HomeTestimonies of incest (1986-2019) – doctoral contract

Testimonies of incest (1986-2019) – doctoral contract

Les témoignages d’inceste (1986-2019) – Contrat doctoral fléché

Erasme doctoral school, Paris 13

École doctorale Erasme Paris 13

*  *  *

Published on Thursday, April 25, 2019 by Céline Guilleux

Summary

En 1986, Eva Thomas publiait Le viol du silence, un témoignage sur le viol que lui a fait subir son père, avant d’être invitée peu de temps après sur un plateau de télévision. Le livre a fait date et marque l’entrée de l’inceste dans l’espace public, à travers le nouveau personnage de la victime d’inceste, forte de son témoignage, dont l’apparition s’inscrit plus généralement dans la double montée de la figure de la victime sur la scène judiciaire et sociale et de la pratique du témoignage . Depuis cette date, en quelque façon inaugurale, se sont multipliés les témoignages de victimes d’inceste qui peuvent être considérés comme des sources sur les violences incestueuses mais également comme un objet d’étude à part entière. Faire l’histoire de cette prise d’écriture, en éclairant sa chronologie, en étudiant ses acteurs et ses caractéristiques, en reconstituant les conditions de production des témoignages et l’horizon de leur réception, est l’objectif de ce contrat doctoral. Il s’inscrit dans une perspective d’histoire culturelle.

Announcement

Ecole doctorale ERASME, Contrat doctoral fléché 2019

Proposition Pléiade EA 7338

Thème proposé

Les témoignages d’inceste (1986-2019)

Champ disciplinaire

Histoire

Pré-requis

Master recherche en histoire ou diplôme équivalent validé dans une université ou un établissement d’enseignement supérieur hors université de Paris 13.

Des candidatures issues de masters en sciences humaines et lettres peuvent être recevables si les candidat.e.s ont effectué un cursus en histoire niveau licence.

Direction de recherche

Anne-Emmanuelle Demartini, professeure d’histoire contemporaine (Pléiade, Paris 13), Philippe Artières, directeur de recherches (CNRS- en cours de rattachement à l’IRIS)

Comité de suivi

  • Membre externe : Anne-Claude Ambroise-Rendu (PR, St-Quentin)
  • Membre interne : Julie Doyon (docteure et PRAG)
  • Doctorante avancée : Aurélie Philippe (Paris 13/Paris 1)

Présentation du thème

En 1986, Eva Thomas publiait Le viol du silence, un témoignage sur le viol que lui a fait subir son père, avant d’être invitée peu de temps après sur un plateau de télévision. Le livre a fait date et marque l’entrée de l’inceste dans l’espace public, à travers le nouveau personnage de la victime d’inceste, forte de son témoignage, dont l’apparition s’inscrit plus généralement dans la double montée de la figure de la victime sur la scène judiciaire et sociale et de la pratique du témoignage . Depuis cette date, en quelque façon inaugurale, se sont multipliés les témoignages de victimes d’inceste : livres publiés avec le concours d’une maison d’édition (entretiens, autobiographies, pamphlets, autofictions, etc.) et signés par des auteurs à la notoriété et au statut divers (de l’artiste Niki de Saint Phalle à Laurent Boyet) ; textes publiés dans la presse-magazine ; témoignages, parfois anonymes, déposés sur les sites des associations d’entraide aux victimes de l’inceste, qui encouragent les prises de parole individuelle et leur publicité à des fins thérapeutiques, cathartiques, cognitives et sociales. Cette masse de textes, encore inexploitée, offre une voie d’accès inédite aux violences incestueuses telles qu’elles sont vécues par les victimes. Elle permet surtout de saisir quelques unes des modalités de leur révélation et d’éclairer les effets personnels, familiaux, institutionnels, sociaux, médiatiques de celle-ci : alors que l’inceste a été surtout approché sous l’angle du tabou et du silence, qui pèse tant sur les familles que sur la société et même sur les recherches en sciences humaines et sociales, il s’agit d’inverser la perspective et de centrer l’attention sur le moment crucial du dévoilement des violences incestueuses.

Le thème nécessite de délimiter un corpus textuel convaincant et invite à considérer ces témoignages non seulement comme des sources sur les violences incestueuses mais également comme un objet d’étude à part entière. Faire l’histoire de cette prise d’écriture, en éclairant sa chronologie, en étudiant ses acteurs et ses caractéristiques, en reconstituant les conditions de production des témoignages et l’horizon de leur réception, est l’objectif de ce contrat doctoral. Il  s’inscrit dans une perspective d’histoire culturelle. La recherche pourra porter sur la France, mais pas nécessairement, et/ou intégrer une dimension comparatiste.

