HomeWhat does it mean? American comedies in the 1980s (1975-1991)

What does it mean? American comedies in the 1980s (1975-1991)

Y a-t-il un sens dans ce film ?

La comédie américaine des années 1980 (1975-1991)

*  *  *

Published on Thursday, April 18, 2019 by Céline Guilleux

Summary

La journée d’études s’adresse à toute personne concernée par la comédie cinématographique américaine, tant doctorant·e·s que jeunes docteur·e·s, et impliquée dans les multiples champs de la recherche en sciences humaines et sociales.

Announcement

3 octobre 2019, Fondation Lucien Paye (Cité internationale universitaire de Paris) 

Argumentaire

Si les périodes muette et classique de la comédie américaine ont depuis longtemps gagné leur légitimité critique, universitaire et cinéphilique – en atteste le nombre, toujours plus important, d’ouvrages sur le sujet[1] – la comédie des années 1980 ne connaît pas les mêmes louanges : rares ont été les études consacrées à cette thématique, surtout en France. Il suffit de citer les quelques noms emblématiques de cette nouvelle génération de cinéastes (Amy Heckerling, Jim Abrahams, David et Jerry Zucker, John Landis, Harold Ramis, Ivan Reitman, Susan Seidelman), d’acteurs (Dan Aykroyd, John Belushi, Bill Murray) et d’actrices (Julie Hagerty, Gilda Radner) pour s’apercevoir que l’engouement scientifique n’a pas dépassé la sphère anglo-saxonne[2]. Pourtant, leur influence sur les générations suivantes reste essentielle : des sagas populaires telles que Scary Movie et Very Bad Trip (The Hangover) n’auraient ainsi jamais vu le jour sans l’apport d’œuvres fondatrices à l’image d’American college (Animal House, 1978) ou d’Y a-t-il un pilote dans l’avion ? (Airplane!, 1980).

Ainsi, réfléchir sur la comédie américaine des années 1980, avec les outils conceptuels contemporains, permet de l’ouvrir, aux perspectives pluridisciplinaires (historique, sociologique, esthétique, économique, gender & cultural studies, etc.) afin de révéler ce qui relève à la fois de sa standardisation et de sa singularité au sein de l’industrie culturelle qu’est le Hollywood des années 1980. C’est appréhender le genre dans son évolution, dans l’hybridation consubstantielle à la comédie, dans l’hétérogénéité de ses sources. C’est, non pas célébrer ou déplorer que certains cinéastes, acteurs ou actrices de cette période soient restés dans les marges de l’histoire, mais bien voir ce qui subsiste, persiste, survit chez  leurs héritiers.

Cette journée d’études, ouverte aux doctorant·e·s et aux jeunes docteur·e·s, aura donc pour ambition d’éclaircir l’apport de cette génération des années 1980 au sein de la comédie américaine en ouvrant son étude à une très grande diversité d’approches. Ainsi, les communications pourront s’inspirer des axes suivants :

  1. On pourra considérer, dans l’axe socioculturel et politique, ces comédies comme le reflet de la société américaine entre les deux conflits qui ont marqué la seconde partie du XXe siècle : la guerre du Vietnam (1963-1975) et la guerre du Golfe (1990-1991). Il pourra alors être pertinent de s’interroger sur l’influence qu’ont pu avoir la contre-culture, le mouvement hippie, la libération du sexe, ainsi que les bouleversements politiques (Watergate, démission de Nixon). De la même façon, il faudrait pas oublier le rôle qu’a pu jouer la télévision nord-américaine. On pourrait également se demander en quoi la comédie américaine des années 1980 se fait le reflet des changements de la société américaine, notamment avec l’affirmation de l’ultra-libéralisme et le retour au conservatisme sous la présidence de Ronald Reagan (1981-1989).
  2. Un autre axe pourra porter sur la réception de la comédie américaine des années 1980. Les communications se concentreront alors sur les réceptions critiques (professionnelle, amateur) et les pratiques spectatorielles, y compris hors États-Unis. Les interventions pourront également traiter des stratégies de distribution et d’exploitation, et des pratiques des fans, à l’image de l’essor de la toga party (fête à thème toge romaine), scène culte qui trouve son origine dans American college.
  3. Certaines communications questionneront les enjeux esthétiques et narratifs de la comédie des années 1980. Il sera alors pertinent de réfléchir sur la diversité des registres de comédie (burlesque, screwball comedy, comédie de mœurs, parodie), des espaces comiques (grotesque, bouffonnerie, extravagance, toquade, non-sens), des rires (rire-malaise, rire-référence, rire-gras).

Ces pistes ne sont pas exhaustives : tous les axes seront accueillis dans ce cadre. En outre, il n’est pas obligatoire de se limiter strictement aux bornes chronologiques des années 1980 : toute étude comparative est ainsi la bienvenue. Cette journée d’étude n’est pas limitée aux études cinématographiques : les contributions issues d’autres champs d’études sont fortement appréciées.

Modalités de soumission

Les propositions de communications d’environ 250 mots, ainsi qu’une courte bio, sont à envoyer

pour le 7 juin 2019

à yatilunsensdanscefilm@gmail.com

Organisation

  • ESTCA (Stefano Darchino, Emmanuel Dreux)
  • LASLAR (Antoine Gaudé, Philippe Ortoli)
  • LISAA (Marc Cerisuelo, Fabien Delmas, Antoine Guégan)

Comité scientifique

  • Marc Cerisuelo (PR, Université Paris-Est Marne-la-Vallée),
  • Stefano Darchino (doctorant, Université Paris 8),
  • Fabien Delmas (MCF, Université Paris-Est Marne-la-Vallée),
  • Emmanuel Dreux (MCF, Université Paris 8),
  • Antoine Gaudé (doctorant, Université de Caen-Normandie),
  • Antoine Guégan (doctorant, Université Paris-Est Marne-la-Vallée).

Bibliographie

ASIMAKOULAS Dimitris, « Towards a Model of Describing Humour Translation: A Case Study of the Greek Subtitled Versions of Airplane! and Naked Gun », in Meta, vol. 49 n° 4, décembre  2004, p. 822-842.

D’AGNOLO VALLAN Giulia (dir.), John Landis, M Press, 2008 [en anglais].

FITZGERALD Jon, HAYWARD Philip, « Paranormal Product: The Music and Promotion of Ghostbusters », in EVANS Mark, HAYWARD Philip (dir.), Sounding Funny: Sound and Comedy Cinema, Equinox Publishing, 2016, p. 92-109.

PAUL William, « The Rise and Fall of Animal Comedy », in The Velvet Light Trap, n° 26, automne 1990, p. 73-86.

PRINCE Stephen, A New Pot of Gold: Hollywood under the Electronic Rainbow, 1980-1989 [History of the American Cinema t. 10], University of California Press, 2000.

SUMMERS Tim, « “Shirley, Bernstein Can’t Be Serious?”: Airplane! and Compositional Personas », in The Journal of Film Music, vol. 6 n° 1, 2013, p. 75-86.

WHALLEY Jim, Saturday Night Live, Hollywood Comedy, and American Culture, Palgrave Macmillan, 2010.

Notes

[1] BRUNOVSKA KARNICK Kristine, JENKINS Henry (dir.), Classical Hollywood Comedy, Routledge, 1995 ; CERISUELO Marc, Preston Sturges ou le génie de l’Amérique, PUF, 2002 ; DREUX Emmanuel, Le cinéma burlesque ou la subversion par le geste, L’Harmattan, 2007 ; EL-KHOURY Toufic, La comédie hollywoodienne classique (1929-1945). Structure triadique et médiations du désir, L’Harmattan, 2016 ; THIÉRY Natacha, Lubitsch, les voix du désir. Les comédies américaines, 1932-1946, CEFAL, 2000.

[2] Voir bibliographie.

Places

  • Fondation Lucien Paye (Cité internationale universitaire de Paris) - 45B Boulevard Jourdan
    Paris, France (75014)

Date(s)

  • Friday, June 07, 2019

Attached files

Keywords

  • cinéma, histoire, esthétique, culture, comédie, genre, idéologie, réception

Contact(s)

  • Stefano Darchino
    courriel : yatilunsensdanscefilm [at] gmail [dot] com

Information source

  • Stefano Darchino
    courriel : yatilunsensdanscefilm [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« What does it mean? American comedies in the 1980s (1975-1991) », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, April 18, 2019, https://calenda.org/603817

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal