HomeThe adapting city. Urban development and cultural heritage in the face of environmental change

The adapting city. Urban development and cultural heritage in the face of environmental change

La ville qui s'adapte. Développement urbain et héritage culturel face aux changements environnementaux

nd international conference in urban planning at the Association for the promotion, teaching and research in regional and urban planning (APERAU)

XXIIe rencontres internationales en urbanisme de l'Association pour la promotion, l'enseignement et la recherche en aménagement et urbanisme (APERAU)

*  *  *

Published on Friday, January 31, 2020 by Elsa Zotian

Summary

Le colloque scientifique met en question les adaptations et les mécanismes de résilience des villes vis-à-vis des effets des changements climatiques et s’articule autour de quatre axes d'investigation : habitat et formes urbaines ; réseaux et infrastructures ; patrimoine architectural, urbain et paysager ; territoires en condition de vulnérabilité et gouvernance.

Announcement

L'Université Internationale de Rabat accueil à Rabat (Maroc) les 22èmes Rencontres Internationales en Urbanisme de l'APERAU, du 8 au 11 juin 2020, qui porteront sur le colloque scientifique « La ville qui s’adapte. Développement urbain et héritage culturel face aux changements environnementaux ».

Argumentaire

Les stratégies d’adaptation et particulièrement les capacités des systèmes complexes à réagir aux perturbations externes grâce à des mécanismes d’adaptation internes sont de plus en plus considérées comme des pistes à explorer pour faire face aux multiples défis posés par les changements environnementaux. Différents rapports internationaux montrent en effet que, si les actions de mitigation restent nécessaires, l’inéluctabilité des effets des changements climatiques plaide en faveur de l’introduction d’autres actions complémentaires. Ainsi, au-delà de la mise en œuvre de mécanismes de mitigation, selon une approche de résistance et d’atténuation des risques, il s’agit de mettre en valeur des stratégies de résilience et d’adaptation aux mutations environnementales induites par les changements climatiques.

Les capacités de résilience et d’adaptation des territoires, à travers leur évolution historique ou ce qui pourrait être identifié comme héritage culturel et savoir-faire locaux, commencent à émerger pour aboutir à des dispositifs alternatifs combinant les actions pour atténuer la vulnérabilité des territoires soumis à ces risques et permettant également de gérer les effets des changements environnementaux.

Ainsi, les 22ièmes Rencontres Internationales en Urbanisme de l’APERAU s’intéressent à la ville qui s’adapte pour mieux relever les défis des changements environnementaux. Les sociétés humaines sont soumises à une addition de changements, sociétaux, technologiques et autres qu’il ne s’agit pas d’ignorer : en privilégiant l’appréhension de ces changements globaux à travers le prisme de l’environnement et plus particulièrement celui des défis posés par le changement climatique aux sociétés, les rencontres de Rabat mettent au centre de leurs débats la décodification des comportements humains et leurs capacités d’adaptation face à une réalité environnementale inédite.  

La problématique déclinée dans ce colloque s’articule donc autour de la capacité d’adaptation et de résilience des villes et des territoires, qui comprend les actions de mitigation, de gestion des risques et d’atténuation des impacts (avant la manifestation du changement), l’adaptation du milieu territorial et urbain (pendant la manifestation du changement) et les évolutions des approches conceptuelles de planification et gestion de la ville (visant les changements futurs), non seulement nécessaires mais complémentaires à la construction de scénarios de résilience contextualisés. 

Ateliers scientifiques

Quatre entrées ou prysmes d'analyse, suggérés pour appréhender de manière systémique, inter et transdisciplinaire les capacités d’adaptation et de résilience de la ville, structurent les ateliers scientifiques su colloque. 

Habitat et formes urbaines

Les établissements humains sont considérés comme les principaux responsables du changement climatique mais également comme les principales victimes de ses effets. Il s’agit donc d’interroger les modes « d’habiter » aussi bien dans leur adaptation au changement exogène que dans leur propre évolution. Que ce soit à l’échelle de la forme urbaine ou à l’échelle de l’habitat avec ses différentes typologies, une attention particulière pourrait être consacrée à l‘adaptation des formes d’habiter pour mieux intégrer les citoyens dans les scénarios de résilience (évolution des morpho-typologies, traditionnelles et modernes, densité, compacité, confort, microclimat urbain). Pendant que certaines transformations plus ou moins radicales sont proposées et des modes d’habiter traditionnel sont aussi revendiqués, quel type d’adaptation peut être envisagé face aux changements des environnements urbains ?

Réseaux et infrastructures

Les différentes réactions aux catastrophes naturelles montrent l’importance du fonctionnement des réseaux de communication et de circulation pour assurer l’efficacité des réponses et la remise en service des systèmes territoriaux. La résilience des infrastructures est ainsi une composante essentielle de la capacité d’adaptation des villes. Une analyse critique et réflexive des réseaux de communication permettrait, à terme, de réduire le recours à la mobilité mécanique, quelle qu’en soit la forme, sans réduire en même temps le droit à la mobilité. Également, les réseaux de distribution des biens et des ressources, ainsi que les infrastructures de protection, sont en pleine mutation et remis en question. Quelles sont les conséquences en termes d’impacts environnementaux, de localisation, de structuration et d’aménagement des territoires ?

Patrimoine architectural, urbain et paysager

Les villes historiques présentent différents modèles d’adaptation aux contraintes environnementales. Une lecture des enjeux du patrimoine pourrait appréhender ses bonnes pratiques d’insertion environnementale, déployant une efficacité passive vis-à-vis du climat et une organicité d’implantation paysagère et territoriale. Au-delà d’un répertoire, il s’agira surtout d’investiguer les processus de préservation dans leurs capacités à répondre aux besoins du présent. L’héritage culturel est également soumis et subit la forte magnitude des phénomènes atmosphériques. Les impacts sont visibles notamment dans la dégradation matérielle de certains biens historiques face aux actions climatiques. Une autre lecture pourrait concerner les investigations et les stratégies de protection innovantes à mettre en œuvre. Ces dernières ne seraient pas restreintes à la simple préservation de la structure physique mais exploiteraient aussi les capacités à intégrer de nouveaux usages et fonctions, envisageant ainsi, l’interrogation des questions que le patrimoine nous pose sur notre présent.

Territoires en condition de vulnerabilité et gouvernance

Les changements environnementaux sont souvent appréhendés comme une addition de phénomènes indépendants gérés au cas par cas suivant les différentes conjonctures. Différents protocoles de « gestion intégrée » sont proposés pour améliorer la situation de ces territoires identifiés comme vulnérables. Par exemple, dans le cadre de la convention relative à la protection de l’environnement marin et de la région côtière de la méditerranée, un protocole GIZC a été introduit pour permettre aux pays méditerranéens de faire face aux défis environnementaux côtiers. Les territoires en situation de vulnérabilité demandent le recours à des approches holistiques et intersectorielles qui interrogent et mettent au centre des débats le concept d'efficacité adaptive. Quelles démarches écosystémiques privilégier dans le cadre de la gouvernance de ces territoires ?

Modalités de participation

La participation est ouverte aux chercheurs, professionnels, doctorants et étudiants dans les domaines de l’urbanisme, l’aménagement du territoire, l’architecture et le patrimoine.

Les participants sont invités à envoyer un résumé de leurs communications entre 2000 et 3000 signes espaces inclus, avec une sélection bibliographique et une courte note biographique de l’auteur (200 signes). 

Les propositions sont à télécharger sur le site du colloque https://aperau2020.sciencesconf.org/

avant le 23 février 2020

Les textes complets des communications retenues (15 000 signes environ, maximum 10 pages illustrations comprises) seront à télécharger sur le site du colloque avant le 19 avril 2020

Les rencontres auront lieu du 8 au 11 juin 2020.

Pendant le colloque, un service de navettes sera à disposition des participants, au départ de la Gare Rabat Ville

Une publication des actes du colloque avec ISBN est prévue.

Comité d'organisation

  • Luca Maricchiolo (chaire) Ecole Supérieure d’Architecture de Rabat, Université Internationale de Rabat
  • Imane Bennani Directrice de l’Ecole Supérieure d’Architecture de Rabat, Université Internationale de Rabat
  • Chiara Roma Ecole Supérieure d’Architecture de Rabat, Université Internationale de Rabat
  • Daniel Léonard Ecole Supérieure d’Architecture de Rabat, Université Internationale de Rabat
  • Mariame Chahbi Ecole Supérieure d’Architecture de Rabat, Université Internationale de Rabat

Comité scientifique

  • Dominique Badariotti Université de Strasbourg, France
  • Mohammed Bakkali Université Internationale de Rabat, Maroc
  • Pierre Baillet AIMF (Association Internationale des Maires Francophones), Paris, France
  • Alessandra Battisti Sapienza Université de Rome, Italie
  • Imane Bennani Université Internationale de Rabat, Maroc
  • Agnès Berland-Berthon Université de Bordeaux, France
  • Fabrizia Berlingieri Ecole Polytechnique de Milan, Italie
  • Hassan Bitar Académie Libanaise des Beaux-arts, Université de Balamand, Beyrouth, Liban
  • Naima Chabbi-Chemrouk Ecole Polytechnique d'Architecture et d'Urbanisme, Alger, Algérie
  • Mariame Chahbi Université Internationale de Rabat, Maroc
  • Moussa Dembelé Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme, Lomé, Togo
  • Marc Dumont Université de Lille, France
  • Jean-Marie Halleux Université de Liège, Belgique
  • Jean-Pierre Frey Professeur émérite, Université Paris Est, France
  • Anne Lacaton (sous réserve) Lacaton & Vassal architectes, France
  • Philippe Madec (sous réserve) Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne, France
  • David Mangin Ecole d’Architecture de la Ville & des Territoires de Paris-Est, France
  • Luca Maricchiolo Université Internationale de Rabat, Maroc
  • Philippe MeneraultUniversité de Lille, France
  • Nabil Menhem Académie Libanaise des Beaux-arts, Université de Balamand, Beyrouth, Liban
  • Marco Navarra SDS Architecture Syracuse, Italie
  • Sylvie Paré ESG, UQAM, Canada
  • Lionel Prigent Université de Bretagne Occidentale, Brest, France
  • Mathias Rollot Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy, France
  • Chiara Roma Université Internationale de Rabat, Maroc
  • José Serrano Ecole Polytechnique de l’Université de Tours, France
  • Jacques Teller Université de Liège, Belgique
  • Bernard Toulier Conservateur général honoraire du patrimoine, France
  • Marc Verdier Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy, France

Places

  • Université Internationale de Rabat, Parc Technopolis Rabat-Salé
    Rabat, Kingdom of Morocco

Date(s)

  • Sunday, February 23, 2020

Attached files

Keywords

  • urbanisme, adaptation, résilience, changements climatiques, habitat

Contact(s)

  • Luca Maricchiolo
    courriel : aperau2020 [at] sciencesconf [dot] org

Reference Urls

Information source

  • Luca Maricchiolo
    courriel : aperau2020 [at] sciencesconf [dot] org

To cite this announcement

« The adapting city. Urban development and cultural heritage in the face of environmental change », Call for papers, Calenda, Published on Friday, January 31, 2020, https://calenda.org/741215

Archive this announcement

  • Google Agenda
  • iCal