HomeL'indiscipline des humanités médicales

*  *  *

Published on Tuesday, July 02, 2019 by Anastasia Giardinelli

Summary

Une récente enquête menée par l’université Paris-Diderot et l’université de Liège, entre 2016 et 2018 - à paraître en 2019 aux éditions John Libbey Eurotext – a tenté de dresser un état des lieux de ces enseignements tout au long du cursus de la formation des médecins afin de recenser les formes et innovations pédagogiques tant sur le plan du contenu que de sa mise en œuvre. Quelle place les Humanités occupent-elles dans l’enseignement de la médecine en France et à l’étranger ? Quelles évolutions peut-on voir se dessiner quant à l’accueil des équipes pédagogiques, quant aux disciplines retenues, quant à la réception des étudiants ?

Announcement

18, 19 et 20 mars 2020 - Bordeaux

Argumentaire

Depuis le décret de loi de mars 1992, les facultés de médecine françaises se sont vues encouragées à développer un enseignement des Humanités médicales. Dans un mouvement parallèle à l’essor d’une médecine centrée sur le patient qui replaçait le malade au centre de la relation soignant-soigné, il s’est agi de repenser l’enseignement des métiers du soin afin d’équilibrer l’excès de technicité ou de pression économique parfois mal ressentis par les futurs acteurs. Différentes initiatives ont été mises en place selon les facultés de médecine, depuis l’introduction à partir de 1995 de disciplines relevant des Sciences Humaines et Sociales (SHS) jusqu’à l’enseignement obligatoire, en 2013, de la médecine narrative à l’université Paris-Descartes en quatrième année, ou la mise en place d’un DU « Méditation, gestion du stress et relation de soin » proposé à la rentrée 2017 à l’université Pierre et Marie Curie.

La diversité des offres en SHS a pu rendre difficile l’analyse synthétique et critique de l’enseignement des Humanités médicales, la liberté laissée aux facultés permettant d’explorer de nouvelles options. C’est pourquoi une récente enquête menée par l’université Paris-Diderot et l’université de Liège, entre 2016 et 2018 – compte-rendu à paraître en 2019 aux éditions John Libbey Eurotext – a tenté de dresser un état des lieux de ces enseignements tout au long du cursus de la formation des médecins afin de recenser les formes et innovations pédagogiques tant sur le plan du contenu que de sa mise en œuvre. Ce document de synthèse constitue un bilan critique essentiel à partir duquel il semble intéressant de réinvestir cette question, afin d’évaluer à nouveaux frais les enjeux qu’elle revêt. Quelle place les Humanités occupent-elles dans l’enseignement de la médecine en France et à l’étranger ? Quelles évolutions peut-on voir se dessiner quant à l’accueil des équipes pédagogiques, quant aux disciplines retenues, quant à la réception des étudiants ? Un tel bilan ne risque-t-il pas de susciter un mouvement de normalisation ?

En effet, comme le soulignent Isabelle Richard, Jean-Paul Saint-André et Abraham Flexner dans Comment nos médecins sont-ils formés« très peu de cursus proposent une concordance aussi étroite entre études et métier avec en outre une situation de monopole dans la production d’une catégorie de professionnels » (2012 : 11). La place des Humanités médicales dans l’enseignement de la médecine porte une double fonction qui relève de la formation à un « devenir médecin » (Gérard Danou) mais encore du développement d’une « attitude critique » (Michel Foucault) quant à l’enseignement d’une formation professionnelle. Il s’agit donc pour les Humanités médicales « d’explore(r) des contextes, des expériences et des questions critiques et conceptuelles de la médecine et des soins de santé, tout en appuyant la formation de l’identité professionnelle » (Thomas Cole, Nathan Carlin et Ronald Carson, 2015 : 17). C’est en quelque sorte, d’un point de vue épistémologique, la remise en question d’un modèle disciplinaire que portent les Humanités médicales et qu’il s’agit d’interroger d’un point de vue critique, à la suite des propositions d’Angela Woods et Sarah Artkinson (2006).

Ce colloque tâchera donc de confronter les conclusions de l’enquête récente avec des expériences singulières qui ont été menées au niveau national ou international. L’analyse de ce qui est mis en place en Europe, en Amérique du nord apportera une perspective nouvelle et un éclairage critique. De même, il sera intéressant pour les intervenants étrangers d’appréhender cette synthèse comme outil comparatif. Dans un deuxième temps, notre attention se portera plus particulièrement sur deux enseignements qui ont rejoint les Humanités médicales depuis peu en France : la méditation et la médecine narrative.

Si, comme nous le précisions précédemment, l’université Pierre et Marie Curie a ouvert récemment un DU « Méditation, gestion du stress et relation de soin », le DU de « Médecine, méditation et neuroscience » préparé à l’université de Strasbourg existe depuis 2013. La méditation a intégré l’université, sur le plan de la recherche et de l’enseignement, avec Jon Kabat-Zinn qui depuis les années 1970 propose au sein de la faculté de médecine du MIT une réflexion et des ateliers sur la réduction du stress par la pratique de la méditation de pleine conscience.

La médecine narrative est beaucoup plus jeune dans le champ des Humanités médicales puisque Rita Charon a développé cette nouvelle approche de la médecine, Narrative and Evidence based Medicine, au début des années 2000 dans le cadre de la faculté de médecine de Columbia University. La médecine narrative y devient un enseignement sous forme d’atelier en 2006 et en master en 2009. La même année, un projet Médecine narrative est implanté à l’université Lisbonne avec la collaboration de Columbia, du King’s College/Londres et de l’université Paris-Descartes portant sur la recherche, la formation, et la pratique sur le terrain – il a été reconfiguré depuis en Projet en Humanités Médicales[1]. McGill propose à ses étudiants, à cette même période, une exploration pédagogique assez proche avec le « Physicianship program ». L’université Paris-Descartes, sous l’égide de François Goupy, est pionnière en France, en 2013, dans ce domaine.

La méditation et la médecine narrative visent à proposer des techniques relevant des pratiques de soi (Michel Foucault) qui remettent au cœur de la pratique médicale la relation médecin-patient par une attention portée au présent, à l’autre, et par le développement d’un état de pleine conscience. De même, ces deux orientations pédagogiques ont en commun de fonder leur enseignement sur une dimension théorique etun entrainement pratique régulier. Néanmoins, chacune procède de postulats théoriques et de mises en application qui leur sont spécifiques. En outre, sur le plan de la recherche, la MBSR(Mindfulness Based Stress Reduction) dispose d’une longueur d’avance et travaille à partir de l’imagerie fonctionnelle cérébrale afin de mesurer les effets de la pratique méditative sur la plasticité cérébrale. Ainsi quels atouts la méditation et la médecine narrative peuvent-elles apporter à la médecine ? Si des similitudes semblent se dessiner, quelles singularités ces deux pratiques, méditative et narrative, offrent-elles dans l’enseignement médical ?

Ce colloque se propose donc d’établir, à la suite de l’enquête menée par l’université Paris-Diderot et l’université de Liège, un bilan des expériences et évaluations scientifiques menées pour l’enseignement de ces deux pratiques, au sein des Humanités médicales, que ce soit au niveau national comme international. Il s’agira de partir des pratiques et des travaux de recherche, pour explorer les propositions d’enseignements.

References

[1]Un programme doctoral inter-universitaire et international est en préparation Sous l’égide du projet financé SHARE – Santé et Humanités Agissant en Réseau, impliquant une équipe pluridisciplinaire de 18 chercheurs/enseignants :

http://humanidadesmedicas.letras.ulisboa.pt/en/share/sobre

Modalités de soumission 

Les propositions de communication (300 mots maximum), en français ou anglais, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, devront être adressées à isabelle.galichon@orange.fret thibaud.haaser@chu-bordeaux.fr

  • La durée des communications sera de 20 minutes
  • Date limite d’envoi des propositions : 1er septembre 2019

  • Date de réponse : octobre 2019

Comité d’organisation

  • Véronique Avérous(Université de Bordeaux) - (PH – membre associée SPH=EA4574)
  • Maria de Jesus Cabral (Université de Lisbonne)
  • Patrick Dehail (Université de Bordeaux – Vice-doyen de la faculté de médecine de Bordeaux)
  • Isabelle Galichon (Université Bordeaux-Montaigne) - (membre associée EA TELEM=EA4195)
  • Violaine Giacomotto-Charra (Université Bordeaux-Montaigne) - (EA TELEM=EA4195)
  • Thibaud Haaser (Université de Bordeaux) - (PU-PH CHU Bordeaux – membre associé SPH=EA4574)
  • Maël Lemoine (Université de Bordeaux) - (ImmunoConcept=UMR5164)
  • Jean-Arthur Micoulaud (Université de Bordeaux) – (PU-PH - (SANPSY=USR 3413)
  • François Sztark (Université de Bordeaux) - (PU-PH CHU)
  • François Tison (Université de Bordeaux) - (IMN = UMR-CNRS  5293)
  • Loren Wolfe (Columbia Global Centers Paris)

Bibliographie

Maria Cabral, Marie-France Mamzer (coord.) Médecins, soignants, osons la littérature ! Un laboratoire virtuel pour l’éthique en santé, Paris, Éditions Sipayat, 2019.

Yves Citton, L’Avenir des Humanités. Économies de la connaissance ou cultures de l’interprétation, Paris, Éditions de la Découverte, 2010.

Thomas Cole, Nathan Carlin et Ronald Carson, Medical Humanities : An Introduction, Cambridge University Press, 2015

Gérard Danou, Langue, récit, Littérature dans l’éducation médicale, Lambert-Lucas, 2016

Isabel Fernandes, et al. (eds), Creative Dialogues. Narrative and Medicine, Cambridge: Cambridge Scholars Publishing, 2015.

Michel Foucault, « Qu’est-ce que les Lumières ? » in Dits et écrits, tome 4, Gallimard, 1994

Isabelle Richard, Jean-Paul Saint-André et Abraham Flexner dans Comment nos médecins sont-ils formés, Belles Lettres, 2012

Anne Whitehead et Angela Woods (sous la dir. de),The Edinburgh Companion to the Critical Medical Humanities, avec Sarah Atkinson, Jane Macnaughton, Jennifer Richards, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2016.

Places

  • Bordeaux, France (33)

Date(s)

  • Sunday, September 01, 2019

Keywords

  • humanités médicales, soin, médecine, méditation, médecine narrative, littérature

Contact(s)

  • isabelle galichon
    courriel : isabelle [dot] galichon [at] orange [dot] fr

Information source

  • isabelle galichon
    courriel : isabelle [dot] galichon [at] orange [dot] fr

To cite this announcement

« L'indiscipline des humanités médicales », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, July 02, 2019, https://calenda.org/646471

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal