HomeL’analyse du discours entre description, geste critique et intervention

*  *  *

Published on Wednesday, May 22, 2019 by Céline Guilleux

Summary

« À quelles conditions une interprétation peut-elle (ou non) faire intervention ? » écrivait Michel Pêcheux en 1983. C’est cette question qu’ont souhaité reposer les organisateurs de ce premier colloque en analyse du discours (AD). De la revendication d’une neutralité descriptive, qui serait gage de scientificité, à la manifestation d’une convergence entre pratique de l’AD et démarches militantes, en passant par le fait d’assumer un positionnement critique à travers le choix de l’objet d’étude, des interprétations, de la démarche ou de l’ancrage théorique, quelle part chacun et chacune observe-t-elle ou il dans sa propre pratique ou dans celle d’autres chercheurs et chercheuses, entre description, geste critique et intervention ?

Announcement

Université de Poitiers / 13-15 novembre 2019

Argumentaire

« À quelles conditions une interprétation peut-elle (ou non) faire intervention ? » écrivait Michel Pêcheux en 1983.

C’est cette question qu’ont souhaité reposer les organisateurs de ce 1er colloque en analyse du discours, organisé à l’Université de Poitiers les 13, 14 et 15 novembre 2019 (laboratoire FORELLIS), en collaboration avec l’Université de Varsovie, le laboratoire BABEL de l’Université de Toulon et le laboratoire PRAXILING de l’Université de Montpellier.

De la revendication d’une neutralité descriptive, qui serait gage de scientificité, à la manifestation d’une convergence entre pratique de l’AD et démarches militantes, en passant par le fait d’assumer un positionnement critique à travers le choix de l’objet d’étude, des interprétations, de la démarche ou de l’ancrage théorique, quelle part chacun et chacune observe-t-elle ou il dans sa propre pratique ou dans celle d’autres chercheurs et chercheuses, entre description, geste critique et intervention ?

La question est d’actualité, à l’heure où de plus en plus d’analyses sociologiques, historiques ou autres s’appuient sur le langage, à l’heure où de plus en plus de chercheurs et chercheuses en AD travaillent sur des enjeux politiques majeurs de ce début de XXIème siècle (genre, sexe et sexualité, migration et xénophobie, néo-libéralisme et inégalités, marketing politique, écologie…), à l’heure aussi où des mouvements de neutralisation de la portée politique de l’AD tendent à cantonner la portée critique à l’analyse critique des discours (CDA).

 Un tel questionnement sera l’occasion de revenir notamment sur les enjeux suivants :

  • Est-ce à l’analyste de discours de « faire intervention » ou son rôle est-il de produire des descriptions et interprétations sur lesquelles d’autres prendront appui pour « faire mouvement » (E. Hazan), pour produire des changements ?
  • Quel est l’impact réel qu’a l’analyse du discours sur la société aujourd’hui ? Quelle seraient les différentes formes de démarches implicatives du chercheur ou de la chercheuse face à son objet, d’interventions plus ou moins directes et explicites sur le monde ?
  • Avoir recours à une approche pluridisciplinaire (invoquant sciences politiques, histoire, sociologie, etc.), est-ce orienter l’AD vers une perspective plus interventionniste ?
  • En quoi l’attachement aux formes, aux « matérialités discursives », aux corpus sensibles (impliquant des catégories de locuteurs vulnérables), au lexique (migrants, crise, inégalité, réalisme, race, néo-libéralisme, etc.) constitue-t-il en soi un geste critique voire interventionniste ?

Est-ce que ces choix peuvent l’amener à réfléchir sur des notions telles que « description », « critique », « subjectivité », « empathie », « réflexivité », « intervention », « militantisme », etc. ?

Par ces réflexions, ce colloque souhaite s’inscrire dans la continuité :

De la démarche politique des pionniers et pionnières de l’AD, et en particulier du colloque « Matérialités discursives » qui s’est tenu en avril 1980 à Nanterre et réunissait les principaux théoriciens et praticiens de l’AD. Que reste-t-il, quarante ans après, de l’esprit de ce colloque qui se donnait notamment pour objectif d'ouvrir « un espace de confrontation entre des disciplines se définissant par des champs hétérogènes (la langue, l'histoire, l'inconscient) mais qui toutes ont affaire avec du discours » (Gadet, 1980)? En plus de l’interdisciplinarité (souvent invoquée, pas toujours réellement pratiquée), quelles conceptions du sujet, de la langue, de l’histoire sous-jacentes ou explicites apparaissent dans les approches contemporaines en analyse des discours ?

  • D’approches théoriques qui soulignent l’importance du geste critique de l’AD, qu’il s’agisse de l’école d’ESSEX ou de la CDA.
  • Des travaux sur l’engagement du chercheur, objet de plusieurs collectifs récents parmi lesquels : l’ouvrage Analyse du discours dans la société. Engagement du chercheur et demande sociale (dir. F. Pugnière-Saavedra, F. Sitri et M. Veniard. Champion, 2012), le numéro 11 de la revue d’Argumentation et Analyse du discours paru en 2013, le numéro anniversaire de la revue Langage et société en 2017.

Le colloque souhaite être un espace de confrontation et d’articulation des travaux actuels en analyse du discours autour du rapport entre description, geste critique et intervention. Il sera donc ouvert aux propositions relevant d’une démarche descriptive, interprétative ou engagée, à partir du moment où les intervenant.es adopteront une attitude réflexive sur leurs propres démarches et choix. Les organisateurs invitent ainsi les intervenant.e.s à illustrer – par des données empiriques orales ou écrites – leur positionnement face à leurs objets de recherche et à expliciter, le cas échéant, leur conception d’une démarche critique

Modalités de soumission

Les propositions de communication (2000 signes et références bibliographiques) devront être adressées (en français ou en anglais) à colloque.ad.poitiers@gmail.com

avant le 15 juin 2019.

Les réponses seront envoyées le 15 juillet 2019.

Comité d’organisation

Comité scientifique

  • Jacqueline Authier-Revuz (PR émérite, Université Paris 3, France)
  • Emilie Devriendt (MCF, Université de Toulon, France)
  • Anna Dutka-Mańkowska (PR, Université de Varsovie, Pologne)
  • Sylvie Hanote (PR, Université de Poitiers, France)
  • Anna Kielisczyk, (PR, Université de Varsovie, Pologne)
  • Sophie Moirand (PR émérite, Université Paris 3, France)
  • Emilie Née (MCF Université Paris 12, France)
  • Raluca Nita (MCF, Université de Poitiers, France)
  • Elzbieta Pachocinska (PR, Université de Varsovie, Pologne)
  • Catherine Rannoux (PR Université de Poitiers, France)
  • Arnaud Richard (MCF, Université de Montpellier 3, France)
  • Frédérique Sitri (MCF HDR, Université Paris-Ouest Nanterre, France)

Site internet

Bibliographie indicative

Angermüller J., 2017, « Renouons avec les enjeux critiques de l’Analyse du Discours. Vers les études du discours », Langage et société n° 160-161, p. 145-161.

Authier-Revuz J., 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Larousse, rééd. Lambert-Lucas, 2012.

Blanchet P., 2017, Les Mots piégés de la politique, Textuel.

Bikialo S., Rault J., 2018, Au nom du réalisme: Usage(s) politique(s) d'un mot d'ordre, Utopia.

Boutet J., 2017, « La pensée critique dans la sociolinguistique en France », Langage et société n° 160-161, p. 23-42.

Calabrese L., 2015, Reformulation et non-reformulation du mot islamophobie. Une analyse des dynamiques de la nomination dans des commentaires de lecture, Langue française n°188, p. 91-104.

Calabrese L. et Veniard M., 2018, Penser les mots, dire la migration. Academia.

Charaudeau P., 2013, « Le chercheur et l’engagement. Une affaire de contrat », Argumentation et Analyse du Discours 11 [en ligne].

Cislaru, G. ,  Sitri, F., Pugnière-Saavedra F. (dir.), 2008 Les Carnets du Cediscor 10, « Analyse de discours et demande sociale : le cas des écrits de signalement“, https://journals.openedition.org/cediscor/59.

Cilsaru, G., 2011, Special issue of Pragmatics and Society 2:2 , „The Discourse of Social Achievement“.

Courtine J.-J.,1981, « Analyse du discours politique », Langages n°62, p. 9-128.

Devriendt É., 2012, “Désignation des «minorités» et assignation identitaire dans le discours de la presse française (2007-2010) : étude de [Dét. N d’origine X]”, dans SHS Web of Conferences (Vol. 1, pp. 527-543). EDP Sciences.

Devriendt E., Monte M. et Sandré M., 2018 « Analyse du discours et catégories « raciales » : problèmes, enjeux, perspectives », Mots. Les langages du politique n°116 [en ligne].

Gadet, F., 1980, « Matérialités discursives : la frontière absente », Langage et société n°13, p. 85-91.

Hailon F., 2017, « A propos de cognition politique. Epistémologie, concepts et exemples. Le discours et la langue, J. Longhi et al. éds , p. 95-110.

Henry P., 1977, Le Mauvais outil : langue, sujet et discours, Klincksieck.

Koren R. (dir.), 2017, Analyses du discours et engagement du chercheur, Argumentation et Analyse du Discours 11 [en ligne].

Koren, R., 2019, Rhétorique et Éthique. Du jugement de valeur. Classiques Garnier.

Maingueneau D., 2012, « Que cherchent les analystes du discours ? », Argumentation et Analyse du Discours n°9 [en ligne].

Maingueneau D., 2017/2, « Parcours en analyse du discours », Langage et société N° 160-161, p. 129-143.

Moirand, S., 2014, « Trois notions à l’épreuve de la dimension morale du discours », Pratiques n° 163-164 [en ligne].

Née E., Pugniere-Saavedra F. et Hartmann F., 2016, «“exclu”. Une analyse de discours d’entretiens auprès de personnes “sans domicile fixe” »), dans Les Représentations discursives de l’autre (dir. Glaucia L. et Limberti R.), vol. 2, Sao Paulo : Contexto.

Paveau M. A. 2017. “Le discours des vulnérables. Proposition théorique et politique”. Cadernos de Linguagem e Sociedade18(1), 135-157.

Pahud, S., Paveau M-A, 2017, « Nouvelles argumentations féministes. Données empiriques et théorisations », Argumentation et Analyse du Discours n°18 [en ligne].

Pêcheux M., 1990, L’Inquiétude du discours (textes choisis et présentés par Denise Maldidier), éditions des Cendres.

Pugniere-Saavedra F., Sitri F., et Veniard M. (dir.), 2012, L'Analyse du discours dans la société. Engagement du chercheur et demande sociale, Champion.

Rabatel A., 2017, Pour une lecture linguistique et critique des médias. Empathie, éthique, point(s) de vue, Lambert-Lucas

Richard A. et Hailon F., 2015, « Des identités politiques entre actions juridiques et discours historiques discriminants : perspectives discursives de l’arrêt “raciste“ 168-13 » », dans Le Discours politique identitaire dans les médias, L’Harmattan, p. 135-158.

Sommerer E., 2005, « L’Ecole d’Essex et la théorie politique du discours : une lecture post-marxiste de Foucault  », Raisons politiques n°19, p. 193-209.

Tévanian P. et Tissot S., 2009, Les Mots sont importants, Libertalia.

Tévanian P. et Tissot S., 2010, « La langue des médias, pourquoi la critiquer, comment la critiquer ? », Mouvements n° 61, p. 45-69 [en ligne].

Tournier M., 2002, Propos d'étymologie sociale, 3 vol., Klincksieck, 1993, rééd. ENS Editions.

Veniard M., 2013, La Nomination des événements dans la presse. Essai de sémantique discursive, Presses Universitaires de Franche-Comté.

Wahnich, S., Le Radeau démocratique. Chroniques des temps incertains, Lignes, 2017.

Subjects

Places

  • Université de Poitiers - avenue du Recteur Pineau
    Poitiers, France (86)

Date(s)

  • Saturday, June 15, 2019

Keywords

  • analyse du discours, langage, politique, société, critique

Contact(s)

  • Fred Hailon
    courriel : colloque [dot] ad [dot] poitiers [at] gmail [dot] com

Information source

  • Fred Hailon
    courriel : colloque [dot] ad [dot] poitiers [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« L’analyse du discours entre description, geste critique et intervention », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, May 22, 2019, https://calenda.org/619930

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal