AccueilLe corps numérique

*  *  *

Publié le vendredi 08 novembre 2019 par Céline Guilleux

Résumé

Le corps biologique, le corps « propre » et le corps social associés à la technique acquièrent de nouveaux rythmes culturels. La culture numérique a convaincu les corps — comment ? De quels usages des corps est-il question ? Quelles « techniques du corps et de l’âme » trouvent une nouvelle configuration ? Quels rythmes sociaux sont en train d’être joués ? De quels corps s’agit-il ? La mise en scène de l’humain dans l’environnement numérique dispose les affects, donne la cadence, signale la mesure, informe l’habitus, dévoile l’intériorité, met en place du rituel, change les imaginaires…

Annonce

Présentation

Le corps biologique, le corps « propre » et le corps social associés à la technique acquièrent de nouveaux rythmes culturels. La culture numérique a convaincu les corps — comment ? De quels usages des corps est-il question ? Quelles « techniques du corps et de l’âme » trouvent une nouvelle configuration ? Quels rythmes sociaux sont en train d’être joués ? De quels corps s’agit-il ? La mise en scène de l’humain dans l’environnement numérique dispose les affects, donne la cadence, signale la mesure, informe l’habitus, dévoile l’intériorité, met en place du rituel, change les imaginaires…

Argumentaire

Six séances ouvertes sur inscription : cecile.baguenault@collegedesbernardins.fr

Programme

Pour l'année 2019 - 2020, trois mots de l'histoire théologique et scientifique seront interrogés et analysés par Milad Doueihi et Gemma Serrano pour penser le corps numérique : l'ennui, le silence et la "blessure technique".

L’ennui

12 et 21 novembre 2019 de 17h à 19h

L’ennui est humain, même trop humain.  Qu’en est-il des machines surtout des machines dites intelligentes ?

Si l’ennui semble caractériser l’humain et dans certains cas le divin, peut-il trouver une place dans l’ordre numérique ? Se poser cette question, c’est bien re-visiter les modèles culturels et théologiques. Ces modèles dans leur manière de raconter la création et d’expliciter les liens parfois conflictuels mais souvent ancrés dans des formes de ressemblance structurent les transmissions ainsi que les rapports de force entre créateur et création. Ou autrement dit, la soi-disant Intelligence Artificielle aura-t-elle accès à cet ennui si déterminant pour l’humain ? Le temps de repos, d’introspection et de méditation, dans toutes leurs déclinaisons possibles restera-t-il le privilège de l’humain, ou bien, ces temps seront-ils convertis en une sorte d’émotion digitale ?

Silence et architectures de l'intériorité

14 et 21 janvier 2020 de 17h à 19h

Le silence révèle la puissance des sens du corps.

Les exercices du silence livrent d’habitude un combat avec l’ouï, la vue, le toucher, l’odorat, et le goût. Ce « corps à corps » a toujours eu une domiciliation et elle continue : nous sommes passés de la cellule monacale, la chambre du cœur, l’arrière-boutique, le divan, le cabinet, la chambre obscure au système informatique.

La nouvelle demeure où le corps s’entraîne, est l’environnement numérique. Où en sommes-nous des exercices de silence ? Quel serait l’équivalent, si souhaitable, de tels exercices d’introspection ? Comment repenser avec ses étymologies et ses sens multiples l’habitus ? Tous les sens du corps prêtent l’oreille à ce que le silence révèle. Quelle est la voix, le silence, du code ? Le silence nous invite, nous incite à repenser les formes d’intériorités, celles des humains et des « machines »

La « blessure technique »

12 et 17 mars 2020 de 17h à 19h

La blessure donne à voir, mais elle a une longue histoire intellectuelle et théologique.

En reprenant la formule de Jacques Ellul, la « blessure technique » modifie le corps, grince à la présence non plus des outils ou de simples objets technologiques mais dans une cohabitation inédite. Le corps devient-il un livreur de données ? (de la géolocalisation aux données de la santé, etc.). Ou bien, est-il en voie de devenir interface ?

Toute l’histoire théologique et scientifique de la blessure est à disposition pour penser le corps numérique, l’émergence d’interfaces inédites ancrées sur le corps et le code, les formes de visibilité et d’invisibilité… Le corps est aussi celui du globe et le sang de la terre crie par les formes de violences techniques.

Lieux

  • Collège des Bernardins - 20 rue de Poissy
    Paris, France (75005)

Dates

  • mardi 12 novembre 2019
  • jeudi 21 novembre 2019
  • mardi 14 janvier 2020
  • mardi 21 janvier 2020
  • jeudi 12 mars 2020
  • mardi 17 mars 2020

Mots-clés

  • digital, émotion, corps, théologie, intériorisation

Source de l'information

  • Cecile Baguenault
    courriel : cecile [dot] baguenault [at] collegedesbernardins [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le corps numérique », Cycle de conférences, Calenda, Publié le vendredi 08 novembre 2019, https://calenda.org/704575

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal