HomeLa pauvreté scolaire

La pauvreté scolaire

Des régimes de contrôle aux pédagogies alternatives émancipatrices

*  *  *

Published on Tuesday, July 02, 2019 by Anastasia Giardinelli

Summary

L’enjeu de cette journée d’étude sera non seulement de préciser les modalités de gouvernement des pauvretés, mais aussi réfléchir aux pratiques de résistances mises en oeuvre dans et par ces pédagogies alternatives émancipatrices pour faire face aux mécanismes de production des pauvretés. Sachant que  la pauvreté scolaire de notre présent peut trouver une réponse dans ces pratiques de résistance dans les murs de l’école, mais aussi hors les murs, liés à d’autres espaces sociaux et territoires, il sera intéressant de voir ce qui nourrit parfois ces formes de résistance ou de rébellion, notamment à partir des études philosophiques et de l’épistémologie du corps ou encore d’un regard sur  les inégalités territoriales de pauvreté autant économiques, sociales, sanitaires juridiques, culturelles, de territoire, de formation et d’éducation, que liées à des processus de subjectivation qui permettent leur développement...

Announcement

Argumentaire

La pauvreté scolaire telle que définie par Binet n'a jamais été autant d'actualité liée aux inégalités sociales, à l’échec scolaire, aux difficultés d’apprentissages, aux discriminations de genre et de sexe, de racisme, d’intégration des primoarrivants, de sélection des enfants, comme en témoignent les trois derniers rapports sur les inégalités sociales parus, en 2019[1].   Elle a toujours été centrale dans l’histoire de la Société Binet-Simon (Binet, 1910a, 1910b ; Katz, 2O15 ; Kohler, 1988 ; Schick, 2015 ; Wiesinger, 1974), Binet parlait en particulier de la psychologie des cancres (Andrieu, 2013). Le cancre y était décrit comme un enfant affaibli physiquement, isolé socialement, pauvre économiquement et souvent issu de milieux culturels appauvrissant le développement de l’intelligence. Aussi, des pédagogies adaptées et alternatives au système élitiste de classifications auront été, avec les classes pour les enfants dits « anormaux », une tentative pour définir une autre éducation favorable au développement des enfants les plus défavorisés dans les contextes des inégalités socio-culturelles à travers le temps, comme en témoignent notamment les pages consacrées, dans le bulletin de la Société à l’École Moderne, aux Techniques Freinet et au Mouvement Freinet.

Dans ce contexte, et suite à la publication de l’ouvrage À côté de Freinet (Tome I et Tome II) d’Henri Louis Go et Xavier Riondet, la Société Binet-Simon souhaite consacrer sa journée d’étude annuelle à la manière dont les pédagogies alternatives émancipatrices réfléchissent et abordent la pauvreté scolaire dans notre présent.

En effet si, les résultats des recherches sur les pauvretés, souvent résumés à des inégalités sociales saturent les discours sociologiques, économiques, politiques, ou de santé publique ; ils matérialisent aussi des dispositifs institutionnels visant à contrôler les pauvres et à organiser un gouvernement des pauvretés. Alors, comment des dispositifs éducatifs ou de formation des populations subalternes sont-ils sensés apporter des réponses aux inégalités sociales ? En quoi, jusqu’où et comment des dispositifs éducatifs alternatifs de remédiations pédagogiques (Célestin et Elise Freinet, 1965) peuvent-elles modifier les situations éducatives favorables à la lutte contre la pauvreté ? En effet, la pédagogie populaire a permis de   proposer des pratiques pédagogiques prenant en compte des publics défavorisés, à travers la création des classes de perfectionnement et  de l’école privée de Vence. Comment la pédagogie des opprimés (Paulo Freire) qui précise les modalités de conscientisation et de libération des aliénations liées aux fonctionnements économiques, politiques et sociaux d’un État peut-elle être une réponse d’une éducation à l’émancipation en France ? Comment la pédagogie de la Mère-Terre (Abadio Green, 2018) peut-elle participer à une éducation à la paix durable en Europe, alors que des dispositifs pédagogiques de soumission volontaire à l’autorité du capitalisme se développent (Boltanski, 2009) ? Comment des dispositifs de recherche sur l’éducation émancipatrice peuvent-ils observer et analyser les processus de subjectivation au cœur même des technologies politiques des pauvretés favorables à l’incorporation des normes des pauvretés (Adolino-Bordiez, 2013) tout en favoraisant des processus d’émancipation par des dispositifs d’éducation critiques ?  

Ces pratiques pédagogiques spécifiques ont aussi permis de mieux saisir les dispositifs éducatifs plus favorables aux populations défavorisées liées à leurs conditions d’existence et les conditions de construction des leviers de l’éducation pour lutter contre les pauvretés.

Aussi, l’enjeu de cette journée d’étude sera non seulement de préciser les modalités de gouvernement des pauvretés, mais aussi réfléchir aux pratiques de résistances mises en oeuvre dans et par ces pédagogies alternatives émancipatrices pour faire face aux mécanismes de production des pauvretés. Sachant que  la pauvreté scolaire de notre présent peut trouver une réponse dans ces pratiques de résistance dans les murs de l’école, mais aussi hors les murs, liés à d’autres espaces sociaux et territoires,  il sera intéressant de voir ce qui nourrit parfois ces formes de résistance ou de rébellion, notamment à partir des études philosophiques et de l’épistémologie du corps ou encore d’un regard sur  les inégalités territoriales de pauvreté autant économiques, sociales, sanitaires juridiques, culturelles, de territoire, de formation et d’éducation, que liées à des processus de subjectivation qui permettent leur développement (Ogien 2013).

Les contributeurs et contributrices sont donc invité.es à adopter un regard critique sur les aspects souvent peu explorés dans leur propre discipline, voire à établir des ponts entre des disciplines, des approches et des champs de pratiques hétérogènes pour saisir les régimes de contrôle et disciplinaire des pauvretés et les dispositifs éducatifs alternatifs émancipateurs pour faire face à :

  • « la dépossession du pouvoir d’agir qui se traduit autant par « le combat et la résistance, la souffrance dans le corps, l’esprit et le cœur » ;
  • les dynamiques relationnelles : les maltraitances institutionnelles, sociales et la contribution non reconnue ;
  • les privations par le manque de travail, des revenus insuffisants et précaires, la privation matérielle et sociale », telles que rappelées par les récents travaux d’ATD Quart Monde et l’Université d’Oxford (2019) qui précisent la complexité de la pauvreté conceptualisée.

Il serait aussi intéressant de se poser la question des pauvretés comme résistance en soi. C’est-à-dire comment des politiques publiques exercent un pouvoir qui invisibilise les rapports de force au sein desquels s’exercent une injonction à la réussite et à la performance, qui a pour but d’instituer l’obéissance, la croyance et la fidélité au néolibéralisme nécessaire à son développement. Il ne serait donc pas exclu de considérer comment les pauvretés peuvent aussi se muer en subversion. Refuser la réussite, dans l’ordre politique ou économique, serait instituer un risque de pauvreté qui est aussi de l’ordre du défi, d’un refus d’adhérer ou de se soumettre à une injonction (Delalande 2011 ; Bourguinat 2002).

[1] Trois rapports permettent de dresser un état des lieux des inégalités en France en de très nombreux domaines : travail, revenus, éducation, logement, mortalité La première étude est le Rapport annuel sur les inégalités, que vient de publier l’Observatoire des inégalités. La deuxième étude, intitulée Gentrification et paupérisation au cœur de l’Île-de-France, est publiée par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne (IAURP).Et la troisième étude est le Rapport annuel 2018 du médiateur national de l’énergie, qui présente une radiographie de la précarité énergétique en France.

Modalités de soumission des contributions orales

L’appel à contribution a valeur de cadrage et permet la sélection des contributions orales en fonction de leur pertinence par rapport au thème et aux enjeux de la journée d’étude. Il a, en outre, vocation à suggérer aux contributeurs potentiels quelques pistes générales de réflexion, et à leur rappeler que leur texte pourra être publié dans la revue Recherches & Éducations qui attend un propos analytique et argumenté en SHS des mutations contemporaines de l’éducation et de la formation dans le contexte contemporain des pauvretés.

Différents types d’approches sont possibles, permettant de diversifier la manière d’aborder la thématique : nous accueillons tant des textes à vocation essentiellement théorique, que des contributions fondées sur des recherches empiriques où les enjeux méthodologiques seront précisés et discutés.

La société Binet-Simon qui gère la revue Recherches & Éducations a pour vocation de rester dans la tradition des travaux impulsés par Alfred Binet et Théodore Simon. Étant une revue interdisciplinaire, les textes devront pouvoir être envisagés avec cette perspective : ils doivent être compréhensibles et pertinents pour des lecteurs non spécialistes ; ils peuvent également faire appel à des méthodes et des références de plusieurs disciplines, ou interroger les présupposés ou les outils empiriques et théoriques d’une discipline à partir du point de vue d’une autre discipline.

Procédure

Pour contribuer à la journée d’étude, Les contributeurs et contributrices devront envoyer le résumé de leur contribution orale

avant le 1er septembre 2019

ne dépassant pas 5000 signes.

Suite à la journée d’étude, un appel à textes sera proposé pour être publiés dans la revue Recherches & Éducations. Les articles doivent être des articles originaux. L’auteur s’engage à réserver l’exclusivité de sa proposition à la revue, jusqu’à ce que l’avis du comité de lecture soit rendu. Les articles soumis ne peuvent excéder 40 000 signes (espaces, notes, et bibliographie incluses).

Date et lieu

La journée d’étude est organisée par l’Equipe d’Accueil 3625 I3SP Institut des sciences du Sport-Santé de Paris, de Paris Descartes Sorbonne, l’Equipe d’Accueil 3971 EXPERICE de Paris 8-Vincennes et son École Doctorale Sciences sociales ED 401, et par l’Equipe d’accueil EA 2310 axe Normes & Valeurs du LISEC de l’Université de Lorraine.

La journée d’étude se déroulera à l’Université Paris Descartes Sorbonne-Cité, au 1 rue Lacretelle, 75015 Paris, le 15 Novembre 2019 de 10 h à 18 h.

Conditions de soumission

Proposition de contribution à transmettre à

  • andrieu@parisdescartes.fr
  • riondet@univ-lorraine.fr
  • henri-louis.go@univ-lorraine.fr
  • descarpentries@wanadoo.fr
  • garnier64@yahoo.fr

Conseil Scientifique

  • Bernard Andrieu (Université Paris-Descartes)
  • Jacqueline Descarpentries (Université Paris 8)
  • Alix Garnier (Université de Lille)
  • Henri Louis Go (Université de Lorraine)
  • Xavier Riondet (Université de Lorraine)
  • Alphonse Yapi-Diahou (Université de Paris 8)
  • Pierre-Johan Laffitte (Université de Paris 8)

Bibliographie

Adolino-Bordiez, Axelle (2013). Combattre les pauvretés, Vulnérabilités sociales et sanitaires de 1880 à nos jours. Paris : Editions CNRS.

Andrieu B., (2013). Psychologie des cancres : Une archive inédite d'Alfred Binet, Recherches et Éducations, , 167-183.

Berthoud, Arnaud, Lengaigne Benoît, Mardellat Patrick (1995). Figures et énigmes de la pauvreté, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Bianco, William (1994). Trust: Representatives and Constituents. Ann Arbor : University of Michigan Press.

Binet A. (1910). Comment les instituteurs jugent-ils l’intelligence de l’écolier ?  Bul., 64, 172-182.

Binet, A. (1910). Les signes physiques de l’intelligence chez les enfants. L’Année Psychologique.,16, 1-30.

Boltanski, L. (2009) De la critique : précis de sociologie de l'émancipation. Paris : Gallimard

Bourdieu, Pierre (2015). La misère du monde. Paris : Point Essais.

Bourguignon, François (2015). Pauvreté et développement dans un monde globalisé. Paris : Fayard. 

Bourguinat, Nicolas (2002). Les Grains du désordre. L’État face aux violences frumentaires dans la première moitié du XIXe siècle. Paris : Éditions de l’EHESS.

Bruggeman, Delphine, « Camions-écoles. Une école nomade », Le sociographe, 1/28, 81-92.

Cohen, Daniel (2010). Richesse du monde, pauvretés des nations. Paris : Flammarion.

Damon Julien (2010). Eliminer les pauvretés, Paris, P.U.F. 

Delalande, Nicolas, 2011, Les batailles de l’impôt. Consentement et résistances de 1789 à nos jours/ Paris : Le Seuil.

Descarpentries, J. (2017) Définition des modèles d’éducation à la santé, in A. Barthes, J.-M. Lange et N. Tutiaux- Guillon, (dir.), Dictionnaire critique, Des enjeux et des concepts des éducations à, Paris : Edition L’Harmattan.

Desquesnes, Gillonne, « Pauvreté des familles et maltraitance à enfants : un état des lieux de la recherche, une question non tranchée », Les Sciences de l'éducation - Pour l'Ère nouvelle, 3/Vol. 44, 11-34.

Farge, Arlette (1992). Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle. Paris : Folio Histoire.

Fassin, Didier, Morice Alain, Quiminal, Catherine (2015, dir.). Les lois de l’inhospitalité : les politiques de l’immigration à l’épreuve des sans-papiers. Paris : La Découverte.

Fassin, Didier et Bourdelais, Patrice (2005, dir.). Les constructions de l’intolérable : Etudes d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral. Paris : La Découverte.

Fassin, Eric (2012). Démocratie précaire, chroniques de la déraison d’Etat. Paris : La Découverte.

Go, H. L. (2007). Freinet à Vence. Rennes : PUR.

Go, H. L. et Riondet, X. (2019). À côté de Freinet (Tome I et Tome II). Nancy: PUN/EDULOR.

Katz M.B. (2015). The Undeserving Poor: America's Enduring Confrontation with Poverty. Oxford University Press, p. 34-38.

Kohler J. (1988). Une pauvreté de notre temps : l'échec scolaire, Autres temps, 17, 27-29.

Ogien, Ruwen (2013). La guerre des pauvres commence à l’école. Paris : Grasset.

Fusco, Alessio (2012). Les pauvretés : un concept multidimensionnel. Paris : L’Harmattan.

Gueslin, André (2013). Une histoire de la grande pauvreté dans la France du XXe siècle. Paris : Fayard.

Paugam, Serge (2013). Les formes élémentaires de la pauvreté. Paris, P.U.F.

Riondet, X. (2016).  Une expérience d'éducation régénératrice : l'École Freinet à Vence (1934-1939). Les Études Sociales, 163, 151-171.

Riondet, X. et Go, H. L. (2019). De l'absence ou non de contrainte dans l'École Freinet. L'Évolution Psychiatrique, vol. 84/2, 307-314.

Quesemand Zucca Sylvie (2007). Je vous salis ma rue clinique de la socialisation Zucca. Stock, "Un ordre d'idées", 190 p.,

Zay, Danielle (dir.). (2005) Prévenir l’exclusion scolaire et sociale des jeunes. Paris : P.U.F. 

Rapport : Les dimensions cachées de la pauvreté, Recherche participative internationale, ATD Quart Monde et Université d’Oxford, Mai 2019.

Schick T. (2015). Young Minds Wasted: Reducing Poverty by Enhancing Intelligent Behavior, Library of Congress.

Wiesinger Smith M. (1974). Alfred Binet's remarkable questions: A cross-national and cross-temporal analysis of the cultural biases built into the Stanford-Binet Intelligence Scale and other Binet tests.  Genetic psychology monographs · April

Places

  • Université Paris Descartes Sorbonne-Cité 1 rue Lacretelle, 75015 Paris
    Paris, France (75015)

Date(s)

  • Saturday, August 31, 2019

Keywords

  • Pauvreté scolaires, pauvretés, Binet, éducations critiques, émancipation, pédagogies alternatives

Contact(s)

  • Jacqueline Descarpentries
    courriel : jacqueline [dot] descarpentries [at] wanadoo [dot] fr

Information source

  • Jacqueline Descarpentries
    courriel : jacqueline [dot] descarpentries [at] wanadoo [dot] fr

To cite this announcement

« La pauvreté scolaire », Study days, Calenda, Published on Tuesday, July 02, 2019, https://calenda.org/646508

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal