Página inicialMusique et psychiatrie : orchestrer la rencontre

Musique et psychiatrie : orchestrer la rencontre

Le regard des chercheurs et des professionnels

*  *  *

Publicado sexta, 24 de maio de 2019 por Céline Guilleux

Resumo

Ce colloque vise à réunir des chercheuses et des chercheurs issus de différentes disciplines (psychologie, médecine, sociologie, anthropologie, histoire, ingénierie notamment) ainsi que des professionnels de la santé ou de la musique afin de susciter et permettre le partage d’expériences, de pratiques innovantes et de données de recherche autour de l’utilisation et de l’apport de la musique en contexte psychiatrique.

Anúncio

Argumentaire

Dans le contexte des soins en psychiatrie, le rôle et l’apport de la musique commencent à être étudiés, notamment dans une perspective médicale. Les recherches visant à documenter les effets de la musique sur des patients souffrant de différentes affections psychiques ont mis en évidence qu’au niveau physiologique, elle peut induire de la relaxation, diminuer la douleur ainsi que la pression sanguine et ralentir le rythme cardiaque et respiratoire (Lin et al., 2011). Au niveau neurologique, elle active différentes aires du cerveau et semble avoir un impact sur la cognition et la régulation émotionnelle (Morgan, 2010). Au niveau psychologique, elle peut contribuer à améliorer l’état de patients souffrant de dépression et de schizophrénie (Hsu & Lai, 2004). Chez les patients souffrant de démence, elle semble entraîner une réduction de l’agitation (Hicks-Moore & Robinson, 2008), de l’anxiété (Sung, Chang, & Lee, 2010), de la dépression (Raglio et al., 2015), ainsi qu’une augmentation de la qualité de vie (Raglio et al., 2015) et de la performance cognitive (Sarkamo et al., 2014).

Toutes ces études attestent de la pertinence du recours à la musique dans le champ de la santé mentale. Cependant, elles reposent sur une conception essentialisante de la musique, dans le sens où, en toile de fond, elles cherchent à démontrer des vertus )inhérentes à son utilisation. Ce faisant, elles tirent des conclusions sur un effet intrinsèque de la musique en généralisant les effets observés dans des situations d’écoute particulières. Avec ce modus operandi, les références aux situations d’écoute singulières dans lesquelles se trouvent impliqués les sujets sont rares, ce qui participe à construire l’idée d’un « stimulus musical » indépendant du contexte relationnel. Or, l’expérience musicale est complexe et dépend d’une série de facteurs qui interagissent entre eux : le cadre dans lequel le moment de réceptivité se déroule, l’ensemble des paramètres techniques liés à la diffusion de l’extrait musical, le choix de l’extrait musical lui-même, l’humeur et l’état émotionnel de l’écoutant, son état de santé, ainsi que ses connaissances et expériences musicales précédentes. Sur ce dernier point, il importe de préciser que chaque individu a une socialisation musicale différente, qui détermine notamment ses préférences musicales (Dollase, 2005) et son expertise dans la manière d’utiliser l’écoute musicale pour réguler son état émotionnel (De Nora, 1999, 2000, 2002 ; Gomart & Hennion, 1999) ou pour définir son identité.De nombreuses questions se posent donc quant aux possibilités et modalités de la rencontre entre patients et musique. Comment orchestrer adéquatement cette rencontre et quel cadre imaginer? Quelle musique proposer ? Pour atteindre quels objectifs ? Quel est le rôle des équipes soignantes ? Quel impact l’écoute ou la pratique musicale a-t-elle sur les modalités de soins, les échanges et interactions entre patients et soignants, le vécu subjectif et le bien-être des uns et des autres ? Quelques interventions et études apportent une première réponse à certaines de ces questions (Balzani, Naudin, & Vion-Dury, 2014 ; Chlan et al., 1999 ; Gerdner, 1992 ; Güsewell et al., in press ; Lund, Bertelsen & Bonde, 2016 ; Topo, Mäki, Saarikalle, & Gilliard, 2004). Toutefois, de nombreux aspects restent à étudier.

Le colloque « Musique et psychiatrie : orchestrer la rencontre » souhaite réunir des chercheuses et des chercheurs issus de différentes disciplines (psychologie, médecine, sociologie, anthropologie, histoire, ingénierie notamment) ainsi que des professionnels de la santé ou de la musique afin de susciter et permettre le partage d’expériences, de pratiques innovantes et de données de recherche autour de l’utilisation et de l’apport de la musique en contexte psychiatrique.

Modalités de soumission

Pour plus d’informations et pour télécharger l’appel à communication, merci de visiter le site du colloque : https://www.hemu.ch/rad/evenements/

Date limite de soumission des propositions : 30 juin 2019

Comité scientifique

  • Vincent Barras, Institut des humanités en médecine, UNIL
  • Sarah Flores Delacrausaz, musicothérapeute, DP CHUV
  • Cristina Ferreira, Unité de Recherche en Santé, HESAV
  • Laurent Frobert, infirmier en psychiatrie et musicothérapeute, maître d’enseignement à la Haute Ecole de la Santé La Source
  • Jacques Gasser, Département de psychiatrie et institut de médecine légale, CHUV
  • Linda A. Gerdner, Stanford Geriatric Education Center, Center for Education in Family and Community Medicine, Stanford University School of Medicine, Stanford
  • Didier Grandjean, Département de psychologie et des sciences de l’éducation et Swiss Center for Affective Sciences, UNIGE
  • Sabine Hahn, Abteilung aF&E Pflege, Berner Fachhochschule
  • Andrea Korenjak, Département de musicologie, Université de Vienne
  • Marc Perrenoud, Faculté des sciences sociales et politiques, Institut des sciences sociales, UNIL
  • Muriel Reboh-Serero, directrice de l’Institut Maïeutique, Lausanne
  • Chiara Ruini, professeure associée, Université de Bologne
  • Annick Urfer-Parnas, Département de psychiatrie, Hvidovre Hospital, Copenhagen
  • Jean Vion-Dury, Unité CNRS PRISM (Perception, Représentations, Images, Sons, Musique)

Comité d’organisation

  • Gilles Bangerter, HESAV
  • Cédric Bornand, HEIG VD
  • Emilie Bovet, HESAV
  • Angelika Güsewell, HEMU
  • Alexia Stantzos, DP-SPN/ CHUV
  • Matthieu Thomas, HEMU

Locais

  • Rue de la Grotte 2
    Lausana, Suíça (1002)

Datas

  • domingo, 30 de junho de 2019

Palavras-chave

  • musique, psychiatrie, vécu subjectif, relation soignante, émotion, qualité de vie, bien-être, soin

Contactos

  • Organisation du colloque Musique et Psychiatrie
    courriel : colloque [dot] muspsy [at] hemu-cl [dot] ch

Urls de referência

Fonte da informação

  • Angelika Güsewell
    courriel : angelika [dot] gusewell [at] hemu-cl [dot] ch

Para citar este anúncio

« Musique et psychiatrie : orchestrer la rencontre », Chamada de trabalhos, Calenda, Publicado sexta, 24 de maio de 2019, https://calenda.org/623983

Arquivar este anúncio

  • Google Agenda
  • iCal