HomeMémoires en strates : le souvenir du tragique en contexte post-esclavagiste

Mémoires en strates : le souvenir du tragique en contexte post-esclavagiste

Groupe de recherche « Mondes Caraïbes et Transatlantiques en Mouvement » (MCTM ; FMSH ; CNRS)

*  *  *

Published on Monday, May 13, 2019 by Anastasia Giardinelli

Summary

Les séries d’événements sociaux et politiques sont autant de strates cumulées pour le corps social qui en conserve la trace et se trouve le dépositaire de souvenirs dont le rappel convoque un travail de mise en cohérence. Dans les sociétés de la Caraïbe, l’esclavage est le socle sur lequel s’ajoutent des événements dont la dimension ramène au tragique de la violence fondatrice.  Au cours de cette journée, nous proposons de nous intéresser aux événements survenus dans des périodes plus ou moins récentes au sein des sociétés à fondement esclavagiste. Nous souhaitons interroger ces événements sous l’angle de leur articulation en strates successives, de leurs répétitions, de leurs dissociations/détachements, de leurs agencements vus au regard de la matrice esclavagiste. Ces « événements » recouvrent autant des épisodes tragiques que des mouvements sociaux qui font rejaillir les mémoires de cette matrice ancienne.

 

Announcement

Argumentaire

Les séries d’événements sociaux et politiques sont autant de strates cumulées pour le corps social qui en conserve la trace et se trouve le dépositaire de souvenirs dont le rappel convoque un travail de mise en cohérence. Dans les sociétés de la Caraïbe, l’esclavage est le socle sur lequel s’ajoutent des événements dont la dimension ramène au tragique de la violence fondatrice. L’événement est compris dans le sens que lui donnent Fassin et Bensa (2002 : 6) en tant que « rupture d’intelligibilité » qui oblige à réorganiser les univers de sens toujours en lien avec les ressources rendues disponibles par les trajectoires historiques, ici celles puisées au contexte (post)esclavagiste. En d’autres termes, empruntés à Koselleck (1997 : 111), « les conditions et les déterminations qui interviennent dans chaque événement présent sont issues de strates plus ou moins profondes de ce que l’on appelle le passé ». Au cours de cette journée, nous proposons de nous intéresser aux événements survenus dans des périodes plus ou moins récentes au sein des sociétés à fondement esclavagiste. Nous souhaitons interroger ces événements sous l’angle de leur articulation en strates successives, de leurs répétitions, de leurs dissociations/détachements, de leurs agencements vus au regard de la matrice esclavagiste. Ces « événements » recouvrent autant des épisodes tragiques que des mouvements sociaux qui font rejaillir les mémoires de cette matrice ancienne. Nos invités apporteront leur contribution à partir de leur analyse de phénomènes très divers que sont la présence du bagne en Guyane française, les massacres sous l’ère duvaliériste en Haïti, le mouvement contre la vie chère de 2009 aux Antilles françaises, ou encore la constitution récente des réseaux militants et académiques pour la demande de réparations de l’esclavage. Ces analyses nous aideront à débattre autour de la question des « mémoires en strates » et de la présence du tragique de l’esclavage dans les événements dont elles assemblent le souvenir.  

BENSA A., FASSIN É., 2002, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, 38, en ligne : http://terrain.revues.org/index1888.html, 2-14

KOSELLECK R., 1997, L’expérience historique, Paris, Gallimard, Le Seuil.  

Programme

9h30 : Accueil

9h45 : Introduction et présentation du Groupe MCTM par Jean-Pierre Dozon, directeur scientifique et Vice-Président de la FMSH.

10h : Introduction à la journée d’étude par Christine Chivallon (anthropologue, CNRS, UMR « Passages » et MCTM)

10h15-11h :

  • Charles Forsdick, James Barrow Professor of French, University of Liverpool : Le bagne guyanais : lieu de mémoire postcolonial?

11h-11h15 : Pause-café

11h15-12h : 

  • Maud Laëthier, anthropologue, URMIS-IRD : Les "évènements de 1969" à Cazale (Haïti). Quand la mémoire parle de révolutions.

12h-12h45 :

  • Première discussion générale animée par Mathieu Claveyrolas, anthropologue, CEIAS, EHESS, et Jean-Bernard Ouédraogo, sociologue, EHESS, avec les membres de MCTM (Linda Boukhris, Christine Chivallon, Didier Nativel et Matthieu Renault).

12h45-14h30 : Repas

14h30-15h15 :

  • Nicola Frith, French and Francophone Studies, University of Edinburgh : “Réflexions sur le ‘Réseau international de chercheurs et de militants pour les réparations africaines’ (International Network of Scholars and Activists for Afrikan Reparations, INOSAAR)”

15h15-16h :

  • Céline Théodose, géographe/politologue, membre associée LC2S, Université des Antilles : Entre la mémoire et l'oubli dans l'écriture du mouvement social de 2009 en Martinique

16h-16h15 : Pause-café

16h15-17h :

Deuxième discussion générale animée par Mathieu Claveyrolas, anthropologue, CEIAS, EHESS, et Jean-Bernard Ouédraogo, sociologue, EHESS, avec les membres de MCTM (Linda Boukhris, Christine Chivallon, Didier Nativel et Matthieu Renault).

Places

  • Fondation Maison des Sciences de l'Homme, salle Forum - 54 boulevard Raspail
    Paris, France (75)

Date(s)

  • Wednesday, May 22, 2019

Keywords

  • mémoire, esclavage, événements, post-esclavage, traumatisme, tragique, mise en récits, silence

Contact(s)

  • Didier Nativel
    courriel : Didier [dot] Nativel [at] univ-paris-diderot [dot] fr
  • Christine Chivallon
    courriel : christine [dot] chivallon [at] cnrs [dot] fr

Information source

  • Christine Chivallon
    courriel : christine [dot] chivallon [at] cnrs [dot] fr

To cite this announcement

« Mémoires en strates : le souvenir du tragique en contexte post-esclavagiste », Study days, Calenda, Published on Monday, May 13, 2019, https://calenda.org/616198

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal