments dérivés. 

[4] Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) dont la mission est de promouvoir les politiques qui amélioreront le bien-être économique et social partout dans le monde.

[5] Auty R. (ed.), 2001. Resource Abundance and Economic Development, Oxford, Oxford University Press.

[6] Collier, Paul and Hoeffler, Anke, Greed and Grievance in Civil War (May 2000). World Bank Policy Research Working Paper No. 2355. Available at SSRN: https://ssrn.com/abstract=630727

[7] Collier and Hoeffler A., 1998. « On Economic Causes of Civil War », Oxford Economic Papers, nº 50, pp. 563-573.

[8] Jensen N. and Wantchekon L., 2004. « Resource Wealth and Political Regimes in Africa », Comparative Political Studies, nº 377, pp. 816-841

Places

  • ACAGER - BP 110 Ngaoundéré
    Ngaoundéré, Cameroon (234)

Date(s)

  • Monday, April 15, 2019

Keywords

  • géomatique, ressource naturelle, cartographie, étude d'impact, système d'Information géographique

Contact(s)

  • Michel Tchotsoua
    courriel : tchotsoua [at] gmail [dot] com
  • Innocent Prosper Njdeuto Tchouli
    courriel : ndjeuto [at] gmail [dot] com
  • Simon Pierre Petnga Nyamen
    courriel : pnspierre [at] gmail [dot] com

Information source

  • Michel Tchotsoua
    courriel : tchotsoua [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Géomatique, ressources naturelles et développement du monde intertropical », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, March 27, 2019, https://calenda.org/590091

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal