HomeTraverser, transmettre et communiquer : les franchissements temporels et spatiaux des migrations

*  *  *

Published on Thursday, May 23, 2019 by Céline Guilleux

Summary

Ce colloque international s’adresse aux chercheurs en sciences humaines et sociales (sciences de l’information et de la communication, anthropologie, sociologie, économie, histoire, géographie, linguistique, histoire de l’art, sciences politiques, etc…). Il accueille également les travaux de doctorants, de post doctorants de diverses disciplines et les témoignages des artistes, acteurs des musées, acteurs de la société civile, associations, ONG et organisations socio-économiques intéressés par les migrations. Les travaux privilégiés ici abordent les thématiques transdisciplinaires liées aux migrants et aux migrations, leurs dimensions historiques, sociologiques culturelles et politiques, l’impact des migrations sur l’économie et la société, les formes et les supports mémoriels, les stratégies de production, de diffusion, d’appropriation des récits migratoires, la communication internationale des migrations, les usages des TIC, des réseaux sociaux et des médias diasporiques dans les sociétés pluriculturelles.

Announcement

Dates : 7 et 8 novembre 2019. Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Clermont-Ferrand.

Argumentaire

Ce colloque international pluridisciplinaire s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche action financé par la région Auvergne Rhône-Alpes[1] et vise à encourager le dialogue, la mise en réseau, la coopération entre chercheurs et l’interaction de l’université Clermont Auvergne avec l’environnement socio-économique. Il s’adresse aux chercheurs en sciences humaines et sociales (sciences de l’information et de la communication, anthropologie, sociologie, économie, histoire, géographie, linguistique, histoire de l’art, sciences politiques, etc…). Il accueille également les travaux de doctorants, de post doctorants de diverses disciplines et les témoignages des artistes, acteurs des musées, acteurs de la société civile, associations, ONG et organisations socio-économiques intéressés par les migrations. Les questions de recherche et le croisement de problématiques théoriques et empiriques s’appliqueront aux situations migratoires qui privilégient les croisements interdisciplinaires et internationaux dans la perspective dynamique du franchissement du temps et de l’espace.

Les travaux privilégiés ici abordent les thématiques transdisciplinaires sur les migrants et les migrations, leurs dimensions historiques, sociologiques (Rea et Tripier 2008) culturelles et politiques, l’impact des migrations sur l’économie et la société, les formes et les supports mémoriels (Ribert 2016, Teulières et Toux 2008), les stratégies de production, de diffusion, d’appropriation des récits migratoires, la communication internationale des migrations et les médias diasporiques dans les sociétés pluriculturelles. Tout en restant ouvert aux domaines des sciences humaines et sociales cités précédemment et sans vouloir proposer une liste exhaustive, ce colloque international interdisciplinaire couvre les quatre axes suivants :

Migrants et Migrations : débat épistémologique et questions de recherche interdisciplinaires en SHS

Ce premier axe transdisciplinaire, ouvert aux chercheurs de différentes disciplines des sciences humaines et sociales (SHS) : Sociologie, SIC, Economie, Anthropologie, Histoire, géographie, etc..), a pour objectif de comprendre le débat épistémologique actuel autour des migrations. Ce premier axe rassemble des textes qui dialoguent avec la littérature sur les objets d’études que les SHS traitent quand on parle des migrants et des migrations. Ils porteront et renouvelleront d’une part, les notions centrales aux études migratoires : migrations, immigrations, migrants, émigrés, communauté, diaspora (Bruneau, 2004, Dufoix, 2014), mobilité nomadisme, interculturalité… et d’autre part ils interrogeront, dans la perspective migratoire, des problématiques liés aux dimensions économiques, sociologiques, historiques, médiatiques des migrants et des migrations. Il s’agit d’un appel à un travail théorique et empirique autour de l’épistémologie, des terrains étudiés, des avancées de la recherche, des méthodes et méthodologies employées, des projets de recherche action…etc. L’objectif ici est d’accueillir des chercheurs de diverses disciplines et de voir en quoi les travaux de recherche permettent d’enrichir la construction des accords et des désaccords sur des objets d’études liés à la migration et le déplacement des populations.

Mémoires des migrations : patrimonialisations, production et transmission des récits

Les mémoires des migrations (Creet & Kitzmann,2014, Scopsi, 2018) sont hétérogènes, les enjeux de leur production, de leur diffusion-transmission et de leur interprétation et appropriation différent suivant les groupes sociaux, les contextes multiculturels et les pays (Amar, Bertheleu Téulières 2015, Reuter 2008). Cet axe interroge les processus de mise en trace de l’immigration (Galinon-Mélénec, 2011) au sein des institutions patrimoniales, des communautés et des familles, ainsi que leur valorisation dans l’espace public et médiatique et leur transmission entre les générations (Sayad, 1994). Les acteurs publics et privés de la conservation des mémoires des immigrés sont divers : centres culturels, musées de l’immigration (Gourievidis, 2014), centres d’archives et de documentation (Hamonic & Zanoun, 2018), expositions, publications scientifiques, supports médiatiques traditionnels, sites web (Gebeil, 2016), portails et bases de données (Nafa 2016) mettent en valeur les documents, objets, récits, qui constituent le patrimoine de l’immigration. Les réseaux sociaux numériques, les technologies de l’information et de la communication et les algorithmes permettent de nouvelles formes de production, diffusion, consommation et analyse des données collectées (Dominguès et al., 2017). Quelle est la réalité sociale, économique et institutionnelle de ces médiateurs des savoirs et modes de vie des immigrés ?  Quels sont les supports et les médias utilisés pour la visibilité des migrants et de leurs récits et mémoires dans l’espace public (Chaouite, Chauliac, Hanus, Mekdjian 2017)?

En quoi la migration devient-elle un héritage familial ? Par quelles médiations (récits, pratiques, savoirs, documents, objets…) l’histoire familiale et les aptitudes et valeurs propres aux migrations se transmettent-elles entre générations ? Et qui en sont les passeurs ? Que représente ce passé d’altérité pour les générations nées et immergées dans la société d’accueil ? Comment les migrations peuvent-elles faire trace ? Qui conserve et valorise la mémoire du fait migratoire au sein des familles ?

Migrations citoyenneté et sociétés pluriculturelles : Traversées culturelles et sociales, usages publics de la mémoire et interculturalité

Cet axe accueille les approches temporelles de la transmission, réception et appropriation des objets et expériences liés aux migrations. Les études historiques et comparatives portant sur la longue durée ou les études générationnelles permettront d’appréhender comment se négocient, à travers le temps et les générations, les traversées culturelles et sociales, les changements de langue, de rituels, de profession, de position sociale (Tribalat, 2015)? Nous nous intéressons par exemple à la façon dont les mémoires et récits des migrants, les dispositifs humains, techniques, politiques, institutionnels, de traduction, d’éducation et de formation, d’accueil, d’intégration, d’accompagnement à l’emploi ou d’accès au droit, et les processus participatifs font évoluer les capabilités des populations immigrées, les représentations sociales des migrations, favorisent le lien social et le vivre ensemble dans les sociétés pluriculturelles.

Les migrations au prisme des médias et des technologies de l’information et de la communication

Ce dernier axe a pour objectif d’appréhender l’évolution des problématiques des migrations à la lumière des études autour des médias diasporiques, de la communication internationale, de l’internet et des Technologies de l’information et de la communication qui participent à la visibilité des migrants et permettent l’expression et la communication des cultures. Il s’agit d’étudier les usages et les usagers des espaces d’information et de communication qui ont joué et continuent à jouer un rôle dans la médiatisation, la diffusion et la circulation des migrations. Nous pouvons ici citer quelques exemples liés à la communication internationale : le cinéma, les médias diasporiques (Agbobli, Kane, Hsab 2014), la télévision, la presse de la diaspora, les radios communautaires (Ricaud 2015, Hajji 2013) les blogs diasporiques, les sites web de la diaspora, les réseaux sociaux des migrants (Facebook, Twitter, You tube, Daily motion), le livre …etc. Les textes fortement appréciés ici peuvent aborder l’étude des médias des TIC et des migrations sur les plans de la production, diffusion, réception, et l’application de méthodologies diverses et variées (enquêtes, observation participante, entretiens directifs et semi directifs, analyse des sites web, analyse des réseaux sociaux, analyse des discours des médias…etc.)

Calendrier

17 Juin 2019 : Envoi d’une contribution d’environ 10 000 signes (présentation du sujet, problématique, hypothèses, méthodologie, cadre théorique, résultats et bibliographie).

Chaque contribution doit être anonyme et envoyée sous formats Word et pdf. L’auteur accompagne sa proposition d’article d’un deuxième document présentant le nom, le prénom, l’institution d’appartenance, son laboratoire de recherche et ses coordonnées (messagerie électronique, adresse postale et numéro de téléphone),

Les propositions de communication feront l’objet d’une double évaluation à l’aveugle. Les propositions de communication sont à envoyer aux deux coordinateurs du colloque international :

  • Khaled Zouari : khaled.zouari@uca.fr
  • Claire Scopsi : claire.scopsi@lecnam.net

28 juin 2019 : les auteurs seront notifiés du résultat de l’évaluation.

07 octobre 2019 : les auteurs retenus remettront un article complet de 30 000 à 50 000 signes accompagné d’un résumé de 10 000 signes hors bibliographie. Les résumés seront mis en ligne sur le site du colloque pour constituer les actes. Les articles seront évalués dans l’objectif d’une publication et des corrections pourront être demandées.

Les 7 et 8 novembre 2019 : tenue du colloque à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Clermont-Ferrand (2 rue Ledru, 63000, Clermont Ferrand, Arrêt de Tramway Universités).

Frais d’inscription

enseignants chercheurs (50 euros), doctorants, post doctorants (30 euros). Gratuit pour le grand public, les associations et les étudiants.

Comité d’organisation

  • Khaled Zouari.
  • Claire Scopsi.
  • Christine Athneor.
  • Elise Aspord.

Secrétariat du laboratoire communication et sociétés

  • Nathalie Policard : nathalie.policard@uca.fr
  • Contacts des coordinateurs du colloque :
  • Khaled Zouari : khaled.zouari@uca.fr
  • Claire Scopsi : claire.scopsi@lecnam.net

Comité scientifique

(à confirmer)

  • Christian Agbobli (Université du Québec à Montréal, Canada)
  • May Abdallah (Université Saint Joseph Liban)
  • Caterine Bourassa-Dansereau (Université du Québec à Montréal, Canada)
  • Elaine M. Costa Fernandez (Université Pernambouc, Brésil.)
  • Eric Agbessi (Université Clermont Auvergne)
  • Eric Dacheux (Université Clermont Auvergne)
  • Evariste Dakouré (Université Ouga1, Burkina Faso)
  • Oumar Kane (Université du Québec à Montréal, Canada)
  • Marina Chauliac (DRAC Auvergne)
  • Alex Frame (Université de Bourgogne)
  • Sébastien Rouquette (Université Clermont Auvergne)
  • Julien N’Gessan Atchoua (Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan-Cote d’Ivoire)
  • Raoul Germain Ble (Université de Cocody, Abidjan-Cote d’Ivoire)
  • Angela Cristina Salgueiro-Marques (Université Fédérale de Minas Gerais Belo Horizonte Brésil)
  • Mohammed El Hajji (Université Rio de Janeiro, Brésil)
  • Khaled Zouari (Université Clermont Auvergne)
  • Claire Scopsi (Dicen IDF, Cnam Paris)
  • Carsten Wilhelm (Université de Haute Alsace)

[1] Le projet de recherche action est réalisé en partenariat entre le laboratoire communication et sociétés de l’université Clermont Auvergne et HS_projets représentée par Christine Athhenor avec laquelle un dossier de financement dans le cadre de la réponse à l’appel à projets 2018 Région Auvergne-Rhône-Alpes sur « Mémoires du XXè et XXIè siècles en Auvergne-Rhône-Alpes » a été instruit. La recherche action porte sur le travail de l’artiste Bruno Boudjelal « là d’où je viens, là où je suis » et traite des liens entre interculturalité, communication et construction des mémoires des migrants. Des chercheurs de diverses disciplines sont impliqués.

Bibliographie

Agbobli C., Kane O., Hsab G., (2013), Identités diasporiques et communication, PUQ.

Amar M., Bertheleu H., Téulières L., (sous dir.), (2015). Mémoires des migrations, temps de l’histoire, Presses universitaires François Rabelais.

Bruneau, M. (2004). Diasporas et espaces transnationaux. Anthropos- Economica.

Chaouite, A., Chauliac, M., Hanus, P., & Mekdjian, S. (2017). « La Biennale Traces en Auvergne-Rhône-Alpes. « Enjeux d’un réseau d’acteurs régionaux pour penser les mémoires, l’histoire et l’actualité du fait migratoire ». Hommes & migrations 2017/1, n°1316, pp. 151-162.

Creet, J., & Kitzmann, A. (2014). Memory and Migration: Multidisciplinary Approaches to Memory Studies. University of Toronto Press.

Dominguès, C., Weber, S., Brando, C., Jolivet, L., & Van Damme, M.-D. (2017). « Analyse et cartographie des sentiments dans des récits de vie de migrants ». Congrès Spatial Analysis and GEOmatics 2017, Rouen, France. En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01649150

Dufoix, S. (2014). « Du poids des mots ». Diasporas, Circulations, migrations, histoire, n°23-24, pp.12-29. En ligne : https://doi.org/10.4000/diasporas.296

Galinon-Mélénec B., (dir.) (2011), L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines. Paris CNRS éditions.

Gebeil, S. (2016). « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 ». Les Cahiers du numérique, vol. 12(3), 115-138. En ligne : https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2016-3-page-115.htm.

Gourievidis, L. (dir.) (2014). Museums and Migration: History, Memory and Politics. Routledge.

Hajji, M. « Les radios communautaires à l’ère des nouvelles technologies : de l’impératif de se réinventer pour perdurer ». Les Enjeux de l’information et de la communication, 14/1(1), 73-83. https://www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2013-1-page-73.htm.

Hamonic, T., & Zanoun, L. (2018, « Pour des archives orales de l’immigration », Bulletin de l’AFAS [En ligne], 44 | 2018, mis en ligne le 04 septembre 2018, consulté le 16 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/afas/3169 ; DOI : 10.4000/afas.3169

Levin, A. K. (2016). Global Mobilities: Refugees, Exiles, and Immigrants in Museums and Archives. Taylor & Francis.

Nafa, A. (2016). Usages savants et militants du portail Odysséo ». Matériaux pour l’histoire de notre temps, N° 121-122 n°3), pp.67-70.

Rea A., Tripier M., Sociologie de l’immigration, Paris, la découverte 2008.

Reuter, A. (2008), « L’itinéraire européen du patrimoine des migrations, un projet en gestation », in : Teulières Laure et Toux Sylvie (dir.,), Migrations, mémoires, musées, Toulouse : FRAMESPA, Université Toulouse II, 2008, pp. 137-148.

Ribert, E. (2016). « Formes, supports et usages des mémoires des migrations ». Migrations Société, (137), 59 78.

Ricaud, P. (2015). « Les radios communautaires en ligne : permanence et évolution des modes de participation et de mobilisation des publics ». Sciences de la société, (94), pp.103-119. En ligne : https://doi.org/10.4000/sds.2470

Sayad, A. (1994). « Le mode de génération des générations « immigrées ». L’Homme et la société, 111-112, pp. 155-174.

Scopsi, C. (2018). « Les mémoires des immigrés, entre source et médium ». Bulletin de l’AFAS. Sonorités, (44). https://journals.openedition.org/afas/3134

Teulières, L., & Toux, S. (2008). Migrations, mémoires, musées. Toulouse: Editions Méridiennes.

Tolia-Kelly, D. P. (2016). Landscape, Race and Memory : Material Ecologies of Citizenship. https://doi.org/10.4324/9781315591384

Tribalat, M. (2015). « Apport démographique de l’immigration étrangère en France depuis 1960 ». Cahiers québécois de démographie, 44, (2), 181-201. En ligne, Consulté à l’adresse https://doi.org/10.7202/1035952ar

Places

  • Maison des sciences de l'homme, rue Ledru
    Clermont-Ferrand, France (63)

Date(s)

  • Monday, June 17, 2019

Keywords

  • migration, migrant, immigration, communication, médias, TIC, mémoire, récit

Contact(s)

  • Khaled Zouari
    courriel : khaled [dot] zouari [at] uca [dot] fr
  • Claire Scopsi
    courriel : claire [dot] scopsi [at] lecnam [dot] net

Information source

  • Khaled Zouari
    courriel : khaled [dot] zouari [at] uca [dot] fr

To cite this announcement

« Traverser, transmettre et communiquer : les franchissements temporels et spatiaux des migrations », Call for papers, Calenda, Published on Thursday, May 23, 2019, https://calenda.org/620914

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal