HomeL’illusionnisme, entre science des secrets, magie naturelle et physique amusante

*  *  *

Published on Wednesday, December 11, 2019 by Anastasia Giardinelli

Summary

Ce second numéro de la revue d'histoire des sciences Arcana Naturae cherchera à approfondir les résonnances scientifiques, techniques, philosophiques ou sociales de l’illusionnisme, autrement dit, de la magie artificielle ou simulée. Inscrit dans l’immémoriale tradition des secrets, cet art de la fabrication de merveilles oscille entre deux pôles : la magie naturelle et la physique amusante, entre expérience magique et récréation ludique. À travers une approche historique précise, l’enjeu pour Arcana Naturae est de rendre sensible au lecteur « profane » les multiples enjeux et échos de cet art. En un mot : au-delà du simple divertissement, qu’est-ce qui se joue réellement dans l’illusionnisme ?

Announcement

Argumentaire

À partir de trois concepts clefs (“secret”, “occulte” et “merveille”) envisagés sur une période définie (la Renaissance) le premier numéro d’Arcana Naturae (en cours d’impression) a permis d’établir la fécondité d’un champ de recherche, celui des sciences secrètes, et d’ouvrir sur elles divers points de vue.*

Ce second numéro cherchera à approfondir certaines de ces pistes, en recentrant la focale sur un domaine plus précis : l’illusionnisme, ou autrement dit, la magie artificielle ou simulée. Inscrit dans l’immémoriale tradition des secrets, cet art de la fabrication de merveilles oscille entre deux pôles : la magie naturelle et la physique amusante, entre expérience magique et récréation ludique. L’illusionnisme met en jeu des connaissances expérimentales, de même que psychologiques ou encore techniques. C’est un savoir de l’esprit, du regard et de la main. À la Renaissance, par exemple, il intéresse tout autant le bateleur forain que le savant, le courtisan ou encore le théologien.

Considéré depuis le XXe siècle, à tort, comme un divertissement puéril, le monde académique l’a généralement ignoré. Cependant, l’apparition du terme illusiographie, il y a quelques années, a permis d’attirer l’attention sur la légitimité épistémologique de cet objet singulier. Comme le montre le renouveau des études sur l’illusionnisme, cette discipline cristallise des enjeux épistémologiques forts, à la croisée - entre autres - de la sociologie, de l’ethnographie, de l’histoire des sciences et techniques, de l’art ou des spectacles. Mais ces études pionnières en appellent bien d’autres : le champ illusiographique reste encore à cartographier. Ainsi, Arcana Naturae souhaite contribuer à cette structuration en lui ouvrant un espace potentiel.

Selon les termes de la profession de foi de la revue : Arcana Naturae « traite de l’ensemble des disciplines dites “secrètes”, à savoir la magie, l’astrologie, l’alchimie, l’illusionnisme, la divination, etc., en explorant leur dimension conceptuelle et technique ainsi que leurs relations avec les débats religieux, philosophiques et scientifiques qui leur sont contemporains. La Revue a pour ambition d’aider à structurer une approche scientifique rigoureuse de ce savoir des marges. Elle cherche à frayer des voies nouvelles dans ce continent noir où se reflète la culture et la pensée de chaque époque. »

Les articles chercheront à faire le point sur l’illusionnisme, envisagé dans ses différents aspects.

Pour ce numéro thématique, Arcana Naturae n’impose pas de cadre géo-historique : les contributions pourront porter sur l’Antiquité, le Moyen-Âge, la Renaissance, l'Époque moderne et le XIXe siècle. L’“Occident” constituera par défaut le cadre des réflexions, mais des travaux pionniers concernant d’autres espaces géographiques (monde arabe, Asie, etc.) seraient plus que bienvenus.

S’il est conseillé aux auteurs de s’appuyer sur un travail d’analyse historique critique et rigoureuse, mobilisant des exemples précis, ils devront également inscrire leur réflexion dans un cadre plus vaste qui cherchera à rendre sensible l’esprit de l’illusionnisme durant chacune de ces époques. A travers cet ensemble d’études, l’enjeu pour Arcana Naturae est de rendre sensible au lecteur “profane” les multiples enjeux et échos de cet art. En un mot : au-delà du simple divertissement, qu’est-ce qui se joue réellement dans l’illusionnisme ?

Modalités de proposition

Les articles d’une quinzaine de pages (autour de 30 000 caractères, espaces inclus, max. 50 000) seront préférentiellement rédigés en français.

Les propositions détaillées d’articles (300-500 mots), accompagnées d’une brève bibliographie et d’une courte présentation du rédacteur doivent être envoyées avant le 15 janvier 2020 en fichier .DOC ou .PDF à l’adresse arcana.revue@gmail.com

Les articles retenus seront à remettre au plus tard le 31 juillet 2020, pour une publication début 2021.

Les articles proposés à la revue sont soumis anonymement pour évaluation à deux lecteurs pour avis (double blind peer review). En fonction de ces avis et des recommandations faites, le comité de rédaction prend la décision de : 1) publier l'article ; 2) demander à l'auteur d'effectuer des révisions pour se conformer aux attentes de la revue ; 3) refuser l'article. L'auteur sera averti de la décision finale dans un délai de 1 à 2 mois après soumission. Après acceptation, il lui sera demandé de procéder aux corrections ou révisions de son texte dans le délai indiqué, avant relecture pour correction finale.

Équipe de rédaction

Directeur

Donato Verardi

Secrétaire de Rédaction

Thibaut Rioult

Comité de Rédaction

Ovanes Akopyan (Innsbruck) – Manuel De Carli (Tours) – Laetitia Marcucci (Nice) – Christophe Poncet (Paris) – Thibaut Rioult (Paris) – Luana Rizzo (Lecce) – Jérôme Rousse-Lacordaire (Paris)

Comité Scientifique

  • Jean-Pierre Brach (EPHE, Paris, France)
  • Jean Céard (Université Paris X-Nanterre, France) 
  • Brian P. Copenhaver (University of California, Los Angeles, USA)
  • William Eamon (New-Mexico State University, USA) 
  • Graziella Federici Vescovini (Università di Firenze, Italia) 
  • Jeremiah Hackett (University of South Carolina, USA) 
  • Didier Kahn (CNRS, Paris, France) 
  • Alfredo Perifano (Université de Franche-Comté, Besançon, France) 
  • Roshdi Rashed (CNRS, Paris, France) 
  • Antonella Sannino (Università di Napoli – L’Orientale, Italia) 
  • Marco Sgarbi (Università di Venezia, Italia)
  • Valeria Sorge (Università di Napoli – Federico II, Italia) 
  • Julien Véronèse (Université d’Orléans, France) 
  • Nicolas Weill-Parot (EPHE, Paris, France)

Agenda

  • Date limite d’envoi des propositions : 15 janvier 2020

  • Notification d’acceptation des propositions : 15 février 2020
  • Date limite d’envoi des articles : 30 août 2020

Date(s)

  • Wednesday, January 15, 2020

Keywords

  • illusionnisme, prestidigitation, spectacle, effets spéciaux, sciences, jeu, illusiographie, trucage, technique, illusion, magie, secrets, réception

Contact(s)

  • Thibaut Rioult
    courriel : arcana [dot] revue [at] gmail [dot] com

Reference Urls

Information source

  • Thibaut Rioult
    courriel : arcana [dot] revue [at] gmail [dot] com

To cite this announcement

« L’illusionnisme, entre science des secrets, magie naturelle et physique amusante », Call for papers, Calenda, Published on Wednesday, December 11, 2019, https://calenda.org/717647

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal