HomeHistory of the city of Cap-Haïtien: between colonial history and critical perspectives

HomeHistory of the city of Cap-Haïtien: between colonial history and critical perspectives

History of the city of Cap-Haïtien: between colonial history and critical perspectives

Histoire de la ville du Cap-Haïtien : entre histoire coloniale et perspective critique

*  *  *

Published on Tuesday, February 04, 2020 by Céline Guilleux

Summary

Pendant ces dernières années, Cap-Haïtien est revenue sur la scène nationale et internationale. À l'approche de l'anniversaire des trois cent cinquante ans de sa fondation, beaucoup d'évenements sont consacrés à cette commune du Nord d'Haïti.

Announcement

Projet d’ouvrage collectif sous la direction de Jean-Jacques CADET

Présentation

Pendant ces dernières années, Cap-Haïtien est revenue sur la scène nationale et internationale. À l’approche de l’anniversaire des trois cent cinquante ans de sa fondation[1], beaucoup d’évènements sont consacrés à cette commune du Nord d’Haïti[2]. En France, à Suresnes, ville jumelée depuis 1998 avec Cap-Haïtien, une semaine de festivités a été organisée par la Mairie afin de mettre en valeur la potentialité patrimoniale de cette ville. L’année 2020 sera celle du Cap-Haïtien en raison d’un triple évènement : les trois cent cinquante ans de la fondation de la ville du Cap, les deux cent ans de la mort du roi Henri Christophe[3] et les cent quatre-vingt ans de la naissance du poète national Oswald Durand[4]. Cap-Haïtien domine encore davantage l’actualité par sa position géographique délicate : une faille dangereuse (faille septentrionale) traversant cette commune est susceptible de la détruire, comme ce fut le cas en 1842. On peut aussi ajouter les dernières déclarations de l’économiste haïtien Kesner Pharel selon lesquelles Cap-Haïtien ne serait plus la deuxième ville du pays, ce qui a soulevé pas mal de colère du côté des Capois. L’analyse de M. Pharel faisait fi de tous les facteurs historiques pour se tourner exclusivement vers le nombre de ses habitants et la recette fiscale qui en découlait. Cet ouvrage collectif cherche à comprendre dans quelle mesure Cap-Haïtien peut être analysée en dehors de son histoire. L’idée est de savoir que devient Cap-Haïtien en dehors de son histoire coloniale et postcoloniale.

Cet ouvrage ne tend pas faire du Cap-Haïtien l’endroit le plus important du pays. Il s’inscrit en faux contre tout idéal régionaliste axé sur des préjugés liés à la bravoure, à l’orgueil et à la galanterie. On est plutôt animé par la volonté de mettre en valeur ses multiples singularités. Cap-Haïtien est la première ville d’Haïti à avoir été fondée. Elle était la capitale de Saint-Domingue et, ensuite, d’Haïti. Elle comporte la cathédrale la plus ancienne du pays, Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, édifiée dès la fondation de la ville en 1670. Depuis 1995, le centre-ville est classé patrimoine national en raison de la richesse historique de ses infrastructures. Cap-Haïtien concentre une grande quantité de forts, tels que Fort Magny, Fort Picolet, Fort Belly, Fort Saint-Joseph, etc. C’est l’une des rares villes d’Haïti où se trouve un musée de la monnaie, inauguré en 2012. Cap-Haïtien est ouverte sur l’espace américain et caribéen avec un aéroport international (le deuxième du pays) portant le nom d’Hugo Chavez et un port. Cap-Haïtien comporte beaucoup de distilleries (guildives) de « clairin », symbole majeur de la période coloniale. Les alentours du Cap-Haïtien sont des lieux porteurs de moments clés dans l’histoire d’Haïti : Milot avec le Parc national historique (Citadelle la Ferrière et Palais Sans-Souci), Limbé avec le Fort Dahomey et le Musée Guahaba, Fort Liberté avec son arc de triomphe et sa fontaine coloniale et Limonade avec La Nativité (un fortin).

Cap-Haïtien entretient un rapport particulier avec la Révolution de 1804. C’est là où se sont déclenchées les luttes les plus tragiques de cet évènement, comme la bataille de Vertières en 1803. On peut comprendre pourquoi la proclamation générale de l’abolition de l’esclavage fut proclamée dans cette ville. La section communale Haut-du-Cap comporte une histoire avec Toussaint Louverture, l’une des figures de la Révolution de 1804. La Place d’Armes située en face de la Cathédrale à la rue 18 a vu de nombreuses exécutions pendant la période coloniale, notamment celle de Dutty Boukman dont la tête a été exposée suite à sa participation au Congrès Bois-Caïman. Vertières, Haut-du-Cap et Place d’Armes sont des sites de mémoire historique.

Avant de s’appeler Cap-Haïtien, cette commune a connu plusieurs appellations dans l’histoire d’Haïti. Guarico durant la période, Cap-Français pendant la colonie de Saint-Domingue et Cap-Henri sous le roi Henri Christophe. Avant l’arrivée des Français au XVIIe siècle, Cap-Haïtien avait connu la présence des Indiens qui ont affronté les colons espagnols. La plus grande avenue du centre-ville est la « rue espagnole ». Célébrer les trois cent cinquante ans de la fondation du Cap-Haïtien, c’est oublier cette période phare dans l’histoire de cette commune commencée dès 1492. Cet ouvrage tend à sortir de cette conception réductionniste afin de cerner les prémisses de la « colonialité » de cette zone. Nous tenons à insister sur la diversité culturelle dont fut objet cette commune (amérindien, espagnol, français, anglais et africain). Cap-Haïtien est une ville coloniale dont l’expression la plus visible se trouve dans son architecture dominée par de véritables maisons colorées à galeries. Son rapport avec la France reste sa période la plus emblématique en raison de sa place dans la floraison économique de ce pays. Cap-Haïtien était une ville royale avec Henri Christophe qui a construit une Maison du roi, des casernes et des installations de défense. Cap-Haïtien comporte aussi des traces de l’occupation américaine d’Haïti 1915-1934 : le changement du nom des rues et l’aménagement des quartiers de SHADA. Cap-Haïtien n’a jamais raté les grands rendez-vous historiques d’Haïti. 

Cette histoire de la résistance influence les productions du Cap-Haïtien. On la retrouve dans la pensée des intellectuels et la création des artistes. Cap-Haïtien a été au XIXème le terroir d’une perspective critique. Trois figures peuvent en témoigner : Oswald Durand (1840-1906), Jean Demesvar Delorme (1831-1901) et Anténor Firmin (1850-1911). Le premier se fait surtout remarquer par ses œuvres en créole et Jean Demesvar Delorme pour son ouvrage Les Théoriciens au pouvoir (1870). Quant à Firmin, il a élaboré l’ouvrage le plus important du XIXème siècle haïtien : De l’égalité des races humaines (1885). Cet ouvrage publié en France remet en question toute l’idéologie raciste au cœur des productions occidentales. De cette tradition critique capoise, on peut ajouter les travaux de Maximilien Laroche et de Gérard Étienne. Quant à Philomé Obin (1892-1986) qui était l’instigateur de l’École du Cap, il représente la figure classique de l’avènement de l’« art naïf » haïtien. Les œuvres d’Obin étaient imprégnées de l’histoire politique haïtienne, d’où ses principaux tableaux relatifs à l’occupation américaine d’Haïti 1915-1934. Leslie Manigat écrit ceci à propos d’Obin : « La peinture de Philomé Obin n’est pas seulement capoise par son lieu de naissance et d’épanouissement, mais elle respire capoise. » Sur le plan musical, Cap-Haïtien représente la réussite artistique avec la fondation dès 1941 des deux orchestres les plus anciens d’Haïti : l’orchestre Tropicana d’Haïti (1941[5]) et l’orchestre Septentrionale (1948). L’artiste Toto Bissainthe (Marie Clotilde) représente l’aboutissement émerveillé de cette aventure musicale capoise. 

Cet ouvrage interroge les modalités d’une commémoration de la fondation du Cap-Haïtien. Il vise une valorisation des patrimoines de cette commune qui pourraient réconcilier Haïti avec son passé afin de construire un avenir moins sombre. Cette commémoration doit impliquer tous les acteurs ayant participé à la structuration de cette commune. Surnommé le « Paris de Saint-Domingue », Cap-Haïtien était le lieu de résidence des français les plus fortunés. Elle était aussi le lieu de la capitulation de l’armée française en 1803, à Vertières. Cap-Haïtien a été édifiée avec des matériaux venant directement de la France, ce qui lui avait donné au prix d’un esclavage violent une splendeur internationale. L’histoire entre Cap-Haïtien et Paris reste à faire dans un esprit de compréhension de l’actualité de cette commune marquée par une dégradation systématique. Les trois cent cinquante ans de commémorations nous offrent l’occasion de retracer ces moments douloureux entre ces deux régions.

Ce projet d’ouvrage collectif fait suite à notre collaboration en 2019 dans la coopération Suresnes-Cap-Haïtien. Le 30 novembre 2019, nous avons présenté à la Médiathèque de Suresnes une conférence sur l’histoire de la ville du Cap-Haïtien. Grace à cette conférence, nous avons découvert la richesse historique de cette ville et l’absence d’ouvrages traitant de son histoire, de sa géographie et de ses productions artistique et intellectuelle. Hormis l’ouvrage dirigé par Max Manigat[6] couvrant beaucoup plus le XXème siècle, il devient difficile de se documenter sur Cap-Haïtien en dehors des rapports commandités par des organisations. Nous tenons à combler ce vide afin que la potentialité patrimoniale du Cap-Haïtien soit reconnue sur le plan national et international. Cet ouvrage est aussi un appel à la prise en compte des multiples dangers qui guettent Cap-Haïtien : dégradation croissante de ses sites historiques, dévalorisation de son passé culturel et surtout menace imminente de catastrophes naturels (tremblement de terre, inondation et tsunami).

Instructions aux auteurs

Les propositions de textes doivent être de caractères 12 et d’interligne simple. Elles ne doivent pas dépasser 15 pages. Les références bibliographiques doivent être présentées selon les normes universitaires classiques. La soumission des textes doit être accompagnée d’un résumé de 300 mots au maximum et d’une brève présentation des auteurs.

Comité de lecture

  • Georges Eddy LUCIEN, professeur d’histoire et de géographie urbaine, UEH.
  • Carlo A. CELIUS, docteur en histoire et chercheur au CNRS.
  • Délide JOSEPH, docteur en histoire et recteur de l’Université Publique du Nord au Cap-Haïtien.
  • Bezunesh TAMRU, docteure en géographie et professeure à l’Université Paris 8.  
  • Marie-José PÉAN, Bibliothécaire et présidente des Amis de la Bibliothèque Oswald D.
  • Jean-Odile ÉTIENNE, docteur en géographie et recteur de l’Université Publique de l’Artibonite aux Gonaïves.
  • Edelyn DORISMOND, docteur en philosophie et directeur de programme au Collège international de philosophie (France).
  • Arnousse BEAULIERE, docteur en sciences économiques.
  • Ulysse MENTOR, doctorant en littérature française et francophones, Université Paris 8.
  • Pierre Moïse CELESTIN, écrivain et bibliotechnicien.

Patrice VERMEREN, professeur émérite de philosophie, Université Paris 8.

Calendrier

  • 15 Janvier 2020 : diffusion de l’appel à contribution.
  • 15 avril 2020 : date limite d’envoi des textes à l’adresse : cadet.jeanjacques@yahoo.fr

  • 01 juin 2020 : réponse au regard des remarques du comité de lecture. 
  • 01 juillet 2020 : retour définitif de l’ensemble des textes. 
  • 01 août 2020 : soumission du manuscrit à l’éditeur.
  • 15 novembre 2020 : publication de l’ouvrage.

Bibliographie sélective

« La démocratie locale dans la commune du Cap-Haïtien », 2010, rapport préparé par l’équipe d’IDEA.

« Haïti : Profil urbain du Cap-Haïtien », 2015, rapport préparé par l’équipe de l’ONU-Habitat.

Jean-Robert Jadotte, « Histoire de la ville du Cap-Haïtien ».

Cap-Haïtien (Haïti) sous eau : chronique d’une ville non préparée au risque d’inondation, mémoire de Joseph Egentz, Université de Liège, 2018.

« Le tremblement de terre de 1842 au Cap-Haïtien (Haïti) », Julmiste Manius, Haïti connexion culture, 14 mars 2016.

Isabelle Duhau et Jean Davoigneau, « Cap-Haïtien versus Jacmel, essai sur la ville en Haïti », Études caribéennes [en ligne], 39-40, avril-août 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 6 décembre 2019.

Hélène Clément, « Cap-Haïtien, une encyclopédie historique », journal Le Devoir, 24 août 2013.

Gérald Bloncourt et Marie-José Nadal-Gardère, La peinture haïtienne, Paris, Nathan, 1986.

Messagers de la tempête, avec Michael Löwy, Paris, éditions Le Temps des cerises, 2006.

« Fiche coopération Suresnes/Cap-Haïtien », Mairie Suresnes, avril 2015.

« Caractérisation et cartographie du risque d’inondation et de submersion marine sur l’agglomération du Cap-Haïtien », rapport du CIAT, 2015.

« Recherche formative sur les cases et les conséquences de l’étalement anarchique des villes du Cap-Haïtien et de Ouanaminthe », rapport Oxfam, 2016.

Sites consultés : Haïti référence ; Guide Haïti ; Cap-Haïtien en vrac ; Americas.com ; Société capoise d’Histoire et de protection du patrimoine ; ISPAN ;

Notes

[1] Les 350 ans s’inscrivent dans le sillage colonial français. Nous tenons à évoquer la situation d’avant 1670 marquée par la présence des Indiens et des Espagnols.

[2]  Nous tenons à parler de l’arrondissement du Cap-Haïtien dans lequel se trouvent trois communes : Cap-Haïtien, Limonade et Quartier-Morin. La compréhension des singularités du Cap-Haïtien exige un cadre départemental reliant les communes limitrophes.

[3] Né à Grenade le 6 octobre 1767 et mort au Cap-Haïtien le 8 octobre 1820.

[4] Petit-fils du baron de Vastey, il est né au Cap-Haïtien le 17 septembre 1840.

[5] L’orchestre Tropicana d’Haïti vient du « Jazz Capois » fondé en 1941.

[6] Max Manigat, Cap-Haïtien : excursions dans le temps, USA, Educa Vision, 2008.

Places

  • Saint-Denis, France (93)

Date(s)

  • Wednesday, April 15, 2020

Keywords

  • Cap-Haïtien, colonialité

Contact(s)

  • Jean-Jacques Cadet
    courriel : cadet [dot] jeanjacques [at] yahoo [dot] fr

Information source

  • Jean-Jacques Cadet
    courriel : cadet [dot] jeanjacques [at] yahoo [dot] fr

To cite this announcement

« History of the city of Cap-Haïtien: between colonial history and critical perspectives », Call for papers, Calenda, Published on Tuesday, February 04, 2020, https://calenda.org/739464

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search