HomeThe dispositive of autonomy in the learning society

The dispositive of autonomy in the learning society

La fabrique de l’individu autonome et ses contextes éducatifs

Konstruktionen des selbständigen Bildungssubjekts

*  *  *

Published on Wednesday, September 04, 2019 by Anastasia Giardinelli

Summary

L'objectif du colloque est d’analyser, dans une perspective sociologique et sur la base de travaux empiriques, les divers dispositifs de travail autonome qui se répandent actuellement dans le paysage éducatif. Les participants seront invités à discuter l’hypothèse générale selon laquelle les modalités de transmission des connaissances, les rapports de pouvoir et les processus de subjectivation se transforment dans le contexte actuel de promotion de l’autonomie. Parallèlement au colloque, il est prévu une publication dans laquelle une partie des communications présentées pourront être publiées sous une forme révisée. La participation des jeunes chercheurs est encouragée.

Announcement

Argumentaire

De la maternelle à l’Université, en passant par la formation continue, il est aujourd’hui usuel de faire référence à l’autonomie des apprenants (des élèves, des étudiants, des apprentis, etc.) et d’encourager les formes d’enseignement favorisant l’apprentissage autonome (auto-dirigé, auto-organisé, auto-régulé, personnalisé, etc.) à travers des environnements ou des formats d'enseignement « ouverts » ou « individualisés », parfois soutenus par des supports numériques. Les exigences de formation des individus tout au long de la vie (Lifelong learning) au sein d’une « société apprenante » sont souvent avancées : les individus devraient être en mesure d’organiser leurs apprentissages de manière indépendante, intégrer des feed-back, s’auto-évaluer, etc. pour s’adapter de manière flexible à des exigences (sociales, économiques, etc.) qui seraient en constante évolution. Parmi les arguments présentés, on trouve l’idée selon laquelle les environnements d’apprentissage individualisés, les formes de pédagogies différenciées et axées sur l’autonomie des apprenants permettraient de faire face à l’hétérogénéité des élèves tout en optimisant les apprentissages individuels. Cependant, la définition de l’autonomie requise ou produite au sein de ces formes d’enseignement/apprentissage reste largement ouverte et ambivalente : s’agit-il de stratégies de contrôle et/ou d’autocontrôle visant à convertir chaque individu en « entrepreneur de lui-même » (Mauger, 2001) ? L’autonomie serait-elle plutôt, dans une perspective critique du pouvoir, « l’art de n’être pas tellement gouverné » (Foucault, 1990) ? De plus, la question des liens entre l’injonction à l’autonomie (pédagogie différenciée, individualisation des formes d’enseignement, etc.) et les processus de production d’inégalités socio-scolaires reste largement à investiguer.

L’injonction à l’autonomie concerne non seulement les apprenants, mais aussi les enseignants. On peut supposer que la promotion de l’autonomie modifie à la fois les contenus d’enseignement, les modalités de gestion de la discipline en classe, le type de technologies ou de supports utilisés, mais touche aussi et plus largement à l’identité professionnelle des enseignants. En tant que membres d’une organisation, d’un établissement scolaire, les enseignants sont susceptibles de voir modifiées leurs manières de travailler et de collaborer. Il est alors nécessaire d’investiguer comment l’impératif d’autonomie influence les pratiques enseignantes dans leur ensemble. De manière générale, c’est l’examen des relations de pouvoir et des formes de socialisation induites par les dispositifs axés sur l’autonomie des acteurs (Astier, 2007 ; Bröckling, 2007 ; Durler, 2015 ; Lahire, 2001), qui est à approfondir, de même que les transformations des interactions, des formes de subjectivation et de reconnaissance, au sein des contextes d’enseignement valorisant l’autonomie.

L'objectif du colloque est d’analyser, dans une perspective sociologique et sur la base de travaux empiriques, les divers dispositifs de travail autonome qui se répandent actuellement dans le paysage éducatif. Les participants seront invités à discuter l’hypothèse générale selon laquelle les modalités de transmission des connaissances, les rapports de pouvoir et les processus de subjectivation se transforment dans le contexte actuel de promotion de l’autonomie. Un accent particulier sera mis sur les questions suivantes, qui pourront être abordées sous différentes perspectives théoriques et méthodologiques : quelles sont les conceptions de l’autonomie sous-jacentes à ces divers contextes d’enseignement et d’apprentissage ? Quels sont les effets, sur les subjectivités individuelles, des dispositifs de travail autonome ? Quelles sont les techniques de régulation et d'autorégulation propres à ces processus de subjectivation ? Comment les technologies numériques et les supports d’apprentissage participent-ils à ces processus ? Quelles formes de différenciations sociales apparaissent dans les contextes de valorisation de l’autonomie ? Quels sont les types de résistances manifestées par les acteurs (élèves, enseignants) ? La discussion ne devrait pas se limiter aux contextes d’enseignement (classe, établissement scolaire), mais couvrir un large éventail de situations éducatives (par exemple : les procédures d'admission et d’orientation des élèves, les processus de (ré)intégration et d'intervention auprès des élèves, les transformations des relations et des modalités de collaboration entre les différents acteurs, etc.).

Afin de faciliter les échanges, le colloque se déroulera sous la forme d’un workshop de taille réduite. L’objectif étant de favoriser une perspective comparative, les échanges se feront en trois langues (allemand, français, anglais). Les participants pourront s’exprimer dans la langue de leur choix pour les présentations orales et les discussions. Le support écrit accompagnant les présentations orales (présentation PowerPoint) devra être rédigé en anglais, pour permettre une meilleure compréhension commune. Cette procédure pouvant être adaptée en fonction des inscriptions, merci de spécifier vos préférences de langue.

Parallèlement au colloque, il est prévu une publication dans laquelle une partie des communications présentées pourront être publiées sous une forme révisée.

Le colloque est soutenu par l'Académie suisse des sciences humaines et sociales afin que les frais de déplacement et de séjour des communicants puissent être remboursés. La participation des jeunes chercheurs est encouragée.

Modalités de soumission

Un résumé (maximum 3000 caractères espaces compris) dans la langue de présentation souhaitée (allemand, français ou anglais), et sa traduction anglaise (le cas échéant),

est à envoyer jusqu'au 3 novembre 2019

à l'adresse suivante : heloise.durler@hepl.ch

La décision sera communiquée aux auteurs à la fin du mois de novembre.

La durée des présentations orale sera de 20 minutes, afin de conserver suffisamment de temps pour les discussions.

Les organisateurs

  • Héloïse Durler, Crispin Girinshuti, HEP Vaud, Lausanne
  • Regula Fankhauser, Judith Hangartner, Angela Kaspar, Ditjola Naço, PHBern, Berne

Keynote 

Prof. Dr Daniel Wrana, professeur en Sciences de l’éducation à l'Université Martin Luther de Halle-Wittenberg.

Références

Astier I. (2007) Les nouvelles règles du social. Paris : PUF.

Bröckling U. (2007) Das unternehmerische Selbst. Soziologie einer Subjektivierungsform. Frankfurt a. M.: Suhrkamp.

Durler H. (2015) L’autonomie obligatoire. Sociologie du gouvernement de soi à l’école, Rennes : PUR.

Foucault M. (1990) Qu’est-ce que la critique ? Critique et Aufklärung. Bulletin de la société française de philosophie, 84ème année, n°2, Avril-Juin 1990.

Lahire B. (2001) La construction de l’autonomie à l’école primaire : entre savoirs et pouvoirs. Revue française de pédagogie, 135, 151-161.

Mauger G. (2001) Les politiques d’insertion. Une contribution paradoxale à la déstabilisation du marché du travail. Actes de la recherche en sciences sociales. n°136-137, 5-14.

Places

  • Fabrikstrasse 8
    Berne, Switzerland (3012)

Date(s)

  • Sunday, November 03, 2019

Attached files

Keywords

  • autonomie, socialisation, école, éducation, enseignement, pédagogie

Contact(s)

  • Héloïse Durler
    courriel : heloise [dot] durler [at] hepl [dot] ch
  • Judith Hangartner
    courriel : Judith [dot] Hangartner [at] phbern [dot] ch

Information source

  • Héloïse Durler
    courriel : heloise [dot] durler [at] hepl [dot] ch

To cite this announcement

« The dispositive of autonomy in the learning society », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, September 04, 2019, https://calenda.org/663610

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal