HomeFin-de-siècle novelists

Fin-de-siècle novelists

Romanciers fin-de-siècle

*  *  *

Published on Tuesday, September 24, 2019 by Céline Guilleux

Summary

De Joris-Karl Huysmans à Élémir Bourges, d’Édouard Dujardin à Hugues Rebell, de Jean Lombard à François Poictevin, de Claude Farrère à Jean de Tinan, les écrivains fin-de-siècle cultivent les plaisirs esthétiques frôlant parfois la bizarrerie, luttent contre les angoisses et les chimères, découvrent le goût pour la magie noire, se perfectionnent dans la quête du mal, de la perversion, de l’anormal, expérimentent avec les genres et techniques romanesques. Le volume Romanciers fin-de-siècle souhaite poursuivre la réflexion sur la richesse de la création romanesque de cette époque crépusculaire. Afin de saisir sa diversité, nous vous invitons à soumettre des propositions consacrées aussi bien aux classiques qu’aux auteurs rarement étudiés.

Announcement

Argumentaire

« Comment définir, comment saisir cette époque où tout se mélange, où tout finit, où tout commence à naître ? C’est une suite de propositions sans suite, un foisonnement, un bouillonnement, une rupture et une reprise du souffle. Rien ne tient plus ensemble, tout se désagrège et tente de surgir »[1]. Telle est la vision du paysage littéraire français des années 1880-1900 que propose Hubert Juin, directeur de la fameuse série « Fins de siècles », qui se donnait pour but de faire resurgir de l’ombre les romanciers de cette période. Le crépuscule du siècle ne cesse de fasciner les chercheurs qui s’acharnent à découvrir les auteurs méconnus et les sauver de l’oubli. Il convient de rappeler ici, notamment, l’initiative précieuse de Jean de Palacio, créateur de la collection « Bibliothèque décadente »[2], mais aussi les éditions de Guy Ducrey[3] et de Marie Claire-Bancquart[4]. Le nombre d’études, monographies et actes de colloques parus tant en France qu’à l’étranger prouve que le mythe de l’époque ne s’estompe pas, tout au contraire, l’intérêt qu’on y porte encourage à poursuivre la quête de ses mystères.

Si l’on veut chercher les prémices de l’atmosphère fin-de-siècle, on trouve déjà dans les œuvres de Baudelaire, Flaubert ou Nerval tout une panoplie de motifs ou sujets importants, ne serait-ce que la quête de l’étrange et de l’horrible, le goût de l’artifice, la hantise du spleen, le rôle du rêve, le recours aux stupéfiants, la recherche des plaisirs raffinés, l’exploration du monde invisible. Ces thèmes favoriseront l’apparition de la sensibilité exceptionnelle qui va dominer l’esthétique fin-de-siècle. Comme le remarque Michel Décaudin : « Vers 1880 prend corps dans la jeunesse littéraire et artistique un état d’esprit fait à la fois de frémissement devant la vie et de lassitude désabusée à l’égard d’une civilisation trop vieille. On se sent également solitaire et prisonnier du monde moderne, exilé au cœur d’un univers hostile et fascinant »[5].

Jean Pierrot note avec justesse que la foi religieuse n’est plus qu’un souvenir qui s’efface, l’amour par contre ne dépend que des forces imprévisibles de l’instinct de survie de l’espèce. Quant à la nature, elle n’incarne plus ce témoin diligent auquel nous avaient habitués les romantiques, elle est réduite au rôle d’une mécanique froide. Déçu par la réalité plate, l’homme s’enfuit dans son for intérieur et découvre la puissance de l’inconscient. Il lutte contre l’ennui et la grisaille du quotidien en cherchant des sensations exquises[6].

De Joris-Karl Huysmans à Élémir Bourges, d’Édouard Dujardin à Hugues Rebell, de Jean Lombard à François Poictevin, de Claude Farrère à Jean de Tinan, les écrivains cultivent les plaisirs esthétiques frôlant parfois la bizarrerie, luttent contre les angoisses et les chimères, découvrent le goût pour la magie noire, se perfectionnent dans la quête du mal, de la perversion, de l’anormal, expérimentent avec les genres et techniques romanesques.

Le volume Romanciers fin-de-siècle souhaite poursuivre la réflexion sur la richesse de la création romanesque de cette époque crépusculaire. Afin de saisir sa diversité, nous vous invitons à soumettre des propositions consacrées aussi bien aux classiques qu’aux auteurs rarement étudiés.

Calendrier          

Les propositions de contribution (en français), ne dépassant pas 400 mots et accompagnées d’une brève notice biobibliographique de l’auteur·e, sont à envoyer à Edyta Kociubińska (ekociub@kul.pl)

jusqu’au 31 octobre 2019.

  • début novembre 2019 – notification d’acceptation
  • 28 février 2020 – date limite pour la remise du texte intégral, évaluation
  • courant 2020 – publication du volume

Responsable

Edyta Kociubińska Université Catholique de Lublin Jean-Paul II

Notes

[1] H. Juin, Dossier « La France fin de siècle », Magazine littéraire, n°227, février 1986, p. 15. Voir aussi du même auteur : Les Écrivains de l’Avant-Siècle, Paris, Seghers, 1962.

[2] Les rééditions sont d’abord réunies dans la collection « Bibliothèque décadente » fondée chez Séguier, puis dans la « Bibliothèque de la décadence » chez d’autres éditeurs. Voir la liste complète:  http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/repertoire/jean-de-palacio

[3] Romans fin-de-siècle 1890-1900. Textes établis, présentés et annotés par Guy Ducrey, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1999.

[4] Écrivains fin-de-siècle, Édition de Marie-Claire Bancquart, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Folio Classique », 2010.

[5] M. Décaudin, « Symbolisme », La Grande Encyclopédie, t. 17, Larousse, 1976.

[6] Cf J. Pierrot, L’imaginaire décadent (1880-1900), Paris, P.U.F., 1977, p. 19.

 

Date(s)

  • Thursday, October 31, 2019

Keywords

  • roman, fin-de-siècle, décadence, mythe, XIXe siècle, symbolisme, quête, spleen, sens, esthétique, rêve, artifice, chimère, civilisation

Contact(s)

  • Edyta Kociubińska
    courriel : ekociub [at] kul [dot] pl

Information source

  • Edyta Kociubińska
    courriel : ekociub [at] kul [dot] pl

To cite this announcement

« Fin-de-siècle novelists », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, September 24, 2019, https://calenda.org/672665

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal