HomeFécondité et accouchement au Cameroun et en Afrique d’hier à demain

*  *  *

Published on Tuesday, June 18, 2019 by Céline Guilleux

Summary

Donner la vie ! C’est un acte multimillénaire qui entretient la perpétuation des êtres sur la terre. La fécondité humaine est donc au cœur de la présence continue de l’homme dans le cycle de la vie. La fécondité, élément qui rend possible la grossesse, entraine à son tour l’accouchement. Malgré que l’accouchement soit un acte naturel, il n’en demeure pas moins qu’à travers le temps et l’espace, les hommes aient développé des rites, des savoirs, des connaissances s’élevant au stade de science pour comprendre les mécanismes, les contraintes et les exigences de la conception et de la mise au monde de l’enfant.

Announcement

Argumentaire

Donner la vie ! C’est un acte multimillénaire qui entretient la perpétuation des Êtres sur la terre. La fécondité humaine est donc au cœur de la présence continue de l’Homme dans le cycle de la vie. La fécondité, élément qui rend possible la grossesse, entraine à son tour l’accouchement. Malgré que l’accouchement soit un acte naturel, il n’en demeure pas moins qu’à travers le temps et l’espace, les Hommes aient développé des rites, des savoirs, des connaissances s’élevant au stade de science pour comprendre les mécanismes, les contraintes et les exigences de la conception et de la mise au monde de l’Enfant.

De la fécondité à l’accouchement, la femme occupe la place centrale : elle est la mère, la protectrice et la garante de la vie. Ce statut honorable n’a pourtant pas empêché la femme d’être accusée, honnie, vomie par sa famille, sa communauté lorsqu’elle « n’accouchait » pas, lorsqu’elle n’accouchait que de filles ou lorsque l’enfant naissait avec des anomalies et même quand le fœtus sortait avant terme. Portée en triomphe pour le « bon enfant », pour l’enfant masculin, la femme est aussi jugée responsable du« mauvais enfant » et parfois chassée pour n’avoir pas mis au monde un garçon. Ce tableau qu’on peut agrandir et peindre à sa guise, est le quotidien de bien de femmes camerounaises en particulier et africaines en général d’hier comme d’aujourd’hui.

Donner la vie ! C’est aussi assurer la perpétuation de l’espèce humaine. Mais à quel prix ! Un tour dans les hôpitaux d’Afrique laisse souvent observer des scènes incroyables où les femmes enceintes sont insultées, humiliées par d’autres femmes. Les infirmières sages-femmes étant le plus souvent montrées du doigt pour leur traitement indigne des femmes. D’où, le désir des femmes de se faire accoucher par des Hommes ! Ce qui, dans l’histoire de l’Afrique, pose de sérieuses questions sur le renversement des mentalités.

Donner la vie ! C’est aussi, aujourd’hui, plus qu’hier, une question d’argent.  Accoucher a un coût si bien que nombre de femmes de nos villes et campagnes accouchent souvent dans des conditions de fortune, propre à une autre époque. Devant le père de l’enfant qui a fui ses responsabilités, c’est encore la femme qui va subir l’humiliation de sa famille, de ses amis, de la société. Et devant la peur d’affronter seule le dur défi d’élever un enfant dans un monde ou tout ou presque dépend de l’argent, certaines commettent l’irréparable en jetant dans les « poubelles », l’enfant porté pendant neuf mois. Ici se posent alors les problèmes de l’état psychologiques et de stress de la femme enceinte face à l’idée de l’enfant dont aura seule la responsabilité.

Avec les progrès de la science, les questions de fécondité, de grossesse et d’accouchement ont évolué. De la stérilité décrétée et consacrée de la femme, on a découvert et prouvé celle de l’homme. Cette situation a conduit certains couples nantis, à procéder à des inséminations artificielles ou à des donneurs anonymes de spermes. Désormais, une femme peut accoucher son enfant sans être féconde et le mari stérile, financer et assumer la paternité, parfois sous le mépris de l’entourage qui crie à la perte des valeurs traditionnelles.

Les propositions de communication pourraient donc s’articuler autour des axes suivants :

Axe 1 :Fécondité, grossesse et accouchement dans l’ancienne Afrique des origines à la colonisation

Berceau de l’humanité, l’histoire de l’Afrique est aussi naturellement l’histoire de l’accouchement. Aussi, il serait intéressant de voir comment, avant l’avènement des sciences et technologies actuelles, les problèmes de fécondité, de grossesse et d’accouchement étaient perçus, suivis et résolus. Les matrones et leurs savoirs, le rôle des hommes, la contraception, la gestion des cas critiques comme les enfants nés avant terme, l’éthique de l’accouchement, les soins accordés à la femme, etc. peuvent être développés dans cet axe. On pourra aussi y réfléchir sur la place de la femme et de l’enfant dans les sociétés camerounaises et africaines afin de mieux comprendre les problèmes que posent fécondité et accouchement aujourd’hui dans nos sociétés.

Axe 2 : L’avènement de l’hôpital et les mutations du suivi de la grossesse et des techniques d’accouchement

L’avènement de l’hôpital a apporté de profondes mutations dans le suivi de la grossesse et de la pratique de l’accouchement. Désormais, la femme est suivie par un professionnel qu’elle ne connait pas et parfois dans un langage qu’elle ignore. La maternité devient aussi un lieu de rencontre, de brassage culturel, d’échange d’expériences, etc. S’interroger sur le suivi de la grossesse et ses enjeux, la gestion des cas difficiles, la technicité ou le manque de technicité du personnel hospitalier sont autant de pistes de réflexions à creuser et qui permettront de saisir les méandres de l’effort de médicalisation de l’accouchement dans l’Afrique moderne.

Axes 3:Le coût économique de la grossesse à l’accouchement

Le capitalisme à outrance dans lequel se trouve le continent noire aujourd’hui a modifié la dimension économique du suivi de la grossesse et de l’accouchement. Ainsi, la période qui suit les premières consultations prénatales est souvent source de tensions dans les couples indigents qui cependant sont les plus nombreux en Afrique. Ce qui explique sans doute le nombre encore important d’accouchement hors de l’hôpital, dans des conditions sanitaires douteuses. Les divers frais exigibles, le trousseau, le coût des accouchements compliqués, les césariennes sont autant de pistes de recherche qui peuvent être explorées. La prise en charge de la grossesse reste par conséquent un problème sérieux de santé publique. Il en est de même des cas d’accouchement des triplés et plus qui amènent les parents à solliciter les bonnes volontés ou les premières dames pour la prise en charge.

Axe 4 : Les traitements de la femme qui accouche :la problématique des sages-femmes et des infirmiers accoucheurs

La femme enceinte qui est reçue à l’hôpital pour accoucher est une femme fragile, fatiguée, nerveuse et en général, à la tension élevée. Sa prise en charge par le personnel spécialisé doit donc se faire en conséquence. Or, les récits des femmes qui sortent de l’accouchement laissent souvent pantois ! Il n’est donc pas rare d’entendre des femmes dire combien elles ont été insultées, dégradées et mises en difficulté par le personnel de l’hôpital. A la grande surprise de l’observateur, c’est le personnel féminin qui est le plus souvent montré du doigt. C’est alors que les femmes disent aimer se faire accoucher par des hommes ! Comment comprendre une telle situation ? Cette section explorera tous les rapports possibles entre les femmes enceintes en position d’accouchement et le personnel médical accoucheur. Le but sera alors de questionner la formation éthique des infirmières/infirmiers sages-femmes, de questionner les sources d’un tel rapport difficile entre femme enceinte et sages-femmes et aussi de proposer des pistes de solutions sur l’amélioration de ces rapports. La dimension religieuse pourrait aussi montrer, comme c’est souvent le cas en islam, le rejet des hommes sages-femmes.

Axe 5 : Grossesses, pauvreté, abandon et résilience de la femme enceinte

La pauvreté accentue les problèmes de la femme enceinte de la grossesse à l’accouchement. Parfois, elle est abandonnée toute seule à supporter la grossesse lorsque le conjoint fuit ses responsabilités, elle est moquée par ses consœurs pour s’être faite engrosser sans garanti. Désormais, plane sur elle le spectre de l’enfant bâtard, et qui plus tard, verra la case du nom du père vide sur l’acte de naissance tandis que sur la carte d’identité, sera marqué devant le nom du père, père non déterminé (PND) ! La femme doit donc gérer dans son psychique tous ces traumatismes. Les familles ont souvent trouvé la parade en inscrivant, chose incroyable, sur l’acte de naissance, le nom du grand-père maternel l’enfant ! Ainsi, le père devient père de la fille, père de son petit-fils et grand père au même moment ! La femme enceinte africaine en général ne doit son salut qu’à sa grande capacité de résilience. Les contributions attendues ici devront donc explorer tout cet environnement psychique et les implications sur la femme, l’enfant, et la société.

Axe 6 : Fécondation in vitro et  problématique des « enfants de laboratoire » en Afrique 

En Afrique, ne pas avoir d’enfants pour une femme et pour un couple est une source de frustration incomparable. Pourtant, l’évolution de la science est venue apporter des solutions de fécondité aux couples infertiles. On procède donc déjà dans des pays comme le Cameroun à des inséminations artificielles qui donnent des « enfants de laboratoire » qui génétiquement peuvent souvent être plus l’enfant de la mère que celui du père ! Mais, le plus important, c’est l’enfant au-delà de toute considération traditionnelle. Cependant, cette fécondation ou alors l’enfant qui en sort a un coût très prohibitif pour l’essentiel des Camerounais. Au-delà des perceptions socioculturelles « enfants de laboratoire », « enfants de riches », il serait aussi intéressant de voir comment la science évolue en Afrique pour rendre service à la vie, à la famille ! C’est aussi l’occasion de poser le problème des mécènes et dans le financement de la recherche pour le bien être de la famille, d’interroger l’appropriation des hautes techniques médicales de pointe en matière de fécondation, d’endoscopie et de reproduction humaine par les Camerounais et les Africains afin que l’occident ne soit plus la seule issue pour la résolution des problèmes de ce genre. La dimension religieuse peut aussi être abordée pour voir comment le religieux appréhende et influence l’idée de cette pratique.

Axe 7 : VIH-SIDA, grossesse et accouchement

Le VIH-SIDA reste sans doute la maladie qui effraie le plus les Africains. La preuve est que les campagnes de dépistage n’attirent pas toujours un grand enthousiasme auprès des populations. Pourtant, une fois de plus, la femme enceinte qui accouche à l’hôpital ne peut aujourd’hui échapper au dépistage. Le résultat de ce dépistage, lorsqu’il est positif offre une chance à la protection de l’enfant et de la mère. Mais ici encore, outre les progrès de la science qui font que la maladie soit de moins en moins meurtrière, il reste que le regard social, la peur d’être stigmatisée poussent certaines femmes à avoir peur de l’hôpital. Cette section voudra donc étudier les rapports VIH-SIDA grossesse et accouchement tant sur un plan sociologique, psychologique que médical. L’objectif étant de pousser la femme enceinte en particulier et l’opinion en général à dé-stigmatiser les femmes infectées et à œuvrer pour la protection de l’enfant.

Axe8 : Donner la vie en restant en vie ou le drame des femmes qui meurent en couche

D’après les statistiques de l’UNFPA, l’Afrique est le continent qui connait le plus de décès des femmes en couche. Soit une moyenne de 1/12 contre 1/4000 en Occident. Cette statistique qui est forcément indicative pour l’Afrique, tant, nombreuses sont encore les femmes qui accouchent hors de l’hôpital, renseigne sur la gravité du problème. Il sera donc judicieux d’étudier ce phénomène en ressortant les principales causes des décès de la femme enceinte ou du fœtus in utero. Ensuite, la gestion de ces types de décès sur le plan des rites et des traditions.

Enfin, la fécondité et l’accouchement posent des problèmes de politiques démographiques en Afrique. Pendant que l’Occident incrimine l’Africain de faire trop d’enfants, et par conséquent créer de la pauvreté, les Africains, par rapport à leur conception de l’enfant (richesse) et par rapport à leur ressource naturelle, pensent qu’il faut encourager les naissances. D’où l’imbroglio entre les gouvernements africains et les pays bailleurs de fonds. Quels sont alors les enjeux des politiques démographiques en Afrique aujourd’hui ? Pourquoi les partenaires internationaux financent-ils les méthodes contraceptives en Afrique ? Quel est le prix réel de la prise en charge « gratuite » de l’accouchement à travers les projets et programmes internationaux ? L’analyse interrogera les contrastes intérieurs et extérieurs dans les politiques de natalité ou de dénatalité en Afrique et au Cameroun.

Coordinateurs

  • Ferdinand Paul Enoka, Ph.D Université de Maroua-Cameroun École Normale Supérieure
  • Rodrigue de Paul Kepgang, Ph.D Université de Maroua-Cameroun École Normale Supérieure

Propositions de résumés

Elles doivent être écrites en français ou en anglais et limitées à 500 mots avec cinq mots clés, et envoyées simultanément aux adresses enokapaul@yahoo.fr et kep_son2003@yahoo.fr.

Quelques dates importantes 

  • Date de publication de l’appel : 10 juin 2019;
  • Date limite de recevabilité des résumés : 10 juillet 2019;

  • Notification aux auteurs dont les résumés seront retenus : 10 août 2019;
  • Envoi du texte complet : 20 décembre 2019 ;
  • Retour aux auteurs pour corrections éventuelles : 31 mars 2020;
  • Date probable de publication de l’ouvrage : décembre 2020.

Consignes

NB : Les auteurs devront indiquer dans quel(s) axe(s) s’inscri(ven)t leur(s) proposition(s).

Protocole de rédaction des articles

1- Citations. Lorsqu’une citation a plus de quatre lignes, la mettre en retrait (1cm à gauche 0,5cm à droite) et en italique sans guillemets, suivie de l’appel de la référence.

2-Appel des références. Méthode APA (American Psychological Association), i.e (Auteur, année : page) comme suit : (Abwa, 2010 : 62)

3- Liste des références bibliographiques. Dresser la liste des œuvres citées et des publications utilisées pour la réflexion ; les classer selon l’ordre alphabétique des auteurs. Présenter les références selon les modèles suivants :

Pour les ouvrages, les présenter comme suit :Nom du ou des auteurs suivi de l’initial du prénom, (année de publication), titre de l’ouvrage en italique, ville d’édition, maison d’édition.

Exemple : Coussy J. et vallin J.(1996), Crise et population en Afrique. Crises économiques, politiques d’ajustement etdynamiques démographiques, Paris, Ceped.

Pour les articles publiés dans des ouvrages collectifs, les présenter comme suit : Nom du ou des auteurs suivi de l’initial du prénom, (année de publication), titre de l’article entre guillemets,in Nom du ou des auteurs suivi de l’initial du prénom, titre de l’ouvrage en italique, ville d’édition, maison d’édition, pages de l’article.

Exemple: Casterline J. B. (1994), « Fertility decline in Asia », inLocoh T. etHertich V. (éds),The onset of fertility transition in Sub-saharan Africa, Liège, Ordina editions, pp. 69-86.

Pour les articles publiés dans des revues, les présenter comme suit :Nom du ou des auteurs suivi de l’initial du prénom, (année de publication), titre de l’article entre guillemets, in titre de la revue, numéro de la revue, pages de l’article.

Exemple : Locoh T. (1991), « La coopération internationale en population en Afrique subsaharienne », inLes cahiers du CIDEP, n° 11, pp. 51-65.

Pour un article paru dans une revue en ligne, les règles sont les mêmes. Toutefois, il faut préciser obligatoirement l’adresse URL à laquelle le document est accessible ainsi que de la date de consultation.

Exemple : Flipo, F. (2012). « Pour des droits de la nature », in Mouvements, n°70, pp. 122-139. [En ligne], URL : http://www.cairn.info/publications-de-Flipo-Fabrice--4637.htm (page consultée le 22 mai 2014).

Pour les sources orales, les présenter comme suit :Nom et prénom de l’informateur, âge, profession et/ou statut social, date et lieu de l’entretien.

Exemple : Sauna Paulin, 58 ans, médecin gynécologue, entretien à Bafia le 26 juin 2018.

4- Longueur de l’article. Quinze pages au plus à interligne simple, police 12, caractère Times New Roman.

Comité scientifique

  • Pr Albert Pascal Temgoua, Université de Yaoundé I, Cameroun ;
  • Pr Daniel Abwa, Université de Yaoundé I, Cameroun ;
  • Pr Saïbou Issa, Université de Maroua, Cameroun ;
  • Pr Paul Njochi Nkwi, Université de Yaoundé I, Cameroun ;
  • Pr Claude Elie Ndam Njitoyap, Université de Yaoundé I, Cameroun ;
  • Pr Jean Marie Kasia, CHRACERH, Université de Yaoundé I, Cameroun ;
  • Pr Bienvenue-Dénis Nizésété, Université de Ngaoundéré, Cameroun ;
  • Pr Mark Bolak Funteh, Université de Bamenda, Cameroun,
  • Pr Rogatien M. Tossou, Université d’Abomey-Calavi, Benin ;
  • Pr Patrice Pahimi, Université de Maroua, Cameroun ;
  • Pr Jean Gormo, Université de Maroua, Cameroun,
  • Pr Claude Abé, UCAC-Université de Douala, Cameroun ;
  • Pr Célestine Colette Fouelefack Kana, Epse Dongmo, Université de Dschang, Cameroun
  • Pr Alexis Tagué, Université de Yaoundé I, Cameroun ;
  • Pr Nathali Liba’a Koussoumna, Université de Maroua, Cameroun ;
  • Pr Nixon Tahkor, Université de Bamenda, Cameroun,
  • Pr Francois Wassouni, Université de Maroua, Cameroun ;
  • Pr Bernard Gonné, Université de Maroua, Cameroun

Comité de Lecture

  • Dr Zacharie Saha, Université de Dschang, Cameroun ;
  • Dr Damian Akara Tatazo, Université de Maroua, Cameroun ;
  • Dr Adam Mahamat, Université de Maroua, Cameroun ;
  • Dr Bana Barka, Université de Maroua, Cameroun ;
  • Dr Chamberlain Nenkam, Université de Yaoundé I, Cameroun ;
  • Dr Paul Basile Eloundou, Université de Maroua, Cameroun.

Bibliographie indicative

Bourdier F., (2006),« Sexualité et procréation face au Sida », in Desgrees du Lou et Ferry B. (éds), Sexualité et procréation confrontées au Sida dans les pays du Sud, Paris, CEPED-IRD.

Desgrées du Loû, A., (2005), « Le couple face au VIH/sida en Afrique sub-saharienne. Information du partenaire, sexualité et procréation », inPopulation 2005/3 (Vol. 60), pp. 221-242.

Drissia S. et Darissa B., (2007), L’accompagnement à la naissance. Aperçu des bénéfices et des coûts, groupe de recherche interdisciplinaire en santé (GRIS). Secteur santé publique, faculté de médecine, Université de Montréal.

Fiadjoe M.K., Kdjenou V., Kolani J.C., Egah K.K.,Infertilité tubaire en Afrique(Lomé, Togo),infile:///C:/Users/USER/AppData/Local/Temp/Infertilite_tubaire_en_Afrique.pdf consulté le 02 septembre 2018.

Sandjon G., « Techniques de l’assistance médicale à la procréation »,https://www.gfmer.ch/Medical_education_En/Cameroon/Pdf/AMP.pdf, consulté le 20 mars 2018

Sauvegrain P., (2013), « Les parturientes « africaines » en France et lacésarienne : Analyses sociologiques d’un conflit dequatre décennies avec les équipes hospitalières »,inAnthropologie et Sociétés, vol. 37, no 3, pp.119-137.

Soubeiga D., (2012),« Facteurs organisationnels associés à l’éducation prénatale et impact sur l’accouchement assisté dans deux contextes à risques maternels et néonatals élevés au Burkina Faso », Département de médecine sociale et préventive, Faculté de médecine, Thèse présentée à la Faculté des études supérieures en vue de l’obtention du grade de PhilosophiaeDoctor (Ph.D) en santé publique option Épidémiologie, Université de Montréal.

UNFPA, 2004, Mise à jour 2004 sur la mortalité maternelle, « accoucher dans de bonnes mains », UNFPA. Consulté le 20 mars 2018 à 20h.

Vadeboncoeur H., 2005, « L’humanisation des pratiques entourant l’accouchement est-elle limitée ? », in Le Médecin du Québec, volume 40, numéro 7.

Weber N., 2009, « Médicalisation de la naissance : la parole aux accouchées », mémoire de fin de formation à l’école des sages-femmes de Metz, Université Henry Point Carré, Nancy I.

Date(s)

  • Wednesday, July 10, 2019

Keywords

  • fécondité, accouchement, pauvreté, VIH, démographie

Contact(s)

  • Ferdinand Paul Enoka
    courriel : enokapaul [at] yahoo [dot] fr
  • Rodrigue de Paul Kepgang
    courriel : kep_son2003 [at] yahoo [dot] fr

Information source

  • Ferdinand Paul Enoka
    courriel : enokapaul [at] yahoo [dot] fr

To cite this announcement

« Fécondité et accouchement au Cameroun et en Afrique d’hier à demain », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, June 18, 2019, https://calenda.org/633665

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal