AccueilLieux de culte, lieux de savoir

*  *  *

Publié le mardi 11 juin 2019 par Céline Guilleux

Résumé

Dans nos sociétés modernes occidentales, les savoirs intellectuels sont majoritairement produits et diffusés dans des lieux de savoirs laïques (universités et laboratoires de recherche, écoles publiques, bibliothèques municipales, musées…). Pourtant, dans de nombreuses cultures, anciennes comme contemporaines, les lieux de culte constituent des lieux de savoir privilégiés, que ce soit parce qu’ils sont fréquentés par des individus lettrés ou parce qu’ils constituent eux-mêmes des centres de diffusion voire de production des savoirs. L’ambition de cette journée sera donc de s’interroger sur les rapports particuliers entre lieux de culte et lieux de savoir dans différentes civilisations, à travers une approche comparatiste.

Annonce

Programme

  • 9h15 : Accueil des participants et petit-déjeuner
  • 9h45 : Introduction
  • 10h00-10h45 : Marion Claude, « Temples et bibliothèques : la production et la diffusion du savoir lettré dans l’Égypte ancienne »
  • 10h45-11h30 : Philippe Clancier,  « Les sanctuaires de Babylonie comme centres de savoirs au Ier millenaire av. J.-C. »
  • 11h30-11h45 : PAUSE
  • 11h45-12h30 : Alaya Palamidis, « Monde grec »
  • 12h30-14h30 : DEJEUNER
  • 14h30-15h15 : Judith Kogel, « La scola judeorum, maison d’étude ou maison de prière ? »
  • 15h15-16h00 : Sergi Sancho Fibla, « Les couvent de religieuses, espaces de production de savoir : pour une revalorisation des pratiques culturelles et cultuelles des moniales comme activités intellectuelles (XIIIe-XVe siècle) »
  • 16h00-16h15 : PAUSE
  • 16h15-17h00 : Loïc Vauzelle, « Lieux de culte et lieux de savoir dans la cité aztèque de Mexico-Tenochtitlan »
  • 17h00-17h30 : discussion générale et remarques conclusives

Abstracts

« Temples et bibliothèques : la production et la diffusion du savoir lettré dans l’Egypte ancienne »

  • Marion Claude, LabEx Hastec, UMR 8210 ANHIMA, EPHE - ENC - PSL

La présence de lieux appelés per-ânkh « maison de vie » ou per-medjat « maison du rouleau » et destinés à la conservation et à la production de savoir, associés à des sanctuaires est un phénomène bien connu dans l’Egypte ancienne, dès l’Ancien Empire et jusqu’à l’époque romaine. D’autres archives, administratives ou privées, existaient également et constituaient des lieux de conservation de savoirs qui recouvrent en partie les usages attestés dans le cadre des sanctuaires.

L’objectif de cette communication sera d’étudier les interactions entre les lieux de culte et les lieux de savoir afin de mieux comprendre quel pouvait être le rôle de ces bibliothèques et scriptoria dans la transmission des savoirs. Il s’agira également de faire le point sur les types de savoir qui relevaient ou non de la sphère religieuse et sur les individus qui pouvaient y avoir accès.

« Les sanctuaires de Babylonie comme centres de savoirs au Ier millénaire av. J.-C. »

  • Philippe Clancier, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Les grands sanctuaires de Babylonie (sud de l’Irak actuel) à Babylone, Sippar, Borsippa, Uruk etc. étaient des structures certes cultuelles mais aussi économiques, parfois politiques et, dans tous les cas, des centres de savoirs.

Les savoirs mésopotamiens jusque là buissonnants ont été réunis, triés, compilés, fixés puis ainsi transmis à la fin du IIe millénaire. La création de « classiques », ce que les chercheurs appellent aujourd’hui « séries canoniques », a aussi conduit à l’émergence des bibliothèques dans les sanctuaires.

Tout au long du Ier millénaire en Babylonie comme en Assyrie, les desservants de ces institutions se sont livrés à des travaux conduisant à faire évoluer ce socle de savoirs dans différents domaines comme la médecine, les mathématiques, l’astronomie, la divination (en particulier l’astrologie), l’exorcisme etc.

Parmi ces desservants, ce qui différenciait un ummânu (un érudit) d’un ṭupšarru (scribe lambda) était justement la maîtrise de savoirs, variés et complexes, reconnue par ses pairs avec lesquels il débattait en assemblée. Le prestige de certains ummânu pouvait les conduire à devenir conseillers des rois assyriens, babyloniens, perses mais aussi, dans une moindre mesure, hellénistiques et parthes.

Cette intervention proposera de faire un rapide état de nos connaissances des sanctuaires babyloniens comme lieu de savoirs tout au long du Ier millénaire et jusqu’à la disparition de la culture suméro-akkadienne au début de notre ère.

« Savoirs humains, savoirs divins dans les sanctuaires grecs antiques »

  • Alaya Palamidis, EHESS, ANHIMA

La religion grecque ne connaît pas de textes sacrés et l’écrit, même s’il est de plus en plus présent dans les sanctuaires au fil des siècles, est rarement nécessaire au déroulement du culte. Par ailleurs, les prêtres peuvent être choisis parmi l’ensemble des citoyens pour une durée d’un an, et ne sont donc pas nécessairement des lettrés. Ainsi, les conditions ne semblent pas réunies pour faire des lieux de culte grecs des lieux de savoir. Pourtant, ils peuvent le devenir de façon ponctuelle, notamment à l’occasion de grandes fêtes qui rassemblent philosophes ou historiens à la recherche d’un large auditoire. Les sanctuaires sont également fréquentés par des auteurs antiques qui en font un objet d’étude, ou qui utilisent les nombreuses archives et inscriptions qui s’y trouvent et qui peuvent concerner la vie des cités grecques comme sources pour l’étude de l’histoire de ces cités. Certains sanctuaires comprennent cependant des bibliothèques et deviennent ainsi des lieux de savoir institutionnalisés. C’est le cas notamment de certains sanctuaires des Muses, patronnes des activités intellectuelles, dont le plus célèbre est celui d’Alexandrie. Quelques bibliothèques sont également attestées dans les sanctuaires du dieu guérisseur Asklépios, et sont interprétées soit comme des bibliothèques médicales, soit comme des bibliothèques destinées aux malades. Enfin, d’autres lieux de culte peuvent devenir des lieux de savoir sous la houlette de prêtres érudits, comme dans le cas du sanctuaire d’Apollon à Delphes, où une bibliothèque est fondée au moment où l’auteur Plutarque est prêtre. La capacité d’un sanctuaire à devenir un lieu de savoir semble ainsi dépendre de différents facteurs, comme son rayonnement régional ou panhellénique, la divinité qui y est honorée ou encore la trajectoire individuelle de ses prêtres.

« La scola judeorum, maison d’étude ou maison de prière ? »

  • Judith Kogel, CNRS, IRHT

Parmi les biens saisis lors de l’expulsion des Juifs décidée par Philippe le Bel en 1306, les documents du Trésor des chartes mentionnent, outre les maisons individuelles, des bâtiments qualifiés de scola. Nous serions tentés de traduire ce terme par « école ». Si pour les villes provençales, ces appellations semblent se référer à des lieux d'enseignement, il n’en est peut-être pas de même pour les villes de France du nord, comme un exemple issu d'Orléans semble l'indiquer (JJ 44, f. 23-24, n° 37 : « l’escole petite des Juys »). Pour comprendre ce que ces scole pouvaient être à l'époque médiévale (aux XIIe et XIIe siècles), il faudra d'abord évoquer les informations fournies par la littérature rabbinique sur l’organisation de l’enseignement dans le monde juif, avant de nous interroger sur l’existence de lieux spécifiques pour transmettre les savoirs et les textes, au Moyen Âge.

« Les couvents de religieuses, espaces de production de savoir : pour une revalorisation des pratiques culturelles et cultuelles des moniales comme activités intellectuelles (XIIIe-XVe siècles) »

  • Sergi Sancho Fibla, EHESS, CRH

L’activité pédagogique des moniales au Moyen Âge est encore aujourd’hui un objet d’étude méconnu. La recherche en Histoire médiévale a longtemps considéré les espaces des couvents et des monastères féminins comme des lieux où l’enseignement était inexistant. Selon eux, il n’y avait pas de programme didactique structuré ni d’activités éducatives. Les rares productions écrites directement, dictées ou commandées par des moniales ont été considérées parfois comme des résultats indirects de l’éducation passée de femmes issues de l’aristocratie devenues ensuite religieuses, parfois comme des figures exceptionnelles qui auraient su dépasser les contraintes de leur milieu par leur « génie » intellectuel ou artistique.

Pourtant, les recherches menées durant ces deux dernières décennies réinterrogent ces sources, en faisant apparaître des pratiques qui semblent plus systématiques que ce qui a été jusque là considéré. Dans la lignée des travaux les plus récents, mon intervention souhaite montrer que les sources produites par les moniales participent d’une stratégie de production et de transmission des savoirs dans les espaces conventuels féminins. Mon intervention s’articulera en trois points.

En premier lieu, j’essaierai de montrer que l’éducation était un des intérêts majeurs des communautés religieuses, conçue pour les moniales et novices, mais aussi pour les gens du siècle, et surtout les enfants.

En deuxième lieu, il s’agira de montrer que la méconnaissance des couvents de religieuses comme des lieux de transmission du savoir est due à un constat : la plupart des recherches sur ce thème focalisait largement l’attention sur l’apprentissage traditionnel du latin comme marqueur de production scientifique et de transmission du savoir, apprentissage moins développé dans les couvent féminins. Or, les recherches récentes ont travaillé sur le concept de literacy, permettant d’élargir les savoirs à d’autres compétences que la maîtrise du latin. Appréhender les savoirs à travers ce concept permet de ne concevoir les enseignements comme des pratiques graduées, et des manières différents de savoir le latin, de le comprendre, de le parler, de l’écrire ou encore de le copier.

Enfin, au delà du latin, je souhaiterais élargir le spectre des activités pratiquées par les moniales qui visaient à la construction d’un discours ou d’un savoir. La plupart des activités intellectuelles des moniales religieuses (lectrices, oratrices, copistes etc.) ont été analysées au prisme de catégories du savoirs construites à la fin du XVIIIe siècle et pendant le XIXe siècle. Or, ces cadres de lecture excluent l’usage du discours et les savoirs oraux, visuels, ou encore gestuels des pratiques intellectuelles. Il s’agirait ainsi de réfléchir à l’élaboration de nouvelles catégories d’analyse qui réintègreraient la pratique de la confession, des chants, de la liturgie, ou encore des représentations théâtrales dans des activités pédagogiques, spéculatives ou intellectuelles trop longtemps réduites.

« Lieux de culte et lieux de savoir dans la cité aztèque de Mexico-Tenochtitlan »

  • Loïc Vauzelle, INALCO

C’est au cœur de la vallée de Mexico, aux XVe et XVIe siècles, que la civilisation aztèque connut son apogée. Les lieux de culte ainsi que les lieux de production et de diffusion des savoirs étaient nombreux à Tenochtitlan, cité aztèque qui fera l’objet de cette communication, bien que les édifices les plus importants aient été concentrés au sein de ce que l’on appelle « l’enceinte cérémonielle », délimitée du reste de la cité.

Quels étaient les lieux de culte et les lieux de savoir à l’époque préhispanique et quelles relations entretenaient-ils ? Cette communication explorera ces questions en mettant à profit des sources alphabétiques, pictographiques et archéologiques, et en s’intéressant à plusieurs figures importantes au sein de la société aztèque, notamment celles du prêtre (tlamacazqui, tlenamacac) et du scribe (tlàcuilo). En effet, leur formation et l’exercice de leurs fonctions sont à même d’apporter des éclairages importants sur ces lieux.

Lieux

  • Salle Fabri de Pereisc - INHA, 2 rue Vivienne
    Paris, France (75002)

Dates

  • mardi 11 juin 2019

Mots-clés

  • religion, lieu de culte, savoir, temple, bibliothèque, prêtre, savant, lettré

Contacts

  • Marion CLAUDE
    courriel : marion [dot] claude [at] ephe [dot] psl [dot] eu
  • Alaya PALAMIDIS
    courriel : alaya [dot] palamidis [at] ehess [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Marion CLAUDE
    courriel : marion [dot] claude [at] ephe [dot] psl [dot] eu

Pour citer cette annonce

« Lieux de culte, lieux de savoir », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 11 juin 2019, https://calenda.org/633716

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal