HomeLangage et affectivité

*  *  *

Published on Tuesday, May 21, 2019 by Céline Guilleux

Summary

L'objectif de cette double journée d'étude internationale, qui se tiendra à la fois à Dijon (23 mai 2019) et à Riga (12 septembre 2019), est de revisiter la question du lien entre langage et affectivité telle qu'elle a été formulée depuis deux siècles, en insistant sur le lien conceptuel étroit qui existe entre les « anciennes » et les « nouvelles » contributions dans le domaine considéré. Sans remettre en cause l'originalité des recherches actuelles sur la manière dont les émotions sont impliquées dans les processus linguistiques, nous espérons pouvoir montrer que ces travaux correspondent, dans une large mesure, à la résurgence de problématiques qui était largement débattues entre le mitan du XIXe siècle et le début du XXe siècle, principalement, mais non exclusivement, dans les pays de langue allemande.

Announcement

Argumentaire

Depuis quelques années, la question du rapport entre langage et affectivité fait l'objet d'un nombre croissant de travaux aussi bien théoriques qu'expérimentaux. Psychologues, neuroscientifiques, linguistes, philosophes, aesthéticiens et théoriciens du langage s'attachent à revisiter la place des émotions et des états mentaux apparentés dans les phénomènes linguistiques, considérés dans leur dimension tant esthétique que non-esthétique. Le regain d'intérêt pour le rôle des processus affectifs dans le langage doit être replacé dans le contexte de la (ré)émergence, à la fin du XXe siècle, des "sciences affectives", le champ de recherche transdisciplinaire fédéré par le concept psychologique d'émotion, et du "tournant affectif" qui s'est manifesté depuis lors en philosophie et dans les sciences humaines.

L'impact de la psychologie affective sur ces disciplines n'a en réalité rien de nouveau et, comme un certain nombre de publications récentes l'a montré, il a constitué un événement épistémologique majeur des années 1850-1910. Au cours de cette période - tout particulièrement au tournant du XXe siècle - les travaux sur le langage ont été massivement touchés par le phénomène, principalement dans l'aire germanophone, dans le sillage de la théorisation du concept de sentiment (Gefühl) et de la "psychologisation" de la connaissance qui s'en est suivie. La période en question a été caractérisée par l'apparition de deux concepts fondamentaux : a) le sentiment épistémique, c'est-à-dire le type d'état affectif supposé être le vecteur d'une forme abstraite et intuitive de connaissance et b) le sentiment esthétique, le type d'état affectif censé être impliqué dans l'expérience du beau - deux types de sentiments qui apparaissent tous deux essentiels à la compréhension de la question du rapport entre langage et affectivité. Les linguistes et les philosophes du langage de cette époque ont typiquement théorisé des notions comme le Sprachgefühl ou le sentiment formel/sentiment de forme, et se sont efforcés d'explorer de manière systématique le rôle des sentiments dans les aspects sémantiques, syntaxiques, pragmatiques, génétiques, etc. du langage.

Le langage était par ailleurs une problématique majeure de l'esthétique psychologique de cette époque, le sentiment apparaissant alors comme une notion clé, par exemple, des théories de la fiction ou du rythme poétique. Il est intéressant de constater que, alors même qu'il connaissait un rapide reflux après la Première Guerre mondiale, le paradigme "psycho-affectif" du langage a continué à influencer tacitement les travaux linguistiques et esthétiques, ainsi qu'en témoigne littérature formaliste et structuraliste des années 1910-1930.

L'objectif de cette double journée d'étude internationale, qui se tiendra à la fois à Dijon (23 mai 2019) et à Riga (12 septembre 2019) est de revisiter la question du lien entre langage et affectivité telle qu'elle a été formulée depuis deux siècles, en insistant sur le lien conceptuel étroit qui existe entre les "anciennes" et les "nouvelles" contributions dans le domaine considéré. Sans remettre en cause l'originalité des recherches actuelles sur la manière dont les émotions sont impliquées dans les processus linguistiques, nous espérons pouvoir montrer que ces travaux correspondent, dans une large mesure, à la résurgence de problématiques qui était largement débattues entre le mitan du XIXe siècle et le début du XXe siècle, principalement, mais non exclusivement, dans les pays de langue allemande. Toutefois, il faut ici bien garder à l'esprit que notre approche se veut, non seulement historique, mais aussi théorique et épistémologique. D'une manière générale, notre intention est de discuter la thèse, défendue depuis environ deux siècles, selon laquelle les sentiments/émotions, en modifiant la nature sémantique et phénoménologique des contenus mentaux, sont susceptibles de rendre les phénomènes du langage signifiants au point de vue épistémique et esthétique. Plus précisément, nous aimerions traiter du rôle et de la place des états affectifs dans quatre grands champs des sciences du langage : la sémantique, le discours, la poétique et la traductologie. Le colloque se veut une rencontre transdisciplinaire regroupant linguistes, historiens de la linguistique, philosophes, historiens des sciences et des idées, esthéticiens, théoriciens de la littérature, psychologues et neuroscientifiques.

Programme

  • 9h00-9h30 David Romand, Dubravka Saulan, Sergueï Tchougounnikov, Elena Vladimirska Accueil des participants et présentation de la journée
  • 9h30-10h00 Michel Le Du, Centre Granger, UMR 7304, Aix-Marseille Université Le langage des émotions : expression ou description ?
  • 10h00-10h30 Laura Candiotto, Institut für Philosophie, Freie Universität Berlin Positive emotions in dialogical interactions
  • 10h30-11h00 Pause
  • 11h00-11h30 Sergueï Tchougounnikov, CPTC, Université de Bourgogne Le langage comme sentiment : le modèle emphatique du langage à travers l'histoire des idées linguistiques 
  • 11h30-12h00 David Romand, Centre Granger, UMR 7304, Aix-Marseille Université Le contenu énonciatif comme sentiment (Gefühl) : une réappréciation de la sémantique affective de Heinrich Gomperz (1873-1942) 
  • 12h00-12h30 Discussion
  • 12h30-13h30 Déjeuner
  • 13h30-14h00 Daniela Ventura Ragnoli, Departamento de filologia moderna, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria ; CPTC, Université de Bourgogne, Parler tendresse et son contraire dans trois langue romanes : éléments pour une approche séantico-pragmatique comparée 
  • 14h00-14h30 Elena Vladimirska et Jelena Gridina, Département de langues romanes, Université de Lettonie, Les noms de sentiments dans une perspective inter-langues : sémantique et combinatoire 
  • 14h30-15h00 Isabelle Morillon, CPTC, Université de Bourgogne, Affectivité et langue de bois 
  • 15h00-15h30 Pause
  • 15h30-16h00 Samir Bajrić, CPTC, Université de Bourgogne Sprachgefühl et Sprachbenehmen en néoténie linguistique
  • 16h00-16h30 Hill Ismaïl Aden, CPTC, Université de Bourgogne L’expression de l’affectivité et des émotions dans une autre langue : le point de vue de la néoténie linguistique
  • 16h30-17h00 Discussion

Places

  • Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, salle du conseil R02 - 6, Esplanade Erasme
    Dijon, France (21)

Date(s)

  • Thursday, May 23, 2019

Keywords

  • langage, affectivité, émotion, sentiment, cognition, linguistique, philosophie

Contact(s)

  • David Romand
    courriel : david_romand [at] hotmail [dot] fr

Information source

  • David Romand
    courriel : david_romand [at] hotmail [dot] fr

To cite this announcement

« Langage et affectivité », Study days, Calenda, Published on Tuesday, May 21, 2019, https://calenda.org/630838

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal