HomeQuestionner les savoirs et les pratiques – approches féministes et de genre

*  *  *

Published on Wednesday, June 12, 2019 by Céline Guilleux

Summary

Dans la lignée des recherches féministes qui questionnent les théories et les pratiques universitaires mais aussi militantes, ce colloque vise à mettre en lumière des travaux récents qui contribuent aux études de genre au Maghreb et en Occident. Ces travaux interrogent les normes universitaires et cherchent à créer d’autres méthodologies et pédagogies et à mobiliser d’autres corpus. Ils réfléchissent à la création de nouveaux outils qui ne soient pas « ceux du maître » (Lorde, 1979) et qui demeurent proches des luttes sociales dont ils sont issus.

Announcement

Les 20-21 et 22 Novembre 2019

À la Faculté des lettres et des sciences humaines-Mohammedia

Argumentaire

Dans la lignée des recherches féministes qui questionnent les théories et les pratiques universitaires mais aussi militantes, ce colloque vise à mettre en lumière des travaux récents qui contribuent aux études de genre au Maghreb et en Occident. Ces travaux interrogent les normes universitaires et cherchent à créer d’autres méthodologies et pédagogies et à mobiliser d’autres corpus. Ils réfléchissent à la création de nouveaux outils qui ne soient pas « ceux du maître » (Lorde, 1979) et qui demeurent proches des luttes sociales dont ils sont issus.

Pour ce colloque, nous pensons particulièrement aux recherches qui mettent à contribution des outils, des approches et des concepts théoriques tels que  :

  • l’intersectionnalité (Crenshaw, 1991 ; Morraga 1981 ; Cambahee River Collective 1977), concept pratique qui pense l’imbrication des rapports de domination, et qui pose la question des catégorisations et de leurs croisements dans la recherche comme dans les luttes féministes.
  • les savoirs situés, une manière de faire de la recherche en donnant la priorité à la praxis comme approche marginalisée tout en cherchant à transformer les rapports au « terrain » qui ne soient pas de l’ordre du surplomb et de la domination (Mernissi, 1985)
  • l’hybridité, l’exemple de la Mestiza (Anzaldua, 1987) un concept qui met en lumière les singularités complexes au niveau des identités et des expériences.

Plusieurs axes sont proposés afin de susciter des réflexions interdisciplinaires, entre littérature, arts, sociologie, sciences de l’éducation ou de langage, philosophie, histoire, ou encore les sciences politiques :

1) Sexualités

Le slogan féministe des années 60-70 « le privé est politique » mérite d’être réinterrogé aujourd’hui à la lumière de la normalisation en Occident de certaines pratiques sociales qui étaient « marginales » et certaines situations de « backlash » (comme la remise en question du droit à l’IVG) tout en prenant en compte la prise de parole des femmes du Maghreb pour revendiquer le droit de disposer librement de leurs corps. De la littérature à l’activisme politique, quelle est la place que détiennent les sexualités dans l’expression féministe/des femmes aujourd’hui? Quelles  «traditions» théoriques féministes inspirent les recherches mais aussi les pratiques militantes dans ce domaine ?

2) Récits et représentations

Comment sont racontées et représentées les expériences minorisées, et par qui ? Quelles sont les normes avec lesquelles se débattent ces récits et ces représentations ? Comment mettre en mots, tout en travaillant avec les disciplines consacrées, ce qui est hors-norme, oblique, invisible?

3) Savoirs situé 

Comment trouver des manières de faire de la recherche qui n’écartent pas les voix dissonantes ? Quelles pédagogies inventer pour questionner les pratiques de transmission du savoir dans un contexte universitaire qui reste souvent hiérarchique ? Quels outils théorico-pratiques pour une recherche engagée, qui ne vise pas seulement la description mais surtout la transformation de ses contextes ?

Le colloque se clôturera avec un atelier de lecture-écriture-performance animé par: le réseau Lectures féministes / Feminist Readings / النسوية القراءات

Modalités de soumission

Les communications peuvent être présentées dans une des langues suivantes : arabe ou français.

Les propositions de communication en français ou en arabe (titre, résumé – une vingtaine de lignes–, 5 mots clefs) seront accompagnées d'une courte notice bibliographique  à l’adresse suivante : savoirsetpratiques@gmail.com

Principales échéances:

  • 20 Septembre 2019: Date limite de soumission des propositions de communication.

  • 01  Octobre 2019: Notification des propositions acceptées.
  • 30  Octobre 2019: Rentrée des textes définitifs, accompagnés de leurs résumés.

Comité scientifique

  • Eric FASSIN, professeur en Sociologie, Université de Paris VIII, Laboratoire d'Études de genre et de sexualité LEGS, CNRS, Paris ;
  • Marta SEGARRA, directrice de recherche, Laboratoire d'Études de genre et de sexualité-LEGS, CNRS /Centre de recerca ADHUC-Teoria, Gènere, Sexualitat, Barcelone ;
  • Akila KIZZI, enseignante /chercheuse, département des études de genre, spécialiste du genre au Maghreb, université Paris 8, LEGS ;
  • Dalenda LARGUECH, professeure en histoire et études féminines; Faculté LAH Manouba,  université La Manouba;
  • Houria ALAMI M'CHICHI, professeure en sciences politiques et en relations internationales,  FSJES, université Hassan II-Casablanca;
  • Fatima IBORK, enseignante /chercheuse, département de philosophie, CREMEF-Kénitra, Laboratoire ICM, FLSH-Mohammedia, université Hassan II-Casablanca ;
  • Heta RUNDGREN, enseignante /chercheuse en études de genre et féminismes en littérature, université de Helsinki, Finlande/ LEGS, Paris 8/CNRS;
  • Najate NERCI, enseignante /chercheuse, coordinatrice du master Genre, discours et représentations, Laboratoire ICM, FLSH-Mohammedia, Université Hassan II-Casablanca ;
  • Khadija BEN HASSINE, professeure en philosophie moderne et contemporaine, université Tunis I ;
  • Amel GRAMI, professeure en études de genre et des études féministes, présidente du master Genre, culture et société, FLAH-Manouba, université Manouba, Tunis ;
  • Fatma OUSSEDIK, professeure en sociologie, université Alger 2- Alger;
  • Salima AMARI, enseignante /chercheuse, études de genre, université UNIL Lausanne, Suisse/ Paris 8, CRESPPA, GTM, France.

Comité d’organisation

  • Saïd ELMAGHREBI, directeur du Laboratoire ICM, FLSH-Mohammedia, Université Hassan II Casablanca ;
  • Akila KIZZI, enseignante /chercheuse, département études de genre, spécialiste du genre au Maghreb, LEGS, Université Paris 8 ;
  • Heta RUNDGREN, enseignante /chercheuse études de genre et féminismes en littérature, Université de Helsinki, Finlande/ LEGS, Université Paris 8 ;
  • Lily ROBERT-FOLEY, enseignante /chercheuse études anglophones, Université Paul Valéry, Montpellier 3, laboratoire EMMA EA741 ;
  • Ouerdia BEN MAMAR, enseignante d’anglais, artiste poétesse, EHESS, Paris ;
  • Salima AMARI, enseignante /chercheuse, études de genre, Université UNIL Lausanne, Suisse/ Paris 8, CRESPPA, GTM ;
  • Shiau-Ting HUNG, chercheuse en études de genre en Littérature comparée, CERC-Centre d'Etudes et de Recherches Comparatistes-EA172, Université Paris 3 ;
  • Li-CHEN KUO, chercheuse en études cinématographiques et audiovisuelles, LIRA (Laboratoire International de Recherches en Arts EA7343), Université Paris 3 ;
  • Souad LYAZIDI, enseignante /chercheuse, Master Genre, discours et représentations, FLSH-Mohammedia, Université Hassan II-Casablanca ;
  • Kheira KEMBOUCHE, enseignante /chercheuse, Master Genre, discours et représentations, FLSH-Mohammedia, Université Hassan II-Casablanca ;
  • Nezha LEKOUCH, enseignante /chercheuse, Master Genre, discours et représentations, FLSH-Mohammedia, Université Hassan II-Casablanca ;
  • Adil GHAZALI, enseignant /chercheur, Master Genre, discours et représentations Laboratoire ICM, FLSH-Mohammedia, Université Hassan II-Casablanca ;
  • Fatima IBORK, enseignante /chercheuse CREMEF-Kénitra, Master Genre, discours et représentations Laboratoire ICM, FLSH-Mohammedia, Université Hassan II Casablanca ;
  • Houssine BAADI, enseignant /chercheur, Laboratoire ICM, FLSH-Mohammedia, Université Hassan II-Casablanca ;
  • Hakima LAALA, enseignante /chercheuse,Master Genre, discours et représentations, Laboratoire ICM, FLSH-Mohammedia, Université Hassan II-Casablanca ;
  • Abdellah ELMOUTAOUAKIL, enseignant /chercheur, Laboratoire ICM, FLSH-Mohammedia Université Hassan II-Casablanca ;
  • Najate NERCI, enseignante /chercheuse, coordinatrice du master Genre, discours et représentations, Laboratoire ICM, FLSH-Mohammedia, Université Hassan II-Casablanca ;
  • Jamie HERD, doctorante en littérature comparée et études de genre, LEGS, Université Paris 8.

Coordinatrices du colloque

  • Akila KIZZI, enseignante /chercheuse, département études de genre, LEGS, université Paris 8.
  • Najate NERCI : enseignante /chercheuse, coordinatrice du master Genre, discours et représentations, laboratoire ICM, FLSH-Mohammedia, université Hassan II- Casablanca.

Places

  • Faculté des lettres et des sciences humaines, Avenue Hassan
    Mohammedia, Kingdom of Morocco

Date(s)

  • Friday, September 20, 2019

Keywords

  • recherche féministe, pratique militante, genre, pédagogie, Maghreb, Occident, intersectionnalité, savoir situé, hybridité, sexualité, récit

Contact(s)

  • Nerci Najate
    courriel : najate [dot] nerci [at] gmail [dot] com

Information source

  • Najate Nerci
    courriel : savoirsetpratiques [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Questionner les savoirs et les pratiques – approches féministes et de genre », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, June 12, 2019, https://calenda.org/628483

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal