HomeGrants for master's research projects on the eutrophication of the coast

Grants for master's research projects on the eutrophication of the coast

Projets de recherche de maîtrise rémunérés sur l’eutrophisation côtière

*  *  *

Published on Thursday, April 25, 2019 by Céline Guilleux

Summary

Quatre projets de maîtrise sont disponibles à l'université du Québec à Rimouski et à l'université du Qéubec à Trois-Rivières dans le cadre d'un programme de recherche multidisciplinaire financé par le programme Odyssée Saint-Laurent du Réseau Québec Maritime et intitulé « Expertise collective sur l’eutrophisation et la qualité des eaux côtières : vers l’appropriation des connaissances ». Les quatre candidates et candidats seront intégrés dans une équipe multidisciplinaire qui combine géographes, océanographes et sociologues de l'environnement. Le projet vise à développer une expertise collective sur l'eutrophisation des eaux côtières et à ainsi favoriser l'appropriation des connaissances scientifiques par les acteurs publics.

Announcement

La date limite de candidature pour les différents projets est le 31 août 3019.

Projet 1 : Trajectoire d’eutrophisation de la zone côtière du Kamouraska : approches en socio-anthropologie politique

Domaine d'étude : Sciences sociales de l’environnement

Début du projet : été 2019 (au plus tard à la rentrée 2019)

Supervision

Geneviève Brisson et Nathalie Lewis, Département sociétés, territoires et développement, UQAR

Financement

Une bourse de 15 000 $ par an est disponible pour une période de 2 ans. Une bourse d’exemption de frais de scolarité majorés est aussi disponible pour les candidats étrangers.

Description du projet

Cet appel à financement pour un projet de maîtrise interpelle une étudiante ou un étudiant ayant une formation initiale en sociologie ou anthropologie politique (ou autre domaine connexe en sciences sociales), intéressé.e aux questions environnementales, afin de comprendre la construction de l’enjeu de l’eutrophisation des eaux côtières par les différents acteurs impliqués, en vue de montrer le continuum entre connaissances et action sur le sujet.

L’eutrophisation compte parmi les perturbations les plus communes des eaux côtières. De nombreuses études ont démontré que l’introduction massive de matières organiques et d’éléments nutritifs (azote, phosphore) dans les eaux littorales perturbe les équilibres naturels des écosystèmes côtiers. On sait également que ces apports ont des sources multiples etanthropiques qui transcendent la zone côtière et s’inscrivent plutôt à l’échelle territoriale d’un bassin-versant. Les effets et les causes de l’eutrophisation sont connus et repérables, les solutions semblent évidentes, d’ailleurs un arsenal règlementaire en fait foi. Pourtant, force est de reconnaître que l’eutrophisation persiste (et croît) et que le langage des uns diffère de celui des autres autour du même objet, soit le processus d’eutrophisation.

C’est bien cet objet qui motive ce projet de maîtrise en ce qu’il propose une construction scientifique dont les finalités impliquent une action territorialisée. Pour autant, la linéarité entre la connaissance et l’action ne va pas de soi. Les travaux en action publique montrent qu’en amont il s’agit de comprendre la construction de l’enjeu par les différents acteurs impliqués. Cette construction implique de comprendre la représentation de l’objet et implique de comprendre la problématisation faite (ou non) de cet objet par les acteurs territoriaux.

À cet égard, une cartographie des représentations est proposée afin de s’emboîter au projet intersectoriel Odyssée St-Laurent "Expertise collective sur l’eutrophisation et la qualité des eaux côtières : vers l’appropriation des connaissances". Ce projet regroupe des chercheures en sciences de la vie et de la terre et en sciences humaines et sociales : quatre projets de maîtrise et un stage seront lancés concomitamment permettant ainsi une réflexion interdisciplinaire à l’interne de l’équipe. Le projet de maitrise s’attachera à comprendre le continuum entre la connaissance et l’action en s’appuyant un portrait actuel de la trajectoire d’eutrophisation des eaux côtières de la région de Kamouraska à l’Île-Verte.

S’appuyant sur une sociologie de l’espace et de l’action publique, c’est bien la construction du risque qui sera au coeur du projet. C’est à travers à travers une méthodologie qualitative auprès des acteurs territoriaux clés du Kamouraska que s’articulera le terrain. Il s’agira d’établir une cartographie des acteurs et de comprendre l’identification des parties prenantes et leur attribut de pouvoir, leur légitimité et leurs intérêts à agir. Plus encore, il s’agira de creuser en amont de la politique publique afin de comprendre comment une réalité territoriale perçue peut conditionner la mise en place de règlementations ou l’application de celles existantes. Ces entretiens permettront de comprendre les représentations des acteurs quant à la qualité de l’eau, les problèmes d’eutrophisation et les enjeux de gestion de la qualité de l’eau en milieux côtiers.

Compétences développées

  • Connaissances scientifiques multidisciplinaires en sciences sociales à travers l’entrée territoriale.
  • Connaissances scientifiques partagées avec une équipe résolument multidisciplinaire (écologie,écophysiologie, chimie, géographie, sociologie, science politique, anthropologie) ancrée dans une approche en développement régional et territorial.
  • Analyses de données qualitatives en sciences sociales

Critères d’admissibilités

  • Répondre aux exigences de base pour une admission au programme de la maîtrise en développement régional et territorial de l’UQAR
  • Détenir une moyenne cumulative d’au moins 3,4/4,3 ou l’équivalent
  • Formation universitaire en science politique, anthropologie, sociologie ou discipline connexe
  • Maîtrise du français lu et écrit. Une preuve de maitrise du français sera demandée pour lescandidats non francophones (ex. réussite au test de Français international avec une note >650)
  • Être canadien, résident canadien ou pourvu d’un permis d’étude valide ou enrenouvellement
  • Maîtrise de l’anglais est un atout
  • Expériences de terrain est un atout

Dossier de candidature

Le dossier de candidature doit être soumis aux personnes mentionnées ci-dessous. Le dossier doit être transmis en 1 seul fichier PDF et comprendre :

  • Lettre de motivation
  • Curriculum vitaeRelevé de notes (B.Sc.)
  • Nom et coordonnées de deux répondants

Envoyez votre dossier par courriel à Nathalie Lewis et Geneviève Brisson, Professeures au département sociétés, territoires et développement; nathalie_lewis@uqar.ca ET geneviève_brisson@uqar.ca 

Sélection des candidates ou des candidats 

La sélection des candidates ou des candidats se poursuivra jusqu’à ce qu’une candidate ou un candidat soit recruté. La candidate ou le candidat sélectionné devra s’inscrire à temps plein au programme de maitrise en développement régional et territorial de l’UQAR.

Projet 2 : Les scientifiques et la gestion de l’eutrophisation côtière : cartographie des connaissances et défis du partage des connaissances

Domaine d'étude : Sciences de l'environnement

Début du projet : Mai 2019 ou septembre 2019

Description du projet :

Le phénomène de l’eutrophisation des zones côtières est un enjeu mondial. Aujourd’hui, ce sont plus de 400 systèmes côtiers qui sont répertoriés comme eutrophiques et sous-oxygénés. L’estuaire maritime du Saint-Laurent fait partie de ces systèmes. Cette eutrophisation entraine une détérioration des habitats et des écosystèmes à forts enjeux stratégiques pour les économies et pour l’environnement, avec un risque accru de mortalité chez certains organismes des niveaux trophiques supérieurs, particulièrement ciblés par la pêche. Elle résulte de rejets ponctuels d’effluents domestiques, industriels et agricoles, mais aussi d’apports plus diffus issus du ruissellement sur des surfaces agricoles et urbanisés, et des retombées atmosphériques.

Gérer l’eutrophisation côtière est ainsi un enjeu complexe. Il implique des acteurs aux intérêts divers voir opposés, gestionnaires des littoraux autant que des bassins versants. Comme les trajectoires de l’eutrophisation diffèrent d’un socio-écosystème à l’autre, et qu’elles sont soumises aux changements globaux, les modes de gestion ne peuvent être génériques. Une gestion adaptative apparaît comme une voie d’action pour développer et ajuster en continu les actions de gestion. La mise en place d’une gestion adaptative nécessite l’implication forte des scientifiques et un partage en continu des connaissances scientifiques vers les gestionnaires.

Néanmoins, avoir un portrait des connaissances scientifiques existantes susceptibles d’aider les gestionnaires à prendre des décisions autant que réussir le partage des connaissances posent des difficultés de taille. Une cartographie des connaissances scientifiques aisément accessibles pour les gestionnaires et adaptée aux écosystèmes à gérer demeure manquante. De plus, si l’on reconnaît aujourd’hui que les barrières au partage des connaissances viennent autant du monde de la gestion que du monde scientifique, les barrières que les scientifiques éprouvent pour partager leurs connaissances et comprendre les besoins des gestionnaires restent à être mieux comprises.

Dans le contexte de la gestion de l’eutrophisation côtière de l’estuaire du fleuve Saint-Laurent, ce projet de maîtrise a pour objectifs de : 1. dresser une cartographie des connaissances scientifiques existantes sur l’eutrophisation côtière dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent; 2. comprendre les barrières que les scientifiques éprouvent pour partager leurs connaissances avec les gestionnaire de l’eutrophisation côtière.

Ce projet de maîtrise s’insèrera dans un programme de recherche multidisciplinaire financé par le programme Odyssée Saint-Laurent du Réseau Québec maritime et intitulé : « Expertise collective sur l’eutrophisation et la qualité des eaux côtières : vers l’appropriation des connaissances ». Il donnera lieu à des développements méthodologiques pour établir une cartographie des connaissances scientifiques sur l’eutrophisation côtière utile aux gestionnaires. Ultimement, il contribuera à améliorer les échanges de connaissances entre scientifiques et gestionnaires des ressources et de l’environnement.

Compétences développées

  • Transfert et échange de connaissances
  • Cartographie des connaissances
  • Focus groupes collaboratifs
  • Analyses qualitatives
  • Rédaction scientifique
  • Travail en équipe multidisciplinaire

Supervision 

Encadrement multidisciplinaire (sciences humaines et sciences naturelles) par Julie Ruiz (UQTR) et Gwénaëlle Chaillou (UQAR) ; l’étudiant(e) sera aussi intégré(e) dans une équipe de recherche multidisciplinaire réunissant géographe physique et humain, océanographes, sociologue de l’environnement et anthropologue durant toute la durée de son mémoire.

Financement 

Une bourse de 15 000 $ par an est disponible pour une période de 2 ans. Une bourse d’exemption de frais de scolarité majorés est aussi disponible pour les candidats étrangers.

Critères d’admissibilité

  • Répondre aux exigences de base pour une admission au programme de la maîtrise en science de l’environnement de l’UQTR
  • Détenir une moyenne cumulative d’au moins 3,4/4,3 ou l’équivalent
  • Formation universitaire en géographie, gestion des ressources, science de l’environnement, écologie, sociologie de l’environnement ou toute discipline ayant un lien avec la gestion des ressources et de l’environnement ou l’échange de connaissances
  • Maîtrise du français lu, écrit et parlé. Une preuve de maitrise du français sera demandée pour les candidats non francophones (ex. : réussite au test de Français international avec une note > 650)
  • Être canadien, résident canadien ou pourvu d’un permis d’étude valide ou en renouvellement
  • Bonne maîtrise de l’anglais lu et parlé
  • Expérience en méthode qualitative est un atout

Dossier de candidature

Le dossier de candidature doit être transmis en 1 seul fichier PDF et comprendre :

  • Lettre de motivation
  • Curriculum vitae
  • Relevé de notes (B.Sc.)
  • Nom et coordonnées de deux répondants

Envoyez votre dossier par courriel à Julie Ruiz, Professeure en science de l’environnement, Co-directrice du centre de recherche RIVE, Université du Québec à Trois-Rivières, CP 500, Trois-Rivières, Québec, G9A 5H7; julie.ruiz@uqtr.ca 

Sélection des candidates ou des candidats 

La sélection des candidates ou des candidats se poursuivra jusqu’à ce qu’une candidate ou un candidat soit recruté. La candidate ou le candidat sélectionné devra s’inscrire à temps plein au programme de maitrise en sciences de l’environnement de l’UQTR.

Projet 3 : Développement d’un indice de vulnérabilité à l’eutrophisation côtière

Domaine d’étude : Océanographie / Géographie / Environnement

Début du projet : Été 2019

Description du projet

L’eutrophisation côtière est une problématique mondiale mais un enjeu de gestion à l’échelle régionale. La notion de vulnérabilité est un outil qui peut aider à adapter des actions de remédiation aux réalités biophysiques et humaines de la région. Pour l’eutrophisation, la plupart des analyses de risques reposent sur une base hydrogéochimique qui calcule le transfert des nutriments issus des bassins versants à l’exutoire côtier. Cette approche est alors centrée sur l’écosystème et ne prend pas en compte les caractères morphométriques intrinsèque au système (bathymétrie, sédiment, type de côte, perméabilité, vulnérabilité à l’érosion…) et les conditions hydrologiques et hydrogéologiques de l’arrière côte.

L'objectif de ce projet est de colliger les données existantes sur la qualité des eaux de continentales (surface et souterraine), les flux de nutriments, les données morphométriques du trait de côte afin de développer un indice de sensibilité qui combine une évaluation relative de la vulnérabilité intrinsèque au système (soit la susceptibilité du système côtier de se voir affecter par une contamination provenant du bassin versant) et l’état actuel d’eutrophisation (hydrogéochimique et écologique). Le développement de l’indice sera traité par une approche géomatique et sera testé à l’échelle de la région du Bas Saint-Laurent.

Rémunération

Une aide financière de 15 000 $ par an est disponible pour deux ans. Le(a) candidat(e) sera encouragé(e) à postuler aux diverses bourses institutionnelles, provinciales et nationales.

Profil recherché 

  • Baccalauréat en géographie ou géomatique (ou l’équivalent)
  • Bon dossier académique (moyenne cumulative d’au moins 3,2 / 4,3)
  • Intérêts et aptitudes à travailler sur le terrain
  • Intérêts et aptitudes pour la géomatique et l’utilisation de logiciels de cartographie

Dossier de candidature

Faites parvenir une lettre de motivation, un CV à jour ainsi que les noms et coordonnées de deux personnes référentes par courriel à gwenaelle_chaillou@uqar.ca et pascal_bernatchez@uqar.ca.

Sélection des candidates ou des candidats

La sélection des candidates et candidats se poursuivra jusqu’à ce qu’une candidate ou un candidat soit recruté.

Projet 4 : Trajectoire d’eutrophisation de la zone côtière du Kamouraska : approches biologiques et physico-chimiques

Domaine d'étude : Océanographie biologique

Début du projet : mai 2019

Description du projet 

L’eutrophisation compte parmi les perturbations les plus communes des eaux côtières. De nombreuses études ont démontré que l’introduction massive de matières organiques et d’éléments nutritifs (azote, phosphore) dans les eaux littorales perturbe les équilibres naturels des écosystèmes côtiers. La biodisponibilité de l’azote est le principal facteur contrôlant l’eutrophisation en milieu marin, résultant de rejets directs d’effluents, d’apports plus diffus issus de l’écoulement d’eaux de ruissellement contaminées après leur passage sur des surfaces agricoles et non agricoles, et des retombées atmosphériques. La manifestation la plus visible de l’eutrophisation des masses d’eau littorales se traduit par un développement excessif d’algues, un appauvrissement de l’eau en oxygène (désoxygénation) et une acidification des eaux côtières, avec pour conséquence un risque accru de mortalité chez certains organismes aquatiques.

L’eutrophisation de l’océan côtier est un enjeu mondial, mais sa gestion reste un défi régional qui relève de politiques et règlementations publiques. Ainsi dans le cadre du projet intersectoriel Odyssée St-Laurent ‘’Expertise collective sur l’eutrophisation et la qualité des eaux côtières : vers l’appropriation des connaissances’’, ce projet de maitrise s’attachera dresser un portrait actuel de la trajectoire d’eutrophisation des eaux côtières de la région de Kamouraska à l’Île-Verte.

Des mesures combinées de paramètres physico-chimique, hydrogéochimiques et biologiques, mesurées en fonction du type de trait de côte ainsi que des abondances de brouteurs permettront de quantifier la trajectoire d’eutrophisation dans la zone du Kamouraska à l’Île-Verte. Ces mesures seront effectuées sur le terrain, dans la zone s’étendant entre Kamouraska et l’Ile-Verte, à différentes périodes de l’année. Des échantillons collectés sur le terrain seront également ramenés et analysés au laboratoire à l’ISMER.

Compétences développées 

  • Connaissances scientifiques multidisciplinaires (Écologie, Écophysiologie, Chimie)
  • Analyses de données multivariées
  • Travail de terrain sur petites embarcations ; travail en laboratoire à l’ISMER
  • Transfert des connaissances scientifiques avec les acteurs publics, utilisation d’outils de mobilisation de connaissances

Supervision 

Gesche Winkler et Fanny Noisette, ISMER-UQAR

Financement

Une bourse de 15 000 $ par an est disponible pour une période de 2 ans. Une bourse d’exemption de frais de scolarité majorés est aussi disponible pour les candidats étrangers.

Critères d’admissibilités

  • Répondre aux exigences de base pour une admission au programme de la maîtrise en océanographie de l’UQAR
  • Détenir une moyenne cumulative d’au moins 3,4/4,3 ou l’équivalent
  • Formation universitaire en biologie marine, écologie, écophysiologie, biogéochimie ou discipline connexe
  • Maîtrise du français lu et écrit. Une preuve de maitrise du français sera demandée pour les candidats non francophones (ex réussite au test de Français international avec une note > 650)
  • Être canadien, résident canadien ou pourvu d’un permis d’étude valide ou en renouvellement
  • Maîtrise de l’anglais est un atout
  • Expériences de terrain est un atout

Dossier de candidature

Le dossier de candidature doit être soumis aux personnes mentionnées ci-dessous. Le dossier doit être transmis en 1 seul fichier PDF et comprendre :

  • Lettre de motivation
  • Curriculum vitae
  • Relevé de notes (B.Sc.)

Envoyez votre dossier par courriel à Fanny Noisette et Gesche Winkler, Professeures en océanographie biologique, 10, allée des Ursulines, Rimouski QC G5L 3A1; fanny_noisette@uqar.ca ET gesche_winkler@uqar.ca

Sélection des candidates ou des candidats 

La sélection des candidates ou des candidats se poursuivra jusqu’à ce qu’une candidate ou un candidat soit recruté. La candidate ou le candidat sélectionné devra s’inscrire à temps plein au programme de maitrise en océanographie de l’ISMER-UQAR.

Places

  • 300 allée des Ursulines
    Rimouski, Canada (G5L 3A1)
  • Trois-Rivières, Canada (G9A 5H7)

Date(s)

  • Saturday, August 31, 2019

Keywords

  • eutrophisation, Saint-Laurent, multidisciplinaire

Contact(s)

  • Nathalie Lewis
    courriel : nathalie_lewis [at] uqar [dot] ca
  • Geneviève Brisson
    courriel : genevieve_brisson [at] uqar [dot] ca
  • Julie Ruiz
    courriel : julie [dot] ruiz [at] uqtr [dot] ca

Information source

  • Abigaïl Rezelman
    courriel : grideq [at] uqar [dot] ca

To cite this announcement

« Grants for master's research projects on the eutrophication of the coast », Scholarship, prize and job offer, Calenda, Published on Thursday, April 25, 2019, https://calenda.org/605013

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal