HomeMaître(s) et disciple(s)

Maître(s) et disciple(s)

Revue « Quêtes littéraires, nº 9 »

*  *  *

Published on Wednesday, April 03, 2019 by Céline Guilleux

Summary

Envisagés sous l’angle de leur étymologie, les deux termes clés évoqués dans le titre, maître et disciple, s’avèrent être foncièrement antonymiques. En effet, le magister latin issu de magis a la même racine indo-européenne meg(h) que le latin magnus ou bien le grec megas – tous signifiant « grand ». Cependant, considérée dans une perspective plus générale, cette étymologie peut également nous placer dans un champ plus vaste, celui que nous voulons situer au cœur des réflexions, à savoir celui des relations maître-disciple ainsi que des rôles qu’ils prennent l’un vis-à-vis de l’autre dans les littératures française et francophone à travers les siècles.

Announcement

Argumentaire

Envisagés sous l’angle de leur étymologie, les deux termes clés évoqués dans le titre, maître et disciple, s’avèrent être foncièrement antonymiques. En effet, le magister latin issu de magis a la même racine indo-européenne meg(h) que le latin magnus ou bien le grec megas – tous signifiant « grand ». D’un autre côté, l’adjectif latin pullus que précède le radical discere (« apprendre »), les deux formant le substantif discipulus, désigne « petit » ou bien « jeune ». Ainsi, on se trouve d’emblée dans l’opposition, l’antagonisme, voire le conflit.

Cependant, considérée dans une perspective plus générale, cette étymologie peut également nous placer dans un champ plus vaste, celui que nous voulons situer au cœur des réflexions, à savoir celui des relations maître-disciple ainsi que des rôles qu’ils prennent l’un vis-à-vis de l’autre dans les littératures française et francophone à travers les siècles. Or, celles-ci abondent en exemples dont nous n’allons évoquer que quelques-uns pour signaler la diversité des rapports que la dyade maître-disciple peut développer.

Quel lien peut donc unir celui qui désire apprendre, s’instruire, à celui qui sait plus (magis) ? Et en sens inverse, qu’est-ce qui attire l’élève vers son professeur ? Leur relation est-elle basée sur l’admiration et la fascination comme celles qui font appliquer à Robert Greslou la méthode expérimentale du philosophe qu’il admire à une jeune fille amoureuse dans Le Disciple de Paul Bourget (1889) ? La formation finit-elle toujours par une confrontation échouée comme dans le cas du professeur-philosophe Bouteiller dans la trilogie de Maurice Barrès Le Roman de l’énergie nationale (1897-1902) ? S’agit-il d’une rivalité comme dans le jeu-enseignement que propose au Vicomte de Valmont la Marquise de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos (1782) ? Quelle part y prennent la domination et la cruauté que met en scène Michel de Ghelderode dans sa pièce L’École des bouffons (1942) ?

Plusieurs pistes de réflexion se dessinent, tout en se recoupant et se recouvrant, lorsqu’on cherche des tropes figuratifs de la relation maître-disciple ou, de façon plus large, les élèves et leur professeur, l’élève et ses professeurs, les étudiants et leurs professeurs  :

  •  l’accompagnement, la guidance : le maître en tant qu’accoucheur de la vérité que le disciple porte en lui-même sans en être conscient, selon la maïeutique socratique ;
  • le don : le maître comme révélateur de la vérité et des clés pour la comprendre, uni avec son disciple par l’amour, tel que le présente Søren Kierkegaard, communiant plutôt que communiquant avec son élève ;
  • l’empathie et la sympathie : l’imitation d’autrui et la compréhension d’autrui dans la relation maître-disciple (Max Scheler) ;
  • l’échange d’un « éros fait de confiance réciproque et, en vérité, d’amour » (George Steiner)
  • la destruction : celle du disciple par son maître, de même que celle du maître par le disciple (George Steiner).

Bien évidemment, en prenant pour thème du neuvième numéro de Quêtes littéraires, revue consacrée invariablement aux littératures française et francophone, les relations entre le maître et le disciple, nous entrons dans le torrent impétueux d’un fleuve littéraire dont aussi bien l’amont que l’aval regorgent de très intéressants textes narratifs, dramatiques et lyriques qui attendent d’être repêchés de l’oubli ou retirés des eaux pour une nouvelle (re)lecture ou analyse.

Sans être exhaustives, les pistes proposées font référence à quelques approches philosophiques pour rappeler la persistance du thème dans la réflexion humaine. Cet appel se propose d’être en même temps une invitation à la continuation des recherches qui ont déjà eu lieu et une attente à des apports nouveaux et originaux.

Propositions

La date limite pour l’envoi de la proposition (titre + résumé d’environ 300 mots, brève notice biographique) à l’adresse quetes-litteraires@kul.pl est fixée

au 15 mai 2019.  

Les propositions seront examinées par un comité de lecture.

Les auteurs des propositions seront avisés avant le 30 mai 2019.

Les normes de rédaction seront envoyées après l’acceptation de la proposition par le comité de lecture.

Langue des contributions : français.

Délai pour l’envoi des articles : le 15 septembre 2019.

La publication du neuvième numéro de Quêtes littéraires est prévue en décembre 2019.

Contact pour envoi des résumés et pour toutes informations : quetes-litteraires@kul.pl

Site Web: https://czasopisma.kul.pl/ql

Comité scientifique 

  • José-Luis Diaz (Université Paris VII, France)
  • Giovanni Dotoli (Université de Bari, Italie)
  • Véronique Duché (Université de Melbourne, Australie)
  • Gérard Gengembre (Université Caen Normandie, France)
  • Pierre Glaudes (Université Paris IV, France)
  • Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke, Canada)
  • Philippe Hamon (Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, France)
  • Georges Jacques (Université Catholique de Louvain-la-Neuve, Belgique)
  • Wiesław Malinowski (Université Adam Mickiewicz de Poznań, Pologne)
  • Bertrand Marchal (Université Paris IV, France)
  • Paweł Matyaszewski (Université Catholique de Lublin JP II, Pologne)
  • Charles Mazouer (Université Bordeaux-Montaigne, France)
  • Zbigniew Naliwajek (Université de Varsovie, Pologne)
  • Catherine Nesci (Université de Californie à Santa Barbara, États-Unis)
  • Marc Quaghebeur (Archives et Musée de la Littérature, Bruxelles, Belgique)
  • Ana Helena Rossi (Université de Brasília, Brésil)
  • Daniel Sangsue (Université de Neuchâtel, Suisse)
  • Gisèle Séginger (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, France)
  • Magdalena Wandzioch (Université de Silésie, Pologne)

Date(s)

  • Wednesday, May 15, 2019

Keywords

  • maître, disciple, accompagnement, don, empathie, échange, destruction

Contact(s)

  • Edyta Kociubińska
    courriel : ekociub [at] kul [dot] pl

Information source

  • Edyta Kociubińska
    courriel : ekociub [at] kul [dot] pl

To cite this announcement

« Maître(s) et disciple(s) », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, April 03, 2019, https://calenda.org/594838

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal