HomeCommunists and the challenge of gender

HomeCommunists and the challenge of gender

Communists and the challenge of gender

Les communistes à l'épreuve du genre

*  *  *

Published on Wednesday, December 11, 2019 by Elsa Zotian

Summary

À l'occasion du centième anniversaire du congrès de Tours et de la création du parti communiste en France, cette journée d’étude suivie d’une table ronde grand public porte sur l’histoire des communistes à l’épreuve du genre, en privilégiant une approche par le bas, attentive aux itinéraires, aux identités et aux expériences militantes, et à ce qu’elles révèlent des représentations de la masculinité et de la féminité, dans les mondes communistes militants.

Announcement

Cette journée d’étude est organisée par Anne Jollet, Fanny Le Bonhomme, Laurence Montel au Criham Poitiers le mercredi 18 mars 2020 de 9h à 18h.

Argumentaire

À l'occasion du centième anniversaire du Congrès de Tours et de la création du Parti communiste en France, le Criham, en collaboration avec l’espace Mendes-France, organise une journée d’études suivie d’une table ronde à destination du grand public, sur l’histoire du communisme à l’épreuve du genre, en considérant prioritairement les relations entre femme(s) et communisme(s). Elle vise à offrir un espace de rencontre et d'échange pour les chercheur.e.s engagé.e.s sur ces terrains, et à diffuser la recherche auprès du grand public.

Dès ses débuts, l’histoire des femmes s’est posée en termes politiques : cette histoire militante, à forte coloration féministe, a en effet d’emblée mis au cœur de son propos la place faite aux femmes dans la cité, les rôles auxquels elles étaient vouées, dans les champs domestique et professionnel, et les revendications féministes à accéder à, et à exercer, une pleine et entière citoyenneté. Depuis les années 2000, les approches par le genre se sont imposées dans le paysage français de la recherche en sciences sociales, soulignant combien la situation des femmes doit être appréhendée dans sa relation constamment rejouée avec les hommes, tandis que les approches par les acteurs invitaient à étudier à hauteur des individus, les expériences et les identités masculines et féminines. Les approches par le genre ont enrichi depuis une dizaine d’années l’histoire du militantisme (Fillieule et Roux, 2009), des organisations et des idéologies politiques, et notamment en ce qui concerne le(s) communisme(s) : les recherches sont à présent bien engagées sur la place des femmes dans les partis communistes, et sur la place que les partis leur font dans leurs projets de société (Studer dans Dreyfus et al., 2000). Sans revenir sur l’ensemble de la bibliographie, nous mentionnerons les deux publications majeures qui ont permis en 2015 de revenir sur la manière dont les rapports de genre se sont développés dans les différentes contextes créés par le communisme, à l'Ouest comme à l'Est (Christian et Heiniger, 2015 ; Kott et Thébaud, 2015).

Tout en en posant comme acquis l’existence et la force structurante du genre dans les sociétés, comme agent de distinction et de hiérarchisation du masculin et du féminin, la démarche privilégiera une approche centrée sur les femmes et le féminin, dans leurs rapports au et avec le(s) communisme(s), au XXe siècle. L’échelle de référence sera celle des acteur.trice.s, qu’elles évoluent au sein des organisations communistes (partis, syndicats, organisations de masse), ou à leurs marges : des cadres aux militantes, et aux sympathisantes, ces trois ensembles se recoupant suivant des dynamiques de réseaux ou au gré de trajectoires individuelles. Cette démarche se reconnaît dans les travaux précurseurs engagés par l’association « Femmes et communistes : jalons pour une histoire » (1998-2001). Ces travaux avaient précocement souligné la fertilité d'une approche par le genre et par les itinéraires des militantes, pour la compréhension de l'histoire du parti communiste français. Il s’agira d’accorder aussi une attention centrale aux expériences et aux trajectoires individuelles de ces femmes, qui ont fait partie, ou ont côtoyé ce monde d’hommes qu’a d’abord été le monde communiste, comme l’a aussi été longtemps l’écriture de son histoire – celle des militants en particulier, comme en témoigne la très forte inégalité de représentation des hommes et des femmes communistes dans le Maitron, dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social (10831 notices de femmes enregistrées, dont 2928 ont eu des liens avec le parti communiste, mais 42548 notices en tout, générées par la recherche par le mot clé « communiste », sans sélectionner la catégorie « femmes »[1]). Si elles ont pu offrir une certaine forme d'émancipation aux femmes qui s'y sont engagées, ces structures se sont en effet longtemps appuyées sur un modèle militant masculin, sans remettre véritablement en cause les rapports de genre préexistants.    

Entre émancipation et nécessaire adaptation, comment qualifier le vécu des militantes communistes ? Dans quelle mesure se distingue-t-il de celui de leurs camarades masculins ? La division du travail militant reproduit-elle un ordre social sexué ? Comment cela se traduit-il dans les petits gestes du quotidien militant ? De quelle marge d'action disposent les femmes engagées dans ces structures pour subvertir les rapports de genre ? Autant de questions qui constitueront le fil directeur de cette journée d'étude qui vise à favoriser les comparaisons entre les partis communistes (de l'Est et de l'Ouest), tout en réinscrivant chacune de leur histoire dans les multiples contextes qui lui donnent sens.

Les propositions de communication pourront s'inscrire dans l'un des axes suivants :

  • Itinéraires et identités de militantes

motivations de l'engagement, vécus militants, non-engagement (rester en marge) ou désengagement ; articulation des identités partisanes, de genre et de classe ; articulation entre les tâches ménagères, les obligations familiales et le militantisme ; césure ou interpénétration entre les sphères privées et militantes ; rapports avec les hommes ; identité et place des « femmes de » ou des célibataires. Comment se jouent les rapports de genre et d’âge, entre femmes militantes et entre hommes et femmes ? Quelles hybridations culturelles entre les injonctions soviétiques et les représentations et identités de genre nationales ou locales ? Quels accommodements entre identité de genre, identité militante ou sympathisante, et d’éventuelles valeurs féministes ? Quelles relations entre communistes et féministes ?

  • Genre et pratiques militantes

la division du travail militant ; genre et échelles, espaces du militantisme ; genre et festivités. Quelles sont les grandes causes pour lesquelles les femmes sont perçues comme légitimes ?

  • Communisme(s) et représentations de la féminité et de la masculinité

genre et iconographie communiste ; le modèle militant viril. Comment le communisme reconstruit-t-il, adhère-t-il à des modèles sociaux de genre ? Comment, en tant qu’institution, contribue-t-il à les confirmer (réflexivité institutionnelle) ? Quelles représentations des femmes engagées dans la presse communiste ? Comment désigne-t-on les « compagnons de route » au féminin ?

[1] Il n’existe pas de catégorie « homme » dans le moteur de recherche du Maitron.

Modalités de soumission

Les résumés, en français ou en anglais, doivent comprendre au maximum 500 mots accompagnés de 5 mots-clés et être adressés aux coordonnatrices

avant le 5 janvier 2020.

Le retour sur les propositions sera adressé aux auteur·es pour le 15 janvier 2020.

  • anne.jollet@univ-poitiers.fr
  • fanny.le.bonhomme@univ-poitiers.fr
  • laurence.montel@univ-poitiers.fr

Responsables scientifiques

  • Anne Jollet
  • Fanny Le Bonhomme
  • Laurence Montel

Places

  • Hôtel Fumé - 8 Rue René Descartes
    Poitiers, France (86)

Date(s)

  • Wednesday, January 15, 2020

Keywords

  • femmes, communisme, parti communiste, militantisme

Contact(s)

  • Anne Jollet
    courriel : ap [dot] jollet [at] orange [dot] fr
  • Laurence Montel
    courriel : laurence [dot] montel [at] univ-poitiers [dot] fr
  • Fanny Le Bonhomme
    courriel : fanny [dot] le [dot] bonhomme [at] univ-poitiers [dot] fr

Information source

  • Laurence Montel
    courriel : laurence [dot] montel [at] univ-poitiers [dot] fr

To cite this announcement

« Communists and the challenge of gender », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, December 11, 2019, https://calenda.org/716765

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search