Inscription du thème dans les objectifs du laboratoire

Le contrat fléché s’adosse au projet DERVI (Dire, Entendre, Restituer les Violences Incestueuses), sélectionné pour financement dans le cadre de l’AAPG 2018. Ce projet, qui démarre en février 2019, prolonge le rapport sur les violences sexuelles à caractère incestueux sur mineur.e.s, remis en 2017 à la Ministre des familles, de l’enfance et du droit des femmes. Il repose sur la collaboration du CEMS UMR 8178-EHESS (porteur principal, coordinatrice : Léonore Le Caisne) et de Pléiade (partenaire, responsable scientifique : Anne-Emmanuelle Demartini). Le contrat doctoral permettra opportunément de renforcer le rôle des chercheurs de Pléiade dans DERVI, et de se positionner, avec l’inceste, sur un domaine de recherche encore peu développé en France mais aux enjeux sociétaux considérables. Il s’insère donc dans un projet stratégique pour le laboratoire, cela conformément aux recommandations de l’HCERS qui a appelé Pléiade à s’investir dans les appels à projets de l’ANR et à mieux définir des thèmes originaux dans le paysage français et international. 

Le thème s’inscrit dans l’axe 3 du laboratoire Pléiade, Politique, individu, sociétéauquel sont rattachés les membres de Pléiade parties prenantes de DERVI. Il fait écho également aux travaux de nombreux chercheurs de l’axe 1 travaillant sur les locuteurs vulnérables, l’enfance et la jeunesse, les normes et les transgressions. En outre, il s’inscrit dans une tradition de Pléiade, qui a été l’un des foyers historiques en France des écritures autobiographiques et des écritures de soi.

Logique interdisciplinaire et inter-laboratoire

Appuyé sur le projet DERVI, qui fait travailler ensemble historiens et anthropologues autour de la révélation de l’inceste en contexte familial, judiciaire, administratif, médiatique, littéraire, le contrat doctoral s’inscrit dans une logique de collaboration interdisciplinaire à plusieurs échelles.

Au sein de Pléiade, d’abord, puisque, de par son thème et le corpus envisagé, il exige une démarche interdisciplinaire, impliquant de construire une réflexion au carrefour de l’histoire, de la littérature et des sciences du langage. Le contrat reprend donc complètement l’exigence d’interdisciplinarité qui participe à l’identité du laboratoire.

Au sein de l’ED Erasme, ce projet nécessite des collaborations avec d’autres laboratoires : au premier chef, avec l’IRIS, dont les 3 directions de recherche (domination et résistance, intime, santé) rencontrent  le thème du contrat. Philippe Artières, spécialiste des écritures ordinaires et co-directeur de la thèse, en cours de rattachement à l’IRIS. Des articulations sont également souhaitables avec l’UTRPP, notamment avec son axe 1 qui explore l’écriture de soi et le lien entre témoignage et trauma.

Au-delà de l’ED, le ou la doctorant.e bénéficiera des échanges avec les anthropologues rattachées au CEMS-IMM (EHESS), porteur principal du projet ANR ; il intègrera l’équipe de DERVI et participera à ses travaux. En outre, la collaboration sera maintenue avec l’axe « Corps, santé et société » de la MSH Paris-Nord et avec le GIS Institut du Genre. Ce projet s’inscrit donc également dans la logique de croisement interdisciplinaire du nouveau pôle Campus Condorcet où se trouvera également le CLAMOR (Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice), partenaire de DERVI.

Difficulté à trouver un candidat issu d’un master de l’Université Paris 13 

Une candidature émanant de notre Master recherche Histoire, Sociétés, Cultures serait évidemment idéale. Cependant, une telle candidature ne s’est pas manifestée. Le contrat doctoral porte sur un sujet délicat, dans une société où les seuils de tolérance à l’égard des violences faites aux enfants n’ont cessé de s’élever, et qui mobilise actuellement les politiques publiques françaises et transnationales.La diffusion nationale et internationale d’un appel à candidature, en utilisant les réseaux de la communauté historienne francophone, permettra le recrutement d‘un.e candidat.e motivé.e.

Procédure de candidature

Le dossier de candidature (voir le détail de la procédure sur le site de l’École doctorale Érasme : http://www.univ-paris13.fr/ecole-doctorale-erasme/) est à adresser à Anne-Emmanuelle Demartini (demartini@univ-paris13.fr)

pour le 21 mai 2019, 12h , délai de rigueur.

La pièce centrale de ce dossier est le projet de thèse qui ne devra pas excéder 10 000 signes (esquisse d’un corpus de sources et pistes bibliographiques comprises). Il devra être accompagné d’un CV détaillé et d’une fiche de candidature.

L’audition du candidat sélectionné aura lieu le 28 juin 2019.

Date(s)

  • Tuesday, May 21, 2019

Keywords

  • inceste, victime, témoignage, autobiographie

Contact(s)

  • Anne Emmanuelle Demartini
    courriel : anne [dot] emmanuelle [dot] demartini [at] gmail [dot] com

Reference Urls

Information source

  • Anne-Emmanuelle Demartini
    courriel : anne [dot] emmanuelle [dot] demartini [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Testimonies of incest (1986-2019) – doctoral contract », Scholarship, prize and job offer, Calenda, Published on Thursday, April 25, 2019, https://calenda.org/607865

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal