Página inicialLe documentaire élargi

Le documentaire élargi

Extensions, déplacements et reconfigurations

*  *  *

Publicado quarta, 15 de maio de 2019 por Anastasia Giardinelli

Resumo

Consacré aux pratiques documentaires indexées sur les outils numériques et la diffusion autre que celle en salles de cinéma, ce colloque s’intéressera aux stratégies de collecte de l’information et de déchiffrement des données à l’ère du Big Data, mais aussi à la navigation, à l’immersion et à l’interactivité dans lesquelles les spectateurs sont engagés en tant qu’internautes, co-créateurs en ligne ou visiteurs. De l’historique « agit-prop » à l’activisme cybernétique, quelle est la place de l’utilisation de différents médias et images dans les luttes citoyennes et politiques ? Comment les nouvelles formes documentaires à l’ère du numérique renégocient-elles les frontières entre art, activisme et expertise ?

Anúncio

Programme

SOIRÉE D’OUVERTURE DU COLLOQUE

Lundi 27 mai

20 h : Projection / Rencontre au Centre Pompidou, cinéma 2

Projection : Gwenola Wagon, Globodrome (Vidéo, 62’, 2011-2012).

Rencontre avec l’artiste à l’issue de la projection animée par Aline Caillet (Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne) & Jérôme Game (HEAR-Mulhouse, Columbia University - New York)

Globodrome est une enquête sur les représentations du monde à partir d’un globe virtuel en suivant le même itinéraire que Phileas Fogg et Passepartout dans Le Tour du monde en 80 jours de Jules Verne.

Mardi 28 mai

9h15 – 10h15 : Ouverture et introduction

9h15 : Accueil des participants

9h30 : Ouverture du colloque - Jane M. Gaines (Columbia University - New York)

9h45 : Aline Caillet / Judith Michalet (Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne) : « Extensions, déplacements et reconfigurations »

Mardi 28 mai, 10h15 – 13h : « La question du documentaire aujourd’hui »

Du côté de la pratique comme de la théorie, le documentaire a fait l’objet ces vingt dernières années d’une extension remarquable entraînant une diversification sans précédent de ses formes, des installations filmiques, scéniques ou performatives, conçues par des artistes dans les espaces d’exposition aux images captées à la sauvette au moyen de smartphones par les acteurs eux-mêmes. De nombreux dialogues ont été ainsi engagés entre différents médiums, champs artistiques et registres fictionnels mais aussi avec de nouveaux acteurs, issus du monde social ou militant. Cet élargissement entraîne également de nouveaux frottements avec la sphère des médias audiovisuels (presse et télévision en ligne, éditeurs de contenus digitaux...) ou avec les plateformes et réseaux numériques. Ce panel interrogera la position des pratiques documentaires aujourd’hui à la jonction de ces différentes mutations.

Modération : Jane M. Gaines (Columbia University - New York)

10h15 :  Debashree Mukherjee (Columbia University - New York) :

« Une autre histoire du documentaire : débats et conflits entre une industrie cinématographique locale et un dispositif de propagande coloniale »

Cette communication propose une histoire alternative du cinéma documentaire en Inde, en resituant son émergence, pendant la Seconde guerre mondiale, dans le cadre des relations alors tendues entre l’industrie cinématographique mainstream de Bombay et l’appareil de propagande coloniale. En un temps où le gouvernement britannique colonial reconsidérait la nécessité urgente de produire des films de propagande en Inde, entre 1940 et 1945, de nombreuses formes de propagande et de nombreux modèles de production furent ainsi successivement adoptés et remplacés. Le Ministère britannique de l’Information et le Gouvernement de l’Inde (GoI) n’avaient ni l’envie ni les moyens de construire une infrastructure de cinéma colonial au niveau local, tandis que l’industrie du film de Bombay disposait à la fois de ressources en personnel, d’équipements de production, de lieux de projection et de réseaux de distribution. Il en résulta tout un champ de production collaborative qui a donné lieu à des débats virulents sur le champ d’application et les objectifs de la propagande, tout en déterminant ce qui allait être ultérieurement considéré comme « documentaire » dans l’Inde postcoloniale.

10h45 : Discussion

11h - 11h30 : Pause

11h30 : Michael Renov (Université de Californie du Sud) :

« Se faire témoin : l’art documentaire du témoignage »

En réponse à la récurrence des génocides, du terrorisme, des traumatismes et des violences d’État, une large part de la création documentaire contemporaine a entamé un tournant testimonial. Résolues à produire ce que Leshu Torchin définit comme un « public-témoin », composé de sujets aspirant à assumer la responsabilité de la souffrance des autres, les œuvres documentaires de témoignage ont pris des formes diverses : des films en prise de vues réelles comme en animation ; des installations dans les musées et les galeries ; du journalisme immersif. J’étudierai ici les enjeux politiques, éthiques et esthétiques de ce moment où le documentaire embrasse le geste testimonial.

12h : Astrid Deuber-Mankowsky (Ruhr-Universität Bochum) :

« Le travail politique affectif sur le document »

Les mouvements de l’Archive Queer (Queer Archive) et des installations filmiques post-cinématographiques (post-cinematic) expérimentent aujourd’hui des processus esthétiques que je qualifierais de « travail politique affectif sur le document ». Ces processus esthétiques participent à la transformation contemporaine de la culture médiale en une culture médiale des affects. Cependant, ils réagissent en même temps à ce développement : ils participent à la conceptualisation de la notion d’affect sur un plan esthétique et la relient à la question politique, c’est-à-dire à la question de la sphère publique et à la possibilité de prises de paroles qui soient collectives sans être représentatives. Le « travail politique affectif sur le document » devient ainsi, en même temps, un travail politique sur la notion d’affect.

12h30 :  Discussion

Mardi 28 mai, 14h30 – 18h : « Pratiques – Outils – Méthodes »

Dans quelle mesure les technologies visuelles et les nouvelles pratiques cinématographiques développent-elles des outils, des méthodologies et des contextes pouvant porter un programme théorique ? S’il est possible d’atteindre des objectifs de recherche légitimes en choisissant de se concentrer sur le rôle créatif des artistes, comment la recherche artistique peut-elle non seulement construire de nouvelles connaissances, mais aussi transformer les moyens de comprendre et d’analyser les aspects complexes et hétérogènes du monde contemporain ? Le panel « Pratiques, outils, méthodes » a pour objet d’examiner les conditions dans lesquelles certaines pratiques documentaires actuelles fonctionnent comme des méthodes d’enquête alternatives remettant en question nos façons de d’agir, de voir et de savoir.

Modération : Gwenola Wagon (Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis)

14h30 : Nico Baumbach (Columbia University - New York) :

« La révolution du cinéma direct : 50 ans après »

Près d’un demi-siècle est passé depuis la parution de l’article « Le détour par le direct », publié en deux temps par Jean-Louis Comolli dans les Cahiers du cinéma de février et avril 1969 (n° 209-211). Comolli y déclarait que le cinéma direct marquait clairement « l’avènement d’une révolution » aussi considérable, voire par certains aspects plus importante, que celle du cinéma sonore. En revenant sur cet article et en le comparant à des écrits plus anciens sur le cinéma direct dans le contexte nord-américain, la communication vise d’une part à s’interroger sur ce que peut signifier le cinéma direct au XXIème siècle et, d’autre part, à se demander si la révolution annoncée a bien eu lieu.

15h : Camille Bui (Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne) :

« Documenter in absentia : trois cas d’enquêtes dans et par les images des autres »

Domestica (Brésil, 2012) de Gabriel Mascaro, Câmara Escura (Brésil, 2012) de Marcelo Pedroso et les films de Dominic Gagnon (Québec) ont en commun d’avoir été montés à partir d’images et de sons qui n’ont pas été tournés par les cinéastes eux-mêmes, mais issus de différents dispositifs : caméras prêtées à des amateurs, cachées dans des boîtes et vidéos trouvées sur le net. Par la comparaison de ces trois cas, il s’agira d’interroger le devenir de l’enquête documentaire au présent lorsqu’elle fait l’économie de la coprésence auteur-personnage, une expérience tenue pour nécessaire dans la tradition du cinéma direct, tant sur le plan éthique qu’épistémologique.

15h30 :  Discussion

16h - 16h30 : Pause

16h30 : Bruno Elisabeth (Université Rennes 2) :

« Jean-Gabriel Périot et l’art délicat de l’archive »

Depuis une vingtaine d’années le cinéma de Jean-Gabriel Périot s’exprime notamment par le biais de court métrages dans lesquels la place de l’archive tient un rôle prépondérant. Ce cinéma pauvre affiche ouvertement ses convictions politiques. À la frontière du cinéma expérimental et du documentaire de création, il aborde notamment les questions de la violence, de la destruction et de la catastrophe, s’imposant ainsi par son actualité brûlante. C’est à un corpus d’une dizaine de films que nous nous attacherons, avec pour objectif de définir et de situer l’approche documentaire du réalisateur, tant d’un point de vue plastique que théorique.

17h : Evgenia Giannouri (Université Paris 3 - Sorbonne-Nouvelle) :

« Habiter le documentaire, inquiéter la recherche : esthétique et éthique à l’aune de la “recherche-création” »

L’intervention examine deux films résultant d’approches collaboratives entre une pratique de recherche et des formes de création diversifiées.

The Tower. A Concrete Utopia (2015), réalisé par le photographe Sammy Baloji et l’anthropologue Filip De Boeck, nous convie à une visite guidée d’un énigmatique édifice en construction depuis 2003, situé dans la commune de Limete, à Kinshasa (Congo). La visite est commentée par le concepteur du projet et nous entraîne dans une réflexion sur l’héritage de l’architecture coloniale moderniste à Kinshasa et les directions dans lesquelles la ville continue de reconduire les dictats de l’infrastructure colonialiste. Sammy Baloji et Filip De Boeck mènent en binôme des projets culturels et de recherche à mi-chemin entre pratique artistique et travail de terrain anthropologique.

Dans Du 2x4 au plan nord : La route, la maison en dur et le lieu du ban (2013), Louise Lachapelle (en collaboration avec Alexandre Huot), s’intéresse au bungalow, figure emblématique de l’habitation pavillonnaire nord-américaine et véritable symbole du rêve américain. Dans son travail personnel, Lachapelle développe ce qu’elle appelle des « cycles de « recherche-création » axés sur la maison, l’habiter et la coexistence dans des contextes interculturels. Ses approches transdisciplinaires relient pédagogie, recherche et activisme.

17h30 : Discussion

18h : Fin

Mercredi 29 mai

9h30 – 13h : « Les nouveaux usages politiques du documentaire »

Avec le supposé gain d’accessibilité (tant dans la fabrication des images que dans leur diffusion) qu’il implique, l’avènement du numérique vient de nos jours redéfinir les usages politiques du documentaire. Au cinéma militant, collectif et discursif des années 1960-1970 souvent cantonné à des circuits de distribution alternatif, répond en ce XXIe siècle des approches extrêmement variées et plus largement diffusées dont ce panel tentera modestement de rendre compte. Entre représentation des tensions politiques locales ou mondiales actuelles et remploi d’images d’archives comme réminiscence d’événements du passé, les usages contemporains du documentaire politique seront ici appréhendés et analysés tant dans leur appropriation de nouveaux outils technologiques que dans les propositions esthétiques qui en découlent ou les nouveaux moyens de diffusion adoptés. Par-delà, c’est la portée politique des œuvres qui pourra être si ce n’est évaluée en tous cas interrogée.

Modération : Jérôme Game (HEAR-Mulhouse, Columbia University - New York)

9h30 : Dork Zabunyan (Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis) :

« Du digne et de l’indigne : le documentaire face à la monotonie des flux d’images »

La plainte contre les flots indifférenciés d’images qui circulent sur internet est sans doute légitime, mais un constat est souvent oublié de la part de ceux qui regrettent ce trop-plein d’images : c'est que ces flux de signes visuels et sonores se caractérisent par leur fondamentale monotonie. Si l’on considère en effet certains conflits récents, comme la guerre totale en Syrie, il apparaît que ces flots, majoritairement, proposent toujours un même régime d’images : des villes en ruine, des corps meurtris, des populations qui migrent en masse. Deux questions se posent dans ce contexte à la production documentaire contemporaine : comment montrer ces corps et ces peuples sans tomber dans une forme mêlée de martyrologie et de voyeurisme, qui constitue habituellement le fonds de commerce de leur traitement médiatique ? Et quelles seraient les « images manquantes » de ces situations extrêmes (l’exil, la mort) que le documentaire pourrait aujourd’hui donner à voir, tout en respectant la dignité des personnes qui traversent au risque de leur vie ces situations d'indignité ?

10h : Jane M. Gaines (Columbia University - New York) :

« Activisme documentaire : la révolution qui n’en fut pas une »

Bien qu’elle n’ait pas réellement eu lieu (et que ses gains politiques immédiats aient été inverses), la « révolution » de la place Tahrir au Caire a produit un effet mobilisateur permettant de penser l’avenir des organisations politiques en ligne. Une foule d’études sociologiques a ainsi relié le « printemps arabe » au mouvement « Occupy Wall Street » aussi bien qu’à celui du parc Taksim Gezi à Istanbul (2013). Plus lointainement, Occupy a été rapproché de la Marche des femmes sur Washington (2016), de la Marche pour le climat et du Mouvement des parapluies à Hong Kong. Le printemps arabe aurait aussi « inspiré » une éphémère « Révolution du Jasmin » en Chine.

On pourrait considérer la Cyber-Gauche comme un échelon intermédiaire entre l’Ancienne et la Nouvelle gauches, telles que les définit l’usage médiatique. La théorie des médias se voit ainsi fortement incitée à relier la forme documentaire et la distribution mondiale des films comprise comme une extension stratégique de l’internationalisme révolutionnaire – celui né à Berlin, vers 1922, avec la création de l’Association Internationale des Travailleurs (AIT). Il s’agit là d’un exercice tout en contrastes : l’« immédiateté » des nouveaux médias par opposition aux survivances théoriques de la pensée du montage ; le « maintenant » de l’image par opposition à l’« autrefois » de l’histoire, notamment en ce qu’il renvoie à la « futurité » originelle et à la perspective utopique dont s’inspire la théorie soviétique. Le défi consiste finalement à faire le lien entre des théories de l’image et des théories de l’histoire qui, sensibles à la multiplicité des conjonctures, rappellent que bien des époques furent en leur temps considérées comme des « temps nouveaux ».

10h30 :  Discussion

11h - 11h30 : Pause

11h30 : Sébastien Layerle (Université Paris 3 - Sorbonne-Nouvelle) :

« Retour au Super 8. Les créations collectives des Scotcheuses à Notre-Dame-des-Landes »

Depuis 2013, le groupe des Scotcheuses réalise et diffuse des films en Super 8, conçus de manière artisanale, en lien avec des mobilisations citoyennes et des mouvements d’occupation tels que la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Si ses membres semblent renouer avec des pratiques militantes qui, dans l’après Mai 68, défendaient l’idée d’un cinéma authentiquement « populaire » dont s’empareraient actrices et acteurs des mouvements sociaux, ils s’en démarquent aussi en réinventant des « temps collectifs » de discussion et d’échange et en faisant surgir du réel la fiction pour approcher autrement les réalités de la lutte.

12h : Antony Fiant (Université Rennes 2) :

« Portée politique de deux installations de Wang Bing

15 Hours est une installation présentée en 2017 à Athènes et Cassel pour la 14ème édition de la Documenta. D’une durée correspondant à celle annoncée par le titre, elle est entièrement dévolue à l’observation sur une journée de travail d’ouvriers d’un atelier de textile. Beauty Lives in Freedom (4h25, 2018), présentée en décembre 2018 à la galerie Chantal Crousel à Paris, recueille quant à elle le témoignage d’un dissident politique chinois, Gao Ertai, exilé aux États-Unis. Cette communication voudrait interroger la portée politique de ces deux œuvres, en considérant tout à la fois les méthodes de tournage, les partis pris esthétiques et dramaturgiques, le propos tenu et leur mode de diffusion.

12h30 :  Discussion

Mercredi 29 mai

14h30 – 18h : « Déchiffrer les données »

L’espace numérique a considérablement transformé les modalités de collecte et de prélèvement de l’information, mais peut-être plus encore bouleversé l’idée même de « données » – massification, cryptage, stockage illimité. Ces données chiffrées font pourtant bel et bien l’objet de traitements qui les modélisent, les organisent, les sélectionnent et influent sur nos comportements et nos vies – à la manière des algorithmes –, et il importe, si l’on veut tenter de déjouer leur stratégie de contrôle, de « décrypter le cryptage », de révéler et d’exposer la manière dont elles façonnent nos vies. Une telle opération engage des gestes qui restent à identifier et dont la formalisation nécessite d’élargir la panoplie des outils, notamment artistiques, de représentation. Quelles mises en forme algorithmiques sont à l’œuvre dans les dispositifs numériques et quelles procédures enquêtrices peuvent les analyser et les déjouer ? Ce panel se penchera sur les difficultés inhérentes à ces nouvelles données numériques et sur les gestes à même de les découvrir et de les traduire. 

Modération : Guillaume Soulez (Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle)

14h30 :  Martin Goutte (Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle) :

« Nouvelle vague de données et vieux pots documentaires »

Les pratiques documentaires contemporaines directement reliées aux outils numériques semblent a priori les plus à même de s’emparer des enjeux artistiques, technologiques et politiques posés par le Big Data. Le défrichage de nouvelles formes et de nouveaux outils semble se prêter davantage à la critique de ces données qui échappent à nos représentations mentales comme aux médias institués. Il s’agira pourtant ici de s’interroger sur la manière dont des pratiques documentaires plus traditionnelles voire académiques s’emparent de ces questions et tentent de répondre, dans un espace qui y serait moins prédisposé, aux défis que ces données et leurs usages posent à la mise en scène documentaire.

15h : Aline Caillet / Judith Michalet (Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne) :

« Le paradigme indiciaire étendu à la recherche documentaire, à l’ère numérique »

Certaines recherches documentaires s’attèlent à appréhender et à rendre visible l’architecture algorithmique qui façonne nos existences. Ainsi le duo d’artistes Bureau d’études considère-t-il que « l’esthétique des données est au gouvernement par les systèmes d’information ce que le portrait des Rois était à la monarchie ». Récemment, dans son exposition Mordre la machine, Julien Prévieux met en évidence une réalité cryptée, qui appelle l’élaboration de méthodes de déchiffrement. Au fil de ses expertises et ses contre-investigations, le laboratoire pluridisciplinaire Forensic Architecture s’efforce quant à lui de révéler les relations tissées au sein d’une large multiplicité d’éléments discrétisés. Comment décrire et analyser ces pratiques enquêtrices à l’ère numérique ? Le paradigme indiciaire, conceptualisé par Carlo Ginzburg dans un autre temps et pour une autre discipline (l’histoire), n’offrirait-il pas les ressources pour penser ces méthodes fondées in fine sur la lecture d’indices et leur interprétation ?

15h30 : Discussion

16h - 16h30 : Pause

16h30 : TABLE RONDE réunissant l’ensemble des participants, animée par Guillaume Soulez (Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle)

18h : Fin du colloque

Locais

  • Reid hall / salle de conférences - Colubmia Global Centers Paris / Reid Hall / 4 rue de chevreuse
    Paris 06 Luxembourg, França (75006)

Datas

  • segunda, 27 de maio de 2019
  • terça, 28 de maio de 2019
  • quarta, 29 de maio de 2019

Palavras-chave

  • cinema documentaire, humanités numériques, art contemporain, études visuelles, mouvements politiques et sociaux, théorie des médias

Contactos

  • aline caillet
    courriel : aline [dot] caillet [at] univ-paris1 [dot] fr

Urls de referência

Fonte da informação

  • aline caillet
    courriel : aline [dot] caillet [at] univ-paris1 [dot] fr

Para citar este anúncio

« Le documentaire élargi », Colóquios, Calenda, Publicado quarta, 15 de maio de 2019, https://calenda.org/620266

Arquivar este anúncio

  • Google Agenda
  • iCal