HomeReanimation

Reanimation

Réanimation

"In Analysis" journal

Revue « In Analysis »

*  *  *

Published on Wednesday, September 25, 2019 by Anastasia Giardinelli

Summary

In Analysis est une revue transdisciplinaire de psychanalyse et de sciences qui se donne pour mission de promouvoir et de garantir la pluralité des savoirs en réunissant des chercheurs/ses et des cliniciens/nes de différentes disciplines autour d'un objectif commun : explorer le sujet humain et son environnement grâce au dialogue transdisciplinaire. La revue présente plusieurs rubriques : "entretien" ; "dossier/débat" dans laquelle l'article écrit sera discuté par d'autres auteurs, elle est donc composée de plusieurs articles ; "Varia" divers articles se rapportant de près ou de loin à la thématique abordée ; rubrique "thèse" concerne les travaux en cours de jeune chercheurs/ses, cela peut être un résumé de thèse (en cours ou déjà soutenue).

Announcement

Argumentaire

Et si le paradigme était d’éclairer un pan de fonctionnement de la vie psychique par la lorgnette de l’expérience d’une spécialité médicale ? Notamment au travers du prisme d’une spécialité relativement jeune dans l’histoire de la médecine telle que la réanimation ou la médecine de soins intensifs ? Comment une spécialité si ancrée dans l’Evidence Based Medicine et a priori sans lien direct avec le fonctionnement psychique pourrait-être le substrat de pensée d’un processus régulièrement rencontré dans le travail analytique ?

Réanimer signifie ramener un malade, un blessé à la vie par une série de soins intensifs destinés à rétablir les fonctions vitales abolies ou compromises à la suite d'une intervention chirurgicale, d'un accident ou de toute autre agression pathologique. Il va sans dire que réanimer ne se fait pas sans incidences sur le sujet qui vit ce moment étayé sur l’équipe qui l’accompagne et lui procure les soins. Il est clair aujourd’hui que cet acte a des effets plus importants encore puisque l’on commence à reconnaître les états de stress post-traumatique des accompagnants. De nombreux témoignages de patients ayant vécus un passage par les soins intensifs de réanimation montrent que le remède est au moins aussi violent que le mal. Les services de soins intensifs sont aujourd’hui très au fait de cette iatrogénie et travaillent à l’amélioration de leurs pratiques pour amoindrir ces conséquences chez les malades. Il n’en reste pas moins qu’être réanimé c’est être ramené à la vie là où sans soins, la mort aurait fait son œuvre de déliaison.

Lorsque l’on parle de réanimation dans le langage populaire la représentation convoquée est celle d’une équipe s’afférant à maintenir en vie une personne gravement malade. Le propos est alors centré sur une prise en charge médicale intensive et faisant appel aux dernières innovations technologiques. L’humain et la technologie allant à cet endroit de pair avec la survie et la lutte contre la mort. Ce point de vue extrêmement spécifique nous ferait presque oublier les enjeux de la vie psychique tant la mort est omniprésente. La réanimation est ici réduite à l’acte de réanimer. Pourtant, les paroles des patients traduisent un vécu beaucoup plus complexe et affecté que ce que l’acte seul n’en dit. S’ouvre là un champ de réflexion beaucoup plus grand sur les cliniques de l’extrême et le rapport du sujet à ces propres moments de prise de conscience, d’éveil de soi à soi et de soi au monde.

La déclinaison du terme « réanimer » nous amène à penser différents « états de passages » (Fédern, 1953) comme le passage de la détresse vitale aigue vers un état de vie moins critique ; le passage de la veille au coma puis du coma à la veille ; le passage par la prise de conscience de ses propres processus inconscients… Réanimer pousse également à s’interroger sur le négatif ; ce qui ne s’anime plus ou ne veut plus s’animer. Quelle place laissons-nous à la mort dans notre société ? Comment accompagnons-nous ce passage de la vie à la mort ? Il apparaît peu possible de penser la réanimation sans penser son alter ego la déliaison.

Réanimer c’est également permettre à un sujet de reprendre conscience ; être présent au monde. Comment cette présence au monde se manifeste-t-elle ? Ne pourrions-nous pas penser des liens avec le travail d’éveil à une connaissance de soi dans le processus thérapeutique ? Par exemple, comment le travail analytique par son dispositif singulier convoque le sujet à traverser les affres de sa vie psychique pour trouver des points d’éveil permettant de réanimer des parts entières de sa vie et opérer des changements dans l’actuel ? Comment le travail de la sensorialité en psychomotricité ou en kinésithérapie permet à un sujet de remettre en mouvement des parts de lui-même considérées comme mortes ? La sismothérapie, la rebirth thérapie, la pleine conscience, etc. proposent des modèles permettant au sujet de se saisir de lui-même, mais dans quel but ? Il y a là des ponts de rencontre, de tension ou de discussion faisant de ce terme « Réanimer » un terme inhérent à la vie du sujet et son rapport à la mort ?

C’est de déclinaisons, de jeu et de renversement paradoxal que veut traiter ce numéro.

Déclinaisons autour du prendre soin et prendre en soin, déclinaisons entre la réalité de l’acte et les processus psychiques sous-jacents à celui-ci ; jeu comme l’espace permettant le mouvement entre deux objets ; renversement paradoxal entre l’hyper-spécialité et l’éclairage sur la vie du sujet que subsume le mot réanimer.

L’acte de réanimer questionne clairement les fondements de la vie psychique et son rapport à la mort et au négatif. Réanimer nous emmène au confins de l’articulation psyché soma, à la racine de la pulsion ; en ce sens la réanimation peut s’entendre aussi dans la métaphore du souffle de vie, de la « relance » de l’élan vital. Réanimer convoque également du côté de l’acte de se remémorer, mais comment se remémorer lorsque le substrat organique est touché ? Une lésion cérébrale obture-t-elle la capacité d’éveil ? Ou ne fait-elle que la ralentir ? Un traumatisme psychique entrave-t-il la capacité à prendre conscience de parts de soi ou ne fait-il que la ralentir ou la transformer ? Qu’en est-il de ces patients pour lesquels le sommeil est un refuge ? Quel est leur rapport à l’éveil ? Qu’en est-il de ces patients qui reviennent « régulièrement » en réanimation ? La répétition de l’effondrement et de la réanimation serait-il le signe de tentative d’une meilleure incarnation, d’appropriation de traces mnésiques infantiles non encore symbolisées ou une pure répétition donnée par un corps trop fragile pour vivre mais trop solide pour mourir ? Y aurait-il un sens au fait d’être réanimé ? Ou ne faut-il voir là que le simple effet des progrès de technologies permettant de « rallonger » de quelques heures, jours, semaines, année une espérance de vie ? De quels modèles théoriques disposons nous pour embrasser une telle problématique ?

Ce numéro (Ré)animations veut être un point d’ouverture au penser ensemble à partir des différentes déclinaisons du « Réanimer »; c’est pour cela que nous proposons un « S » traduisant à la fois la pluralité et la subjectivité.

Comité scientifique de la revue

Adrien BLANC __ Ph.D., psychologue clinicien, chercheur associé au Laboratoire de psychologie clinique, psychopathologie, psychanalyse (PCPP - EA4056), Université Paris Descartes

Jacques BOULANGER __ Psychiatre, psychanalyste membre de la Société psychanalytique de Paris, membre du Groupe toulousain de l’Institut de psychosomatique Pierre Marty, Toulouse

Colette COMBE __ Psychiatre, psychanalyste membre de la Société psychanalytique de Paris

Samuel LEPASTIER __ Ph.D., psychologue, habilité à diriger des recherches (HDR), UFR Études psychanalytiques (Université Paris Descartes), psychanalyste membre de la Société psychanalytique de Paris

Céline RACIN __ Ph.D. en psychologie clinique, Maître de Conférences en psychologie clinique et psychopathologie à la Faculté de Psychologie de l’Université de Strasbourg, membre du Laboratoire Subjectivité, Lien Social et Modernité (SuLiSoM – EA 3071), Strasbourg

Ella SCHLESINGER __ Ph.D. en psychopathologie, psychologie clinique et anthropologie; psychothérapeute, Lyon

Guénaël VISENTINI __ Psychologue clinicien, Attaché temporaire d'enseignement et de recherche, Université Paris Diderot - Paris 7 (Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société)

Date(s)

  • Tuesday, December 31, 2019

Keywords

  • Réanimation, coma, renaissance, soin intensif

Reference Urls

Information source

  • Ella Schlesinger
    courriel : revueinanalysis [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« Reanimation », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, September 25, 2019, https://calenda.org/669845

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal