Página inicialLe corps dans tous ses états. Les régimes esthétiques du corps dans le monde arabe

Le corps dans tous ses états. Les régimes esthétiques du corps dans le monde arabe

The Body in all its states. Aesthetics of the body in the Arab World

Revue « Regards »

"Regard" Journal

*  *  *

Publicado sexta, 12 de abril de 2019 por Elsa Zotian

Resumo

Ce numéro de Regards arrêtera son attention sur les relations que le cinéma, le théâtre et les arts en général entretiennent actuellement au corps dans les sociétés arabes et, plus largement, dans l’aire méditerranéenne. L’idée même de telles relations souffre d’un préjugé tenace dans les imaginaires.

Anúncio

La revue traite du cinéma, du théâtre et des arts du spectacle en général dans les pays du Proche et du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et des pays méditerranéens. Revue semestrielle et trilingue (français, arabe, anglais), elle est composée d’un dossier thématique, d’une section Varia et d’une section consacrée à des comptes rendus de manifestations culturelles et artistiques de la région. Pour son troisième numéro, la revue Regards lance un nouvel appel à contribution pour la section « Dossier thématique » et la section « Varia ».

Argumentaire

Ce numéro de Regards arrêtera son attention sur les relations que le cinéma, le théâtre et les arts en général entretiennent actuellement au corps dans les sociétés arabes et, plus largement, dans l’aire méditerranéenne. L’idée même de telles relations souffre d’un préjugé tenace dans les imaginaires. En bref, le monde arabe en serait dépourvu.

Or ce rapport de l’art au corps, bien qu’il puisse être ignoré, voire occulté ou même dénié, nous semble non seulement effectif, mais aussi d’une incroyable vivacité. Il suffirait pour s’en convaincre d’établir une historiographie de l’art moderne et contemporain dans le monde arabe.

Ce n’est cependant pas cette perspective diachronique que ce numéro de Regards adoptera. Il envisagera plutôt le corps, les rapports au corps ou les corporéités que les arts, les artistes et leurs réalisations rendent possibles au cœur même de la société. De quels corps, rapports au corps ou corporéités les arts se font-ils la condition de possibilité ? Quels corps, rapports au corps et corporéités les arts rendent-ils possibles dans des sociétés qui font face, dans le monde arabe, à l’effondrement des grands discours, ici du panarabisme - comme ce fut le cas, ailleurs, du communisme -, aux aléas des ères postrévolutionnaires, à l’incapacité du libéralisme à faire société, à la crise des démocraties, à l’affirmation des régimes autoritaires, à la banalisation marchande de l’expérience humaine et de toutes ses formes de singularités, à l’exacerbation des passions identitaires, nationalistes et fondamentalistes, jusqu’à la prolifération de toutes les formes d’obscurantismes… ?

  1. Corps en représentation…

Lorsque l’art envisage le corps du point de vue de la représentation, que celui-ci s’y révèle dans ses formes idéales, s’engage dans le difforme ou disparaisse, l’art fait du corps, tantôt une sorte d’extériorité en soi dont il se propose de dévoiler ce qu’elle dissimule de vérité et d’illusions, tantôt le moyen dont la maîtrise permet au sujet d’avoir plus ou moins prise sur son environnement, tantôt la trace ou l’ombre portée soustraite à une réalité qui fait fi de celui-ci. À travers les différentes formes de la représentation du corps, c’est peut-être la contemporanéité du sujet qui est interrogée.

  • Trouve-t-on dans le monde arabe des œuvres cinématographiques, des pièces de théâtre, des œuvres picturales ou musicales, des poèmes ou des pièces chorégraphiques… à travers lesquels le corps est représenté ou se donne en représentation dans sa toute puissance ou ses affres ?
  • En quoi et dans quelle mesure la représentation contrastée du corps est-elle affaire d’expression du sujet souverain ou d’exercice de la souveraineté du sujet ?
  • Quelle est la nature de ce sujet ?
  • Quel type de corps, d’expérience corporelle ou de corporéités du sujet ces représentations du corps suggèrent-elles ?
  • Certaines formes de représentation du corps s’exercent-elles sur le sujet comme des formes du pouvoir dominant (social, économique, politique, religieux…) ?
  1. Corps situationnel…

Quand l’art s’émancipe de ce premier régime esthétique, qu’il insère directement le corps dans la réalité, il promet au sujet, à travers un corps plus situationnel, de l’en distancier. Dès lors, il cherche à détourner, à pasticher, voire à renverser, toutes les techniques de « disciplinarisation » du corps, qu’elles soient sociales, politiques, médiatiques, technologiques, économiques, cultuelles... Il fait alors du corps le vecteur et le lieu d’une contestation. D’aucuns diraient d’une transgression. Critique, parfois radical, l’art oppose alors un corps plus subjectif, c’est-à-dire plus spontané, plus rebelle à ce qui, de la culture et du social, le détermine.

  • Est-il possible de repérer dans le monde arabe des réalisations artistiques qui conduisent le corps à résister l’appauvrissement et à l’amenuisement de ses manières d’être socialement et culturellement déterminées ?
  • En quoi certaines productions artistiques contribuent-elles, en répondant à une sorte d’éthique de l’engagement, y compris corporel, à l’instauration d’un corps socialement et politiquement plus critique ? Peut-on parler, dans ce cas, et dans quels termes, d’une politisation du corps qui l’oppose à toutes les formes du dressage, du conditionnement et de l’apprivoisement social et culturel ?
  • L’art, a contrario, peut-il n’être qu’une technique d’enfermement du corps dans des savoirs préconstitués et normatifs ?
  • N’est-il, quand il est entre les mains des pouvoirs dominants, qu’un moyen de capture, de coupure et de clôture des subjectivités dans un flux de subjectivation unidimensionnels ?
  1. Corps existentiel…

Nous pourrions, enfin, nous interroger sur la relation que les arts (cinéma, théâtre, arts du spectacle, arts plastiques…) entretiennent au corps quand le corps lui-même devient le principal moyen de domination biopolitique des individus dans les sociétés de contrôle. L’art, à ce stade du social et de la culture, peine vraisemblablement à faire du corps le moyen d’expression ou de résistance d’une quelconque souveraineté du sujet. Peut-être fait-il dès lors place à un corps plus existentiel, œuvrant plutôt à lui offrir une existence encore possible ou un devenir qui le mette dans tous ses états.

  • Peut-on identifier dans le monde arabe des productions cinématographiques, théâtrales et artistiques qui s’offrent au corps comme un plan directement existentiel dans lequel il se (re)plonge et (re)commence à vivre ?
  • L’art peut-il constituer pour le corps un processus bio-vital d’hétérogenèse dans lequel il se (re)connecte à une diversité infinie d’expériences (sensibles, cognitives, perceptives…) régénératrices ?
  • L’art, en d’autres termes, peut-il devenir une « culture de soi » ou les conditions mêmes dans lesquelles un corps se (ré)invente et offre de « nouvelle possibilité de vie » ?
  • Ou bien l’art, à grand renfort d’expériences corporelles, se voue-t-il désormais seulement à n’être plus que le pis-aller de cette sorte de normopathie généralisée qui lui sert de gangue, au service qu’il serait du capitalisme immatériel, des appareils d’intégration cognitifs, de l’industrialisation des émotions ?

Ce numéro de Regards, nous l’espérons, décrira, à travers des exemples concrets de productions artistiques (cinéma, théâtre, danse, photographie…), les rapports qui se tendent entre corps, savoirs constitués et pouvoirs dominants dans les sociétés arabes. Les articles proposés pourront traiter de réalisations artistiques qui relèvent de l’un de ces régimes de l’art ou proposer des analyses plus globalisantes puisque ces régimes esthétiques coexistent dans des sociétés qui sont tout à la fois de souveraineté, de discipline et de contrôle/intégration.

Modalités de soumission

Les chercheurs désireux de soumettre un abstract (en français, anglais ou arabe) sont invités à l’envoyer à l’adresse suivante :

regards@usj.edu.lb

avant le 15 mai 2019.

Le message doit comporter :

  • Le résumé (abstract) de l’article (approx. 500 mots).
  • Les Mots-clés.
  • Une notice bio-bibliographique (approx. 100 mots).

Les abstracts seront examinés par le comité de rédaction, et les auteurs recevront une réponse avant le 30 mai 2019.

Comité scientifique

La revue Regards est dotée d’un comité scientifique tournant, nommé pour trois ans, ainsi que d’un comité de lecture international. Le comité scientifique est composé des membres suivants :

  • Hamid Aidouni, PR (Université Abdelmalek Essaadi, Maroc)
  • Karl Akiki, MCF (Université Saint-Joseph de Beyrouth, Liban)
  • Riccardo Bocco, PR (Graduate Institute of International and Development Studies Genève, IHEID, Suisse)
  • Fabien Boully, MCF (Université Paris Nanterre, France)
  • André Habib, PR (Université de Montréal, Canada)
  • Dalia Mostafa, MCF (University of Manchester, Angleterre)
  • José Moure, PR (Université Paris Panthéon Sorbonne – Paris 1, France)
  • Jacqueline Nacache, PR (Université Paris Diderot – Paris 7, France)
  • Ghada Sayegh, MCF (IESAV, Université Saint-Joseph de Beyrouth, Liban)
  • Kirsten Scheid, Associate PR (American University of Beirut, Liban)

Rédacteur en chef : Joseph Korkmaz, PR (Université Saint-Joseph de Beyrouth, Liban)

Directeur du dossier thématique : Gilles Suzanne (Aix-Marseille Université, France)

Bibliographie indicative

  • ARDENNE, Paul, Un art contextuel, Paris, Flammarion, coll. Champs, 2009. 
  • BEAUGÉ, Gilbert, CLÉMENT, Jean-François (dir.), L’Image dans le monde arabe, Paris, CNRS, 1995.
  • BURKHALTER, Thomas, DICKINSON, Kay, HARBERT, Benjamin J. (dir.), The Arab avant-garde : music, politics, modernity, Middletown, Conn., Wesleyan University Press, Music/culture, 2013.
  • CHORON-BAIX, Catherine, MERMIER, Franck, Marchés de l’art émergents, Transcontinentales, n° 12-13, 2012.
  • DELEUZE, Gilles, "Post-scriptum sur les sociétés de contrôle", DELEUZE, Gilles, Pourparlers, Paris, Les Éditions de Minuits, 1990.  
  • FOUCAULT, Michel, Qu'est-ce que la critique ? Suivi de La culture de soi, Paris, Vrin, 2015. 
  • BOISSIER, Annabelle, GILLET, Fanny, MESSAOUDI, Alain et al. (dir.), « Arts visuels en terres d'islams : nouvelles approches, nouveaux enjeux », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, n° 142, 2017.
  • SUZANNE, Gilles, « Images au pouvoir et pouvoir des images en Méditerranée », Incertains Regards, Presses Universitaires de Provence, n° 6, 2016.

Locais

  • Beirute, Líbano

Datas

  • quarta, 15 de maio de 2019

Palavras-chave

  • corps, monde arabe, esthétique, cinéma, théâtre, arts visuels

Contactos

  • Toufic El-Khoury
    courriel : toufic [dot] khoury [at] usj [dot] edu [dot] lb

Fonte da informação

  • Toufic El-Khoury
    courriel : toufic [dot] khoury [at] usj [dot] edu [dot] lb

Para citar este anúncio

« Le corps dans tous ses états. Les régimes esthétiques du corps dans le monde arabe », Chamadas de trabalhos, Calenda, Publicado sexta, 12 de abril de 2019, https://calenda.org/599422

Arquivar este anúncio

  • Google Agenda
  • iCal